TV - Écran plat

Samsung UE55HU7500

Par Jacques Guiot - Publié le 01/10/14
Mustav
Prix indicatif : 1 990 € TTC
Note AVCesar.com
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 140 cm
Standard : Ultra HD et 3D Ready
Résolution native : 3 840 x 2 160 pixels
Processeur : Quad Core
100 Hz : oui (1 000 Hz)
Contraste : 15 000:1
TNT : double tuner (SD et HD)
HDMI : 4 (v 2.0, dont 1 arrière et 3 latérales)
Dim. (L x H x P) : 942 x 1 611 x 177 mm
Poids : 28,4 kg
L’essentiel
En dehors du TV Samsung UE55HU8500 (cliquez pour découvrir le test du produit par la rédaction d'AVCesar.com), digne représentant de la série haut de gamme du même nom de la marque, testé dans nos colonnes au début de l'été, la marque coréenne possède une série très similaire dans sa gamme en termes de spécifications, la Samsung HU7500, à une différence majeure près, une dalle LCD plane. Rassurant pour les consommateurs désireux d'acquérir le meilleur de la technologie Samsung et qui ne seraient pas convaincus de l'apport des dalles incurvées, celle‑ci vise d'ailleurs large, comptant quatre références capables de répondre à tous les besoins, ou presque : de l'écran passe‑partout mais aux performances huppées avec le spécimen 40'' (102 cm) jusqu'au 75'' (190 cm) pour l'amateur de belles et grandes images. Alors, si à la vue de leur fiche technique, les TV HU8500 et HU7500 ont l'air très similaires, nous avons voulu savoir ce qu'il en était de la chanson. Lors de ce test, nous allons donc vérifier si le Samsung UE55HU7500 offre la même qualité d'image que son grand frère, le TV doté de la plus belle image Ultra HD que nous avons pu voir défiler jusqu'à présent dans notre laboratoire.

En dehors de l'écran courbe, le design des deux modèles est assez proche. Le superbe pied en aluminium brossé est de la partie, mais toujours pas rotatif malheureusement. L'encadrement de la dalle est également très senblable, mais la construction un peu moins bonne, avec un matériau PVC moins épais et un assemblage moins solide. L'esthétique générale est néanmoins splendide, avec une image qui donne la sensation d'être suspendue dans les airs. Par contre, le traitement anti‑reflet du HU7500 est moins efficace que celui du HU8500, avec un effet miroir assez prononcé et gênant dans un environnement éclairé. Enfin, la caméra Skype est ici optionnelle.
Le système audio 2 x 20 W est intégré de part et d'autre de la diode bleutée sur la partie inférieure du cadre, et le caisson de 20 W se situe à l'arrière du téléviseur. La qualité du rendu sonore est correct avec des dialogues parfaitement audibles, mais en retrait une nouvelle fois comparé au HU8500. D'autant plus encore face au F9000 (cliquez sur le lien suivant pour découvrir le test par la rédaction d'AVCesar.com du Samsung UE55F9000) qui offrait le meilleur rendu sonore des trois. À savoir, concernant la section audio, les barres de son, les systèmes 2.0 ou 5.1 WAS (Wireless Audio System) proposés par Samsung sont compatibles avec le HU7500. Il est donc possible de lui associer une barre sonore ou plusieurs enceintes actives sans‑fil, sans besoin d'un amplificateur. D'autre part, on remarque la compatibilité DTS Premium qui autorise le transfert en bitstream vers un système Home Cinéma ou un amplificateur audio‑vidéo d'un signal DTS jusqu'en 5.1 via la sortie optique ou HDMI ARC.

Avec le Samsung UE55HU7500, on retrouve donc toutes les nouveautés de la marque proposées en 2014. À savoir, l'intégration de connecteurs HDMI 2.0, la compatibilité HEVC et la possibilité d'afficher un gamut étendu très proche du standard DCI 4K (cinéma). Des évolutions qui s'annoncent essentielles pour profiter au mieux des vidéos Ultra HD bientôt disponibles, soit par le biais d'offres de VOD 4K comme Netflix ou Wuaki.tv désormais disponibles en France, soit à travers le très attendu Blu‑Ray Ultra HD/4K, officiellement annoncé par la BDA (Blu‑Ray Disc Assocation) pour Noël 2015.
Comme tous les TV UHD commercialisés à ce jour, le Samsung UE55HU7500 dispose d'une fréquence d'affichage native 100 hertz. Celle‑ci est associée à une compensation de mouvement Clear Motion Rate 1 000, soit un indice de fluidité légèrement plus faible que le HU8500 (CMR 1 200). Toutefois, pour dire vrai, cette différence n'est pas vraiment visible à l'écran. En revanche, nous avons constaté une rémanence un poil plus élevée, donc une moindre précision dans les mouvements, mais cela reste tout de même plus que correcte.
Ce téléviseur est évidemment 3D Ready d'obédience 3D active (comme toujours chez Samsung) avec une conversion 2D/3D. Le système de rétroéclairage LED Edge de type Local Dimming, dénommé Micro Dimming UHD Pro est ici associé au procédé Precision Black (optimisation du contraste sur 576 zones). En revanche, contrairement au HU8500, ce modèle ne dispose pas de la fameuse fonction Detect LetterBox qui permet d'offrir des bandes noires d'un film au ratio 2.35, plus noires. Cela dit, nous verrons plus loin, dans notre chapitre Verdict si le contraste natif et subjectif proposé est suffisant pour proposer une bonne expérience en salle obscure.

Autre changement majeur comparé au HU8500, la connectique est directement intégrée sur le téléviseur. Pas de boitier One Connect, donc, avec toute l'électronique et la connectique déportée, fourni dans la carton. Pas de panique, on note tout de même un connecteur propriétaire permettant de raccorder les futurs boîtiers Connect que Samsung ne manquera pas de proposer les prochaines années pour booster l'électronique du HU7500. Il sera possible, par exemple, de faire évoluer les interfaces HDMI si besoin, ou même le GPU et le CPU (processeurs vidéo et principal). C'est le gros avantage des téléviseurs Samsung ! Et, croyez‑nous, avec les évolutions attendues autour des spécifications de l'Ultra HD, c'est atout devient primordial. Nous sommes d'ailleurs surpris de ne retrouver ce concept chez aucun autre constructeur TV…

La connectique regroupe quatre entrées HDMI 2.0, dont une compatible ARC et une autre MHL et HDCP 2.2, deux ports USB Host 2.0 compatibles Fat32 et NTFS pour profiter de fichiers multimédias, enregistrer ses programmes télévisés préférés, connecter un clavier ou encore une souris, et un port USB 3.0 pour améliorer la vitesse de transferts de fichiers lors des enregistrements VOD (entre autres). On trouve également un port CI+ certifié Canal Ready, une sortie casque mini‑Jack 3,5 mm, une entrée audio stéréo mini Jack 3,5 mm, un port pour adaptateur péritel, Composite et YUV (fourni) et deux entrées antenne : une pour le câble et l’antenne hertzienne, l’autre pour une parabole. Car le Samsung UE55HU8500 intègre un double tuner DVB‑C (SD/HD), DVB‑S2 (SD/HD) et DVB‑T (SD/HD) permettant d'enregistrer une chaîne et d'en regarder une autre. Enfin, on trouve une sortie optique et un port Ethernet.

Pour le reste, tout comme son ainé, il s'agit d'un des téléviseurs les plus fonctionnels du marché. Jugez plutôt : compatibilités Bluetooth et Wi‑Fi Direct intégrées, fonctions PIP et PAT, mode Multi‑Link Screen (jusqu'à quatre contenus de sources différentes affichés en même temps à l'écran), mode Football, fonctions PVR (enregistrement) et Time Shifting, mode Eco, Samsung LINK (accès au Cloud), S‑Recommendation (suggestion de programmes en fonction de vos goûts), TV Sociale (pour partager vos impressions et réactions aux programmes en cours, en direct sur les réseaux sociaux), et évidemment l'accès au plus grand portail d'applications du marché, le Smart Hub. Ce dernier intègre, entre autres, les applications YouTube, Dailymotion, Twitter, Picasa, M6 Replay, Eurosport, Samsung VOD, 3D Zone, VOD 3D et bientôt 4K, Facebook, Skype 720p, un moteur de recherche, le service de Catch‑Up TV CanalPlay (TV de rattrapage), Twitter, MyTF1, Les Echos ou encore Videofutur.
Concurrence
La technologie Ultra HD se démocratise à grands pas. Et les modèles 55" ou équivalents ont fleuri au sein des gammes concurrentes. On peut citer le Panasonic TX‑58AX800E, lui aussi Edge LED avec micro Dimming, doté d'une compensation de mouvement BLS2000, d'un double tuner, d'une certification THX 4K et ISF et d'une fonction Smart TV très complète. Autre spécimen, le Sony KD‑55X8505B, doté d'une dalle IPS avec 3D passive, sans Local Dimming, d'un double tuner, et d'une compatibilité HEVC et Motionflow XR200. Ou encore le Philips 55PUS7909, le premier Android TV du marché.
Fiche technique
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 140 cm
Standard : Ultra HD et 3D Ready
Résolution native : 3 840 x 2 160 pixels
Processeur : Quad Core
100 Hz : oui (1 000 Hz)
Contraste : 15 000:1
Réception : télétexte, PAT, PIP, PAP, Infos+, EPG, TNT (double tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), SAT (double tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), Câble (double tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+)
Connectique : 4 entrées HDMI (v 2.0, dont 1 arrière et 3 latérales), 1 entrée YUV (RCA), 1 entrée péritel (RVB), 1 entrée Stéréo + Composite (arrière), 1 sortie casque (arrière), 1 sortie audio numérique (optique), 1 port CI+, 3 ports USB Host (latéral), 1 port Ethernet, Wi‑Fi (b/g/n)
Compatibilité : NTSC (480i, 480p), Pal (576i, 576p), HD (720p/50, 720p/60, 1 080i/50, 1 080i/60), Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), Ultra HD (2 160p/24), 3D (côte à côte, dessus/dessous, frame packing), conversion 2D/3D
Multimédia : MP3, WMA, AAC, Ogg, Flac, DivX (SD et HD), WMV (SD et HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (SD et HD), Jpeg, UPnP (DLNA), HBBTV, Podcast, Webradios, WebTV (Widgets), accès Web
Usage : télécommande préprogrammée, capteur de luminosité, CEC, xvYCC, Deep Color, Super 4/3, 4/3, 14/9, 16/9, Zoom Letterbox, Zoom Letterbox sous-titres, Zoom 2.35 (4/3, 16/9, HD), Overscan
Réglage : température de couleur paramétrable (CMJRVB), balance des blancs paramétrable (RVB), réglage de gamma (préréglage), rétroéclairage (dynamique par zone), renforcement du contraste (dynamique), désentrelacement (vidéo/film) automatique
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR
Optimisation de la netteté dans les mouvements : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Compensation de mouvement : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24), 3D
Son : puissance (2 x 20 W), caisson (20 W), décodeur (PCM, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, DTS), ARC, processeur surround (Virtual Surround), traitement audio (Audio 3D), égaliseur, AVL
Consommation : 180 W (0,5 W en veille)
Dim. (L x H x P) : 942 x 1 611 x 177 mm
Poids : 28,4 kg
ph image
Verdict technique
Nous commençons ce chapitre, avant de détailler l'image offerte par ce téléviseur, par un rapide aparté sur la compatibilité multimédia et ses fonctionnalités. Pour faire bref, c'est en tout point identique au TV Samsung HU8500. Côté vidéo, le lecteur multimédia permet ainsi de lire toutes sortes de formats via USB ou UPnP (DLNA) : MKV, AVI, AVC/H.264, VC‑1, Mpeg2, XviD, AVC‑HD, WMV HD ou WMV, TS et M2TS, FLV, DivX (SD et HD) ou encore les photos stéréoscopiques MPO et les Jpeg 4K. D'ailleurs, des diaporamas UHD sont même disponibles dans le Smart Hub. Mieux, non seulement les sous‑titres Srt, Smi, et Ssa sont lus, mais on peut aussi changer leur couleur, leur grosseur et régler leur synchronisation avec la vidéo (pas de repositionnement malheureusement). Précision, les fichiers MKV sont parfaitement gérés en 1 080p et UHD, et les MKV HEVC sont lus avec un contrôle de lecture (Pause, Avance et Retour rapide) performant. À savoir aussi, les flux audio Dolby Digital et DTS sont véhiculés en bitstream vers l’amplificateur, donc en 5.1.
Du côté de la musique, en lecture DLNA ou USB, les informations ID3Tag sont supportées, le MP3, Wav, LPCM, WMA, et même le Flac sont lus, en 44,1 kHz/16 bits. Et pour les fréquences d'échantillonnage supérieures, elles sont downsamplés en 48 kilohertz. À noter, les jaquettes sont affichées, mais uniquement via UPnP.

Bref, passons à l'essentiel, l'analyse de l'image en commençant par la colorimétrie. Il faut bien l'avouer, en sortie de carton, le rendu n'est pas très juste, même en mode Cinéma. Heureusement, les réglages couleurs sont toujours aussi nombreux, dont un CMS (Color Management System) pour corriger l'espace colorimétrique Rec.709, la balance des blancs (sur deux ou dix points, au choix) et du gamma. En clair, il est possible de calibrer le téléviseur à la perfection si vous disposez d'une sonde, d'un logiciel et des compétences nécessaires. Et une fois le téléviseur calibré, tout rentre dans l'ordre. Il est juste un peu dommage que les utilisateurs les moins avertis éprouvent des difficultés à trouver les bons réglages pour se rapprocher des standards cinéma.
On trouve également plusieurs modes Image (Standard, Jeu, Cinéma, etc), un choix de la température de couleur (Froide, Normal ou Chaud 1 et Chaud 2, cf. photo plus haut)), plus les traditionnels réglages de netteté, rétroéclairage, contraste, luminosité, saturation de couleurs, contraste dynamique, et nuance des noirs. Il est possible de gérer l'intensité du Micro Dimming grâce au paramètre Smart LED.
Les paramètres Contraste Dynamique et Amélioration du Blanc ou du noir sont également disponibles. Nous déconseillons toutefois leur usage dans le cadre d'une utilisation Blu‑Ray. Ces options bouchent les noirs et brûlent les blancs pour, au final, déséquilibrer totalement le gamma. Ils peuvent toutefois offrir de bons résultats avec la TNT, surtout avec les programmes qui manquent souvent de dynamique (image un peu fade).

D'un point de vu qualité d'image, pour résumer, en dehors de cette rémanence légèrement plus présente évoquée dans la première partie de ce test, il faut bien avouer que le rendu du Samsung UE55HU7500 est (très !) très proche du Samsung UE55HU8500. Le plus remarquable c'est l'upscaling et le traitement vidéo, tous deux aux performances largement supérieurs à celles des TV Samsung F9000. Il s'agit tout simplement du plus bel upscaling UHD proposé par un téléviseur que nous ayons pu voir jusqu'ici. Le traitement vidéo est certes minimaliste, un simple réglage de la netteté et deux réducteurs de bruits, mais diablement efficaces ! C'est d'ailleurs la première fois que nous expérimentons un traitement vidéo offrant un meilleur résultat que celui opéré par bon nombre de lecteurs Blu‑Ray. Désormais, seuls quelques rares spécimens font mieux en termes d'upscaling UHD, au rangs desquels les lecteurs Oppo et le dernier Panasonic DMP‑BDT700, par exemple. Et dans l'optique de poursuivre notre mini‑comparatif improvisé entre les séries TV HU7500 et HU8500, le seul point à l'avantage de cette dernière réside dans l'effet de profondeur de champ et le précision des arrières‑plans. De toute évidence, c'est l'algorithme Auto Depth Enhancer absent sur les écrans Samsung HU7500 qui fait la différence.

Bref, la qualité d'image est tout bonnement sublime ! Et si nous sommes bien évidemment conscients que l'avènement du Blu‑Ray Ultra HD/4K, annoncé pour fin 2015, permettra de franchir une nouvelle étape en termes de qualité vidéo, il est déjà très rassurant de voir à quel point, avec une source Blu‑Ray 1 080p, le spectateur avide de belles et grandes images peut déjà profiter grandement de l'affichage Ultra HD. On en prend littéralement plein les yeux. Plus étonnant, la TNT HD gagne énormément en qualité comparée à un TV 1 080p. Le désentrelacement est plus précis, l'image plus fine, les effets de peigne réduits. Et si les TV de la série Samsung F9000 affichaient des chaînes SD de qualité médiocre, là encore l'UE55HU7500 fait mieux. De même, sur la question des chaînes SD, le Samsung UE55HU7500 fait mieux que ses homologues 1 080p.

Autre excellente surprise, et à notre grand étonnement, le Samsung UE55HU7500 propose un contraste natif plus élevé que le UE55HU8500. Cela se joue à peu de choses, mais c'est un fait établi : nous mesurons un noir à 0,03 cd/m² en activant le Local Dimming (appelé Smart LED dans le menu) au lieu de 0,04 cd/m², soit un contraste supérieur à 3 600:1 ! Un excellent score pour un système de rétroéclairage LED Edge. En revanche, le contraste perçu apparaît meilleur sur le HU8500, grâce au mode Detect LetterBox, déjà évoqué, qui offre des bandes noires plus noire. Toutefois, en termes de dynamique de l'image, le UE55HU7500 affiche un très léger mieux.

En revanche, il reste un défaut qui n'a pas été totalement corrigé par Samsung : la compensation de mouvement Motion Plus. Si les contenus en 50/60 im/s sont parfaitement fluides, les contenus 24p natifs affichent toujours de rares décrochages, très légers, surtout dans les travellings rapides, mais nous ne pouvons que les signaler. Et si vous désactivez le Motion Plus, c'est pire, avec une image qui tremble et scintille un peu (assez fatigant visuellement). Cela dit, dans la grande majorité des scènes, le Motion Plus offre une très belle fluidité, en contrepartie d'un faible effet « vidéo ».
Autre petite déception, l'affichage stéréoscopique est moins bon qu'en 2013. Si l'expérience stéréoscopique reste excellente dans sa globalité, avec un effet de relief très puissant et une précision d'image impressionnante, nous relevons la présence d'un léger effet fantôme, alors que le Samsung F9000 était quasiment parfait à ce niveau‑là.

En résumé, mis à part les quelques défauts cités sur la 3D et une légère présence de rémanence que l'immense majorité d'entre vous ne devrait pas remarquer, le Samsung UE55HU7500 est vraiment un superbe téléviseur Ultra HD. Certes, on ne profite pas de l'immersion offerte par l'UE55HU8500, ni de la même qualité de construction, mais il s'agit néanmoins d'un superbe modèle, très complet, sans aucun doute parmi les tous meilleurs spécimens actuellement. Le contraste est très bon, parmi les meilleurs mesurés sur un système de rétroéclairage LED Edge, et le traitement d'image et l'upscaling UHD est sûrement le plus performant du moment pour une image ultra‑précise, tout en restant naturelle. Les chaînes de la TNT HD ou le Blu‑Ray affichent un rendu tout simplement magiques et la fluidité est très bonne, sauf dans les travellings avec les contenus 24 et, peut‑être, un effet « vidéo » un poil marqué pour certains. Des reproches mineurs s'ils en sont. Pour le reste, il s'agit d'un téléviseur extrêmement fonctionnel, très agréable à utiliser au quotidien. Conclusion nous ne pouvons que conseiller ce Samsung UE55HU7500 à tous ceux qui veulent découvrir les spectacle de l'affichage Ultra HD.
+ Les points forts
»  
Très beau Design
»  
Excellent contraste pour un LED Edge
»  
Définition Ultra HD, évidemment
»  
Compatibilité HDMI 2.0, HEVC et UHD Color (gamut étendu xvYCC)
»  
Image époustouflante !
»  
Possibilités de calibrage digne d'un TV ISF
»  
Concept Smart Evolution essentiel
»  
Environnement multimédia et Smart TV ultra‑complet
»  
Très bon rapport qualité‑prix
- Les points faibles
»  
Motion Plus perfectible en 24p
»  
Léger effet fantôme en 3D
»  
Trop de reflets
»  
Pied non rotatif
»  
Léger banding et très légère rémanence
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES