Amplificateur audio-vidéo

Sony STR-DN1040

Par Jacques Guiot - Publié le 07/03/14
Mustav
Prix indicatif : 599 € TTC
Note AVCesar.com
Type : ampli 7.2
Agrément THX : non
Décodage : Dolby TrueHD et DTS‑HD
Paramétrage automatique par micro : oui
HDMI : 8 entrées (v2.0, dont 1 frontale)
Puissance : 7 x 165 W
Dim. (L x H x P) : 430 x 172 x 330 mm
Poids : 10 kg
532,53 €
Amazon.fr
L’essentiel
Suite à l'annonce prochaine d'une mise à jour HDMI 2.0 de la part de Sony sur ses amplificateurs Home Cinéma 2013, nous pensons qu'un test du modèle Sony STR‑DN1040 garde tout son intérêt malgré sa disponibilité depuis la rentrée dernière et son remplacement prévu dans quelques mois. De plus, ce millésime 2013 marque en effet un tournant au sein de la division amplificateurs audio‑vidéo du constructeur nippon : look épuré, en phase avec le design des téléviseurs et lecteurs Blu‑Ray Sony du moment, un nouveau châssis et des circuits choisis pour leurs qualités audiophiles, sans oublier des capacités multimédia évoluées. Ces dernières regroupe d'ailleurs toutes les propositions du moment, filaire ou sans‑fil, avec le Wi‑Fi, le Bluetooth, l'AirPlay et la fonction passerelle audio UPnP (DLNA).
Alors, une fois n'est pas coutume, quitte a déflorer d'emblée une partie de notre verdict technique, nous pouvons d'ores et déjà vous annoncer la couleur : les performances (notamment audio) de cet amplificateur n'ont plus rien à voir avec celles des précédents modèles. Et c'est pourquoi nous vous proposons son banc d'essai alors que les références des années précédentes n'avaient pas réussi à nous convaincre.

Le Sony STR‑DN1040 est donc un spécimen 7.2. Il délivre une puissance annoncée à 165 W sous 6 ohms par canal, avec possibilité de bi‑amplification des frontales. Comme souvent, nous vous conseillons de ne pas vous arrêter à ces simples chiffres, mesurés avec un seul canal en action et un ratio THD assez élevé. Pour le reste, le design du produit fait un bond en avant en termes de qualité perçue. Il apparaît immédiatement bien plus élégant que celui des gammes précédentes. Le Sony STR‑DN1040 est sobre, épuré, habillé d'une belle robe noire, structuré via des lignes droites, tendues, pour un aspect solide. Bien sûr, on reste tout de même au niveau d'une qualité de fabrication standard. Rien d'exceptionnel, mais l'amplificateur pèse tout de même une dizaine de kilos, soit un poids sensiblement égal à ses concurrents de la même gamme tarifaire.

Ce modèle gère, évidemment, tous les formats audio HD de dernière génération comme le DTS‑HD Master Audio et le Dolby TrueHD, et propose les modes Dolby Pro Logic IIx et Dolby Pro Logic IIz pour exploiter les canaux Surround Back assignables en Front High (effets verticaux frontaux) ou en bi‑amplification, voire même en Front B pour utiliser deux paires d'enceintes frontales : une pour les écoutes stéréo et l'autre intégrée au sein d'une configuration 5.1 pour les séances Home Cinéma.

Nous vous convions maintenant à un rapide tour du propriétaire pour découvrir la connectique disponible, avant de vous présenter les possibilités et fonctionnalités de cet amplificateur. Première bonne surprise, on trouve huit entrées (dont une en façade compatible MHL) et deux sorties HDMI 1.4 dotées du CEC, de la fonction ARC (HDMI Out A uniquement), transparentes à la 3D, au Deep Color, au xvYCC et compatibles Ultra HD/4K (4K Pass‑Through). Comme précisé lors des première lignes de ce banc d'essai, une mise à jour Firmware est annoncée prochainement afin d'assurer la compatibilité HDMI 2.0 Level B (cliquez sur le lien, puis sur la tableau pour zoomer, pour en savoir plus). Ceci pour autoriser la gestion de signaux 2 160/50 et 2 160/60p en provenance des chaînes TV dans les années à venir, avec toutefois une limitation au niveau de l'encodage vidéo en 4:2:0 et 8 bits par couleur.
Le reste de la connectique rassemble deux entrées/une sortie YUV, deux entrées/une sortie Composite, deux entrées optique, une entrée coaxiale, quatre entrées stéréo RCA, une sortie Pre‑Out zone 2, deux sorties Subwoofer, un port Ethernet, une antenne Wi‑Fi, deux antennes radio FM/AM (30/30 stations mémorisables), une entrée/sortie IR, une sortie casque 6,3 mm en façade et, enfin, sept paires de borniers.

Autre gros point fort du Sony STR‑DN1040, son interface (OSD) élaborée, en couleur, avec de nombreuses illustrations. Celle‑ci s'avère très simple d'utilisation et divisée en diverses catégories comme vous pouvez le voir sur le visuel ci‑dessous : Watch pour gérer toutes les sources connectées via HDMI, Setting pour le réglage et la configuration du système, SoundEffect pour accéder aux modes DSP pris en charge par le processeur 32 bits Falcon 2.0, et enfin Listen pour accéder à toutes les possibilités d'écoutes via HDMI, optique, coaxiale, analogique, USB, Radio et Webradios, Bluetooth, AirPlay, Wi‑Fi, Home Network (DLNA) et le SEN (Sony Entertainment Network) avec l'accès au service de musiques à la demande Music Unlimited (plus de 15 millions de titres). En effet, le Sony STR‑DN1040 accède à la partie audio du SEN (pas de streaming vidéo contrairement au modèle phare le Sony STR‑DA5800ES). Il est également possible de profiter de toute sorte de fichiers audio via USB ou la passerelle audio UPnP (DLNA) : MP3, WMA, AAC, Wav et Flac (jusqu’en 192 kHz/24 bits).

Pour faciliter l'installation et le réglage optimum de votre configuration Home Cinéma, le Sony STR‑DN1040 propose le système de calibrage automatique Advanced DCAC (Digital Cinema Auto Calibration). Ce dernier n'évolue pas vraiment par rapport aux anciens modèles. Et si, de toute évidence, il est vraiment très simple, très rapide et facilite grandement la prise en main de l'appareil, ce n'est pas le système le plus complet que nous avons testé jusqu'ici. Toutefois, l'assistant de configuration s'avère convivial avec plusieurs animations graphiques et schémas, et offre le choix entre plusieurs configurations automatisées. Par contre, les possibilités de corrections manuelles sont très limitées comparées à ses concurrents YPAO, Audyssey MultEQ XT ou bien sûr MCACC avec la présence d'un égaliseur deux bandes là où certains en proposent sept voire plus, et une seule position de prise de mesures là où le traitement Audyssey en autorise huit. De plus, ce système d'égalisation travaille seulement jusqu'à 5 kHz, même s'il est vrai que c'est surtout le bas du spectre qui est affecté par l'acoustique d'une pièce. Enfin, le canal LFE n'est pas pris en charge par le DCAC. Cela dit, les résultats finaux sont tout de même très corrects. Les distances sont justes, les niveaux également, nous avons juste retouché le crossover, car le logiciel a détecté toutes nos enceintes en mode Full Band alors que nous avons utilisé des enceintes bibliothèques en guise de surround.

Du côté du traitement vidéo, le Sony STR‑DN1040 transparent aux signaux 3D et 4K, permet une synchronisation audio‑vidéo en mode Automatique ou Manuelle (0‑200 ms) et propose un Upscaling Ultra HD. En revanche, nous ne disposons d'aucun filtre d'amélioration vidéo (pas de Sharpness, ni d'accentuation des contours). C'est bien plus complet du côté des traitements audio avec de nombreux DSP exclusifs comme les modes A.F.D, les modes Movie, Music, Stéréo, HD‑D.C.S (Digital Cinema Sound), Sound Optimiser, Portable Audio Enhancer et Pure Direct, un autre programme adapté à l'écoute au casque ou encore le Digital Legato Linear.

Enfin, avant de passer au verdict technique de cet amplificateur Sony STR‑DN1040, nous ne serions pas complets sans évoquer les possibilités de contrôle de l'appareil depuis l'application smartphones et tablettes (Android/iOS) TV SideView et une seconde application Network Audio Remote pour la lecture audio via UPnP (DLNA). Sachez également qu'il est possible de connecter et de gérer directement ses périphériques Apple via le port USB en façade.
Concurrence
Sur sa route, le Sony STR‑DN1040 rencontre plusieurs concurrents de choix. Le premier d'entre eux, l'Onkyo TX‑NR626, est doté d'un Upscaling Ultra HD via un excellent processeur Marvell offrant un traitement vidéo paramétrable, d'une compatibilité multimédia très étendue et de plusieurs services réseaux intéressants, sans oublier un calibrage Audyssey MultEQ. En revanche, il est dépourvu de certification AirPlay et s'avère moins musical. On trouve également dans les parages le Pioneer VSX‑1123, équipé de l'AirPlay et de l'AirJam, d'un Upscaling Ultra HD et d'une bonne puissance. Sans oublier le Denon AVR‑X2000 (cliquez pour découvrir le test complet par la rédaction d'AVCesar.com), un superbe amplificateur très musical à la pré‑amplification excellente et intégrant un traitement Audyssey MultEQ XT. Enfin, il ne faut pas oublier le leader de la catégorie, Yamaha, avec Yamaha RX‑V775 (cliquez pour découvrir le test complet par la rédaction d'AVCesar.com), un modèle 7.2 compatible AirPlay offrant un Upscaling 1 080p et UHD, une sortie Pre‑Out 7.2, le calibrage automatique YPAO‑R.S.C et une excellente spatialisation.
Fiche technique
Type : amplificateur 7.2
Agrément THX : non
Décodage : Dolby TrueHD et DTS‑HD
Paramétrage automatique par micro : oui
Puissance : 7 x 165 W
Préampli : 7.2
Entrées : 8 entrées HDMI (v2.0), 2 entrées YUV (RCA), entrées audio et vidéo (4 audio et 2 vidéo), sans entrée multicanale, entrées numériques (2 optiques et 1 coaxiale)
Sorties : 2 sorties HDMI (v2.0), 1 sortie YUV (RCA), sortie audio et vidéo (composite)
Autres : 1 port USB Host, 1 port Ethernet, Wi‑Fi (b/g/n), 1 port USB asynchrone
Prises de façade : 1 entrée HDMI, , 1 sortie casque
Multimédia : MP3, WMA, AAC, Flac, UPnP (DLNA), Bluetooth , NFC, Airplay
Compatibilité audio : 6 modes DSP, écoute au casque (oui), Dolby Pro Logic IIz, DTS-Neo, Neural Surround, WMA Pro, Dolby Digital oui, DTS, Dolby Digital Plus, Dolby TrueHDDolby Atmos, , DTS‑HD, DTS:X
Traitement audio : Ciné Re‑EQ, gestion dynamique du volume (propriétaire Volume), égalisation automatique par micro (paramétrique), nombre de mesures au micro (unique), gestion phase acoustique, gestion réverbération
Traitement vidéo : transparence au xvYCC, transparence au Deep Color, transparence au 1 080p/24, transcodage vidéo (vers HDMI), Upscaling vidéo (Ultra HD), Gestion du zoom 16/9 à partir de sources SD 4/3 (basique), LipSync manuelle (jusqu'à 200 ms)
Fonctions : OSD (français, couleur, via HDMI), télécommande universelle (préprogrammée), deuxième télécommande (), CEC, ARC
Consommation : 240 W (0,3 W en veille)
Finition : Noir
Dim. (L x H x P) : 430 x 172 x 330 mm
Poids : 10 kg
ph image
Verdict technique
Comme précisé dans la présentation du Sony STR‑DN1040, l'installation et la configuration de notre installation a pris seulement quelques minutes via le système de calibrage automatique Advanced DCAC. Après une procédure d'une petite minute plus quelques retouches manuelles, c'était bouclé. Une installation d'une simplicité enfantine !
Bref, c'est parti, on peut passer aux écoutes sachant que l'amplificateur a été rodé auparavant pendant une bonne semaine, à raison de six à huit heures journalières. Si le rendu audio a bien changé depuis le Sony STR‑DN1030, on retrouve cependant un environnement similaire au niveau de l'interface, de la gestion multimédia, des réglages, etc. Pas étonnant, donc, de retrouver un matériel au fonctionnement très stable avec un Firmware apparemment bien maîtrisé. En clair, nous n'avons pas rencontré de bugs. Au chapitre des reproches, on peut juste signaler une procédure de mise à jour très lente, mais qui a l'avantage de se lancer automatiquement si l'appareil est connecté à internet.

Tous les formats annoncés par le constructeur, le Flac 44,1 kHz/88.2 kHz/96 kHz/176,4 kHz/192 kHz, le MP3, le WMA, le Wav, l'AAC et le LPCM sont pris bien en charge en USB ou via UPnP (DLNA) et les informations ID3Tag sont bien affichés. De son côté, le port USB gère parfaitement le Fat32 et le NTFS. En revanche, on regrette l'absence de lecture Gapless et des fichiers DSD, Ogg, Alac et AIFF. Une absence qui devrait être comblée par le futur Sony STR‑DN1050 dont la disponibilité est annoncé pour le mois de mai.
Plus étonnant sur un amplificateur, l'accès au service Music Ullimited s'avère excellent, à l'instar des téléviseurs de la marque, c'est‑à‑dire entièrement en couleur, avec toutes les pochettes d'albums, les infos associées, etc. Et si la qualité d'écoute reste assez moyenne, la faute en incombe à des fichiers compressés avec perte proposés par Sony sur son service. Heureusement, la fonction Audio Restorer améliore considérablement l'écoute en streaming avec un apport d'ampleur, de meilleurs graves et des aigus plus détaillés. Deux mots sur la fonction AirPlay qui ne nous a posé aucun souci, même si de ce côté‑là l'intégration n'est pas très fun (pas d'interface dédiée, ni d'informations ID3Tag disponibles…). Mais l'essentiel est préservé, ça fonctionne parfaitement.

Quant au traitement vidéo du Sony STR‑DN1040, nous avons pu le tester sur des diffuseurs 1 080p et Ultra HD. Les mises à l'échelle respectives sont vraiment très bien réalisées, ainsi que le désentrelacement avec très peu d'effet d'escalier visible, très peu d'artefacts, surtout en Ultra HD. Cette mise à l'échelle d'excellente facture souffre seulement de l'absence de traitement vidéo. En effet, un Sharpness ou une amélioration des contours et un réducteur de bruit auraient pu encore grandement améliorer la qualité. Car en l'état, l'image apparaît parfois trop douce, à partir d'un DVD upscalé en 1 080p ou même d'un Blu‑Ray upscalé en UHD.

Mais, s'il y a un secteur sur lequel cet amplificateur nous vraiment surpris, c'est bien sur la qualité audio (décodage et amplification). Toutes proportions gardées, et en ligne avec son positionnement tarifaire, il s'agit d'un spécimen doté d'un décodage de très haute qualité, et d'une amplification puissante, dynamique qui offre des séances Home Cinéma musclées. Les médiums apportent assez de poids et de rondeur pour offrir des dialogues parfaitement intelligibles, précis et denses. Et si certains peuvent lui reprocher des graves un poil dominants, ils apportent de l'ampleur et de la percussion lors des scènes d'action. Le seul véritable reproche, concerne le canal de grave, très démonstratif, certes, mais manquant légèrement de fermeté et de maîtrise. Avec, au final, des basses qui ont tendance à être négligemment envahissants. Cela dépend évidemment de l'acoustique de la pièce, mais sans fonction Bass Management, difficile d'y remédier...
Rien à dire concernant la spatialisation. Elle est parfaitement réalisée et ce, à partir d'une « simple » configuration 5.1. La scène sonore avant est large, enveloppante et les effets surround très démonstratifs. Bref, une spatialisation capable de plonger le spectateur au cœur de l'image. Et si cela ne suffisait pas, il est toujours possible d'installer des enceintes High au‑dessus des frontales pour profiter du mode Dolby Pro Logic IIz avec des effets verticaux qui rajoutent une autre dimension à l'écoute, avec une scène sonore plus haute.

Plus étonnant en revanche, les écoutes stéréo. On peut aisément affirmer qu'il s'agit de l'amplificateur audio‑vidéo, avec le Denon AVR‑X2000, le plus musical que l'on ait écouté dans cette gamme de prix. Certes, la restitution audio reste assez « cinéphile », c'est‑à‑dire chaleureuse, ronde avec une grosse assises dans les graves… bref, point de neutralité ici. Mais là où nombre de ses concurrents sont assez (trop ?) doux, le Sony STR‑DN1040 délivre des aigus précis, bien ciselés avec un timbre très harmonieux. Les écoutes musicales sont vraiment très agréables.

En résumé, et pour conclure notre test du Sony STR‑DN1040, si nous aurions aimé une amélioration du calibrage automatique Advanced DCAC, des possibilités supplémentaires concernant les réglages manuels et, au moins, une sortie Pre‑Out pour les frontales, cet amplificateur Sony STR‑DN1040 est une vraie belle surprise avec un design élégant et sobre, doté de nombreuses possibilités de connexions numériques, filaires et sans‑fil avec l'AirPlay, le Wi‑Fi intégré, le Bluetooth ou encore l'accès au SEN. Si vous ajoutez à cela une compatibilité multimédia assez complète, de la puissance, de la dynamique, des graves percutants et un superbe décodage doté d'une musicalité rare pour un amplificateur Home Cinéma, vous êtes en présence d'un sacrément beau et bon produit. Un excellent rapport qualité‑prix aux performances brutes de très haut niveau !
+ Les points forts
»  
Très belle musicalité pour un amplificateur A/V
»  
Amplification puissante et dynamique
»  
Prise en main et calibrage très simples
»  
Upscaling et Pass‑Through 1 080p et Ultra HD
»  
»  
Mise à jour HDMI 2.0 imminente…
»  
…pour 8 entrées/2 sorties HDMI 2.0 Level B
- Les points faibles
»  
Pas de traitement vidéo
»  
Pas de sortie Pre‑Out Front
»  
Calibrage Advanced DCAC limité
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement