Divers

Micromega MyDac

Par Jacques Guiot - Publié le 13/05/13
Mustav
Prix indicatif : 279 € TTC
Note AVCesar.com
Type : convertisseur numérique-analogique externe (DAC : Digital‑Analog Converter)
Entrée USB  : Class 1.0 / Class 2.0
Sortie analogique : RCA stéréo 2 V RMS
Entrées optique et coaxiale : > 0,2 v p-p / 75 ohms
Horloge : 2 horloges distinctes
Linéarité (-100 dB) : 0,1 dB
THD + Bruit (1 kHz) : : < 0,002 %
Rapport signal /bruit : > 110 dB
Impédance de sortie : 600 ohms
Finition : ABS texturé, disponible en deux couleurs( blanc et noir)
Poids : 300 grammes
Consommation : < 0,5 W en veille < 2,5 W en fonctionnement
Dimensions : 140 x 35 x 150 mm
Cordon secteur : détachable
279,00 €
Amazon.fr
L’essentiel
Les Dac externes ont le vent en poupe en ce moment. Ces petits boîtiers, souvent vendus assez chers, permettent de convertir un signal audio numérique en signal analogique. Il est possible de leur raccorder toutes sortes d'appareil : lecteur multimédia, platine Blu‑Ray, DVD ou CD audio, téléviseur, lecteur réseau… Bref, tout appareil qui dispose d'une sortie audio numérique S/PDIF ou TosLink (cliquez sur le lien suivant pour tout savoir sur les différentes connexions audio‑vidéo : Les prises audio‑vidéo pour les nuls), soit coaxiale ou optique. L'intérêt est clairement de réhausser la qualité audio et la musicalité à partir de sources sonores considérées peu ou moyennement qualitatives.
Pour cela, les Dac doivent intégrer des composants de qualité et il faut bien avouer que la majeure partie de ces matériels proposée sur le marché sont assez onéreux. Le Micromega MyDac en test dans nos colonnes aujourd'hui fait donc figure d'exception avec un prix indicatif de 279 euros. Une question légitime se pose donc : qu'en est‑il réellement de sa qualité ? Réponse dans ce test...

Si le Micromega MyDac apparaît d’aspect basique, il dispose néanmoins d'une construction soignée avec un boîtier en plastique ABS texturé, bien assemblé et des connecteurs plaqués or. Sa connectique est très épurée : elle compte une entrée USB asynchrone pour connecter le MyDac à un ordinateur et deux entrées numériques, une coaxiale et une optique), plus bien sûr une sortie analogique stéréo RCA. Grâce à son sélecteur en façade vous pouvez donc relier jusqu'à trois appareils simultanément.
À savoir, le port USB asynchrone est géré par une interface SMSC USB3318 et propose deux positions. La première en USB 1.0 permet de connecter le Dac à un ordinateur sans installer de driver spécifique (connexion simple et rapide) mais le signal sera limité au 96 kHz/24 bits en entrée. L'autre en USB 2.0 nécessite l'installation du « driver » propriétaire proposé par le constructeur Micromega sur son site internet. Ce dernier permet de profiter de fichiers 192 kHz en 24 bits depuis l'ordinateur. Pour les connaisseurs, sachez que ce « driver » est géré par les pilotes Asio pour permettre une connexion Bitperfect et réduire le jitter grâce à deux horloges distinctes, l’une à 22,5792 MHz pour les multiples de 44,1 kHz et l’autre à 24,5760 MHz pour les multiples de 48 kHz, très précises et bien synchronisées. Excellent !

Au rayon composants, même si bien évidemment le plus important pour l'appréciation de ce matériel reste le rendu à l'écoute, il est toujours bon de savoir que le Micromega MyDac intègre un convertisseur N/A 192 Hz/24 bits Cirrus Logic CS4351, une puce Wolfson WM8804 en charge des signaux SPDIF ou Toslink, et des relais de commutation Omron associés à des AOP Texas Instruments. Le DSP est un modèle Xmos, à l'instar de nombreux Dac externes. Sachez également que le MyDac ne chauffe pas et s'avère inaudible en fonctionnement. Aucun condensateur électrolytique pour la section audio, ni dans l’alimentation, ni dans le trajet du signal. Les plus exigeants peuvent même changer le câble d'alimentation amovible pour un modèle plus haut de gamme. Bref, voilà un boîtier passe‑partout, sobre et discret, d'un poids de 300 g sur la balance et proposé en deux coloris au choix, blanc ou noir.
Concurrence
Le Micromega MyDac fait figure d'exception pour sa qualité analogique même s'il peut être confronté à d'autres Dac externes intéressants comme le Musical Fidelity V‑Dac 2, doté d'un boitier 100% aluminium et des mêmes connecteurs, et au timbre différent que chacun jugera en fonction des ses goûts. Par contre, les autres concurrents se situent dans une tranche de prix plus élevée.
Verdict technique
D'un point de vue fonctionnement au quotidien, rien à signaler. Après avoir installé les « drivers » spécifiques USB 2.0, nous n'avons rencontré aucun souci, tout fonctionne à merveille. Il est possible de sélectionner le Dac dans le gestionnaire audio de Windows 7 et de choisir, au choix, l'échantillonnage 44,1 kHz, 96 kHz ou 192 kilohertz. De notre côté, nous avons préféré utiliser les drivers Asio pour établir une liaison bitperfect avec le MyDac depuis un logiciel de lecture compatible comme Foobar2000. Ceci afin de ne plus se soucier de régler l'échantillonnage en fonction de celui du fichier audio en cours de lecture. Grâce aux drivers Asio, cette étape s'effectue automatiquement, sans latence et sans jitter.

Pour nos écoutes, nous avons élaboré diverses configurations, à partir d'un amplificateur Hi‑Fi Magnat MA400 avec préamplification à tube, d'un Hegel H300, et même d'un amplificateur 7.2 Cambridge Audio 751R. Nous avons aussi raccordé diverses enceintes comme des bibliothèques Triangle Titus EX, des satellites Focal Dome, des colonnes Kef R700 ou des Elipson Morgane. Toutes ces précisions sur le matériel utilisé pour démontrer que, peu importe les composantes de notre système audio, la qualité constante du Micromega MyDac nous a tout simplement impressionnés. Surtout au regard d'un tarif si abordable. S'il n'offre pas beaucoup de fonctionnalités ou des connecteurs, d'un point de vu musicalité en revanche, ce produit n'a vraiment rien à envier à des modèles Dac affichés à des prix supérieurs à 1 000 € que nous avons pu écouter.

Le Micromega MyDac délivre un son neutre, subtil, tout en finesse, jamais agressif, avec une note douce mais ne sacrifie en rien la dynamique ou même l'analyse. Son image sonore offre des détails à foison, le moindre petit instrument s'entend et se démarque de la scène sonore sans toutefois altérer le naturel de l'ensemble. Les sons ne se mélangent jamais, l'écoute est très ouverte. Elle manque peut‑être un peu de profondeur comparée à certains Dac haut de gamme, mais rien de bien marquant. Les graves sont denses et fermes, les médiums offrent une belle précision et une belle articulation pour une superbe restitution des voix.
Ce Dac permet donc de profiter de toutes sortes de musique avec un rendu très fidèle et beaucoup d'authenticité. L'écoute est vraiment plaisante, agréable et jamais fatigante. L'auditeur peut écouter de la musique pendant des heures sans se lasser.

En toute franchise, la qualité d'écoute est tout simplement bluffante et, quitte à nous répéter, nous la plaçons sans hésiter au même rang que de nombreux Dac externes bien plus huppés. D'ailleurs, nos mesures en attestent avec un SNR supérieur à 110 dB sur les fichiers 24 bits. Plus généralement, le niveau de bruit est très bas, quasi‑inaudible. Et la gamme dynamique, de plus de 110 dB, permet de révéler tous les micros détails du message sonore. Du très grand art !
Au final, ce Micromega MyDac nous montre qu'avec du savoir‑faire, on peut proposer un convertisseur numérique‑analogique de qualité audiophile sans pour autant afficher des prix exorbitants. Vous l'aurez compris, ce petit produit est un vrai coup de cœur de la rédaction. Félicitations donc à Micromega, société française (le MyDac est d'ailleurs fabriqué en France, c'est à souligner) pour cet appareil d'exception au rapport qualité/prix imbattable ! Bravo !
+ Les points forts
»  
Excellente musicalité
»  
Silencieux et ne chauffe pas
»  
Simplicité d'utilisation
»  
Driver USB propriétaire pour gérer le signal 192 kHz
»  
Rapport qualité/prix imbattable !
- Les points faibles
»  
Pas de télécommande
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement