Interview
Sarah Jessica Parker - Divorce saison 1
Douze ans après l’arrêt de Sex and the City, série qui l’a révélée au monde entier, Sarah Jessica Parker revient au premier plan avec une série intitulée Divorce, une plongée acide dans l’univers d’un couple sur le point de divorcer. Au moment de la promotion de la série à Los Angeles, la comédienne s’est montrée disponible et prolixe sur le sujet.

Pourquoi avoir choisi Divorce pour votre retour au premier plan dans une série TV ?
SJP : ça a été une très longue réflexion, je travaille avec mes collaborateurs depuis presque quatre ans sur Divorce, qui au tout début du projet s’appelait The Affair ! (NDLR : littéralement « une liaison », qui est déjà le titre d’une autre série sur le sujet). Au départ, la série devait raconter l’histoire d’une liaison extraconjugale qui se serait étalée sur plusieurs années. Mais très vite, nous nous sommes rendu compte qu’à travers le divorce, c’est du mariage en lui‑même dont nous voulions parler.

Pourquoi ?
SJP : parce que cela fait longtemps que ni le cinéma ni la télévision n’a traité sérieusement le sujet. Aujourd’hui, le mariage suscite tellement de questions qu’il me semblait intéressant de se les poser via le parcours d’un couple d’âge moyen, dont l’un des deux protagonistes envisage de se séparer.

Quelles questions ?
SJP : après des années d’union, à quoi ressemble votre mariage de l’extérieur ? Qu’est‑ce que cela implique quotidiennement ou économiquement si vous voulez divorcer ? Que pensent vos amis de votre mariage ? Qui porte désormais la culotte ? Nous étions tous très curieux d’avoir des éléments de réponse à ces questions.

La série aborde des sujets sérieux, mais elle le fait aussi avec beaucoup d’humour. Pourquoi avoir mélangé les genres ?
SJP : nous nous sommes dit que le format de 30 minutes correspondait mieux à la comédie qu’à celui du drame.

Le divorce est un sujet « ordinaire », comment le rendre « sexy » ?
SJP : je suis certaine que si je viens chez vous, je vais trouver que votre « ordinaire » ne correspond pas du tout au mien. Et inversement. Si vous venez chez moi, vous allez ressentir la même chose. On n’aime pas de la même façon, on ne rit pas des même choses, on n’a pas les mêmes amis, etc. Aujourd’hui, il n’y a plus rien d’ordinaire, en tout cas, vous pouvez toujours trouver quelque chose de fascinant et de captivant dans l’ordinaire de quelqu’un d’autre !

Pensez-vous que divorcer aujourd’hui soit devenu une banalité ?
SJP : à moins d’être un « divorcé en série », vous ne pouvez pas affirmer que divorcer est devenu une banalité. C’est monumental ! Qui plus est s’il y a des enfants impliqués. C’est terrible ! Il ne faut surtout pas prendre cela à la légère. Pour ceux qui divorcent, ce n’est vraiment pas facile !

Pensez-vous que la série est comparable avec Sex and the City ?
SJP : j’adore la façon dont le pilote commence, parce que tout le monde se pose la même question au début de la première scène : est‑ce une série dérivée de Sex and the City ? Puis à la fin de la scène, mon personnage fait un doigt d’honneur à son mari, et là, vous dites que ce n’est vraiment pas la même chose. Jamais Carrie (le personnage qu’elle interprétait dans Sex and the City) n’aurait fait une chose pareille, elle est bien trop distinguée pour ça !

Vous voyez des points communs entre Carrie et Frances, le personnage que vous interprétez dans Divorce ?
SJP : les deux me ressemblent (rires), mais sinon, non ! Puis cela fait partie de mon boulot de vous faire croire au personnage de France sans qu’il ressemble forcément à celui de Carrie. Cela aurait tellement facile de tomber dans ce travers. Je ne voulais pas de ça.

Aujourd’hui, vous détestez le personnage de Carrie ?
SJP : Pas une seconde. Jamais ! Je serais une imbécile, une dingue ou une irresponsable de la détester. N’importe qu’elle actrice ou acteur qui remporte un tel succès avec un personnage qu’il a interprété pendant si longtemps n’a pas le droit de le détester. Mes enfants sont parfois gênés par ma notoriété quand on essaie de les prendre en photos à leur insu, ok, je vous l’accorde. Mais le personnage de Carrie m’a tellement apporté que je serais complément cinglée de la renier. Sans Carrie et Sex and the City, je ne serais pas là.

Alors si demain on vous propose demain de rechausser les Louboutin de Carrie, vous dites oui ?
SJP : oui et je n’hésite pas une seconde !

Conseillez-vous de regarder Divorce en couple ?
SJP : oh mon dieu… je ne sais pas. En tout cas, si cela arrive, j’espère que ça permettra à des couples de discuter du sujet !
Par Cédric Melon • Publié le 11/08/17
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement