Preacher saison 1

Année : 2016
Créateurs : Seth Rogen, Evan Goldberg, Sam Catlin
Interprètes : Dominic Cooper, Ruth Negga, Joe Gilgun, W. Earl Brown
Éditeur : SPHE
BD : 3 BD-50 + 1 BD-25, 64' x 10, zone B
Genre : fantastique, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 26/10/16
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Allemand Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais, anglais pour sourds et malentendants, arabe, finnois, norvégien, polonais, suédois, turc
19,99 €
15,50 €
49,99 €
La dernière série de la chaîne US AMC (Breaking Bad, Mad Men, The Walking Dead) est l'adaptation du comic book éponyme publié par DC Comics dans les années 90, culte aux USA et complètement déjanté. C'est le comédien Seth Rogen (Nos pires voisins 1 & 2) qui a littéralement soutenu le projet.

La série met en scène le révérend Jesse Custer (Dominic Cooper, Fleming, Agent Carter), un intégriste religieux texan qui, apprenant que Dieu a quitté le Paradis, se met en tête de le retrouver et de lui faire rendre des comptes.

À l'instar du comic, l'univers de la série est ultra‑violent, sulfureux, politiquement incorrect et surtout complètement azimuté. On y croise aussi bien des vampires portés sur la bière que des cow‑boys pédophiles ou des monstres difformes. C’est bien l’outrance qui est la colonne vertébrale de cette première saison. Et tout dans le scénario, la mise en scène et le choix des acteurs pour incarner les différents personnages, passe par ce filtre absurde.

Brutale et violente, la série fait heureusement preuve d’un certain humour (noir forcément) qui rend acceptables tous les dérapages. On se laisse alors embarquer non sans un certain plaisir coupable dans des montagnes russes infernales dont on ressort exsangue mais avec la délicieuse impression d’avoir vu une série hors normes et surréaliste faisant preuve d’une audace salvatrice. Attention, elle n'est pas facile d'accès, ne donne pas dans la facilité et laissera sans doute beaucoup de monde sur le carreau. Un conseil, passez au moins le pilote, voire deux épisodes de plus, pour vous faire une idée.


Cédric Melon - Publié le 10/01/17
Liste des bonus
- L'épisode pilote impossible à filmer (8')
- Analyse du combat à la tronçonneuse (7')
- Derrière la machine à tuer : le saint des tueurs (7')
- Les cascades (1')
- Bêtisier (5')
- Scènes coupées et versions longues (17')
- Lecture commune du pilote (60')
- Les costumes (7')
- Les prothèses (8')
- Appel à Dieu (6')


Commentaire
SPHE a fait fort avec une belle brochettes de bonus racontant les coulisses de la création de cette série comme aucune autre, ses défis techniques et l'implication totale de l'équipe artistique et technique. Univers graphique, costumes, cascades, direction d'acteur, rien n'est oublié.

Après des années d'attente pour monter ce projet, les idées fusent et Seth Rogen est comme un enfant, débordant d'inventivité et d'énergie. Il le prouve lors de la première lecture de pilote avec toute l'équipe (bonus rare que l'on retrouve sur Sons of Anarchy saison 3 par exemple).
Note bonus : 5/6
Image
Les grandes idées de base du comic (épure graphique, utilisation des espaces, cadrages destroy, gros plans assumés) sont reprises et façonnent une image splendide qui marque la rétine, autant par certains plans de toute beauté que par son esthétique crépusculaire et ses couleurs méga saturées (avec une alternance de séquences sépia western super bien intégrées). Le tout soutenu par une technique à toute épreuve et magnifié par ce master HD qui n'a rien à envier aux blockbusters cinéma. Une précision d'enfer (c'est le mot).
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
Des voix bien trop proéminentes en VF Dolby Digital 5.1, qui ne retranscrivent pas l'intention des comédiens originaux et leurs spécificités vocales (un grand bravo à Joe Gilgun, qui interprète brillamment le vampire Cassidy). VO DTS‑HD Master Audio 5.1 obligatoire donc, avec ses voix profondes, son ambiance déjantée et sourde (merci le caisson lors des nombreuses scènes d'action et bagarres), ses bruitages au taquet quand il s'agit de nous immerger dans un univers spatio‑temporel indéfini et déconcertant. Pile‑poil ce qu'il fallait pour cette série délicieusement « zarbe ».
Top son : aucun
Note son : 5/6



PLANNING
DVD 26/09/17 Les insoumis
BLU 26/09/17 Les insoumis
INTERVIEWS
Martin Scorsese - Boardwalk Empire saison 1
http://www.avcesar.com/source/interview/129/photo_0549180108.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
martin-scorsese
lars-lundstrom
christian-rouaud
sidse-babett-knudsen
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Advertisement
Cocktail
Cohen and Tate
Colors
Comedy's Dirtiest Dozen
Comic Book Confidential
Coming to America
Cop
Critters 2: The Main Course
Crocodile Dundee II
Crossing Delancey
Crusoe
Crystalstone
Curse of the Blue Lights
Curse of the Queerwolf
Daffy Duck's Quackbusters
Dance 'Til Dawn
Dance of the Damned
Dandy
Dangerous Liaisons
Dark Age