test

Batman Arkham City

Année : 2011
Genre : action
Thème : Super Héros
Multijoueur : non
Jeu en ligne : non
Éditeur : Warner Bros
Développeur : Rocksteady
Supports : Blu-Ray PS3, DVD-9 Xbox 360 & PC

Sortie : 20/10/11
Prix indicatif : 70 €
Mustav
Critique :

Test technique :
Image :
Son :
GD :
 Évaluation PEGI
 Format image
•  HDTV 720p
 Bande-son
•  Français Dolby Digital 5.1
•  Anglais Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français
29,00 €
Amazon.fr
Batman Arkham Asylum (cliquez pour découvrir le test de la rédaction d’AVCesar.com) fut l’un des plus grands titres de l’année 2009. Beau, possédant un gameplay éprouvé à la progression efficace, le jeu a propulsé le méconnu studio Rocksteady sur le devant de la scène vidéoludique. C’est donc en toute logique que le chevalier noir revient deux ans plus tard, au moment même où le buzz autour de la nouvelle bande dessinée de DC Comics mais aussi du prochain film de Christopher Nolan bat son plein. Les mois à venir seront Batman ou ne seront pas.

Batman Arkham City fait donc suite au premier opus, Asylum. Si ce dernier se déroulait exclusivement dans la prison‑asile d’Arkham, où Batman dut se résoudre à affronter nombre de ses Némésis, l’épisode Arkham City tente le pari de nous laisser aller où bon nous semble, dans toute la ville. Un bien grand terrain de jeu…
Par le biais de ce monde ouvert, Arkham City corrige d’ailleurs la tare la plus gênante de l’ancien épisode : sa linéarité. Pour le reste, le déroulement du jeu s’avère similaire, synonyme ici de très bon, voire d’excellent. Contrôler Batman est plus jubilatoire que jamais. Et retrouver des personnages tels que Double Face, le Pingouin ou Mr Freeze prouvent une fois encore que Batman reste un des super héros à l’univers le plus intéressant. La présence de ces nouveaux ennemis n’empêche toutefois pas des avdersaires plus anciens d’opérer leur grand retour, comme l’inégalable Joker. De grands moments en perspective.

Finalement, plus encore qu’Arkham Asylum, la véritable force de Batman Arkham City est d’être, à ce jour, la seule réelle simulation de super‑héros. Au cœur dans la ville d’Arkham City, le joueur pense Batman, agit Batman, respire Batman… Du bonheur à l’état pur pour les fans, une manière de replonger dans une époque qui a marqué une partie de la vie de nombre d’entre nous pour les autres. Dans tous les cas, difficile de ne pas trouver son compte avec Batman Arkham City. Car, s’il n’est pas parfait, on fait difficilement mieux dans le domaine aujourd’hui. Un des jeux de cette fin d’année, à n’en pas douter.
Axel Riffard - Publié le 08/11/11
Game Design
Jouabilité
Si vous avez joué au premier opus, vous ne serez pas perdus, les bases restent les mêmes. Comme le pitch du jeu l’annonce, la véritable nouveauté de cet opus est sa liberté : Batman évolue ainsi dans une partie de Gotham totalement ouverte. N’allez cependant pas croire que Batman Arkham City fasse jeu égal avec GTA sur ce point. Il n’en a d’ailleurs pas la prétention. Nous sommes davantage proches d’une jouabilité proposée par Assassin’s Creed par exemple, où le personnage évolue en hauteur et où la ville permet de remplir moult missions.

D’ailleurs, une fois une mission lancée, le jeu est très semblable à son aîné : on alterne donc des phases de recherches, où Batman suit une odeur, des traces de sang, remonte la piste d’un sniper… ‑car ne l’oublions pas, Batman est avant tout un détective‑ et les phases de plateformes, de combats au corps à corps. Sans oublier les séquences à la « Splinter Cell » où Batman doit se cacher dans l’ombre et tuer un à un tous les ennemis d’une pièce, en restant le plus furtif possible.

Eh oui, Batman est un humain à part entière, et dès lors qu’un adversaire est armé, il devient redoutable. Deux balles dans le torse, et adieu la chauve‑souris ! Une bonne partie du jeu mise donc sur la discrétion.
Et ça tombe bien, Batman possède tout l’arsenal pour rester le plus invisible possible. Des batarangs pour assommer les individus à distance, au grappin et au fumigène pour disparaitre dans la seconde, rien n’est laissé au hasard dans l’équipement de Bruce Wayne. Et quelle joie de pouvoir tout utiliser pour piéger ses assaillants et se défaire de situations délicates ! Incarner un super héros n’aura jamais été aussi plaisant.

Durée de vie
En se contentant de la trame principale, Batman Arkham City n’est pas un jeu très long : de huit heures pour les plus doués à dix heures pour les néophytes. Cependant, se contenter de l’histoire, c’est découvrir les deux tiers du jeu, pas plus !

Énigmes de l’Homme Mystère à résoudre, missions cachées, civils ou otages à sauver… Finir le jeu à 100% et débloquer toutes les compétences de l’homme chauve‑souris demandera aux plus férus une bonne trentaine d’heures. Une batdose bien chargée.

Note Game Design : 5/6

Verdict technique
Image
Le jeu est développé à l’aide du moteur graphique Unreal Engine 3, et manque donc, par moments, d’identité visuelle. À tel point que le joeur pourrait se croire, l’espace de quelques instants, face à Gears of War ou Bioshock. Cependant, en termes de technique pure, Batman, au même titre que son prédécesseur, tient le haut du panier, à défaut de proposer des graphismes originaux.

On apprécie cependant la nouvelle lecture des personnages proposée par Rocksteady et s’éloignant de manière marquée des récents films Batman. La profondeur du champ de vision est exceptionnelle, mais se voit malheureusement contrebalancée par un aliasing figurant parmi les plus marqués sur cette génération de consoles. Un détail toutefois au regard des qualités intrinsèques indéniables de Batman Arkham City.

Note image : 5/6
Son
Au même titre que dans le premier opus, le casting des personnages est tout bonnement incroyable : on retrouve l’écrasante majorité des doubleurs d’autres univers Batman, tout du moins en VO.

La VF est malheureusement moins fournie en voix reconnaissables, mais les doublages restent agréables à l’oreille. Il en va d’ailleurs de même avec les musiques et bruitages du jeu, soulignant parfaitement les différentes phases de gameplay.

Note son : 5/6




En achetant le jeu neuf, vous êtes détenteur d’un pass pour jouer avec Catwoman, dans des missions spécifiques, intégrées à l’aventure. Si jamais vous achetez le jeu d’occasion, bénéficiez d’un prêt ou si vous souhaitez jouer à Batman Arkham City sur plusieurs consoles, il faudra vous acquitter d’une dizaine d’euros pour accéder à la femme chat, fort sympathique à contrôler.

Enfin, si vous achetez le jeu neuf mais que votre console n’est pas connectée à Internet, il faut tout simplement faire l’impasse sur ce contenu. On en pensera ce qu’on voudra…


 
The Adventures of Felix - The Adventures of Rocky & Bullwinkle - The Alternate - The Art of War - The Audrey Hepburn Story - The Bare Wench Project - The Basket - The Beach Boys - California Surfin - The Beach Boys: Endless Harmony - The Beaver Trilogy - The Big Kahuna - The Boondock Saints - The Boy Who Saw the Iceberg - The Brainiacs.com - The Calling - The Catcher - The Cell - The Chaos Factor - The Claim - The Color of Friendship - The Contender - The Convent - The Corner - The Corrs Live at Lansdowne Road - The Courage to Love - The Crew - The Crossing - The Crow: Salvation - The Darkling - The Dead Hate the Living! Husbands - Édition Collector - Wrestlemania 23 - cle usb 8 GO fun originale design fantaisie insolite chouette mar... - Blindés De Combat B1 Centauro-Altaya - Jeux De 4 Injecteurs Bosch Renault - Cosmocats - Citroën 15 Cv Traction Avant 1952 Solido 1/43e-Solido - Dragon Ball Vol.18 - Last Bounty Hunter - Le Jeu Astérix - ADAPTATEUR PS2 M / USB F usage recommande pour souris - Jesus Christ Superstar - Perle Goute D Eau Blanc - Hercules 3D Prophet 4500 - Carte graphique - Kyro II - 64 Mo SDRA... - Zhu Zhu Pets - Sac De Luxe : Blanc Et Rose - Vous Avez Un Message - Playmobil Policier Ma 131 - Stanton SCS.1M Mix Controller - Petits Bus - Sammy Le Cascadeur - Figurine Snoopy Bd Peanuts Charlie Brown's Pet Dog Chien -
  Smartphones    |     Data test    |     Groupement assureurs    |     Écrans plats    |     Flux RSS    |     Mentions légales    |     Contact     Copyright ® 2014 AVCesar.com