TV - Écran plat

Sharp LC-60LE635E

Par François Poindimié - Publié le 03/05/12
Mustav
Prix indicatif : 1 499 € TTC
Note AVCesar.com
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 152 cm
Standard : HDTV 1 080p
Résolution native : 1 920 x 1080 pixels
100 Hz : oui
TNT : simple tuner (SD et HD)
HDMI : 4 (v 1.4, dont 4 latérales)
Dim. (L x H x P) : 1 383 x 872 x 333 mm
Poids : 32,6 kg
L’essentiel
Le téléviseur LCD Sharp LC‑60LE635E inaugure la nouvelle stratégie de Sharp : déployer plus largement la marque dans les très grandes tailles écran, là où la concurrence est moins âpre. Du coup, on pourrait s’attendre à une étiquette tarifaire en proportion. Il en est rien : à 1 499 €, le prix du Sharp LC‑60LE635 est vraiment très raisonnable. Presque inespéré… Pour y arriver, le constructeur japonais a sacrifié quelques options, mais a heureusement conservé l’essentiel.
La première de ces restrictions, c’est la 3D. Le Sharp LC‑60LE535E HDTV 1 080p se limite à un affichage 2D. Mais vu le peu d’engouement sur l'image en relief, on peut se demander si finalement Sharp n’a pas été visionnaire. Toutefois, comme plus l’écran est grand, plus la 3D est spectaculaire, on ne peut s’empêcher d’avoir quelques regrets. Avec ses 152 cm (60 pouces) de diagonale, ça aurait quand même pu « bien le faire »... L’autre éliminé sur l’autel de la réduction des coûts, c’est le quatrième pixel jaune, au côté des traditionnels rouge, vert et bleu, dont le constructeur défend ‑seul‑ l’apport sur le plan colorimétrique, et surtout l'efficacité énergétique. Il faut ici faire sans.

Pour le reste, le Sharp LC‑60LE635 est équipé comme tous les téléviseurs de prix similaire, la taille en plus ! Son système de rétroéclairage LED Edge lui permet d’afficher une silhouette, vu de côté, d'une belle finesse en flagrant contraste avec son imposante surface d’affichage. Dommage pour le pied support fixe qui manque un peu de grâce et de légèreté. Mais on comprend pourquoi : maintenir immobile près de 30 kg, ça demande un bon ancrage. Le rafraîchissement de la dalle LCD est un vrai 100 Hz, c'est‑à‑dire sans traitement complémentaire ni comptabilisation du scintillement du rétroéclairage. Cette dalle est alimentée par un processeur vidéo avec interpolation d’image (compensation de mouvement), pour les films notamment. Au niveau des sources, le choix est large, mais classique : outre le tuner multi‑format (DVB‑T, DVB‑C, DVB‑S, à choisir au moment de la recherche de chaine initiale), on profite aussi d’une belle palette de connecteurs : quatre entrées HDMI CEC 1.4 (ARC), une YUV, mais aussi une bonne vieille prise péritel, pour ceux qui seraient tentés de lui raccorder un magnétoscope VHS. Attention toutefois, sur 152 cm, ne vous attendez pas à des miracles, même si la réduction de bruit de ce téléviseur est particulièrement performante. Et puis, bien évidemment, comme pour tous les écrans de son temps, le Sharp LC‑60LE635E intègre une section connectée, USB d’une part, réseau de l’autre.

Via le port USB, à l'aide d'une clé d’au moins 1 Go, il est possible de profiter de la fonction Time Shifting (pause du direct). Par contre, aucune possibilité d’enregistrement n'est proposée. Néanmoins, s’il n’est pas possible d’enregistrer, il est tout à fait possible d'accéder via USB toujours (Fat32/NTFS) a du contenu directement sous forme de fichiers pour les lire, qu’il s’agisse de photos Jpeg, de musique MP3 ou de fichiers vidéo AVI (DivX), MKV, WMV, MP4, Mov ou Mpeg, SD ou HD. Sinon, le téléviseur est aussi capable de diffuser ces mêmes fichiers (sauf MKV, car c’est plus compliqué) stockés sur un serveur ou un ordinateur distant grâce à sa fonction passerelle multimédia UPnP (DLNA) à travers le port Ethernet. Dernière source de contenus à disposition, le portail de services Internet NetTV doté, entre autre, d'un vrai navigateur internet Opéra mais aussi d'une offre de VOD. Pour en profiter, une carte mémoire SD de 4 Go minimum est nécessaire. Seule absence regrettable dans la partie interactive : la compatibilité avec le service de « super télétexte » HBBTV, diffusé notamment sur toutes les chaînes du groupe FranceTélévisions.
Concurrence
Dans cette catégorie des tailles jumbo, la technologie LCD est très peu présente ou alors dans des eaux tarifaires très élevées, comme chez Sony ou Samsung. De fait, le Sharp LC‑60LE535E est de loin le LCD de 152 cm le moins onéreux du marché. En revanche, toutes technologies confondues, il existe de nombreuses références plasma dans cette taille exacte ou voisine, chez les ténors du secteur, LG, Samsung et Panasonic.
Fiche technique
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 152 cm
Standard : HDTV 1 080p
Résolution native : 1 920 x 1080 pixels
100 Hz : oui
Réception : télétexte, EPG, TNT (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), SAT (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), Câble (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+)
Connectique : 4 entrées HDMI (v 1.4, dont 4 latérales), 1 entrée YUV (RCA), 1 entrée Data (Sub-D15), 3 entrées péritel (1 RVB, 2 ), 1 entrée Stéréo + Composite (arrière), 1 sortie casque (latérale), 1 sortie audio numérique (optique), 1 port CI+, 1 port RS-232, lecteur de cartes mémoire (SD/MMC), 2 ports USB Host (arrière et latéral) , 1 port Ethernet, Wi‑Fi (option)
Compatibilité : NTSC (480i, 480p), Pal (576i, 576p), HD (720p/50, 720p/60, 1 080i/50, 1 080i/60), Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), Ultra HD (2 160p/24), Data (UXGA)
Multimédia : MP3, DivX (SD et HD), WMV (SD et HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (SD et HD), Jpeg, UPnP (DLNA), Bluetooth , NFC, WebTV (Widgets), accès Web
Usage : télécommande simple, capteur de luminosité, CEC, xvYCC, Super 4/3, 4/3, 16/9, Zoom Letterbox, Overscan
Réglage : température de couleur (paramétrable (CMJRVB)), balance des blancs paramétrable (RVB), réglage de gamma (préréglage), rétroéclairage (dynamique), renforcement du contraste (dynamique), désentrelacement (vidéo/film) automatique
Réducteur de bruit : D NR
Optimisation de la netteté dans les mouvements : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Compensation de mouvement : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60)
Son : puissance (2 x 10 W), décodeur (PCM, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, HE-AAC), ARC, AVL
Consommation : 100 W (0,1 W en veille)
Dim. (L x H x P) : 1 383 x 872 x 333 mm
Poids : 32,6 kg
ph image
Verdict technique
D’après les nouveaux calculs de Sharp, ce 152 cm peut s’apprécier dès 2 m de recul, ce qui correspond à 98% des cas de figure dans un salon. Et d’aussi près, que voit‑on ? Et bien… que le Sharp LC‑60LE535E est plutôt un bon travailleur. Le mode image Cinéma fait preuve d’un très bon équilibre dans tous les domaines, ou presque. La colorimétrie notamment respecte bien la carnation. Et même si les jaunes tournesol ne sont pas aussi pimpants que sur les téléviseurs Sharp quatre saisons, pardon, quatre couleurs, on s’en accommode fort bien. Point délicat pour un téléviseur LED Edge, le noir est ici à la fois bien débouché et dense quand il le faut. L’inévitable Clouding (problème d'homogénéité de la dalle) est à peine visible, présent uniquement sur les images toutes noires. Et encore, ces petites variations de densité sont vraiment peu prononcées par rapport à d’autres. Par contre, c’est vrai, dès que l’on se décale un peu de l’axe, les noirs irisent, c'est‑à‑dire grisent. C’est inévitable, quand le rétroéclairage est toujours allumé, car les pixels font moins obstacle à la lumière sur les côtés. Toutefois, et fort heureusement, sur le reste des couleurs, ça ne se voit pas du tout. L’angle de vision est même plutôt large.

En définition aussi, c’est particulièrement important pour une aussi grande taille d’image, le Sharp LC‑60LE535E maîtrise parfaitement ses pixels. Et pas seulement avec un signal HD. Même les sources de définition standard (SD) s’affichent de manière très convenable, comprenez sans cette mollesse qui donne parfois la désagréable impression de regarder une photo pas nette. On peut tout de même augmenter le réglage de netteté d’un cran, ça fait du bien, même sur un signal HD d’ailleurs : les contours gagnent en fermeté, comme le ferait une bonne crème anti‑ride. En contrepartie, ça révèle davantage les rides de ceux qui en ont, à l’écran… Aussi, comme évoqué au début, la réduction de bruit est plutôt efficace. Sur la TNT, ou même quelques DVD d’encodage approximatif, le confort de ne pas voir les pixels danser la java est plutôt agréable. La compensation de mouvement est vraiment très efficace. Précision, elle est activée par défaut dans le mode Cinéma. Mais ça peut ne pas toujours plaire, car elle élimine les tressautements d’images sur les mouvements dans les films, et donc « dénature » un peu le rendu cinéma. Bien sûr, il est possible de la déconnecter, il faut juste se plonger dans les menus, jolis, mais pas toujours simple d’accès. En revanche, sur le sport, la compensation de mouvement n’apporte quasiment rien : les panoramiques perdent juste un peu en piqué. Mais c’est uniquement parce que l'image est de taille géante que l’on remarque cette petite baisse de fermeté…

Avec ce téléviseur, Sharp répond donc parfaitement aux épicuriens de l'image, à la recherche d'une grande image de qualité. Certes, il existe mieux, avec la gestion du relief en plus, pour plus cher. En revanche, le contraire, non. Et c’est bien là l’essentiel.
+ Les points forts
»  
Compensation de mouvement efficace
»  
Bonne gestion du piqué
»  
Bon contraste, malgré le rétroéclairage simple LED Edge
»  
Prix très attractif
»  
Colorimétrie très agréable, même sans retouche
- Les points faibles
»  
Les noirs pourraient être plus uniformes (surtout avec l’angle de vision)
»  
Absence de gestion 3D
»  
Joli menu, mais fastidieux d’accès
»  
Pas de fonction enregistrement USB
»  
Pas de HBBTV
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement