Smartphone

LG G4

Par Rhylaan Poett - MAJ le 08/09/15
Mustav
Prix indicatif : 649 € TTC
Note AVCesar.com
Type : Smartphone
Stockage : 32 Go
Caméra : 16 Mpixels
Dimensions (L x H x P) : 148,9 x 76,1 x 9,8 mm
Poids : 155 kg
L’essentiel
Alors que les jours de sa division mobile semblaient comptés à la mi‑2013, LG a su rebondir de manière assez spectaculaire en sortant le G2, un modèle haut de gamme qui a marqué son époque. Enfin de retour au premier plan, le constructeur coréen n’a pas manqué de capitaliser sur ce succès avec un successeur de qualité encore supérieure l’année suivante, le G3. Ce dernier a d’ailleurs reçu de nombreuses récompenses aux quatre coins de la planète et a même longtemps porté le titre officieux de « meilleur smartphone Android ». Lui succéder s’annonce donc une lourde tâche qui incombe au LG G4 testé ici. Après avoir trouvé la formule idéale l’année dernière, le constructeur coréen ne l’a ‑heureusement‑ pas bouleversé pour son cru 2015. Le G4 propose donc plusieurs évolutions par rapport à son prédécesseur, mais aucune révolution.

On retrouve ainsi un grand écran [abc]LCP[/abc] IPS 5,5" QHD (2 560 x 1 440 pixels) qui dispose sur le papier des mêmes caractéristiques que l’an passé. Il innove tout de même en s’avérant très légèrement courbé. De plus, LG jure avoir amélioré la qualité de l’affichage, notamment du côté des contrastes et de la luminosité. Nous y reviendrons plus loin. Le groupe coréen muscle également le capteur photo, qui passe de 13 Mpxls sur le G3 à 16 Mpxls ici. Quant aux entrailles de la bête, elles battent au rythme d’un processeur Qualcomm Snapdragon 808, épaulé par une puce graphique Adreno 418 et 3 Go de mémoire vive. L’appareil affiche évidemment une compatibilité avec tous les réseaux du moment, comme la 4G+ (jusqu’à 300 Mb/s), le NFC, le Bluetooth 4.1, le Wi‑Fi n ou encore le GPS assisté (A‑GPS).

Enfin, au‑delà de la fiche technique, l’appareil sait également se distinguer grâce à son design, avec une version proposant un dos en véritable cuir ! Il est d’ailleurs bon de noter que, à l’inverse de ses concurrents, LG ne s’est pas lancé dans la course à la finesse. Un parti pris qui permet de garder une batterie extractible et un port pour carte micro‑SD pour étendre la mémoire interne de 32 Go.

Même s’il reste loin des deux géants Samsung et Apple sur le marché des smartphones, LG espère néanmoins que son nouveau G4 s’écoulera au moins à 10 millions d’exemplaires. Ce qui n'est pas encore gagné quand on sait que malgré tout le succès critique qu’il a rencontré, le G3 n’a jamais atteint ce cap.
Concurrence
Le positionnement haut de gamme du LG G4 le place en concurrence frontale avec les poids lourds des autres fabricants. Dans le lot, les adversaires les plus sérieux se nomment Samsung Galaxy S6 et Galaxy S6 Edge. Après un Galaxy S5 assez critiqué, le premier constructeur mondial a su redresser la barre avec brio. Ses deux modèles disposent en effet du meilleur écran présent dans un smartphone à date, ainsi que de la fonction photo la plus aboutie.

Avec sa taille écran 5,5", le LG G4 se retrouve aussi face à un autre ogre : l’iPhone 6 Plus. La phablette d’Apple est néanmoins sensiblement plus encombrante du fait d’une optimisation perfectible de l’espace sur la face avant. Mais il n’en reste pas moins que la qualité de fabrication du 6 Plus s’avère excellente, tout comme ses performances globales. Et surtout son App Store se montre, toujours, plus intéressant que Google Play.

À l’heure de concevoir son One M9, tout comme LG, HTC a misé sur le changement dans la continuité. Le M9 s’habille donc toujours d’une belle coque entièrement en aluminium. Mais surtout, il a troqué son capteur photo Ultra Pixel si décrié contre un capteur 20 Mpxls plus classique, mais autrement plus efficace. Le seul défaut de l’appareil est loin d’être anodin puisqu’il s’agit du capricieux processeur Qualcomm Snapdragon 810, ici bridé pour éviter toute surchauffe intempestive.

Enfin, le plus récent modèle très haut de gamme sorti en France est le Sony Xperia Z3+, en exclusivité chez Darty. Néanmoins, entre les différences infimes avec le Xperia Z3 et la présence du SoC Snapdragon 810 mal optimisé, une fois de plus, le Z3+ soutient mal la comparaison avec tous ses concurrents directs. Et donc avec le LG G4.
Fiche technique
Type : Smartphone
Écran : 5,5"
Résolution : 2 560 x 1 440 px
Stockage : 32 Go
Caméra : 16 Mpixels
Batterie : 3 000 mAh
RAM : 3 000 Mo
Processeur : Qualcomm Snapdragon 808 (ARM, 1,8 Ghz, 6 cœurs, 3 000 Mo RAM)
Ecran : LCD (tactile capacitif, 2 560 x 1 440 pixels)
Lecteur d'empreinte : non
Réseau : 4G, Wi-Fi ac, Bluetooth 4.0 + EDR, Miracast, NFC
Caméra : capteur arrière 16 Megapixels avec flash, capteur avant 8 Megapixels
 
Connectique : sortie audio, port USB Host, lecteur de carte MicroSD
Compatibilité : MP3, WMA, AAC, Ogg, Flac (via app. tiers), résolution maximum Full HD (1080 lignes), Divx (via app. tiers), WMV, Mpeg2, Mpeg4
Fonctions : magasin d'applications universel, UPnP , tuner (FM), standard vidéo automatique, PAL 50 Hz, NTSC 60 Hz
Finition : cuir véritable ou plastique (aspect métal ou céramique)
Dimensions (L x H x P) : 148,9 x 76,1 x 9,8 mm
Poids : 155 kg
ph image
Verdict technique
Comme évoqué plus haut, LG a fait un choix surprenant de prime abord pour animer son smartphone vedette en optant pour un processeur Qualcomm Snapdragon 808 en lieu et place du Snapdragon 810. Ce dernier est le modèle haut de gamme du fondeur américain pour le premier semestre 2015 et a trouvé sa place dans tous les mobiles huppés déjà sortis ou annoncés, comme les HTC One M9, LG G Flex 2, Sony Xperia Z3+ ou OnePlus 2. La seule exception notable étant les duettistes Samsung Galaxy S6/S6 Edge propulsés par une puce Exynos maison. Mais à y regarder de plus près, ce choix n’est pas si étonnant tant le Snapdragon 810 a donné du fil à retordre aux constructeurs l’ayant adopté. LG est d’ailleurs bien placé pour le savoir dans la mesure où son G Flex 2 sorti plus tôt dans l’année embarquait lui aussi cette puce. Pour faire simple, il est devenu évident au fil du temps que cette solution, certes surpuissante, occasionne de sérieux problèmes de surchauffe.

Sur le papier, la principale différence entre les deux SoC (System on Chip) est de taille puisque le 808 est d'obédience Hexa Core, tandis que le 810 est Octo Core. Ce dernier embarque en effet quatre cœurs Cortex‑A57 surpuissants et quatre autres cœurs Cortex‑A53 destinés à prendre le relais pour les tâches nécessitant moins de puissance. Or, le Snapdragon 808 n’offre que deux cœurs haute performance Cortex‑A57. Dans la hiérarchie, il se place un ton en dessous. Surtout qu’il dispose d’une carte graphique moins performante et que ses cœurs tournent à une fréquence un poil moindre. Retrouver ce Snapdragon 808 dans un smartphone haut de gamme est donc en théorie une déception… En fait, seulement en théorie ! Car à l’usage, le G4 s’en tire très bien. Il n’atteint pas les performances brutes de son grand frère avec un score de 50 000 sous AnTuTu, contre 55 000 pour le Snapdragon 810, mais il reste néanmoins suffisamment puissant pour faire tourner sans coup férir absolument toutes les applications et tous les jeux 3D les plus gourmands présents sur Google Play. On sait que plusieurs de ces jeux sont capables de s’adapter à la machine sur laquelle ils tournent, en affichant par exemple moins d’éléments, moins de détails, des textures moins riches, etc. Mais ce n’est pas le cas ici. Le très exigeant mode Xtra de Real Racing 3 est tout à fait jouable sur ce G4, sans ralentissement notable. À l’usage, le Snapdragon 808 s’avère être un choix payant. Certes, il lui arrive aussi de chauffer, mais il le fait de manière très localisée, ce qui est moins gênant. Et surtout, ses cœurs et sa puce graphique offrent un fonctionnement homogène tout au long de l’utilisation. Du coup, le G4 ne souffre pas de ralentissement et propose une navigation très fluide dans ses menus. Ce qui le rend évidemment très agréable à pratiquer au quotidien.

Lorsque l’utilisateur allume le téléphone, il se retrouve donc face à un écran LCD IPS Quantum doté des mêmes caractéristiques que celui du G3, avec une diagonale 5,5" et une définition WQHD de 2 560 x 1 440 pixels, soit une densité de 538 pixels par pouce. Enfonçons une porte ouverte : vous vous doutez bien qu’avec une telle densité, le G4 se montre idéal pour profiter de tous les types de contenus en situation de mobilité, des jeux vidéos aux livres électroniques au visionnage de vidéo en passant par la navigation. Pour ce dernier usage, la définition est d’ailleurs si efficace que même les polices d’affichage les plus petites des sites Web restent lisibles lorsque le téléphone est tenu en mode portrait, même si elles ne sont pas forcément confortables à lire en aussi petit. Au‑delà de ces qualités déjà observées sur le G3, nous avons été ravis de constater que LG a vraiment tenu sa promesse d’améliorer le rendu de son écran d’une génération sur l’autre. Alors certes, de notre point de vue, la (très) légère courbure n’apporte rien d’un point de vue ergonomique. Néanmoins, la dalle IPS dotée d'un traitement photo‑chimique pour améliorer la densité des noirs et l'emploi de LED blanches et de LED bleues équipées d'un revêtement au phosphore pour booster les performances dans les teintes vertes et rouges ne sont pas que des termes marketing destinés à flatter le chaland. À l’usage, on constate vraiment une excellente profondeur de noir pour du LCD, des contrastes dantesques et une colorimétrie irréprochable. Le tableau n’est pas gâché par la luminosité qui figure également parmi les meilleurs du genre et assure une très bonne lisibilité en extérieur.

Cet écran exceptionnel en tout point représente l’écrin parfait pour l’interface utilisateur Optimus UX 4.0, ici plaquée sur Android 5.1 Lollipop. Cette interface n’évolue pas outre mesure par rapport aux versions de l’année dernière. Le constructeur a tout de même légèrement fait évoluer le design de l’ensemble. La tendance « flat » est toujours de la partie, mais les icônes se montrent plus colorées que par le passé. Pour le reste, Optimus UX n’a jamais bouleversé les paradigmes d’Android et ce n’est pas avec cette version 4.0 qu’elle va commencer. On retrouve donc de manière très classique des écrans d’accueil, un menu des applications (Drawer), une zone de notifications, etc. On apprécie tout particulièrement les nombreux contrôles gestuels, et surtout le plus pertinent d’entre eux : la double tape pour sortir l’appareil de veille.

Passons maintenant à la captation de photos et de vidéos de ce LG G4. Le G3 était déjà très bon dans ce domaine, mais son successeur met la barre encore plus haut, avec un capteur 1/2,6" de 16 Mpxls (contre 13 Mpxls), toujours stabilisé. Ces mégapixels supplémentaires ne sont pas là que pour épater la galerie. Associé à un autofocus laser, redoutable de précision, le G4 est capable de capturer de superbes clichés. Leur plage dynamique, le niveau de détails et le rendu des couleurs se montrent impressionnants. LG a également revu son algorithme depuis le G3, avec à la clé un lissage moins agressif sur les contours. Toutes proportions gardées ‑on parle encore d’un smartphone après tout‑, l’ouverture à f/1.8 permet même de réaliser des bokehs plus prononcés que par le passé. Cette ouverture permet surtout à l’appareil de se placer parmi les tout meilleurs du marché quand la luminosité vient à manquer. D’ailleurs, les nouveaux contrôles manuels offerts par l’interface prennent ici tout leur sens puisqu’il devient possible d’obtenir des photos en basse luminosité encore meilleures qu’en mode Auto. Une franche réussite donc !

LG a enrobé le tout dans une coque de 148,9 x 76,1 x 9,8 mm, pour 155 g sur la balance. Des dimensions assez conséquentes, mais logiques dans la mesure où l’appareil embarque tout de même un très grand écran. À y regarder de plus près, ces mensurations sont finalement assez compactes quand on les compare à ceux des autres modèles 5,5 pouces. La seule petite déception vient du fait que le G4 est un poil plus volumineux que son prédécesseur. Mais qu’importe, le nouveau venu offre une très bonne préhension, même si vous aurez compris, vu son positionnement, que mieux vaut le manipuler à deux mains. Notez tout de même qu’il reste possible d’envoyer un SMS ou un email d'une seule main. Côté design, le LG G4 se distingue tout particulièrement dans sa version cuir. En effet, pour 50 € de plus que la version normale, il est possible d’opter pour un modèle avec un dos en cuir. Splendide ! LG n'est pas le premier constructeur à proposer ce revêtement pour l’un de ses smartphones. Motorola l’a devancé avec son service Moto Maker qui permet d’ajouter cette option sur le Moto X, dès 2013. Néanmoins, le fabricant coréen a tout de même le mérite d’être le premier à proposer cette finition sur un modèle aussi stratégique, et de série qui plus est. Surtout que ce revêtement est ici très réussi. À savoir, LG fournit également la coque en plastique imitation métal dans le pack de la version cuir. Mais son rendu est un peu moins réussi que celui du G3.

Au final, si vous avez parcouru l’intégralité de ce test, vous aurez déjà compris que le LG G4 est l’un des meilleurs smartphones Android haut de gamme disponibles à date. Peut‑être même le meilleur. Nous avons eu beau chercher des défauts, nous n’en avons pas trouvé. Même son processeur un peu en retrait comparé à des concurrents comme le HTC One M9 ou le Sony Xperia Z3+ se révèle au final une bien meilleure option à l’usage. Pour chipoter, on peut tout de même pester sur le fait que LG n’ait pas jugé bon d’inclure un chargeur plus puissant dans la mesure où son onéreux smartphone est bien compatible avec la recharge rapide. Et puisque nous en sommes à parler d’énergie, sachez que le G4 est capable de tenir une journée et demie sur une seule charge. Concrètement, même en abusant de ses fonctions multimédias, il est difficile de lui faire rendre les armes en une seule journée d’utilisation. Ce qui est un vrai bon point. À l’heure du choix, les seuls concurrents sérieux du G4 sont les Galaxy S6 et S6 Edge, qui offrent eux aussi des écrans fabuleux, des fonctions photo impressionnantes et des designs enfin de pair avec leur positionnement. En cas d’hésitation, la taille de l’écran et la présence d’un port micro‑SD sur le modèle de LG restent de probants juges de paix.
+ Les points forts
»  
Dos en cuir pour cachet unique
»  
Qualité de fabrication
»  
Réactivité de l’interface
»  
Fabuleux grand écran LCD
»  
Excellente fonction photo
»  
Port micro‑SD carte mémoire
»  
Fonctions de lecture multimédia, irréprochables
»  
Autonomie très correcte
- Les points faibles
»  
Pas de chargeur Quick Charge dans la boîte
»  
Dos plastique moins joli que celui du G3
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement