Amplificateur audio-vidéo

Pioneer SC-LX87

Par Jean Eparvier - Publié le 04/12/13
Mustav
Prix indicatif : 2 499 € TTC
Note AVCesar.com
Type : ampli 9.2
Agrément THX : Ultra 2 Plus
Décodage : Dolby TrueHD et DTS‑HD
Paramétrage automatique par micro : oui
HDMI : 9 entrées (v1.4, dont 1 frontale)
Puissance : 9 x 220 W
Dim. (L x H x P) : 435 x 185 x 441 mm
Poids : 18,3 kg
L’essentiel
Pour rester au top du Home Cinéma, tout immobilisme est proscrit ! Pioneer, dont le succès des amplificateurs audio‑vidéo ne se dément pas, l’a bien compris en proposant chaque année un porte‑drapeau digne de figurer sur les étagères des cinéphiles les plus exigeants. Reprenant la base technique de l’excellent Pioneer SC‑LX86 (cliquez pour découvrir le test de la rédaction d'AVCesar.com), son successeur SC‑LX87 voit ses circuits audio et vidéo revus afin de s’aligner sur une concurrence toujours plus féroce. Basé sur le même châssis rigide à l’esthétique sobre et moderne, le nouveau venu conserve ainsi les circuits d’amplification Direct Energy Class D que nous avions tant apprécié sur son prédécesseur, portés à 220 W sur ses neufs canaux à partir d’une alimentation particulièrement généreuse. Toujours certifié THX Ultra 2 Plus, le Pioneer SC‑LX87 adopte pourtant une mise à jour plus profonde qu’il n’y paraît au premier abord pour tirer le meilleur parti du son et de l’image HD, à partir de nouveaux processeurs audio et vidéo.

Mais, vous l'aurez compris à la lecture de cette introduction de notre banc d'essai, le Pioneer SC‑LX87 est en de nombreux points une évolution du SC‑LX86. C'est pourquoi, à l'occasion de notre appréciation du produit, nous vous proposons cette année un test « court » . C'est‑à‑dire accessible sur une seule page, sans menu déroulant ou folio en haut/bas de page à droite pour accéder aux différentes sections traitant en profondeur chacun des aspects de la bête. Mais vous le constaterez en fin de lecture de ce banc d'essai, nous n'avons cependant pas hésité à prendre nos aises pour revenir avec force description sur les fonctionnalités, évolutions, changements et points forts du dernier‑né de la marque nippone. Car le Pioneer SC‑LX87, pour la quatrième fois consécutive, s'avère un modèle référence considérée par la rédaction comme l'un des tout meilleurs amplificateurs audio‑vidéo du marché. En route pour les présentations…

La partie audio d’abord, toujours adoubée par les ingénieurs des prestigieux Air Studios londoniens, troque ses convertisseurs AKM pour la fameuse puce 32 bits Sabre d’ESS Technology qui vient renforcer les capacités de décodage stéréo et multicanal du SC‑LX87, et tout particulièrement le Dolby TrueHD et DTS‑HD Master Audio que l’on retrouve sur les disques Blu‑Ray. Une technologie de pointe adossée au traitement du signal numérique maison Hi‑Bit 32 Audio qui profite aux nombreux modes surround de l’appareil et à tous les signaux numériques en provenance de sa passerelle audio/photo UPnP (DLNA) particulièrement complète, grâce à un upsampling systématique en 192 kHz/32 bits. Avec sa double liaison Ethernet et [abc]Wi‑Fi,[/abc] le Pioneer SC‑LX87 est ainsi capable de récupérer la quasi totalité des formats de fichiers audio (Wav, Flac et Flac HD, MP3, WMA, AAC et Alac) stockés sur un ordinateur, un disque dur Nas et plus généralement sur l’ensemble des périphériques compatibles DLNA, sans oublier le signal DSD sans conversion PCM (en provenance d'un SACD ou sous forme de fichiers), même si cette dernière possibilité reste anecdotique pour l’instant. Les signaux stéréo peuvent bien sûr être transformés en 5.1 ou 7.1 via les traitements Dolby Pro Logic IIx, Dolby Pro Logic IIz ou DTS‑Neo X. En numérique, on dispose des décodeurs Dolby Digital EX, Dolby Digital Plus et Dolby TrueHD, le DTS‑ES, le DTS 96/24 et le DTS‑HD. L’ensemble de ces codages profitent du décodeur THX Ultra 2 Plus et l’on peut exploiter les bandes‑son analogiques et numériques à l’aide des trois modes THX : Cinema, Music et Games, alors que les sources 5.1 peuvent compter sur le mode THX Surround EX, pour passer en 6.1 ou 7.1, en fonction du nombre d’enceintes du système.

Comme son prédécesseur, le Pioneer SC‑LX87 compte également un port USB Host asynchrone pour servir de carte son externe à un ordinateur, sans jitter, et un second port en façade pour se connecter dans les meilleures conditions à son iPod/iPhone/iPad en numérique, pour profiter des films stockés et des applications de streaming comme YouTube installées, sur un téléviseur. Bien entendu, il conserve aussi la compatibilité AirPlay afin d’accéder sans‑fil à une bibliothèque iTunes disponible sur un ordinateur, une tablette ou un baladeur Apple. Si sa connectique analogique n’est pas plus riche que celle de son prédécesseur, elle préserve l'entrée phono MM pour les amateurs du vinyle et son tuner AM/FM RDS complète le service vTuner qui permet d’accéder aux Webradios.

Enfin, le Pioneer SC‑LX87 bénéficie toujours de l’excellent système de calibrage et de correction de pièce à neuf bandes et six mémoires maison MCACC Advanced, chargé de la mise en œuvre et de l’optimisation du système d’enceintes en fonction du local d'écoute. Il utilise ainsi un micro fourni avec l’appareil pour détecter les enceintes, puis mesurer les caractéristiques acoustiques de la pièce afin d’adapter précisément niveau, phase et réponse en fréquence de chacune d’elle, pour recréer un champ sonore proche de l’idéal théorique d’un studio de mastering.

Après le son, l’image, avec un nouveau processeur Marvel Qdeo Kyoto G2 servant pas moins de neuf entrées HDMI 3D et 4K Pass‑Through, CEC, xvYCC et Deep Color 36 Bits ‑dont une en façade compatible MHL‑ et trois sorties, dont une spécifiquement dédiée à une autre pièce, dans le cadre d’une distribution multiroom avec un signal audio‑vidéo distinct des deux autres. Cette nouvelle puce vient combler l’un des rares manques de son prédécesseur en permettant non seulement un Upscaling 1 080p, mais aussi jusqu'en Ultra HD pour alimenter les écrans et vidéoprojecteurs idoines qui commencent à fleurir sur les étagères des cinéphiles les plus avertis. Plus concrètement, elle offre au Pioneer SC‑LX87 une importante palette de réglages vidéo : réducteurs de bruits et des artefacts de compression, contraste, saturation, chroma, etc. pour servir au mieux ses entrées HDMI, mais aussi ses entrées YUV et Composite.

Cette impressionnante batterie de fonctions et de réglages audio et vidéo est servie par un OSD en couleur et en HD… mais aussi par une télécommande qui constitue l’une des rares fautes de goûts de l’appareil ! Avec ses petites touches désagréables et son apparence plastique peu engageante, elle semble totalement détachée du concept de qualité qui a présidé à la conception du reste de l’appareil. Fort heureusement, Pioneer propose aussi gratuitement la nouvelle version de son application iControl AV2013 (cf. captures ci‑dessous) destinée aux tablettes fonctionnant sous Android ou iOS qui permet de piloter de manière ludique l’ensemble des possibilités du Pioneer SC‑LX87 via Wi‑Fi. Toujours plus complète et conviviale, elle n’est pas pour rien dans le plaisir d’utiliser l’appareil et permet désormais de visualiser en temps réel les paramètres de diffusion de chaque enceinte, et surtout d’accéder d’un doigt à l’ensemble des fonctions depuis son siège, sans avoir à entrer dans le menu OSD.
Concurrence
Comme chaque année, le Pioneer haut de gamme doit affronter les ténors de la concurrence : le Yamaha RX‑A3030, également équipé du Dac ESS Sabre, mais un peu moins puissant, l’Onkyo TX‑NR5010 tout aussi complet, mais à l’interface utilisateur vraiment démodée, et le Denon AVR‑4520 toujours au gout du jour. Du beau monde, mais le Pioneer SC‑LX87 a de sacrés arguments à faire valoir !
Fiche technique
Type : amplificateur 9.2
Agrément THX : Ultra 2 Plus
Décodage : Dolby TrueHD et DTS‑HD
Paramétrage automatique par micro : oui
Puissance : 9 x 220 W
Entrées : 9 entrées HDMI (v1.4), 3 entrées YUV (RCA), entrées audio et vidéo (4 audio et 4 vidéo), entrée multicanale (7.1), phono (MM), entrées numériques (2 optiques et 2 coaxiales)
Sorties : 3 sorties HDMI (v1.4), 2 sorties YUV (RCA), sorties audio et vidéo (2 stéréo et 3 composite), sortie préampli (11.2), sortie numérique (optique), 2 sorties Trigger
Autres : 1 port iPod, 1 port USB Host, 1 port Ethernet, Wi‑Fi (b/g), 1 port USB asynchrone, 1 port RS‑232
Prises de façade : 1 entrée HDMI, , 1 sortie casque
Multimédia : MP3, WMA, AAC, Flac, Alac, DSD, AIFF, Jpeg, UPnP (DLNA), Bluetooth , NFC, Airplay, Webradios
Compatibilité audio : 15 modes DSP, écoute au casque (1), Dolby Pro Logic IIz, DTS-Neo, HE-AAC, Dolby Digital EX, DTS‑ES, Dolby Digital Plus, Dolby TrueHDDolby Atmos, , DTS‑HD, DTS:X
Traitement audio : Ciné Re‑EQ, gestion dynamique du volume (propriétaire Volume), égalisation automatique par micro (paragraphique), nombre de mesures au micro (unique), égalisation manuelle (graphique), égalisation du caisson, gestion onde stationnaire, gestion phase acoustique, gestion réverbération, gestion X curve
Traitement vidéo : transparence au xvYCC, transparence au Deep Color, transparence au 1 080p/24, transcodage vidéo (vers HDMI), Upscaling vidéo (Ultra HD), Gestion du zoom 16/9 à partir de sources SD 4/3 (basique), LipSync manuelle (jusqu'à 250 ms), Auto LipSync
Fonctions : pilotage via IP, OSD (français, couleur, via HDMI), télécommande universelle (préprogrammée) rétroéclairée, CEC, ARC, Tuner FM
Consommation : 350 W (0,1 W en veille)
Finition : noire ou argent
Dim. (L x H x P) : 435 x 185 x 441 mm
Poids : 18,3 kg
ph image
Verdict technique
En toute sincérité, nous n’étions pas inquiet à la découverte de la nouvelle mouture du haut de gamme Pioneer, tant son prédécesseur avait su marquer nos oreilles et nos yeux par ses qualités intrinsèques de tout premier ordre. D’une certaine manière, on pouvait même penser que le constructeur japonais s’était surtout attaché à faire évoluer son porte‑étendard pour offrir une fiche technique comparable à celles de ses plus sérieux concurrents, plus que par nécessité de gagner en performance.
Une fois vite et bien installé grâce au logiciel AVNavigator, au programme Wiring Navi qui guide l’utilisateur dans ses branchements, et au paramétrage automatique MCACC toujours aussi efficace, le Pioneer SC‑LX87 démontre que nous avions un peu sous‑estimer l’ambition des ingénieurs de Pioneer qui, fidèles à leur réputation, proposent un plus réellement évident aussi bien à l’œil qu’à l’oreille !

Bien sûr, pour en profiter au jour le jour, il faut bien vite oublier la télécommande livrée d’origine pour recourir à la dernière version de l’application iControlAV2013, installée sur une tablette. On pardonne cette mesquinerie en rappelant que le Pioneer est loin d’être l’amplificateur AV le plus cher de sa catégorie élitiste, tout en se montrant l’un des plus performants. Plus que la puissance, légèrement plus importante de ses neufs canaux d’amplification comparée à son devancier, on retient surtout cette fameuse puce ESS Sabre 32 bits qui offre, effectivement, des qualités supérieures aux convertisseurs numériques‑analogiques. À travers une écoute stéréo ou multicanal, elle apporte un surcroît de précision et d’homogénéité à une restitution qui ne manquait déjà ni de l’une ni de l’autre avec le Pioneer SC‑LX86, pour se rapprocher de cette fameuse transparence caractéristique des appareils Hi‑Fi. Sans atteindre les meilleurs exemples du genre purement stéréo, le nouveau Pioneer s’en rapproche encore un peu plus en délivrant un message remarquablement défini sur un CD audio, un fichier musical non compressé ou compressé sans perte, avec cette sensation de douceur et de confort qu’apporte une puissance importante et parfaitement contrôlée. Le Pioneer SC‑LX87 reste fidèle aux habitudes de son géniteur dans sa restitution cristalline, moins chaleureuse que celle de certains de ses concurrents, mais gagne en expressivité et en nuance, pour se montrer remarquablement musical. Ce n'est pas peu dire…

Ces qualités se retrouvent sur la scène sonore du dernier Superman (Man of Steel). Bien aidé par le système de calibrage MCACC qui adapte les capacités de l’amplificateur aux enceintes et à la pièce, le SC‑LX87 se montre impressionnant en multicanal ! Toujours aussi dynamique, il développe autour de l’auditeur une bulle de son particulièrement cohérente à travers une notion d’enveloppement et de continuité qui oublie presque totalement l’environnement acoustique dans lequel elle s’inscrit. Puissant, mais jamais agressif, le Pioneer SC‑LX87 est un as du Home Cinéma et n’a pas peur de laisser parler ses watts lors d’une scène d’action débridée, tout en se montrant très nuancé lorsqu’il le faut. Il y en a partout autour de l’auditeur, qui oublie à son tour son canapé, sa table basse et ses meubles, surtout s’il est devant une grande image !

On en profite aussi pour saluer la section vidéo, mise au gout du jour, même si nous n’avons pas eu l’occasion de la tester sur un diffuseur Ultra HD, ne disposant pas d'un tel diffuseur au moment de notre test. Il n’en reste pas moins que le nouveau processeur se montre efficace pour mettre à niveau Full HD un signal analogique SD et corriger les petites imperfections d’un DVD, grâce à ses multiples réglages (Pure Motion en tête). On apprécie tout particulièrement la qualité du désentrelacement (mode Pure Cinema) et du système de réduction de bruits vidéo… pour peu que la source soit de qualité (le paramètre Détails est alors utilisable dans toute sa dimension). Avec une image dégradée, DVD de mauvaise qualité ou vidéo en provenance du net, ce n'est pas la même bière. Dans ces conditions, le Marvel Kyoto G2 ne peut accomplir de miracles… Mieux vaut alors ne pas forcer les réglages, c'est‑à‑dire intervenir avec parcimonie sur le signal sous peine d'amplifier les défauts. Il est aussi possible, en mode automatique après renseignement du type de diffuseur (LCD, plasma, vidéoprojecteur, moniteur) de laisser la main au Pioneer SC‑LX87. Ou encore de gérer l'ajustement fin de l'image à partir de la source, le plus souvent une platine Blu‑Ray ou directement sur le diffuseur. Généralement, un Pioneer SC‑LX87 trône au milieu de matériels de qualité, notamment en matière de diffuseur, le plus souvent doté de performances supérieures dans ce domaine. Néanmoins, merci le processeur Kyoto G2 pour la facilité avec laquelle on peut intervenir sur les réglages.

Dès lors, on savoure un spectacle total, et comme le Pioneer SC‑LX87 dispose de plus de canaux qu’il n’en faut dans la plupart des systèmes, on en profite pour bi‑amplifier les voix principales et centrale, afin de gagner encore en contrôle dans le bas du spectre, avec ou sans caisson de basses. Vivant, rapide, précis et doux à la fois, le SC‑LX87 est une machine parfaitement aboutie avec laquelle il fait bon vivre, dès lors que l’on dispose d’une tablette et tout particulièrement d’un iPad. Peu d’entre nous utiliserons réellement l’ensemble de ses fonctions ou de ses capacités multiroom, mais rien que pour sa section préampli‑processeur audio‑vidéo doublée d’une passerelle multimédia efficace et performante, il mérite totalement notre Must AVCesar.com !
+ Les points forts
»  
Neuf entrées HDMI compatibles 3D, 4K Pass‑Through
»  
Mode passerelle audio/photo UPnP (DLNA) et Wi‑Fi avec lecture Gapless
»  
Mode Dac USB asynchrone
»  
Qualités sonores exceptionnelles en multicanal comme en stéréo
»  
Système de correction de pièce MCACC efficace
»  
Section vidéo très performante et désormais capable d’un Upscaling 4K
»  
Entrée iPhone/iPod/iPad audio et vidéo
»  
Accès à plusieurs milliers de Webradios
»  
Application de contrôle compatible Android et iOS toujours aussi convaincante !
- Les points faibles
»  
Télécommande indigne de l’appareil
»  
Pas de lecture des fichiers vidéo
»  
Une seule entrée analogique stéréo
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement