Demolition

Année : 2016
Réalisateur : Jean-Marc Vallée
Interprètes : Jake Gyllenhaal, Naomi Watts, Chris Cooper, Judah Lewis, Polly Draper
Éditeur : Fox
BD : BD-50, 109', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 02/11/16
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Anglais Audiodescription
Espagnol Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais pour malentendants, espagnol
19,99 €
Amazon.fr
Faut‑il tout détruire à l'extérieur pour se reconstruire à l'intérieur ? Commencer par mettre en pièces ce foutu frigo dysfonctionnel, démonter vis après vis son ordinateur, littéralement abattre sa sublime maison d'architecte à coups de massue et de bulldozer ? Pas forcément, mais pour Davis Mitchell (Jake Gyllenhaal, qui d'autre pour ce rôle glissant mais fort ?), jeune banquier d'affaires qui vient de perdre sa femme, le deuil ne se pare ni de larmes ni de cris, mais plutôt d'un silence froid mêlé de pulsions destructrices, comme pour mieux se sentir vivant.

Film sur le déni, le paradoxe et la résilience, Demolition est loin de porter les gros sabots lacrymaux, préférant explorer les tréfonds et les infimes variations d'une âme à la fois meurtrie et confrontée à une évidence qui couvait depuis longtemps et que l'on apprendra plus tard. Malgré son sujet a priori lourd, le film du Canadien Jean‑Marc Vallée (Dallas Buyers Club) préfère ouvrir le champs des possibles, comme ce rapprochement incongru avec une mère isolée et son ado en plein doute identitaire.

À fleur de peau, passant du complet trois pièces aux Caterpillar de chantier, Jake Gyllenhaal donne au film toute son envergure et sa profondeur, autant que la mise en scène élégante et puissante de Jean‑Marc Vallée faite de flashs, de pétages de plombs et de coupures de son déstabilisants, bientôt remplacés par un cadre de plus en plus chaleureux et vivant. Un rite de passage poignant, d'une vie à une autre, sans pathos. À voir.
Carina Ramon - Publié le 17/11/16
Liste des bonus
- Photos
- Teaser
- Promo


Commentaire
Quel dommage. Inexpliquable.
Note bonus : 0/6
Image
D'une image bleutée et froide, on tend peu à peu vers une ambiance plus lumineuse et légère. Dans les deux cas, ce Blu‑Ray offre une définition en acier trempé, une texture haut de gamme, des noirs assumés et un piqué soyeux. Rien à reprocher. Un très beau master HD.
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
On s'en doutait, le réalisateur a encore une fois opté pour un travail raffiné du design sonore. Image et sons sont ainsi parfaitement entremêlés, fruits de partis pris artistiques assumés. Coupures de son, reprise de musique d'une scène à l'autre par diverses astuces, ce Demolition marque aussi par sa bande‑son qui sait se faire discrète pour mieux exploser plus tard (quelques belles percées en débit et en basses). Ça secoue, dans tous les sens du terme.

La VF, plutôt bonne, est bien sûr un cran en dessous. Forcément, la bande‑son apparaît plus plate et contribue moins à l'ambiance du film. VO à privilégier donc, et pas seulement pour le jeu d'acteur !
Top son : aucun
Note son : 6/6



PLANNING
DVD 25/04/17 Norm
BLU 25/04/17 Norm
BLU 26/04/17 Salut l'artiste
INTERVIEWS
Joel Schumacher - Phone Game
http://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/129/photo_0549180108.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/145/photo_1133162811.jpg
joel-schumacher
martin-scorsese
kevin-bacon
mads-mikkelsen
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011