Enceinte

Bowers & Wilkins MT-60D

Par Jean Eparvier - Publié le 07/12/12
Mustav
Prix indicatif : 2 699 € TTC
Note AVCesar.com
Système : 5.1
Satellites : M-1 (249 € l'unité)
Dim. : 114 x 243 x 172 mm
Poids : 2,7 kg
Caisson : PV1D (1 599 € l'unité)
Dim. : 342 x 270 x 358 mm
Poids : 18,7 kg
L’essentiel
Une fois un grand écran plat au design raffiné installé dans son salon, on constate immédiatement ses faiblesses en matière sonore… Et l’on souhaite irrémédiablement, et très rapidement, profiter d’un son 5.1 digne de son image, sans toutefois défigurer son salon dans le même temps ! À ceux qui cherchent à se constituer un système multicanal compact et performant, le constructeur britannique B&W propose la nouvelle version de son pack d’enceintes Home Cinéma MT‑60D. Disponibles en noir ou en blanc, les cinq satellites M1 nous reviennent en version MKII améliorée, alors que le célèbre caisson PV1, une petite légende dans son genre, se voit entièrement revu pour descendre encore plus bas, et avec plus d’autorité.

Pour composer avec le maximum de discrétion et d’efficacité les cinq voies gauche, droite, centrale et surround du système, les satellites M‑1 MKII adoptent un nouveau tweeter à dôme aluminium de 25 mm accolé à une charge tubulaire Nautilus, comme sur les modèles haut de gamme du constructeur, ainsi qu’un nouveau médium/grave de 10 cm adoptant une membrane en fibre de verre et une bobine mobile quatre couches plus efficace. On a aussi simplifié le filtre et revu le bass‑reflex pour prolonger la bande passante jusqu’à 55 Hz au lieu de 90 Hz sur les précédents modèles. De quoi facilité le recoupement avec le caisson de basses.
Les satellites M1-KII s’équipent de nouveaux borniers HP, toujours cachés dans leur pied inclinable qui escamote le câble de connexion à la vue et pivote à l’horizontal pour une utilisation en voie centrale. Les M1‑MKII peuvent être placés sur une étagère ou fixés au mur avec le pied d’origine, ou recevoir des pieds hauts en option pour être utilisés au sol.

Ces petits satellites performants sont associés à celui qui reste, plusieurs années après sa création, l’un des meilleurs caissons de basses compacts que l’on puisse trouver sur le marché : le B&W PV1 qui nous revient aujourd’hui en version D amélioré. Étudiées avec précision, les formes rondes du PV1D restent identiques à l’original, alliant à la fois compacité et rigidité exceptionnelle. Cette structure métallique reçoit deux haut‑parleurs en opposition de phase de 20 cm de diamètre à membrane kevlar‑aluminium fonctionnant de concert, équilibrant les forces qui s’exercent à l’intérieur et à l’extérieur du coffret. Le B&W PV1D reçoit un nouvel amplificateur de puissance en classe D de 400 W et une électronique directement dérivée du haut de gamme DB1. Le DSP intégré utilise une égalisation dynamique qui contrôle en permanence la quantité d’infrabasse délivrée pour s’assurer que l’amplificateur et les haut‑parleurs fonctionnent de manière optimale, ainsi que plusieurs égalisations ajustables par l’utilisateur pour s’adapter à différentes applications. Grâce au petit afficheur Oled et aux touches sensitives placées sur le côté du coffret, il est facile d’intervenir avec précision sur le niveau, la fréquence et la pente du filtre passe‑bas, la phase et la sensibilité d’entrée. Le PV1D est muni de cinq mémoires de préréglages accompagnés d’une prise Trigger, afin de l’adapter facilement à une utilisation musique ou Home Cinéma, ainsi que d’une mise en marche/arrêt automatique et d’un Trigger de mise en route. Et ce n’est pas tout : il est aussi possible de connecter le PV1D à un PC via le port RS‑232 et le câble fourni dans la boîte pour l’adapter encore plus précisément à la pièce. On utilise pour cela l’application B&W SubApp disponible sur le site du constructeur. En matière de connectique, on dispose soit d’un câble de 5 m pour récupérer le signal haut niveau à la sortie d’un amplificateur, soit d’une entrée RCA stéréo classique pour rejoindre la sortie ligne d’un pré‑amplificateur ou la sortie Sub d’un intégré audio‑vidéo.
Concurrence
À 2 700 €, le pack B&W MT‑60D est seul dans sa catégorie, son plus proche rival, le Kef T305 étant 800 € moins cher. C’est le prix à payer pour une finition et une efficacité redoutable, grâce notamment à un caisson de graves qui vaut à lui seul le détour… et presque les deux tiers du prix du pack !
Verdict technique
2 700 €, cela peut paraître cher pour cinq satellites et un caisson de si petites tailles, mais il faut bien comprendre que le pack d’enceintes compacts B&W MT‑60D a été conçu pour délivrer des performances de haut niveau. En ce qui concerne l’installation, on regrette que les borniers HP des satellites ne puissent accepter du fil nu de plus grand diamètre : c’est la rançon de la compacité de ces petites enceintes qui s’apprécient plutôt placées près d’un mur. Il semble évident que B&W pense que la majorité des acheteurs du MT‑60D accrocheront les M‑1 pour profiter de leur petite taille. Avec son design raffiné et sa finition impeccable, le caisson PV1D en profite pour prendre place au plus près des enceintes principales, pas trop près du mur quand même, car son énergie pourrait bien réveiller les voisins !

Dynamique et précise, on sent immédiatement que la nouvelle version des satellites M‑1 a pris du coffre. Plus clair en haut et plus à leur aise en bas, ils se raccordent encore plus facilement au caisson PV1D, qui ne manque pas d’air pour explorer les basses fréquences ! Utilisé en 2.1, déjà, l’ensemble ainsi constitué étonne par la qualité de la scène sonore reproduite et par l’énergie qu’il est capable de développer. Le haut du spectre peut même, à la limite, paraître trop incisif avec certains amplificateurs déjà un peu brillants et l’on préfére, par exemple, l’amplification classique d’un Denon ou d’un Onkyo à celle en classe D d’un Pioneer. Relié à un amplificateur audio‑vidéo comme le Marantz SR5007 (cliquez pour découvrir le test de la rédaction d'AVCesar.Com), le pack B&W MT‑60D se révèle réjouissant sur un large éventail de styles musicaux. On prend même plaisir à découvrir une contrebasse grâce à l’impressionnante définition du caisson PV1D…

Et ce n’est rien à côté de ce qui vous attend sur une bande‑son DTS‑HD ou Dolby TrueHD. C’est beau la technique tout de même ! Soutenus par l’incroyable pouvoir de persuasion du PV1D, les satellites M‑1 démontrent un pouvoir de séparation et des qualités dynamiques étonnantes sur la scène finale de Marvel's the Avengers ! Dans un espace d’une vingtaine de mètres carré, le pack MT‑60D parvient à se montrer enveloppant et précis à la fois, avec toujours cette modulation et cette énergie en bas du spectre donnant l’impression d’être en présence d'un système beaucoup plus important. D’autant plus qu’en évitant d’exciter les résonances de la pièce, et en laissant ce soin à la petite boule de 18 kg (!), cet ensemble délivre un son clair et vivant, même à fort niveau. Rien n’empêche de rajouter une paire de satellites pour se constituer un système 7.1, comme au cinéma, mais en l’état, le MT‑60D se révèle redoutable d’efficacité ! C’est la moindre des choses vu son prix…
+ Les points forts
»  
Polyvalence d’installation
»  
Compacité & qualité de fabrication
»  
Satellites polyvalents (stéréo et multicanal)
»  
Caisson de graves ex‑cep‑tion‑nel
»  
Pack dynamique et homogène
- Les points faibles
»  
Haut du spectre un peu brillant avec certains amplificateurs
»  
Le prix, par ailleurs justifié
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement