Smartphone

Samsung Galaxy S6 Edge+

Par Alfred Trouvé - Publié le 08/02/16
Mustav
Prix indicatif : 799 € TTC
Note AVCesar.com
Type : Smartphone
Stockage : 32 Go
Caméra : 16 Mpixels
Dimensions (L x H x P) : 154,4 x 75,8 x 6,9 mm
Poids : 153 kg
679,90 €
Amazon.fr
L’essentiel
Six mois après avoir dévoilé les Galaxy S6 et Galaxy S6 Edge au début du printemps 2015, il était temps pour Samsung de présenter, à la fin de l'été dernier, sa nouvelle offre de phablettes Galaxy Note, cette gamme de smartphones dotés de grands écrans.

En 2014, Samsung avait dévoilé en marge du salon berlinois IFA deux Galaxy Note : le Galaxy Note 4 et le Galaxy Note Edge. Si le premier était une bonne évolution du Galaxy Note 3, le second était le premier modèle « Edge » chez Samsung. Sa particularité ? Disposer d’un écran tactile incurvé sur le côté droit. Une petite révolution en somme, d’autant que la marque coréenne accompagnait cette caractéristique d’une prise en main intelligente. Elle y a en effet déporté certains contrôles, comme les commandes des lecteurs musicaux et vidéos, sans pour autant grever la visibilité. Après un tel cru et après les Galaxy S6 qui ont été unanimement appréciés, Samsung devait frapper un grand coup. D’autant que, depuis 2014, Apple, son ennemi juré, a décidé d’investir sur ce segment (avec l’iPhone 6 Plus en 2014, puis l'iPhone 6S Plus en 2015, cliquez pour découvrir le test du produit par la rédaction d'AVCesar.com).
C’est donc au mois d’août dernier, avec plusieurs semaines d’avance sur son planning habituel, que Samsung dévoilait deux phablettes : la Galaxy Note 5 et la Galaxy S6 Edge+, cette dernière testée ici.

Si la première des deux phablettes est un modèle plutôt standardisé, digne successeur du Galaxy Note 4 (et dont la sortie française n’est toujours décidée à l’heure d'écrire ces lignes), la seconde s’avère être une version agrandie et survitaminée du Galaxy S6 Edge. Comprenez que l’écran, toujours Super Amoled Quad HD, a été relevé de quelques dixièmes de centimètres pour atteindre 5,7 pouces. La mémoire vive, associée au chipset Exynos 7420, passe en outre de 3 Go à 4 Go. Enfin, la capacité de la batterie, toujours non amovible, passe de 2 600 mAh à 3 000 mAh. Une progression de 15% seulement. Mais tout compte en téléphonie mobile… Même les quelques mAh gagnés sur l’autonomie. Et ces quelques changements offrent à ce mobile des performances de haut vol, comme nous le verrons.

Pour le reste, nous retrouvons ici toutes les caractéristiques physiques du Galaxy S6 Edge, à commencer par les deux tranches latérales incurvées. Comme pour son petit frère, ce S6 Edge+ est donc plus étroit et plus fin que les smartphones dotés d’un écran de même diagonale. Comparons‑le au Galaxy Note 5, également doté d'un écran de 5,7 pouces. Le S6 Edge+ mesure 75,8 mm de largeur (contre 76,1 mm) et 6,9 mm d’épaisseur (contre 7,6 mm). La conséquence est une prise en main légèrement différente, notamment pour ceux qui, d’habitude, ont quelques difficultés à tenir ou manipuler une phablette d’une seule main. Puisque les tranches du S6 Edge+ sont moins épaisses, elles comptent également moins de métal, ce qui a pour conséquence de baisser légèrement le poids du mobile : 153 g (contre 171 g pour le Note 5). Comme sur le S6 Edge et contrairement au Note Edge, les deux bordures sont intégrées à la dalle Quad HD. Cela sous‑entend que, non seulement l’interface, mais aussi toutes les applications y sont affichées. Si certaines d’entre elles parviennent à jouer avec la courbe de l’écran pour offrir des services supplémentaires, ce n’est pas le cas de toutes.

Le Galaxy S6 Edge+ repose sur les mêmes caractéristiques ergonomiques des téléphones haut de gamme de Samsung millésime 2015 : du verre renforcé à l’arrière et à l’avant, du métal sur les tranches, un châssis « unibody » premium et fermé, un lecteur d’empreinte à l’avant, un écran Quad HD (dont la résolution reste supérieure à 500 pixels par pouce) et le capteur photo protubérant à l’arrière. Ce dernier est toujours accompagné du flash LED et du cardio‑fréquencemètre (pour mesurer le pouls) qui sert aussi à faire la balance des blancs lors de prise de vue. À l’intérieur, même constat. La plateforme proposée est le fameux Exynos 7420 qui propulse déjà les Galaxy S6 /S6  Edge (cliquez sur sa référence pour découvrir le test du produit par la rédaction d'AVCesar.com). Le capteur photo principal est un modèle Isocell stabilisé 16 Mpxls compatible 2 160p en vidéo. La webcam est d'obédience 5 Mpxls compatible, quant à elle, Full HD. L’ensemble tourne toujours sous Android, avec surcouche Touchwiz. Notez que le S6 Edge+ est la première phablette haut de gamme de Samsung qui n’est pas livrée avec un stylet tactile. C’est un détail, mais c’est aussi un signal : ce modèle n’est pas un Note, et n’est donc pas un produit « pour les pros ».

Nous profitons de ce test pour évoquer Samsung Level, une gamme de produit audio haut de gamme dont la commercialisation a également débuté l'été dernier. Nous avons eu l’occasion de tester, avec le Galaxy S6 Edge+, le Level On Ear Wireless, un casque supra‑aural. Ce dernier, censé venir marcher sur les plates‑bandes de Beats Audio (le Solo 2 Wireless notamment), marque appartenant à Apple, se positionne sur le segment haut de gamme, face à Bose, Bower & Wilkins, Sony, Audio Technica, Denon, Sennheiser ou encore AKG. Très confortable à porter et bénéficiant d’une très belle construction, ce casque offre un très bon son, même quand il est utilisé avec une liaison Bluetooth. Notez qu’il est aussi possible de l’utiliser avec un câble mini‑Jack 3,5 mm classique, ce qui améliore son autonomie. À savoir aussi, il est optimisé pour être couplé avec un smartphone Android (pas uniquement Samsung donc), puisqu’il est accompagné d’une application qui sert d’égaliseur avancé. Enfin, il est également équipé d’un micro pour se transformer en kit mains libres, si besoin, bien pratique. Son prix officiel est affiché à 250 €, mais certaines boutiques le proposent sous la barre des 200 euros.
Concurrence
Si Samsung a créé le segment de marché des phablettes, il est aujourd’hui concurrencé par la très grande majorité des constructeurs de smartphone, que ce soit sur l’entrée de gamme ou le haut de gamme. Le S6 Edge+ doit donc, comme tous les autres modèles de la famille Galaxy, jouer des coudes pour s’imposer. À commencer par la proposition d’Apple : l’iPhone 6S Plus. La seconde phablette de la firme de Cupertino s’appuie sur les mêmes caractéristiques physiques que la première (écran Full HD 5,5'', châssis en aluminium, stabilisateur optique en photo et en vidéo), mais bénéficie aussi de tous les atouts offerts par l’iPhone 6S (écran 3D Touch, meilleure autonomie, chipset A9, nouvel appareil photo iSight 12 Mpxls, lecteur d’empreinte Touch ID seconde génération).

La firme américaine n’est pas la seule à affronter Samsung sur son pré carré. la majorité des grandes marques internationales offrent également une phablette premium. Le G4 chez LG. Le Nexus 6 et le Nexus 6P chez Google (développé respectivement par Motorola et Huawei). Le Mate S chez Huawei. Le Moto X Style chez Motorola. Les très prochains Xperia Z5 Premium chez Sony et Lumia 950 XL chez Microsoft. Sans oublier les marques chinoises qui ont la cote actuellement : Meizu Pro 5, OnePlus 2, ZTE Axon Elite, etc. Beaucoup de monde donc, et rarement sur la même gamme de prix. Car le Galaxy S6 Edge+ est onéreux : 799 € en version 32 Go sur la boutique officielle. Une cinquantaine d’euros de moins que l’iPhone 6S Plus. Notez que vous devriez le trouver légèrement moins cher dans certaines boutiques en ligne.
Fiche technique
Type : Smartphone
Écran : 5,7"
Résolution : 2 560 x 1 440 px
Stockage : 32 Go
Caméra : 16 Mpixels
RAM : 4 000 Mo
Processeur : Samsung Exynos 7420 (ARM, 2,1 Ghz, 8 cœurs, 4 000 Mo RAM)
Ecran : OLED (tactile capacitif, 2 560 x 1 440 pixels)
Lecteur d'empreinte : non
Réseau : 4G, Wi-Fi ac, Bluetooth 4.1 + EDR, NFC
Caméra : capteur arrière 16 Megapixels avec flash, capteur avant 5 Megapixels
 
Connectique : sortie audio, port USB Host et OTG, lecteur de carte sans
Compatibilité : MP3, WMA (via app. tiers), AAC (via app. tiers), Ogg (via app. tiers), Flac (via app. tiers), résolution maximum Ultra HD (2160 lignes), Divx, WMV, Mpeg2 (via app. tiers), Mpeg4
Fonctions : magasin d'applications universel, UPnP (via app. tiers), PAL 50 Hz, NTSC 60 Hz
Finition : châssis en verre et en métal
Dimensions (L x H x P) : 154,4 x 75,8 x 6,9 mm
Poids : 153 kg
ph image
Verdict technique
Vis‑à‑vis de l’ensemble de ses concurrents, le Galaxy S6 Edge+ offre trois atouts de taille : ces deux tranches incurvées aisément reconnaissables, sa plateforme très performante et son appareil photo de très bonne qualité. Nous allons évidemment étayer cet avis en commençant par le design. Le Galaxy S6 Edge+ est assurément un beau produit dont l’aspect est « hors du commun » dans la plus pure définition du terme. Alors que pratiquement toutes les autres phablettes du marché disposent du même type d’écran (une dalle rectangulaire droite), la proposition de Samsung joue la différence. Les exceptions sont rares : le G Flex et le G Flex 2 de LG, les Galaxy Note Edge et Galaxy Round de Samsung, et voilà tout.
Ce design, servi par des matériaux premium (le verre renforcé sur les deux côtés et le métal sur les tranches) offre une prise en main atypique. Nous regrettons naturellement que l’inclinaison de ses bordures soit principalement esthétiques et non pas utiles. Le fait que les usages soient réduits à l’affichage de notifications ou à l’accès rapide de quelques raccourcis limite considérablement l’intérêt d’une telle prouesse technique. Le fait que la courbure de ce châssis déforme les vidéos et rogne sur la lisibilité des contenus audiovisuels est aussi gênant. Sans parler que cela gâche quelque peu cette magnifique dalle Super Amoled aux couleurs prononcées et au contraste profond. Un écran dont la résolution dépasse les 500 pixels par pouces !

Le second atout de Samsung est sa plateforme. Nous l’avons déjà observée précédemment : un Octo Core Exynos 7420 avec 4 Go de mémoire vive. Les benchmarks techniques de cette plateforme montre que le S6 Edge+ est l’un des smartphones les plus puissants actuellement (un poil au-dessus du S6 Edge), mais aussi l’un des moins énergivores. L’autonomie n’est donc pas lésée, malgré la puissance que le processeur est capable de dégager. Le seul « point faible » de cette configuration est le processeur graphique, un modèle standardisé, développé par le consortium ARM. Il existe des solutions largement plus performantes, mais aussi plus chères, comme les PowerVR qu’Apple utilise généralement pour les iPhone et les iPad. Cela n’empêche pas le smartphone d’être suffisamment à l’aise dans toutes les situations. Il décode l’Ultra HD. Il dispose d’un lecteur multimédia nativement compatible avec un grand nombre de formats. Et l’interface du mobile est fluide. D’autant plus qu’elle a été nettoyée en début d’année.

Le troisième atout du Galaxy S6 Edge+ vis‑à‑vis de ses concurrents, c’est la photographie. Comme le S6 et le S6 Edge, cette nouvelle phablette dispose d’un bloc photographique très pointu. Capteur 16 Mpxls rétroéclairé avec stabilisateur optique. Objectif lumineux ouvrant à f/1.9. Capteur infrarouge pour réaliser la balance des blancs. Nombreux modes automatiques en photo et en vidéo dans une application complète et fonctionnelle. Les photographes avertis seront ravis de trouver un mode Expert qui leur est dédié. Dommage que Samsung ait supprimé tout déclencheur mécanique, contrairement à Sony. Malgré ce point de détail, le S6 Edge+ fait honneur à Samsung. Car les clichés qu’il produit sont très bons : beaucoup de lumière, de belles couleurs, un très bon contraste, peu de grains dans les ombres, un équilibre presque parfait, offrant un haut niveau de détail autant dans les parties éclairées que les parties sombres du décor. Samsung est l’une des trois marques en téléphonie qui compte en photographie, avec Sony et Apple. Cela se vérifie encore.

Pour un usage centré sur les communications et la photographie, le S6 Edge+ est un excellent choix, l’un des meilleurs sur cette seconde partie d’année 2015. D’autant que ceux qui cherchent un design différent seront également servis. Pour les usages multimédias, alors que nous aurions pensé que ce domaine devait être une de ses forces, nous aurions tendance à lui préférer les écrans plats, comme le Galaxy Note 5 ou l’iPhone 6S Plus, ou les dalles à bordures externalisées, comme celle du Galaxy Note Edge. À vous de voir, quand vous ferez votre choix, si cet usage est une priorité.
+ Les points forts
»  
Excellente plateforme technique
»  
Très belle qualité d’écran
»  
Très bon appareil photo
»  
Design qui change vraiment
- Les points faibles
»  
Bordures qui ne sont pas si utiles...
»  
... et qui amoindrissent la lisibilité en vidéo
»  
Prise en main inadaptée pour les jeux
»  
Prix qui en rebutera plus d’un
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement