Sleeping Dogs

Année : 2012
Genre : action
Thème : urbain
Multijoueur : non
Jeu en ligne : non
Éditeur : Square Enix
Développeur : United Front Games
Supports : Blu-Ray PS3, DVD-9 Xbox 360 & PC
Sortie : 17/08/12
Prix ind. : 70 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
GD :
PEGI RatingPEGI RatingPEGI RatingPEGI RatingPEGI RatingPEGI Rating
Format image
Sous-titres
Français
34,00 €
Amazon.fr
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la gestation de Sleeping Dogs fut compliquée. D’abord annoncé fin 2009 par Activision sous le nom de True Crime : Hong Kong, le titre connu un développement normal jusqu’à mi‑2012. À quelques semaines de la sortie en magasins, Activision abandonne cependant le projet d’United Front Games (le développeur), pour des raisons sans doute financières. Pourtant, les impressions des premières personnes ayant pu l’essayer à ce moment de sa création était excellentes. C’est donc la larme à l’œil que les joueurs du monde entier durent renoncer à arpenter les rues d’un Hong Kong numérique. Du moins, le pensaient‑ils…

C’était sans compter sur Square Enix, grand éditeur Japonais (Final Fantasy, Dragon Quest), et sur sa volonté de s’imposer en occident. Après Deus Ex et Tomb Raider, quoi de mieux qu’un GTA‑Like pour gagner le cœur des américains et des européens ?
Sous le nom de Sleeping Dogs, le projet renait de ses cendres, et le jeu est aujourd’hui disponible dans toutes les bonnes crémeries. Et autant l’affirmer tout de suite : heureusement qu’il a vu le jour, car il s’agit sans doute du meilleur GTA‑Like depuis Red Dead Redemption.

Narrativement plus inspiré qu’un jeu de Rockstar Games, Sleeping Dogs possède une identité forte et un cadre exceptionnel. Le joueur y incarne Wei Shen, un ancien délinquant devenu flic œuvrant sous couverture. Sa mission ? S’immiscer au sein des triades pour les détruire de l’intérieur. Mais, comme souvent dans ce genre d’histoires, il se rend rapidement compte que les us et coutumes de l’univers du crime sont parfois plus justes que ceux des forces de Police. Résultat, son sens moral est mis à rude épreuve.
Faire ses preuves, gagner la confiance de ses acolytes pour ensuite mieux les trahir n’est pas une opération facile, de même que gravir un à un les échelons de la mafia hongkongaise.

Sleeping Dogs est un jeu imparfait par beaucoup d’aspects, mais son ambiance « John Woo », son gameplay calibré aux petits oignons et sa narration solide lui confèrent une force rare dans le domaine des GTA‑Like. À essayer absolument.
Axel Riffard - Publié le 11/09/12
Jouabilité
Vous avez déjà joué à un GTA ? Dans ce cas, vous êtes en terrain connu dans le Hong Kong de Sleeping Dogs. Le personnage vole des voitures, prend connaissance des différentes missions à l’aide d’une carte, fait des petits boulots pour gagner de l’argent, sème la police après avoir tué quelqu’un… Bref, du grand classique.

La véritable différence, ici, réside dans des missions principales séparées en deux temps : les missions pour la Triade et les missions pour la Police. Dans les premières, le joueur assiste à des réunions de « famille » associées à des règlements de comptes musclés. Lors des secondes, côtés flics, il s’agit de placer des micros, assurer des filatures et aider à résoudre des enquêtes… De quoi diversifier l’action même si certaines sont assez répétitives.

En effet, seuls trois ou quatre types de missions différentes existent. Et le tout se termine généralement par une bagarre musclée. Les armes à feu sont assez peu présentes dans le jeu, et la plupart du temps, on se retrouve à combattre à mains nues. Ce n’est pas plus mal, car le système de combats, largement hérité des derniers Batman, est plutôt efficace et permet de rapidement se prendre pour un maitre de Kung‑Fu. Les gunfights sont, quant à eux, largement inspirés d’Uncharted. Pas forcément original, mais fichtrement efficace.


Durée de vie
La trame principale du jeu s’avère assez courte pour un GTA‑Like : en vingt heures, vous aurez balayé toutes les missions principales. Comptez dix heures supplémentaires pour les missions annexes, et encore une ou deux pour compléter votre collection de voitures, faire du tourisme numérique ou passer du bon temps auprès des masseuses pixellisées.

La ville est agréable à parcourir, même si elle apparaît beaucoup moins vivante que celle de GTA IV. Rapidement, on en fait le tour pour s’attarder uniquement sur les objectifs des missions.
Note Game Design : 5/6
Image
Comme toujours avec les jeux de ce genre, afficher une aussi grande ville est une vrai tour de force. Les animations de Wei sont bonnes, celles des autres personnages beaucoup moins. La ville semble cependant bien vivante, et même si les visages des différents protagonistes ne sont pas détaillés, les cinématiques réussissent parfaitement à transmettre au joueur les tensions et moments dramatiques vécus par le personnage.

On note simplement de gros défauts de caméra lors des phases de voiture, en effet cette dernière s’affole dès que l’on enclenche la marche arrière. Il convient aussi de remarquer que la version Xbox 360 du titre est bien plus agréable à l’œil que la mouture PS3.
Note image : 4/6
Son
Attention, gros point fort du jeu ! La bande‑son, à découvrir via la radio des voitures, est une merveille. C’est simple, tout le monde y trouve son compte ! Classique, électro, rap, musique chinoise traditionnelle, pop, metal… Tout les genres sont représentés, et le choix des Playlists est excellent.

De même, les doublages, mêlant anglais et cantonnais, s’accordent parfaitement au contexte et ajoutent, encore, un côté « John Woo » à Sleeping Dogs. Miam.
Note son : 6/6


PLANNING
DVD 29/05/18 The Passenger
BLU 29/05/18 The Passenger
BLUHD 29/05/18 The Passenger
DVD 29/05/18 Pentagon Papers
BLU 29/05/18 Pentagon Papers
INTERVIEWS
Lucas Belvaux - 38 témoins
http://www.avcesar.com/source/interview/132/photo_0731173018.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/162/photo_0347144329.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
lucas-belvaux
leila-bekhti
priyanka-chopra
melissa-bernstein
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Films liés
Wolkenbruchs wunderliche Reise in die Arme einer Schickse - Gaston Lagaffe - Mes provinciales - Just A Breath Away - Gogol. Viy - A Quiet Place - World War 3 - Fanney Khan - Dua Et Kardeşiz - The Valley - Hot Air - Taxi 5 - Luna - The New Mutants - Blockers - Sgt. Stubby: An American Hero - The Miracle Season - Detective Conan: Zero’s Executioner - The Dirt Mounds at Blue Slide Park - Ulagam Vilaiku Varudhu -