Lecteur Blu-Ray

Oppo BDP-103EU

Par Jean Eparvier - Publié le 18/10/12
Mustav
Prix indicatif : 699 € TTC
Note AVCesar.com
Type : lecteur BD Profile 5.0
Décodeur audio : Dolby TrueHD et DTS-HD
Sortie HDMI : 2 (v 1.4)
Dimensions (L x H x P) : 430 x 311 x 79 mm
Poids : 4,9 kg
L’essentiel
Voilà déjà quelques années que le constructeur chinois Oppo accumule les récompenses pour la qualité inégalée de ses lecteurs Blu‑Ray. Nous avions d’ailleurs eu tout le loisir de nous en rendre compte l’année dernière, avec le test de l’Oppo BDP‑93EU (cliquez pour découvrir le banc d'essai de la rédaction d'AVCesar.com) dont voici aujourd’hui le successeur.
Raffiné jusqu’au bout des touches qui s’affichent désormais en creux sur une façade noire toujours aussi sobre, l’Oppo BDP‑103EU a donc la difficile tâche de représenter le top de la lecture Home Cinéma, sans trop se soucier de la question du rapport qualité‑prix. Le nouveau venu est d’ailleurs proposé 50 € plus cher que son prédécesseur (avant dézonage), mais force est de reconnaître que la machine a été revue en profondeur, ajoutant de nouvelles fonctionnalités à une fiche technique déjà bien remplie. Car si l’Oppo BDP‑103EU est avant tout un lecteur de Blu‑Ray 3D Ready doté d’une mémoire interne de 1 Go pour profiter de la fonctionnalité BD Live dans les meilleures conditions, sa polyvalence le rapproche de plus en plus d’une vraie plateforme multimédia.

Comme son devancier, l'Oppo BDP‑103EU est d’abord un lecteur universel capable de lire aussi bien les CD, DVD, BD 2D et BD 3D que leurs dérivés réinscriptibles, mais aussi les CD HDCD, les DVD Audio et SACD, lu en stéréo ou en multicanal. Cette mécanique est associée à l’un ‑si ce n’est le meilleur‑ des processeurs vidéo du marché, la puce Marvell Qdeo Kyoto G2 qui vient d’adopter un double cœur et un « H » pour signifier qu’elle est désormais capable d’un Upscaling vidéo 1 080p/24 bien sûr, mais aussi Quad HD (3 840 x 2 160 pixels). Ce processeur dispose d’un nombre important de paramètres pour affiner le rendu de l’image, mais aussi d’une conversion 2D/3D avec ajustement manuel de la profondeur. À côté d'une première sortie HDMI CEC 1.4a, l’Oppo BDP‑103EU dispose d’une seconde sortie HDMI dotée d’un processeur moins performant, mais largement suffisant pour assurer, comme la première, un désentrelacement et un Upscaling 1 080p d’un DVD sur un second diffuseur. On peut donc tout à fait envisager « alimenter » simultanément avec une image Quad HD un diffuseur idoine via la HDMI 1 et un téléviseur HDTV 1 080p avec la HDMI 2. Cette seconde sortie HDMI peut également être configurée pour isoler les flux Dolby TrueHD ou DTS‑HD du signal vidéo pris en charge par la première, afin d’obtenir la meilleure qualité d’image et de son possible. L'Oppo BDP‑103EU conserve bien sûr le mode Source Direct qui désengage les circuits de traitement vidéo afin de récupérer l’image (et le son) sans passer par les processeurs de la machine, pour ceux qui préfèrent s’en remettre à un scaler ou à un processeur vidéo externe. On remarque au passage la disparition de la sortie YUV et l'entrée e‑Sata, présents sur le BDP‑93EU.

En revanche, et c’est une première chez Oppo, le BDP‑103EU s’équipe de deux entrées HDMI, dont une compatible MHL (Mobile High Definition Link) en façade, afin de profiter des qualités du processeur vidéo Marvell sur des sources HDMI externes comme une box TV, un lecteur multimédia ou un décodeur câble ou satellite. Bien vu ! Ces dernières permettent de récupérer également le son jusqu’à 5.1 canaux 192 kHz ou 7.1 canaux 96 kHz en PCM, Dolby Digital et Dolby Digital Plus, DTS et AAC, mais pas le Dolby TrueHD ou le DTS‑HD Master Audio. Cela dit, l'Oppo BDP‑103EU n’en est qu’au début de son développement et, peut‑être, une mise à jour Firmware offrira à l'avenir cette possibilité.

Côté son, l'Oppo BDP‑103EU est équipé d’un processeur audio pour décoder en interne les bandes‑son DTS‑HD Master Audio et Dolby TrueHD d’un Blu‑Ray ‑mais aussi le DSD d’un SACD‑ pour les véhiculer en LPCM via ses prises HDMI à un amplificateur dépourvu des décodeurs idoines. Ou directement non décodés (flux Bitstream), si vous préférez laisser cette tâche à un amplificateur ou un processeur plus puissant. On peut aussi profiter des excellents convertisseurs N/A Cirrus Logic 192 kHz/24 bits pour les récupérer à travers la sortie 7.1 RCA plaquée or. On dispose également de deux sorties numériques, une optique et une coaxiale, si l’on préfère s’en remettre à un convertisseur N/A externe pour les sources non HD.

Voilà pour la partie lecture « traditionnelle »… Car l’Oppo BDP‑103EU est aussi une plateforme multimédia très complète, avec ses trois ports USB Host (un en façade et deux à l’arrière) compatibles avec les clés idoines et les disques durs (NTFS et Fat32), et sa fonction passerelle multimédia UPnP (DLNA). Cette dernière lui ouvre les portes du réseau domestique et d’internet grâce à un port Ethernet ou un dongle Wi‑Fi fourni d’origine, pour récupérer les fichiers audio, photo et vidéo stockés sur un disque dur Nas ou un ordinateur connecté. L’Oppo BDP‑103EU sait lire la plupart des conteneurs (AVI, MKV, MP4, WMV, Mov, TS, Jpeg, Wav…) et des formats de fichiers audio et vidéo : MP3, Ogg Vorbis, Flac (jusqu'au 192 kHz/24 bits) et WMA pour le son ; DivX, AVC/H.264, WMV, AVC‑HD et tous les formats Mpeg pour la vidéo… La liste est longue et non exhaustive, puisque l’Oppo BDP‑103EU peut, là encore, bénéficier de mises à jour Firmware régulières dès lors qu’un nouveau conteneur ou une évolution de format viendrait à manquer à son palmarès. Seul regret : l’Oppo BDP‑103EU abandonne la compatibilité avec les fichiers Iso Blu‑Ray qui a longtemps fait le bonheur du BDP‑93EU (ce dernier l'a toutefois également perdue suite à une mise à jour logicielle…). La pression du consortium Blu‑Ray, auquel le constructeur américain appartient, a définitivement été la plus forte.

En plus de l'accès à la fonction Bonus Live d’un Blu‑Ray et de la mise à jour du programme interne de la machine, la connexion réseau permet de se connecter à la base de donnée Gracenote Music ID et Video ID pour récupérer la jaquette d’un DVD ou la pochette d’un CD audio, ainsi que le titre des pistes. Le distributeur français nous annonce bientôt ce même service sur la musique et les films dématérialisés. L'Oppo BDP‑103EU propose également une fonctionnalité relativement rare, le gestion SMB (Samba)/CIFS, permettant de lire en streaming des contenus vidéo, audio et photo partagés sur un ordinateur distant ou un disque dur Nas au travers du réseau local, via les protocoles Server Message Block (SMB) ou Common Internet File System (CIFS). Ces derniers, plus puissants que le DLNA en termes de compatibilités de fichiers, autorisent la lecture via réseau de gros fichiers (par exemple, une structure Blu‑Ray BDMV, impossible à transférer via DLNA).

Enfin, la connexion réseau permet également d’accéder à certaines applications du Net telle YouTube, en attendant les services en ligne (ou équivalents) de VOD déjà disponibles aux États‑Unis tel que Netflix et Vudu ou les Webradios signées Pandora.

L’Oppo BDP‑103EU adopte une évolution esthétique de l’interface utilisateur de son prédécesseur. Cette dernière permet d’exploiter les nombreuses possibilités de l’appareil, depuis une télécommande rétroéclairée toujours aussi ergonomique et un peu plus agréable « tactilement » que la précédente.

L’OSD permet de configurer, rapidement, aussi bien la section audio (configuration des enceintes pour la sortie analogique 7.1, sortie numérique, etc.) que vidéo, et d’accéder aux nombreuses fonctions de personnalisation, dont certaines sont toujours uniques à ce jour sur un lecteur Blu‑Ray. Il est ainsi possible, en plus des classiques réglages de netteté, de réduction de bruit vidéo, de couleur et de contraste, d’accéder à un mode de déformation verticale de l’image pour l’adapter à un écran 2.35 (typiquement utilisé avec un projecteur muni d’une lentille anamorphique), voire de rehausser les sous‑titres pour les positionner dans le cadre. On dispose encore de plusieurs zooms, d’un grand nombre de ratios d’images et de trois mémoires utilisateur pour faciliter l’exploitation de différentes sources d’images : DVD, Blu‑Ray et fichiers multimédia, par exemple.

Enfin, Oppo semble avoir entendu notre suggestion formulée l’année dernière : le constructeur américain propose désormais une application développée pour les smartphones et les tablettes d'obédience Androïd, en attendant son équivalent pour les périphériques iOS. Elle ne permet pas encore la sélection facile d’un fichier audio ou vidéo dans un périphérique UPnP, mais compte tenu de la réactivité d’Oppo, il y a lieu de ne pas désespérer !
Concurrence
Quelle concurrence ? L’Oppo BDP‑103EU n’a pas plus d’adversaire que son prédécesseur, capable de proposer autant de fonctions et une qualité audio et vidéo de ce niveau (cf. notre section Verdict technique)… Bien sûr, on le répète, cette remarque s'entend en considérant l'Oppo BDP‑103EU comme platine Blu‑Ray et lecteur réseau/passerelle multimédia. Comme vous allez le découvrir plus avant dans notre test, la fonctionnalité DVD est par exemple aujourd'hui déficiente, et par conséquent impossible à juger.
Fiche technique
Type : lecteur BD Profile 5.0
Décodeur audio : Dolby TrueHD et DTS-HD
Compatibilité : CD audio, CD DTS, DVD vidéo, DVD audio, SACD, BD vidéo, 3D, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, Dolby TrueHD, DTS, DTS-HD
Connectique : 2 sorties HDMI (v 1.4), 2 entrées HDMI (v 1.4), sortie stéréo, sortie multicanale (7.1), sortie audio numérique (optique et coaxiale), 3 ports USB Host, port RS-232, port Ethernet, Wi‑Fi
Multimédia : MP3, WMA, AAC, Flac, Dolby TrueHD, DTS-HD, DivX (SD et HD), WMV (SD et HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (SD et HD), MKV (SD et HD), TS (SD et HD), Jpeg, Fat32, NTFS, UPnP (DLNA), Accès Web
Fonctions : CEC, xvYCC, Deep Color, High BitRate Audio, désentrelacement (vidéo/film) automatique, upscaling vidéo Quad HD, gestion du zoom à partir du 4/3 basique, conversion 2D/3D, gamme HDMI réglable, gamma (paramétrable), réglage de netteté
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR, Mosquito NR
Télécommande : rétroéclairée
Consommation : 35 W (0,5 W en veille)
Finition : noire
Dim. (L x H x P) : 430 x 311 x 79 mm
Poids : 4,9 kg
Verdict technique
L’appareil vient d'ailleurs de bénéficier d'une mise à jour gratuite (et transparente pour l'utilisateur) de son système d’exploitation, notamment pour sa fonction lecteur DVD. Nous avons donc pu, enfin, apprécier ses qualités d’Upscaling et de désentrelacement sur un DVD Pal. Le résultat de la mise à l'échelle 1 080p, tout comme pour un DVD NTSC, est désormais tout simplement bluffant et inédite. Par contre, pour des raisons logistiques et de disponibilité de produits, nous n'avons pas encore pu vérifier la qualité de l'Upscaling Quad HD. Néanmoins, après ces tests, nous sommes en mesure de modifier la note finale de notre banc d'essai pour attribuer à l'Oppo BDP‑103EU une ultime sixième étoile, à l'instar de son prédécesseur, le lecteur Oppo BDP‑93EU.

Sinon, son nouveau processeur double cœur permet à sa mécanique de lecture Blu‑Ray d’afficher une vitesse de réaction encore supérieure à celle de son ancêtre pour rejoindre celle de la PlayStation 3. Un pur bonheur ! Tout comme l’image qu’il délivre en présence d'un disque Blu‑Ray, sans qu’il soit besoin d’intervenir sur les nombreux réglages proposés par le processeur. L'Oppo BDP‑93EU faisait déjà très fort ‑il ne s’agit donc pas d’une révolution‑ mais la finesse des détails, la fidélité des couleurs, le contraste ou la fluidité : tout est un poil meilleur avec l'Oppo BDP‑103EU ! D’autant que l’on peut aller encore plus loin en adaptant précisément l’image aux caractéristiques du diffuseur et à la qualité du média exploité, en agissant sur les filtres du processeur.

Ce qui surprend le plus souvent, c’est la découverte d’une profondeur d’image exceptionnelle qui relègue loin derrière la concurrence japonaise et coréenne. Tout apparaît à la fois précis et naturel, sans que l’on ait l’impression d’être confronté à une image vidéo un peu artificielle. Impossible d’ignorer son talent sur un film 3D, qui prend une autre dimension avec un lecteur Oppo. Sur un film tourné en 3D comme Avatar ou Pina, la différence de rendu est presque choquante comparée à celle d’un lecteur Blu‑Ray d’un constructeur généraliste ! Par contre, à l'instar des procédés disponibles chez d'autres marques, nous ne sommes toujours pas fans de la conversion 2D/3D, même si l’image HD d’un Blu‑Ray présente une mise en espace assez remarquable.
Malheureusement, comme évoqué plus haut, faute de disposer sous la main au moment de ce test d'un écran plat Toshiba ZL2 ou d'un vidéoprojecteur Sony VPL‑VW1000ES (cliquez pour découvrir le test de la rédaction d'AVCesar.com) compatibles avec un signal 4K/Quad HD en entrée, nous n’avons pas pu tester la qualité de l’Upscaling de l’Oppo BDP‑103EU jusqu’au bout, mais gageons que le processeur Marvell saura se montrer sous son meilleur jour le moment venu ! En revanche, nous avons pu nous rendre compte sans tarder de l’intérêt de ses entrées HDMI et du traitement vidéo apporté au signal d’une box internet ou d’un lecteur multimédia : il apparaît évident que l’image est bien plus fluide, le bruit vidéo réduit et la précision subjectivement supérieure (tous les défauts ne disparaissent pas par magie…), et comme la majorité des bandes‑son des programmes proposés par les chaînes de TV ou les fichiers vidéos se contentent du Dolby Digital 5.1, on n'est pas frustré par l'incapacité de la bête à reproduire les standards audio HD (pour l’instant…).

À l'instar de notre expérience avec une Freebox, on peut aussi apprécier ses capacités de traitement vidéo sur un signal par essence moins bon que celui d’un Blu‑Ray en constatant les progrès effectués par l’Oppo BDP‑103EU sur la lecture d’un fichier vidéo encodé en SD ou en HD 720p récupéré sur un périphérique UPnP. Dans les deux cas de figure, on reste impressionné par la qualité de l’image obtenue, même sur un écran de 2 m de base. Magistral !

Il ne faut, surtout, pas oublier non plus la partie audio digne de bon nombre de lecteurs CD audiophiles coûtant le même prix à travers une conversion N/A réellement étonnante ! Qualité que l’on retrouve d’ailleurs sur la sortie analogique 7.1 permettant de profiter des bandes‑son DTS‑HD et Dolby TrueHD sur un amplificateur audio‑vidéo (un peu ancien donc) démuni de connecteurs HDMI mais possédant une entrée multicanal RCA. On peut aussi, d'un point de vue purement musical et pour les plus exigeants, utiliser les sorties numériques (optique ou coaxiale) pour profiter des performances hors du commun de la partie lecture (précision au niveau de l'extraction des données) du BDP‑103EU avec un convertisseur N/A externe plus performant. Sans rivaliser avec les meilleures mécaniques audiophiles du marché, là encore, l’Oppo se permet de venir taquiner des appareils coûtant plusieurs fois son prix, et qui ne savent rien faire d’autre que de lire des CD audio !

Enfin, il apparaît évident que l'Oppo BDP‑103EU, disponible depuis quelques semaines en version multirégions pour les Blu‑Ray et multizones pour les DVD afin de profiter de toutes les galettes du marché, d’où qu’elles viennent, s'impose comme LE lecteur définitif des cinéphiles les plus exigeants, comme son prédécesseur…
+ Les points forts
BD 3D et Upscaling 4K/Quad HD (pas vérifié par nos soins…)
Qualité (encore plus) exceptionnelle du traitement vidéo sur un Blu‑Ray ou un fichier vidéo
Entrées HDMI avec Upscaling performantes
Sortie analogique multicanal compatible Dolby TrueHD et DTS‑HD de bonne qualité
Passerelle multimédia UPnP (DLNA) ultra‑polyvalente
Sorties numériques remarquables à partir d’un CD audio
Dongle Wi‑Fi fourni d’origine
Réactivité et facilité d’utilisation (télécommande, OSD)
- Les points faibles
Fonction lecture réseau manquant encore un peu de souplesse
Le prix, par ailleurs justifié si nos attentes sont vérifiées…
 
 
ABÉCÉDAIRE
BD vidéo
Déclinaison vidéo du Blu-Ray Disc offrant une image 1 080p (compression Mpeg2, Mpeg4 ou VC‑1) et un son multicanal haute définition (Dolby Digital Plus, Dolby TrueHD ou DTS‑HD). Nécessite un lecteur compatible BD vidéo.
Blu-Ray
Technologie à laser bleu utilisée par les BD (Blu-Ray Disc).
Cavalier
Insert amovible qui relie deux points électriques.
Coaxiale
Connexion audio numérique par câble coaxial au standard S/PDIF.
Composite
Liaison vidéo analogique, où la chrominance (C) et la luminance (Y) de l'image sont mélangées. Le signal circule généralement par une prise RCA, et offre une qualité d'image moyenne.
Video Violence... When Renting Is Not Enough. - View from the Vault IV - Walk Like A Man - Walker - Wall Street - Wanted: Dead or Alive - Warrior Queen - White of the Eye - White Phantom - White Water Summer - Who's That Girl - Wiatr - Wish You Were Here - Withnail & I - WrestleMania III - Portrait of Madame Yuki - Zombie Death House - Zombie vs. Ninja - Zärtliche Chaoten - Royal Space Force: Wings of Honneamise - Аssa - Chelovek s Bulvara Kaputsinov - Nayagan - A Better Tomorrow II - 18 Again! - 1969 - 36 Fillette - 555 - A Cry in the Dark - A Fish Called Wanda Chuckle Brothers: Indiana Chuckles And The Kingdom Of The Mythica... - Puzzle 20 Pièces Animaux - Peluche Vache - Déjà Vu - Blu-Ray - Jet Set - Edition Belge - Sea Of Love - John Carpenter - Fürst Der Dunkelheit (Omu) - Cache Lateral Droit - Aprilia - 50 - Rs - Canon CLI-8M - Réservoir d'encre - 1 x magenta - pour PIXMA ... - Merlin L'enchanteur Et Fée De Cross My Heart " Jeanne R... - Sucre D'orge Peluche Petit Chat Vintage Pistache - Postal - Les Marginaux - Chitty Chitty Bang Bang - Mio Moov Spirit V505 TV - Europe - récepteur GPS - automobile - 4... - Coffret Jackson - Bouba Le Petit Ourson - Vol. 6 - Abd Al Malik - Live À La Cité Nationale De L'histoire De L&#... - Gossip Girl - Saison 5 - Wacom Airbrush - Stylet - sans fil - pour Cintiq 21UX; Intuos4 La... -
  Smartphones    |     Data test    |     Groupement assureurs    |     Écrans plats    |     Flux RSS    |     Mentions légales    |     Contact     Copyright ® 2014 AVCesar.com