test

Assassin's Creed : Revelations

Année : 2011
Genre : action
Thème : aventure
Multijoueur : non
Jeu en ligne : oui
Éditeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft
Supports : Blu-Ray PS3, DVD‑9 Xbox 360 & PC

Sortie : 15/11/11
Prix indicatif : 70 €
sans Must AV
Critique :

Test technique :
Image :
Son :
GD :
 Évaluation PEGI
 Format image
•  HDTV 720p
 Bande-son
•  Français Dolby Digital 5.1
•  Anglais Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français
23,40 €
Amazon.fr
Assassin’s Creed fait clairement partie des sagas marquantes de cette génération de consoles de salon. Après un épisode Brotherhood de qualité mais manquant de nouveautés, Ubisoft affirme une nouvelle fois avec Assassin’s Creed : Revelations sa volonté de proposer un nouvel épisode de sa série fétiche tous les ans, aux côtés de Call of Duty, Fifa et autres Need for Speed.

Mais il n’est pas ici question d’un jeu qui nécessite une simple mise à jour d’un épisode sur l’autre, mais bien d’un titre où les éléments de scénario et d’amélioration de la jouabilité sont primordiaux. Et soyons francs : un an de gestation pour un projet d’une telle envergure, c’est peu. Le titre d’Ubisoft se renouvelle donc a minima et apporte des réponses éparses à l’histoire et la mythologie de la série.

Ezio, héros des deux précédents opus, se met au tourisme et quitte son Italie natale afin de poursuivre son périple à Constantinople. Un cadre de rêve s’il n’en est ! Malheureusement, ce décor idyllique n’empêche pas le jeu de proposer un scénario post‑it, en contradiction finalement avec le nom même du titre. Heureusement, le soft propose toujours l’ADN de la série : un gameplay simple et intuitif au service d’une invitation au voyage et à la découverte d’autres civilisations. Assassin’s Creed : Revelations maintient avec ferveur son statut de « jeu carte postale », donnant un intérêt à cet opus, surtout auprès des fans.
Axel Riffard - Publié le 19/12/11
Game Design
Jouabilité
Si Assassin’s Creed : Revelations n’invente rien, il fait aussi bien que ces ainés de ce côté. Intuitif, apportant quelques raffinements et aménagements dans son gameplay : un grappin par exemple, qui permet à Ezio de se mouvoir encore plus facilement entre les immeubles, mais aussi l’amélioration de création de bombes qui, si elles ne sont pas primordiales au combat, permettent souvent de diversifier l’action. En revanche, nous restons davantage circonspects à propos des phases Tower Defense, mini‑jeu de stratégie assez simple et rébarbatif.

Du reste, le jeu est peu ou proue identique à Assassin’s Creed : Brotherhood. Si l’assistanat prononcé des mouvements et actions gênera certains, il permet de profiter d’une jouabilité fluide et simple à appréhender. Une des grandes forces de la série.

Durée de vie
La trame principale se révèle plus courte que d’accoutumée (moins de 10 heures pour en voir le bout), mais le titre propose énormément de quêtes annexes et regorge d’objets cachés à débusquer. Les amateurs de succès et de trophées seront conquis.

Le mode Multijoueur, basé sur le modèle de l’opus Brotherhood (jeu du chat et de la souris), est malheureusement truffé de bugs. Dommage, surtout qu’il possède bon nombre d’améliorations par rapport à l’an dernier. Bientôt une mise à jour… ?

Note Game Design : 4/6

Verdict technique
Image
Artistiquement, le jeu est une merveille capable de mettre en émoi tout joueur qui se respecte. La prouesse est d’autant plus remarquable que techniquement, Assassin’s Creed : Revelations peine à convaincre, la faute à un moteur graphique vieillissant. Cependant visiter Constantinople en compagnie du bel Ezio est une vraie partie de plaisir.

Le mode Multijoueur reste quant à lui un peu en retrait, et c’est bien dommage, même si c’est bien compréhensible afin de garder une fluidité maximum.

Note image : 4/6
Son
La série Assassin’s Creed a toujours été une référence en termes de doublages français et de musiques d’ambiance. Assassin’s Creed : Revelations ne fait pas honte à ses prédécesseurs et propose une VF de haute volée et une bande originale digne des plus grands films d’aventure. Miam.

Note son : 6/6

 
SEAL Patrol - Stitch - Vulva 3.0 - 4Play - Apperception - Inbetween Worlds - The Second Game - Guidelines - The New Black - Beauty and the Beast - Sickos - K3 Dierenhotel - Gold - Les Trois frères, le retour - La cañada de Andrea Bol Ventouse Les Loupiots - Crazy Movies - Coffret 3 Dvd - Pack - Mousqueton de pompier L. 80 mm 10 - Le Règne Animal N°48 / Les Réserves D'animaux - Voyages Aux Portes De L'orient - La Main Qui Tue - Doudou Vache Bengy - Keeway F-ACT 50 - Protections Diverses - Bhm - 50 - Nerve - Time Regained - Pot D Echappement - Honda - 125 - Cr - 1998-1999 - Slither (Widescreen Edition) - Les Maîtres Du Classique : Beethoven - Vhs - Console Analogique Yamaha MC802 8 entrées mono micro et ligne ins... - Lord Of War (Widescreen) - Dalle Ecran TFT 15.4" WXGA 1280x800 pour pc portable HP Pavi... - Puzzle Blatz - Micromètre a cadran mesure rapide ZIVY - Qui Mange Quoi ? - "Naissance" : Grille Fiche Point De Croix Anchor - Le Valet Maître - 1 Échevette 8mètres Dmc Effect N°E316 - Guillemot 4780485 - Un Soupcon De Rose - 5 Cabochons En Fimo Fait Main - Expedition Wayuu Sur Le Chemin Des Reves - Meilleur Des Tubes En Karaoké - Vol. 8 - Beethoven- Nom D'un Chien Quels Dessins Animés! - Puppy In My Pocket - Mini Poupée Et Puppies : Aventure À Pocketvi... - Batterie pour Samsung Netbook NP-NC10-KA01DE noir 5200mAh - Ours Gris By L.Dake - De-Lovely - La Ligue Des Gentlemen Extraordinaires - Poignee Passager - Piaggio - 125 - X9 - 2002- - Patron Félicie 2 L'enfant Roi (Comme Citronille) - Doudou Peluche Gros Ours Boule Takinou - Jeu Pour Tablette Éducative Storio : Dora L'exploratrice - Yugen Kaisha L'integrale (Coffret) - JOBO Giga One 40 Go - Déchargeur de cartes mémoire - Nirvana - The Definitive Critical Review -
  Accueil    |     Data test    |     Groupement assureurs    |     Comparatifs    |     Flux RSS    |     Mentions légales    |     Contact     Copyright ® 2014 AVCesar.com