Hitman & Bodyguard

The Hitman's Bodyguard
Année : 2017
Réalisateur : Patrick Hugues
Interprètes : Ryan Reynolds, Samuel L. Jackson, Gary Oldman, Salma Hayek, Elodie Yung
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : BD-50, 118', zone B
Genre : action, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 02/01/18
Prix ind. : 24,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.40
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS‑HD Master Audio 5.1
Français Audiodescription
Anglais DTS‑HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français
24,99 €
24,99 €

Darius Kincaid (Samuel L. Jackson), redoutable tueur à gages arrêté par Interpol, est l’ultime personne capable de témoigner devant le tribunal international de La Haye des crimes de Dukhovich (Gary Oldman), dictateur biélorusse déchu. Les sbires de Dukhovich compliquant le voyage, la policière Amelia Roussel (Elodie Yung) en appelle aux services de son ex Michael Bryce (Ryan Reynolds) ‑garde du corps expert dans une mauvaise passe‑ pour escorter Kincaid en toute discrétion. Problème : Kincaid et Bryce ont un gros (très gros) contentieux depuis des années…

 

Un trio talentueux (Samuel L. Jackson, Ryan Reynolds, Gary Oldman), des équipières à forte personnalité (Elodie Yung, Salma Hayek), un florilège de scènes d’action et la résurrection de l’efficace recette du buddy movie. La check‑list de Hitman & Bodyguard pour occasionner un bon divertissement était presque complète. Presque.

 

Car le film, vieux projet de Ryan Reynolds, n’a visiblement été débloqué qu’après le succès surprise (et mérité) de Deadpool. Tout s’est accéléré d’un coup et, dans les bonus, Ryan Reynolds a la candeur d’avouer que lui et ses coscénaristes ont cavalé pour réussir à livrer le script fini que trois semaines avant le tournage.


Cette précipitation se ressent cruellement dans les dialogues, rouage pourtant crucial pour qu’un buddy movie fonctionne. Ici, les échanges très peu soignés ‑pour ne pas dire torchés‑ se reposent paresseusement sur la capacité de Samuel L. Jackson et Ryan Reynolds à improviser sans sourciller des trains d'injures. Les deux comédiens sont des experts en la matière et sur quelques scènes ce pis‑aller fait le job. Mais pas tout au long d’un long métrage.

 

Hitman & Bodyguard profite malgré tout de scènes d’action pêchues et bien ficelées à l’image de cette invraisemblable mais palpitante double poursuite le long des canaux d’Amsterdam. La violence sèche des bagarres, bien chorégraphiées, est servie par une réalisation ironique et cadencée. Hitman & Bodyguard offre un moment distraction pas déplaisant, mais on enrage en imaginant le sommet de fou rire qu’aurait pu devenir cette comédie d’action si Ryan Reynolds et ses compères avaient eu plus de temps pour travailler.

Paco Altura - Publié le 05/02/18

Cinécult' Buddy movie : les deux font la paire !

Tombé depuis quelque temps en désuétude, et peu exploité en France (on se souvient de L'enquête corse, La chèvre, Les spécialistes…), le buddy movie connut son heure de gloire dans les années 80. Soit l'association du ying et du yang dans un même film, entre comédie et polar musclé.

Lire la suite
Liste des bonus
- Commentaire audio du réalisateur (VOST) (118')
- Le pour et le contre (4')
- L'art du plantage (bêtisier) (5')
- Action extra-large (7')
- Femmes : attention danger ! (focus sur les personnages féminins) (8')
- Une pure histoire d'amour (8')
- À la découpe (scènes coupées, allongées, fin alternative) (10')
- Le trio infernal (making of) (15')


Commentaire

Au milieu d'un déluge de bonus promotionnels redondants et bavards, on retiendra le bêtisier ‑assez amusant‑ ainsi que la fin alternative heureusement abandonnée. La séquence prouve que, même pour prendre congé d'un méchant, il vaut mieux soigner les dialogues. Le making of apporte enfin (merci à la franchise de Ryan Reynolds) quelques informations intéressantes sur la genèse du film.

Note bonus : 3/6
Image

Une qualité d'image assez disparate qui, si elle s'avère précise et détaillée, expose les nombreuses tentatives un peu pataudes du directeur photo pour trouver une identité esthétique distincte aux séquences filmées dans trois pays différents.

Top image : aucun
Note image : 4/6
Son

Techniquement, les deux pistes audio disponibles s'avèrent de qualité égale : bonne spatialisation, très grosse pêche dans les séquences d'action, dynamique appréciable lors des passages musicaux. Mais tous les fans de Samuel L. Jackson et Ryan Reynolds savent bien que ‑quelle que soit par ailleurs la (bonne) qualité du doublage‑ rien ne vaut le débit et les qualités vocales originales des deux comédiens. Pour apprécier au mieux le tandem, seule la VOST est vraiment de rigueur.

Top son : aucun
Note son : 5/6



PLANNING
DVD 21/02/18 My Little Pony
BLU 21/02/18 My Little Pony
INTERVIEWS
Joel Schumacher - Phone Game
http://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/138/photo_0315185626.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/128/photo_0541080530.jpg
joel-schumacher
jesse-tyler-ferguson
pascal-laugier-et-louis-thevenon
lucky-mckee
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Films liés
Fantastic Man - Rock Candy Funk Party Takes New York: Live at the Iridium - Hard to Be a God - Terre des ours - The Nightingale - Halfweg - Supercondriaque - The Joe Show - Week-ends - Kei To The City - Alan Partridge: Alpha Papa - Queen - Easy on the Eyes - Ich Hunger - re:solve - Approaching The Elephant - Kano - Una donna per amica - Life After Pi - Actress -