Tarzan

The Legend of Tarzan
Années : 2016
Réalisateur : David Yates
Interprètes : Alexander Skarsgård, Margot Robbie, Samuel L. Jackson, Christoph Waltz, Osy Ikhile, Sidney Ralitsoele
Éditeur : Warner
BD : 1 BD-50 + 1 DVD-9, 110', zone B
Genre : aventure, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 09/11/16
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français Dolby Atmos/Français Dolby TrueHD 7.1
Anglais Dolby Digital Plus 7.1
Sous-titres
Français, anglais pour sourds et malentendants, néerlandais
19,99 €
14,99 €
22,99 €
Londres. John Clayton (Alexander Skarsgård, True Blood) coule désormais une existence paisible auprès de sa compagne Jane (Margot Robbie), loin de la jungle. Lorsque le roi de Belgique le convie en Afrique, Lord Greystoke embarque épouse et souvenirs d'enfance afin de renouer avec la terre qui le baptisa « Tarzan », roi de la jungle. Il ne se doute pas encore du piège qui l'attend...

On croyait le mythe de Tarzan éculé, toutefois cette relecture de David Yates (la saga Harry Potter) tournée en majorité à Londres dans un Gabon idyllique, comblera les passionnés du héros intemporel créé par Edgar Rice Burroughs en 1912.

De retour au pays natal, le lord anglais s'effeuille progressivement (dans les suppléments, le réalisateur évoque avec malice le « strip‑tease » le plus long de l'histoire du cinéma) et fait corps avec le foyer organique qui l'a façonné. Au détour d'une parenthèse poétique ‑il initie son compagnon de route, George Washington Williams, alias Samuel L. Jackson, au langage silencieux des éléphants‑ chaque péripétie permet à la nature de reprendre ses droits. On entend par là éradiquer l'hégémonie cruelle de l'Homme blanc, ou encore anéantir la hiérarchie au profit de l'harmonie.

Bien sûr, on pourra reprocher son propos anticolonialiste convenu, sa faune tout‑numérique, la romance aguicheuse entre deux Occidentaux… autant de défauts pour certains qui font la beauté des grands récits d'aventures pour d'autres.
Carole Lépinay - Publié le 22/12/16
Liste des bonus
- Batailles et combats à mains nues (13')
- La renaissance de Tarzan (15')
- L'amour éternel de Tarzan et Jane (6')
- Création de la jungle virtuelle (15')
- Le Gabon sur grand écran (2')
- Stop Ivory (2')
- DVD du film


Commentaire
En s'emparant du mythe de Tarzan, David Yates avait bien sûr en tête toutes ses incarnations étalées sur plus de huit décennies, quoiqu'il apprît à se détacher de l'aura de Johnny Weissmuller (le premier homme‑singe à faire son apparition sur grand écran en 1932 dans le film de W.S. Van Dyke) afin d'apporter une nouvelle dimension au héros de la jungle.

Les magnifiques panoramas du Gabon qui campent le récit d'aventures nous offrent quant à eux une bonne bouffée d'air pur. Il s'agit pourtant uniquement de paysages tournés depuis un hélicoptère. Pour le reste (les scènes de jungle, les courses‑poursuites dans les arbres…), tout a été reconstitué à Londres. Et c'est étonnant.

Enfin, au détour d'un module militant, les acteurs principaux Alexander Skarsgård et Margot Robbie plaident pour l'interruption du massacre des éléphants d'Afrique.
Note bonus : 3/6
Image
Impossible de nier un certain penchant artificiel du film tant le réalisateur a eu recours aux effets spéciaux pour reconstituer toute la faune et la flore africaines. Le travail a beau être artistique et épuré (pas de mimiques outrancières chez les gorilles par exemple), il n'en reste pas moins visible, surtout en HD. Une fois cet état de fait accepté, on se laisse pendre eu jeu, jusqu'à trouver beaucoup de qualités à cette image luxuriante, verdoyante et très dépaysante. Peu importe la manière, le résultat est là. Et quand on sait que la HD ne pardonne rien, on se dit que l'équipe a sacrément bien bossé.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
La piste VF Dolby Atmos offre un spectacle de haut vol. Et c'est le cas de le dire puisqu'à de nombreuses reprises, les effets sonores tout en hauteur sont parfaitement appréciables : les scènes au milieu de la jungle avec des bruits venant de tous côtés, l'arrivée des gorilles où l'on perçoit leur présence dans les arbres avant de les apercevoir, la séquence de pluie qui semble envahir tout l'espace de la salle Home Cinéma et tomber sur le canapé, la scène finale avec la charge des animaux sur le port de Boma… Bref, c'est lourd.

Le caisson est aussi à l'ouvrage sur des plans précis, les combats avec les gorilles, l'écroulement de la structure du port, l'attaque de l'hippopotame dans la rivière… Là encore, c'est parfait. La VO avec un débit largement moindre (Dolby Digital Plus oblige) propose le même mixage et spectacle sonore (les effets hauteur sont bien sûr absents mais le mixage reste très propre avec une localisation exemplaire), mais avec moins de dynamique, de texture et de densité. Heureusement, la VO se rattrape par une parfaite intégration des voix et un naturel du phrasé qui font défaut à la VF.
Top son : aucun
Note son : 6/6



PLANNING
DVD 28/02/17 Tamara
BLU 28/02/17 Tamara
DVD 28/02/17 Sing Street
BLU 28/02/17 Sing Street
INTERVIEWS
Tatiana Maslany - Orphan Black saison 1
http://www.avcesar.com/source/interview/148/photo_0250141520.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
tatiana-maslany
ken-follett
priyanka-chopra
florent-siri
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011