test

Call of Duty : Black Ops

Année : 2010
Genre : FPS
Thème : guerre
Multijoueur : oui
Jeu en ligne : oui
Éditeur : Activision
Développeur : Treyarch
Supports : Blu-Ray PS3, DVD9 Xbox 360 & PC

Sortie : 09/10/10
Prix indicatif : 70 €
Mustav
Critique :

Test technique :
Image :
Son :
GD :
 Évaluation PEGI
 Format image
•  HDTV 720p
 Bande-son
•  Français Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français
46,64 €
Amazon.fr
Quelle magnifique surprise ! Treyarch, le studio de développement considéré comme le canard boiteux de la série Call of Duty, tout juste bon à faire patienter les joueurs entre deux « Call of » signés du studio Infinity Ward, vient de frapper un grand coup !

Bien malin celui qui aurait pu supputer que Treyarch serait capable de mettre au monde ce Black Ops, pétri de qualités… Certainement pas nous en tout cas. Premier fait intéressant, la campagne Solo fait figure d’exception dans la série : au lieu de proposer une histoire bateau du genre « Les méchants terroristes/Russes/Allemands (rayer les mentions inutiles) veulent détruire le monde », Black Ops nous propose d’incarner un soldat américain amnésique, coffre‑fort humain contenant une série de nombres capable de contrer une attaque bactériologique contre la Russie des années 1960. Baie des cochons, Vietnam… le bonhomme a fait du chemin.

Mais comme dans tout bon thriller qui se respecte, le joueur sera amené, après diverses opérations secrètes en marge des zones de tension majeures de la Guerre Froide, à découvrir que les mauvais garçons ne sont pas forcément ceux que l’on croit…

En bref ? Une campagne novatrice qui prend des risques, à la narration fortement inspirée du cinéma ou même d’un jeu comme Assassin’s Creed (cliquez pour découvrir le test d’AVCesar.com). Alors, Call of Duty : Black Ops, un FPS popcorn ? Totalement dans son gameplay mais certainement pas dans son déroulement.
Le jeu propose en effet bien plus que notre dose annuelle de COD. Doté d’une campagne à la formidable trame narrative, d’un mode Zombies aussi fun qu’un Left 4 Dead (cliquez pour découvrir le test d’AVCesar.com), mais aussi d’un mode en ligne incroyablement riche, Black Ops peut se targuer d’être le meilleur opus de la licence existant à ce jour. Le jeu de Noël ? Assurément selon la rédaction d’AVCesar.com… Chapeau bas Messieurs de chez Treyarch.
Axel Riffard - Publié le 17/11/10
Game Design
Jouabilité
Les nouveaux standards instaurés dans Call of Duty 4 n’ont pas bougé depuis trois ans, aucune raison que Black Ops vienne changer la donne. Précis, simple à prendre en main et jouissif dès les premiers instants, Black Ops nous plonge tout le temps au cœur de l’action, en ligne ou en mode Solo.

Les armes sont bien sûr moins sophistiquées que celles de l’opus Modern Warfare (cliquez pour découvrir le test de la rédaction d’AVCesar.com), l’action se situant quarante ans auparavant. Mais on retrouve des petits ajouts sympathiques présents jusqu’alors uniquement dans le cinquième opus de la série (lui aussi développé par Treyarch), comme par exemple le lance‑flammes. Des nouveautés font aussi leur apparition, de la bombe au napalm à la voiture télécommandée, particulièrement fun à utiliser. De même, les armes ne sont pas uniformes, il est possible d’en posséder des versions personnalisées, avec changement de peinture, de viseurs, etc. Avis aux collectionneurs.

Le mode Zombie est très similaire à celui mis en place dans Call of Duty : World at War, mais avec une ambiance encore plus déjantée et second degré.

Et même si on regrette que l’IA n’ait finalement pas évolué depuis quelques années, force est de constater que Call of Duty : Black Ops propose un gameplay vraiment soigné. Certains jeux devraient en prendre de la graine.

Durée de vie
Comptez six heures bien remplies pour venir à bout de la campagne. Certes c’est peu, mais l’expérience est loin de s’arrêter après la campagne solo. Le mode Zombie est jubilatoire et le mode Multi réserve, lui, de longues heures de jeu.

Ce dernier est plus équilibré qu’avec le précédent Call of Duty. Les nouvelles cartes et nouveaux challenges sont en tout cas suffisants pour justifier une migration massive de la communauté des joueurs, particulièrement importante. Ça à l’air d’être d’ailleurs le cas. À tel point que, à l’heure d’écrire ces lignes, certains problèmes de connexion et de latence subsistent. En espérant que cela soit corrigé prochainement.

Note Game Design : 5/6

Verdict technique
Image
Le moteur de Call of Duty commence à prendre sérieusement de l’âge, et cela se ressent au niveau de l’animation et des textures du visage. Toutefois pour mettre l’ambiance, les petits gars de Treyarch s’y entendent parfaitement et les explosions et autres pétoires en transe démontrent une nouvelle fois que Call of Duty sait mettre le feu au salon.

La mise en scène de la campagne est beaucoup plus soignée que précédemment, se révélant également violente et réaliste. Attention, ça ne rigole vraiment pas au Pentagone… Les environnements léchés et variés relancent sans cesse l’envie d’avancer dans le scénario, et c’est bien là le principal.

Note image : 4/6
Son
Les doublages français sont particulièrement réussis, de même pour les bruitages. Rien de bien surprenant toutefois, cela reste un point fort de la série. En revanche, le soin apporté au niveau de la musique constitue une première. Les différents thèmes s’accordent à la perfection aux divers morceaux de bravoure du jeu, en mêlant habilement indus et hard rock. Bref, elles collent parfaitement au sentiment de puissance dégagée par le jeu.

L’ambiance sonore en mode Multi est, elle, bien plus calme et permet au joueur de se focaliser sur l’action. On apprécie le geste.

Quel dommage que la synchronisation labiale soit si catastrophique ! Si tout le reste est là, ce détail vient vraiment gâcher l’expérience lors des scènes cinématiques. Cependant, au cœur de l’action, ce problème ne se pose plus.

Note son : 5/6




 
 
In God We Trust - In His Life: The John Lennon Story - In the Mood for Love - In Too Deep - Incredible Creatures That Defy Evolution 3 - Infection - Inside The Space Station - Into the Arms of Strangers: Stories of the Kindertransport - Intolerance - Iron Maiden: Raising Hell - Is It Fall Yet? - Isaac Stern: Life's Virtuoso - Isn't She Great - It Had to Be You - It's the Pied Piper, Charlie Brown - Italian for Beginners - ivans xtc. - Jack Frost 2: Revenge of the Mutant Killer Snowman - Jaded - Jailbait! - Jason and the Argonauts - Je t'aime John Wayne - Jeff Buckley - Live in Chicago - Jesus' Son - Jetzt oder nie - Zeit ist Geld! - Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat - Joseph King of Dreams - Ju-on - Just One Night - Kalt ist der Abendhauch Capot De Selle - Aprilia - 50 - Sr - Northstar Saphire - Lecteur CD - Inspecteur Lénigme (University Games) - Batterie Ordinateur Portable Packard Bell Easynote Lj65 - Easynot... - Lot De Serviettes Déco De Noël:Sapins, Étoiles, Cadeaux. - Gem Button Owl Top Gymboree - 144 Petits Drapeaux Cure-Dents Italie - Au Coeur De La France - Alsace - Vhs - Les Experts Miami Saison 1 - Episodes 13 A 16 - Trust 500P Soundforce - Haut-parleurs - pour PC - filaire - 4 Wat... - Antivirus Personnel 2008 - Ensemble Complet - 1 Utilisateur - Cd ... - 5145 - Salle À Manger Royale - Une Liaison Pornographique - Silencieux Ar C3 1.4 I - Dawson - Saison 6 - Netbook Samsung NP-NC 10 - Mouchoir De Poche - T-Shirt Basic-One 8 Ans - 3 Boutons Ronds Beiges (Lot 42) - Le Cabinet Du Docteur Caligari -
  Smartphones    |     Tablettes    |     Groupement assureurs    |     Écrans plats    |     Flux RSS    |     Mentions légales    |     Contact     Copyright ® 2014 AVCesar.com