Need For Speed : Hot Pursuit

Année : 2010
Genre : action
Thème : course
Multijoueur : non
Jeu en ligne : oui
Éditeur : Electonic Arts
Développeur : Criterion Games
Supports : Blu-Ray PS3, DVD-9 Xbox 360 & PC
Sortie : 18/11/10
Prix ind. : 70 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
GD :
PEGI RatingPEGI RatingPEGI Rating
Format image
Sous-titres
Français
21,34 €
Amazon.fr
Comment ne pas se sentir nostalgique à l’évocation de Need for Speed ? Longtemps référence du jeu de course arcade, la licence a peu à peu sombré à coup de bimbos inutiles et de tuning tapageur. Revenue sur de bonnes bases « simulation » l’an dernier, Electronic Arts décide de renouer avec le premier et principal attrait de la série : des courses poursuites entre chauffards et policiers à plus de 300 km/h.

Que tous les joueurs orphelins du gameplay originel du jeu, ayant migré vers les vertes contrées de Burnout et autres Split/Second Velocity (cliquez pour découvrir les tests de la rédaction d’AVCesar.com) sortent la tête de leur trou, Need For Speed est de retour ! Avec une jouabilité comme on les aime, baptisé de l’illustre patronyme du troisième épisode sorti sur la console PlayStation One (assurément le meilleur de son époque), Need for Speed : Hot Pursuit est sans conteste, à défaut d’être parfait, le jeu de courses arcade de cette fin d’année.
Axel Riffard - Publié le 02/12/10
Jouabilité
Développé par les créateurs de Burnout, Criterion, Need for Speed : Hot Pursuit puise son essence dans sa capacité à utiliser des concepts actuels dans un titre à l’ambiance rétro. Le jeu est ainsi scindé en deux parties, d’un côté les « racers » (ou fuyards) et de l’autre la police. Au joueur de faire son choix !

Dans la peau d’un fuyard, les plus beaux bolides de course du monde s’offre à lui. Pour mener à bien sa mission, de nombreux éléments sont disponibles. Premièrement, une jauge de « boost » dont le niveau est lié à différentes actions. Drifter (virage en complet dérapage), prendre l’aspiration d’un concurrent ou encore éviter un accident sont autant d’occasions d’augmenter sa réserve de puissance.
Autre élément intéressant du jeu, le pilote dispose des bonus sympathiques qui rappellent aux vieux briscards de la rédaction de sacrés souvenirs : les herses, par exemple, sont de retour, aussi bien chez les policiers que chez les « racers » ! On note aussi la présence d’hélicoptères, de rayons IEM, de brouilleurs électromagnétiques et bien d’autre chose encore… Autant de possibilités de pimenter les courses !

Pour le reste, la conduite reste axée « arcade » et ne change pas des standards du genre que sont devenus Split/Second Velocity et Burnout : Paradise. Finalement, le seul regret de ce NFS concerne son intelligence artificielle (IA), bien trop agressive et abusive. NFS ou le syndrome Mario Kart… En occupant la première place lors des courses, les concurrents accélèrent subitement et dépassent en quelques instants. A contrario, si le joueur traîne en route, l’IA des adversaires situés devant lui s’adapte et se laissant trop facilement rattraper. Compréhensible en termes de Game Design, mais un peu décevant à la longue.

En fait, la grosse innovation de ce Need for Speed réside dans le menu Autolog, véritable clone de facebook permettant de poster des photos de son véhicule, mais aussi de venir narguer et défier d’autres joueurs sur le net. Un gros plus, particulièrement bien mis en place. À voir ce que cela donne sur le long terme, bien sûr.


Durée de vie
Le jeu n’est pas spécialement long. En une grosse dizaine d’heures, vous aurez fait le tour du mode Solo, toutefois intéressant de bout en bout. Mais le titre prend sa véritable dimension via le mode Multi, lorsque les joueurs se pourchassent en ligne.

En revanche, quelle erreur de ne pas avoir intégré un mode Écran splitté ! C’était la force de l’épisode Hot Pursuit sur PS One. On suppose que cette aspect du jeu à été sacrifié sur l’autel de la technique et des ressources processeur, sans doute insuffisantes pour afficher autant de polygones à l’écran. Dommage, cela aurait mis de l’ambiance dans les soirées…
Note Game Design : 5/6
Image
Dur dur de prendre Need for Speed : Hot Pursuit en défaut ! En dépit d’une gestion des dégâts très scriptée (entendre par‑là un simple changement de textures sur la voiture en cas d’accrochage), la modélisation des bolides force le respect, la sensation de vitesse est telle que l’œil a parfois du mal à suivre…

On atteint un sommet avec les effets graphiques, magistraux. Par exemple, le déclenchement de l’attaque turbo, propulsant notre bolide au dessus des 400 km/h sous un déluge d’effets spéciaux, le tout avec une fluidité exemplaire. Du jamais vu jusqu’ici.
Note image : 6/6
Son
Autant les effets sonores sont réussis et parfaitement échantillonnés, autant les musiques techno « boum‑boum » commencent un peu à taper sur le système au bout de quelques parties. Certains titres rock ou rap passent cependant beaucoup mieux et collent davantage à l’ambiance extatique des courses, excellemment retranscrite.

Si le titre ne marquera pas les anales du jeu vidéo dans ce domaine, il reste largement à la hauteur des productions actuelles.
Note son : 4/6


PLANNING
DVD 18/10/17 Wonder Woman
BLU 18/10/17 Wonder Woman
BLUHD 18/10/17 Wonder Woman
DVD 18/10/17 Nos patriotes
BLU 18/10/17 Nos patriotes
INTERVIEWS
Sarah Jessica Parker - Divorce saison 1
http://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/140/photo_0412164405.jpg
sarah-jessica-parker
fabrice-gobert
lars-lundstrom
florent-siri
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Advertisement
We Were Soldiers
We're Coming to Help
WEC 4: Rumble Under The Sun
WEC 5: Halloween Fury
Welcome to Collinwood
Whale Rider
When Boys Fly
When in Rome
Whistle
White Lines
White Oleander
Who Is Cletis Tout?
Why Can't I Just Be Me?
Wie die Karnickel
Wilbur Wants To Kill Himself
Windtalkers
A Very Merry Pooh Year
Wirklich alles?!
Wish You Were Dead
Wishcraft