Lecteur multimédia

Zappiti Player 4K

Par Vincent Morette - Publié le 23/12/15
Mustav
Prix indicatif : 279 € TTC
Note AVCesar.com
Type : passerelle multimédia
Réseau : UPnP (DLNA)
Sortie HDMI : v 1.4
Dimensions (L x H x P) : 281 x 188 x 50 mm
Poids : 1,3 kg
,0 €
Amazon.fr
L’essentiel
Bien connue des amateurs de lecteurs multimédia, la marque française Zappiti a débuté son activité en 2009 avec la sortie d’une application de gestion de films et séries TV, dédiée à l'époque aux matériels de la marque Dune HD. La société tricolore a par la suite commercialisé une première gamme de boîtiers multimédia constituées de trois modèles (Zappiti Player, Zappiti Player Mini et Zappiti Muse Edition) basés sur des lecteurs de la marque Dune HD avec un Firmware intégrant son logiciel Zappiti Media Center.

Aujourd’hui, le constructeur s'est développée au point d'avoir lancé sa propre gamme de lecteurs multimédia, la famille Zappiti Player 4K, constituée de trois références : le Zappiti Player 4K Mini (229 €) sorti au début de l'été 2015 (en fait une simple passerelle multimédia sans possibilité d'insérer un disque dur interne), le Zappiti Player 4K (premier modèle sorti début 2015 et capable d'accueillir un disque dur interne 3,5'' Sata), et enfin le Zappiti Player 4K Duo (349 €) (le modèle le plus haut de gamme). Arrivé fin août 2015, ce dernier est un lecteur multimédia haut de gamme équipé d'un double rack à disques durs. Il faut d'ailleurs souligné qu'à l'heure d'écrire ces lignes, le Zappiti Player 4K Duo est le seul lecteur multimédia au monde à être équipé d'un double rack à disques durs.

Les trois modèles présentent donc les mêmes caractéristiques techniques, seule la capacité de stockage interne diffère. À savoir, le Zappiti Player 4K Duo propose en plus deux ports USB situés à l'avant de l'appareil, de part et d'autre du panneau frontal, ce qui facilite l'insertion de clés idoines ou la connexion de disques durs externes lorsque le lecteur est intégré dans un rack ou dans un meuble Hi‑Fi. De même, les trois lecteurs sont totalement « Fanless », ils n'intègrent pas de ventilateur et sont donc totalement silencieux.
À noter, lors de la sortie début 2015 du spécimen Zappiti Player 4K, ce dernier souffrait de nombreux problèmes de stabilités liés à son statut de première référence de la gamme. L'exemplaire que nous avions alors eu entre les mains était très difficile à exploiter et nous avions suspendu notre test du produit. Mais à force de mises à jour successives, il faut le souligner, le lecteur est désormais d’une fiabilité à toute épreuve. C'est pourquoi nous avons décidé de remettre le couvert avec un test mené à bout, cette fois‑ci, et toujours exhaustif comme vous allez le découvrir plus avant dans ce banc d'essai.

Le lecteur est livré avec de nombreux accessoires dont un cable HDMI certifié 4K, Deep Color 12 bits et 4:4:4 plus deux télécommande : une première est d'obédience infrarouge, tandis que la seconde est une Air Mouse ‑une sorte de souris sans‑fil‑ qui fonctionne en RF (radio fréquence). Le verso de cette seconde télécommande intègre un clavier Qwerty mais il est possible d'y associer les codes pour claviers Azerty. La télécommande IR peut être aisément remplacée par une télécommande universelle (Logi, Procontrol, RTI ou autre).
En plus de ces accessoires, un manuel d'utilisation papier est fourni. Il présente la plupart des fonctionnalités de base et sa version PDF, disponible en ligne sur le site officiel de la marque est mis à jour régulièrement. En plus du manuel, une base de connaissance (Faq) est également accessible en ligne et propose un grand nombre de tutoriels textuels et vidéos sur l'utilisation du lecteur et du logiciel de jaquette Zappiti Media Center.

Au niveau connectique, le lecteur propose une sortie HDMI 1.4 compatible Ultra HD/4K, CEC, 3D, Deep Color et xvYCC, une entrée HDMI 1.4, une sortie audio numérique optique, une sortie audio‑vidéo analogique mini‑Jack 3,5 mm qui peut servir de prise casque, un lecteur de cartes mémoires SD/MMC et un port Ethernet Gigabit, bien pratique pour les transferts de fichiers ou la lecture de gros fichiers en réseau. Enfin, on trouve trois ports USB Host dont un compatible USB 3.0. Le rack situé sur le côté de l’appareil permet d’insérer des disques durs Sata 3,5'' nus, à chaud, d’une capacité pouvant aller jusqu’à 8 téraoctets. Le lecteur est équipé d’un vrai bouton Allumage/Extinction (On/Off), ce qui permet de couper totalement l’alimentation et, donc, de ne rien consommer. Précision, en mode Veille, le lecteur consomme pratiquement zéro, moins de 0,02 watt.
À savoir, enfin, une fois doté d'un disque dur interne, le transfert de fichiers vers le Zappiti Player 4K peut être réalisé de plusieurs manières : depuis un disque dur externe connecté en USB 3.0, via FTP (aussi rapide qu’en USB 3.0) ou encore via une station d’accueil pour disque dur connecté à l’ordinateur.
Concurrence
Le Zappiti Player 4K est aujourd'hui le seul lecteur multimédia équipé d'un rack à disque dur. Mais dans la catégories des passerelles, nous pouvons citer la Popcorn Hour Vten affiché à 209 €) et la nVidia Shield Pro commercialisée à 199,99 € (cliquez sur la référence pour découvrir le test du produit par la rédaction d'AVCesar.com). Mais la première est limitée au niveau des applications complémentaires tandis que la seconde, bien qu’ayant de multiples attraits dont une compatibilité 4K 60p, affiche une qualité d'image inférieure et ne dispose pas de compatibilité 3D.

Sur la route du Zappiti player 4K, on trouve aussi les anciens lecteurs Dune HD, réputés pour leur stabilité. Leur gros point faible, ils ne sont malheureusement pas compatible avec le nouveau codec HEVC.

Enfin, les lecteurs optiques Oppo, réputés pour leur qualité d’image et de son, offrent aujourd'hui une meilleure compatibilité multimédia qu'auparavant mais ne proposent pas de système de jaquettes ni de compatibilité avec les fichiers Iso.
Fiche technique
Type : passerelle multimédia
Connectique : sortie HDMI (v 1.4), sortie audio stéréo, sortie audio numérique (optique), sortie XLR, port USB Host, port Ethernet, Wi‑Fi (b/g/n)
Compatibilité : cartes SD, MP3, AAC, Ogg, Flac, Alac, DSD, DivX (SD et HD), WMV (SD et HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (SD et HD), Jpeg, gestion DRM
Réseau : UPnP (DLNA), Bluetooth , NFC, Podcast, Webradios, Web TV, accès aux contenus de sites web (Oui)
Gestion vidéo : automatique, Pal (50 Hz), NTSC (60 Hz), Cinéma (24 Hz)
Fonctions : CEC, xvYCC, Deep Color, High BitRate Audio, OSD Français, désentrelacement (vidéo/film) automatique, upscaling vidéo 2 160p, gestion du zoom à partir du 4/3 basique, gamme HDMI étendue
Consommation : 5 W (0,02 W en veille)
Finition : noir
Dim. (L x H x P) : 281 x 188 x 50 mm
Poids : 1,3 kg
ph image
Verdict technique
Le démarrage du lecteur est relativement rapide pour ce type de matériel. Vingt à trente‑cinq secondes sont nécessaires pour afficher la page d'accueil en fonction des applications installées. C'est certes plus long que le démarrage d'un lecteur Blu‑Ray mais plus rapide que les lecteurs Zappiti Player de première génération ou qu’un lecteur Dune HD. À savoir, le démarrage peut être légèrement plus long lorsque des « apps » optionnelles sont installées. À l’inverse, celui‑ci pourra être plus rapide si des applications lourdes comme Kodi ou YouTube sont désinstallées. La page d'accueil présente trois principaux boutons, à savoir Zappiti (le logiciel de jaquettes), Explorer (un explorateur de fichiers) et Google Play, la plateforme de téléchargement et de mises à jour d'applications Android. C'est via cette dernière que les applications Zappiti et Explorer sont mises à jour. Et de ce côté‑là, une chose est sûre, Zappiti n'est pas avare en mises à jour puisqu’une nouvelle version est publiée tous les quinze jours environ avec, à chaque fois, corrections, améliorations et nouvelles fonctionnalités au programme.

L’Explorer est le moyen le plus simple pour lancer les vidéos stockées localement sur un disque dur interne ou externe raccordé en USB mais aussi sur le réseau local. Et grâce à l’Ethernet Gigabit, les vidéos restent fluides y compris en Ultra HD/4K ! Grâce à une mise à jour récente, le lecteur est désormais compatible avec la fréquence 23,976 Hz, ce qui permet d’afficher une image parfaitement fluide sur les films. La qualité d’image est remarquable et dépasse tout ce que nous avons pu voir en termes de dynamique sur d’autres lecteurs multimédia. Pour cela, Zappiti utilise une technologie d’amélioration d’image propriétaire intitulée Zappiti MagicPixel. Cette technologie procède à un savant mélange de traitement du signal vidéo et d’Upsampling couleur, le tout en sortie vidéo non compressée (soit 4:4:4 et 12 bits). Mais le plus intéressant est certainement sa capacité à afficher les vidéos Ultra HD/4K sur un simple téléviseur ou vidéoprojecteur non compatible UHD/4K. Grâce à sa sortie vidéo non compressée et à son traitement d’image particulier, le gain atteint 30%, selon le constructeur, comparé à un Blu‑Ray. Ce que nous croyons bien volontiers à la vue du spectacle proposé sur un un diffuseur Full HD. Cela fonctionne si bien qu’il n'est pas facile de différencier un fichier Ultra HD/4K affiché sur un téléviseur Full HD et un téléviseur Ultra HD alimenté avec le même fichier !

Au niveau compatibilité, tous les fichiers sont lus dont les vieux fichiers AVI en DivX, en passant par les gros Iso Blu‑Ray (2D et 3D) et DVD (avec menus), aux fichiers les plus récents encodés en HEVC. Quel que soit le type de codec ou de conteneur, MKV, XviD, ASF, AVI, TS, M2TS, WMV, Mov, MP4, AVC/H.264, FLVVC‑1… Rien ne lui résiste, en réseau ou depuis un disque dur interne ou externe. Impressionnant ! Seuls les très anciens fichiers DivX 3 manquent à l’appel. Et pour les rares fichiers récalcitrants comme ceux provenant d’anciens caméscopes, il est possible de les lire sans problème via l’applicatif VLC. La seule vraie limitation : l’incompatibilité avec les fichiers Ultra HD/4K natifs en 60p, en raison d’une connectique HDMI 1.4. C’est d’ailleurs là un des rares reproches que nous lui adressons. Mais heureusement, les fichiers Ultra HD/4K 60p ne concernent aujourd’hui qu’une poignée de fichiers de démonstrations. Et comme les films de cinéma sont enregistrés à une cadence de 24 images par seconde, en attendant l'Ultra HD Blu‑Ray, ce n’est pas bien gênant en soit. Autre limitation, l'incompatibilité avec le HDR, ce qui pourrait à l’avenir poser de plus gros problèmes. Mais à ce jour, aucune source HDR n’est disponible et lorsque le format Ultra HD Blu‑Ray sera là, soit avril 2016, il sera toujours possible de récupérer la couche sans HDR. Les fichiers 3D sont affichés avec une belle profondeur et les gros fichiers Iso 3D, assez rarement pris en charge, sont là affichés parfaitement. Seule ombre au tableau, l’incompatibilité avec les sous‑titres 3D.

Comme sur les précédents modèles, les touches de 1 à 9 permettent un accès direct (10% à 90%) tandis que les touches Gauche et Droite permettre d’avancer ou reculer le Time Code par incrément de   min dans la barre de temps. À noter, les accès directs sont extrêmement rapides, y compris sur des fichiers volumineux comme des Iso Blu‑Ray 3D ou des fichiers Ultra HD/4K. On retrouve aussi bien sûr la fonction de mémorisation de position de lecture. Au niveau des formats sonores Home Cinéma multicanal, ils sont véhiculés sans problème en bitstream et ce quelque soit le format, y compris DTS‑HD et Dolby Atmos. Mais, bien sûr, dans le cas d’une utilisation avec un simple téléviseur sans amplificateur Home Cinéma, il est possible de downmixer le son en stéréo.

Contrairement aux anciens modèles, le Zappiti Player 4K est compatible avec les applications Android, ce qui ouvre des perspectives intéressantes. Les apps installées se retrouvent dans la section My Apps et il est possible de faire un raccourci sur la page d’accueil. Précision, l’application Netflix est compatible mais ne bénéficie pas de l’auto‑framerate. Il est donc impératif, à l'instar de la nVidia Shield Android TV, de sélectionner manuellement la fréquence 24p sous peine de se retrouver avec de méchantes saccades. Autre problème de cette application : la résolution d’affichage, limitée au 720p… Bref, pour utiliser Netflix, il vaudra mieux utiliser celle de votre Smart TV. L’application CanalPlay fonctionne plutôt bien mais il faut l’installer via l’APK non officielle, car Canal ne supporte qu’un certain nombre d’appareils dont le Zappiti Player 4K ne fait pas partie. L’app Google Chrome pré‑installée fonctionne à merveille tout comme l’app YouTube, à la nuance près que les vidéos sont là aussi limitées à la résolution maximale 720p.

La partie musicale est gérée par l’app intitulée sobrement Music, située dans la section My Apps. Elle permet d’afficher les pochettes et de continuer à naviguer dans les albums pendant la lecture audio d’une playlist. Mieux, il est possible de sortir de l’application et d'en lancer une autre sans que la musique ne se coupe, du moins tant qu’il n’y a pas de son sur cette autre application. En effet, à partir du moment ou une application nécessite du son, la lecture de la liste de lecture en cours s’arrête. La plupart des formats audio sont pris en charge dont les classiques Flac, Ogg, AAC, MP3 mais aussi les fichiers AIFF, non pris en charge par les anciens modèles. Les photos sont gérées via l’application intégrée MediaBrowser. Mais il est possible de télécharger de nombreuses app Android capables par exemple de réaliser des diaporamas musicaux évolués.

Mais le vrai plus de ce lecteur Zappiti, c’est son système de jaquettes intégré qui lui confère son patronyme, simple et intuitif, qui en fait un véritable atout. Il suffit d’indiquer où se trouvent les dossiers Films et Séries au lecteur en suivant la procédure affichée à l’écran et Zappiti trouve toutes les pochettes associées ! Vous pouvez ensuite explorer votre bibliothèque et retrouver facilement vos films grâce à un moteur de recherches et certain nombre de filtres de tris. On trouve également une option de téléchargement de sous‑titres, fonction particulièrement intéressantes pour les amateurs de films en VO sous‑titrés. Une autre option permet d’afficher les bandes annonces en streaming (en provenance d’Internet).

Le système Zappiti fonctionne avec une application serveur qui peut être installée soit sur un ordinateur Mac, PC, un Nas de marque Synology, mais aussi via un système Cloud sur Internet. Via le Cloud, le Zappiti Player 4K n’a pas besoin d’un ordinateur pour fonctionner. Mieux : cela permet de faire du multiroom vidéo. Toute l’analyse de la bibliothèque vidéo peut se faire directement depuis le lecteur à l’aide de la télécommande. Il est aussi possible d’administrer Zappiti sur un ordinateur Mac ou PC si on le souhaite mais ce n’est pas du tout obligatoire. Lorsque l’on modifie une jaquette sur l’ordinateur, elle est synchronisée automatiquement sur le ou les lecteur(s) de la maison. Lors du premier affichage, les jaquettes sont téléchargées du serveur, puis stockée dans la mémoire interne du lecteur pour un affichage rapide. Et si vous avez une mauvaise connexion Internet, Zappiti propose un mode Hors Ligne qui permet au Zappiti Player 4K d’être totalement autonome et de fonctionner même sans connexion Internet.

Contrairement aux précédents modèles, à ce jour, l’application Zappiti Media Center n’est pas encore disponible pour tablettes mais le constructeur nous a assuré travailler sur le sujet et une première version devrait être publiée début janvier. Elle reprendra les fonctionnalités générales de Zappiti mais apportera en plus la fonction streaming pour lire ses films sur tablette en réseau Wi‑Fi ou 3G/4G.
À noter, l’application Kodi, pré‑installée sur le lecteur fonctionne plutôt bien mais reste moins adaptée au Zappiti Player 4K car pas optimisée pour ce lecteur. En effet, l’affichage vidéo de Kodi est gérée en accélération matérielle seulement, et non pas en décodage matériel comme c’est le cas avec Zappiti et Zappiti Explorer. Il en résulte une moindre fluidité et une qualité d’image limitée.

En définitive, malgré les nombreux problèmes de jeunesse et des débuts laborieux, le fabricant français s’est montrée attentif aux commentaires des utilisateurs et a toujours montré une grande réactivité depuis la sortie du lecteur avec des mises à jours régulières. Il en ressort aujourd’hui un lecteur multimédia fiable, simple d’utilisation, compatible avec les codecs les plus récents, proposant une incroyable qualité d’image digne des meilleurs lecteurs Blu‑Ray actuels et qui nous réserve ‑nous en sommes certains‑ encore plein de surprises à venir !
+ Les points forts
»  
Excellente qualité d’image
»  
Compatibilité Ultra HD/4K
»  
Downscaling 4K de qualité
»  
Upscaling Ultra HD de qualité
»  
Traitement vidéo 12 bits par couleur
»  
Port USB 3.0
»  
Système de jaquettes performant et intuitif
»  
Rack à disque dur jusqu’à 8 To
»  
Clavier fourni
»  
Produit français avec assistance gratuite
- Les points faibles
»  
Pas de compatibilité UHD/4K 60 im/s
»  
YouTube et Netflix limités à 720p
»  
Pas de sous‑titres 3D
»  
Pas de sortie audio coaxiale
»  
Télécommande non rétro‑éclairée
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES