test

Assassin's Creed : Revelations

Année : 2011
Genre : action
Thème : aventure
Multijoueur : non
Jeu en ligne : oui
Éditeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft
Supports : Blu-Ray PS3, DVD‑9 Xbox 360 & PC

Sortie : 15/11/11
Prix indicatif : 70 €
sans Must AV
Critique :

Test technique :
Image :
Son :
GD :
 Évaluation PEGI
 Format image
•  HDTV 720p
 Bande-son
•  Français Dolby Digital 5.1
•  Anglais Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français
23,40 €
Amazon.fr
Assassin’s Creed fait clairement partie des sagas marquantes de cette génération de consoles de salon. Après un épisode Brotherhood de qualité mais manquant de nouveautés, Ubisoft affirme une nouvelle fois avec Assassin’s Creed : Revelations sa volonté de proposer un nouvel épisode de sa série fétiche tous les ans, aux côtés de Call of Duty, Fifa et autres Need for Speed.

Mais il n’est pas ici question d’un jeu qui nécessite une simple mise à jour d’un épisode sur l’autre, mais bien d’un titre où les éléments de scénario et d’amélioration de la jouabilité sont primordiaux. Et soyons francs : un an de gestation pour un projet d’une telle envergure, c’est peu. Le titre d’Ubisoft se renouvelle donc a minima et apporte des réponses éparses à l’histoire et la mythologie de la série.

Ezio, héros des deux précédents opus, se met au tourisme et quitte son Italie natale afin de poursuivre son périple à Constantinople. Un cadre de rêve s’il n’en est ! Malheureusement, ce décor idyllique n’empêche pas le jeu de proposer un scénario post‑it, en contradiction finalement avec le nom même du titre. Heureusement, le soft propose toujours l’ADN de la série : un gameplay simple et intuitif au service d’une invitation au voyage et à la découverte d’autres civilisations. Assassin’s Creed : Revelations maintient avec ferveur son statut de « jeu carte postale », donnant un intérêt à cet opus, surtout auprès des fans.
Axel Riffard - Publié le 19/12/11
Game Design
Jouabilité
Si Assassin’s Creed : Revelations n’invente rien, il fait aussi bien que ces ainés de ce côté. Intuitif, apportant quelques raffinements et aménagements dans son gameplay : un grappin par exemple, qui permet à Ezio de se mouvoir encore plus facilement entre les immeubles, mais aussi l’amélioration de création de bombes qui, si elles ne sont pas primordiales au combat, permettent souvent de diversifier l’action. En revanche, nous restons davantage circonspects à propos des phases Tower Defense, mini‑jeu de stratégie assez simple et rébarbatif.

Du reste, le jeu est peu ou proue identique à Assassin’s Creed : Brotherhood. Si l’assistanat prononcé des mouvements et actions gênera certains, il permet de profiter d’une jouabilité fluide et simple à appréhender. Une des grandes forces de la série.

Durée de vie
La trame principale se révèle plus courte que d’accoutumée (moins de 10 heures pour en voir le bout), mais le titre propose énormément de quêtes annexes et regorge d’objets cachés à débusquer. Les amateurs de succès et de trophées seront conquis.

Le mode Multijoueur, basé sur le modèle de l’opus Brotherhood (jeu du chat et de la souris), est malheureusement truffé de bugs. Dommage, surtout qu’il possède bon nombre d’améliorations par rapport à l’an dernier. Bientôt une mise à jour… ?

Note Game Design : 4/6

Verdict technique
Image
Artistiquement, le jeu est une merveille capable de mettre en émoi tout joueur qui se respecte. La prouesse est d’autant plus remarquable que techniquement, Assassin’s Creed : Revelations peine à convaincre, la faute à un moteur graphique vieillissant. Cependant visiter Constantinople en compagnie du bel Ezio est une vraie partie de plaisir.

Le mode Multijoueur reste quant à lui un peu en retrait, et c’est bien dommage, même si c’est bien compréhensible afin de garder une fluidité maximum.

Note image : 4/6
Son
La série Assassin’s Creed a toujours été une référence en termes de doublages français et de musiques d’ambiance. Assassin’s Creed : Revelations ne fait pas honte à ses prédécesseurs et propose une VF de haute volée et une bande originale digne des plus grands films d’aventure. Miam.

Note son : 6/6

 
 
We Made This Movie - We Need to Talk About Kevin - We the Party - We'll Take Manhattan - WE: A Collection of Individuals - Weed Bandits - High Heels, Low Tide - Welcome to Pine Hill - Welcome to the Hood - Werewolf: The Beast Among Us - West is West - West of Memphis - What !s - What About Dick? - What My Husband Doesn't Know - What to Expect When You're Expecting - What's Your Number? - When a Wolf Falls in Love with a Sheep - When the Cobra Strikes - Where Are You Taking Me? - Where the Trail Ends - Where the Yellowstone Goes - While We Were Here - Whiskey Business - White Jazz - Whittle: The Jet Pioneer - Who Bombed Judi Bari? - Why Stop Now? - Widespread Panic: Wood Tour - Atlanta, GA The Tabernacle January 29, 2012 - Widespread Panic: Wood Tour - Denver, CO The Fillmore February 11, 2012 Better Off Dread - Demarreur - Yamaha - 750 - Xtz Super Tenere - 1989-1992 - Les Grandes Batailles De La Seconde Guerre Mondiale - Ardennes, D... - Lac Aux Dames - Chien Doudou Nicotoy Pull Fleur Vert - Dalle LCD 15.4 AU OPTRONICS B154EW02 V.0 - WXGA, 1280x800, mate, ... - Pantone Metallics Premium 300 Coloris - Rail De Montage Metal Pour Poignee Colt Serie M4 M15 M16 11 Trous... - Grille De Point De Croix Brad Pitt 2 - Programmateur horloge journalière 24h 230-240V Theben - Pack de 4 cartouches Laser NUANCIA compatible pour HP Color Laser... - RECHARGE EPSON C13T019401 NOIR 900P Cartouche noire T009 C13T0194... - Rollers Fila Wizy Alu Femme - Mon Petit Poney Licorne Étoile 1987 - LINDY - 33502 - ADAPTATEUR MICRO SATA VERS SATA + RÉGULATEUR 3,3V... - Mode D'emploi Pour Tel Portable Lg C1100 - Cannonball 1 - Théâtre De Bouvard, Le - Babar Et Le Pere Noel - Coque Iphone 5 + 1 Film Protecteur -
  Smartphones    |     Data test    |     Groupement assureurs    |     Écrans plats    |     Flux RSS    |     Mentions légales    |     Contact     Copyright ® 2014 AVCesar.com