Smartphone

Asus ZenFone 3 ZE520KL

Par Alfred Trouvé - Publié le 06/03/17
Mustav
Prix indicatif : 369 € TTC
Note AVCesar.com
Type : Smartphone
Stockage : 64 Go
Caméra : 16 Mpixels
Dimensions (L x H x P) : 146,9 x 73,9 x 7,7 mm
Poids : 0,144 kg
369,00 €
Amazon.fr
333,00 €
Darty
369,00 €
Darty
L’essentiel

Chez Asus, en téléphonie, il y a un avant et un après ZenFone 2. Ce dernier a eu d’excellents retours critiques, notamment dans nos colonnes (cliquez sur la référence ci‑dessus pour découvrir le test complet du produit par la rédaction d’AVCesar.com). 

Pourquoi ? Parce que, pour le prix auquel il était vendu, il offrait une fiche technique hors du commun. Ce fut notamment le cas du modèle ZE551ML : chipset Intel Atom cadencé à 2,3 GHz, écran Full HD 5,5", 4 Go de Ram, le tout pour un prix inférieur à 350 euros. Rares étaient alors ceux offrant mieux à ce prix (ou même un peu plus). Le ZenFone 2 se déclinait en quatre versions, dont la plus légère offrait un écran HD 5" avec un chipset Atom cadencé à 1,6 GHz, le tout pour 179 euros. L’équilibre était moins favorable, mais pas inintéressant.

 

 

L'Asus Zenfone 3 voit double

Un an plus tard, Asus renouvelle sa gamme. Mais l’accueil est moins chaleureux. Trois raisons à cela. D’abord, il n’y a plus l’effet de surprise. Ensuite, la gamme ressemble davantage à un rafraîchissement qu’à un renouvellement. Comprenez qu’il n’y a pas de révolution. Enfin, la concurrence a aussi appris du lancement d’Asus, d’Honor, de Meizu ou de OnePlus. Pour rester la référence du rapport qualité‑prix, viser dans le mille une seule fois ne suffit pas. Le ZenFone 3 se décline donc en deux versions : une classique, avec écran 5,2", et une phablette, avec écran 5,5 pouces. C’est la première qui fait l’objet de ce test et qui remplace le modèle le plus économique de la génération « 2 ». Notez cependant que, contrairement au ZenFone 2, les deux versions du ZenFone 3 reposent sur des plates‑formes strictement identiques (définition d’écran, Ram, stockage, processeur, etc.). Seules la taille de l’écran, la batterie et les dimensions sont modifiées.

 

 

Design et finition exemplaires

Avant de reprendre les différents éléments de la fiche technique, observons d’abord le design du produit. Le smartphone offre un châssis très classique, mais également très agréable à regarder et à prendre en main. Une plaque de verre minéral (Corning Gorilla Glass 3) habille chaque face et les contours, biseautés et arrondis, sont protégés par du métal. Avec une telle combinaison de matériaux, les séparations d’antenne sont donc discrètes et situées sur les tranches inférieure et supérieure où se trouvent aussi un port USB type‑C (ceux qui sont réversibles), un haut‑parleur et un port mini‑Jack 3,5 millimètres. L’écran est souligné d’une zone tactile avec les boutons de navigation d’Android. À l’arrière se trouvent deux éléments à pointer. En premier lieu, le bloc photo, avec un objectif protubérant, un flash triple LED et un capteur infrarouge pour l’autofocus hybride (laser et détection de phase). Ensuite, en dessous, Asus a placé un lecteur d’empreinte digitale. Le téléphone mesure 7,7 mm d’épaisseur. Il pèse 144 grammes. Il est proposé en quatre couleurs : blanc, doré, bleu et turquoise.

 

 

Caractéristiques techniques 

À l’intérieur de cet élégant boîtier se trouve une plateforme moins atypique que celle du ZenFone 2. Le processeur Intel est remplacé par un modèle plus convenu : le Snapdragon 625. Il est composé de huit cœurs Cortex‑A53 dont les plus rapides fonctionnent à 2 gigahertz. La partie graphique est prise en charge par un Adreno 506. Le mobile est compatible avec le réseau 4G (LTE catégorie 6). Il est compatible Wi‑Fi ac, Bluetooth 4.0, GPS et radio FM. Le chipset est accompagné de 3 Go ou 4 Go de Ram et de 32 Go ou 64 Go de stockage interne, selon la version. À savoir, le stockage est extensible par carte micro‑SDXC, dans les deux cas. Notez que, pour les besoins de ce test, nous avons pris en main la version avec 4 Go de Ram et 64 Go de stockage. La batterie offre une capacité de 2 600 mAh. Le mobile fonctionne sur Android 6.0 Marshmallow avec l’interface ZenUI 3.0.

 

Quelques informations pour finir sur les sections multimédia et vidéo. L’écran est de type Super IPS+. Il mesure 5,2" et affiche des images en 1 080p pour une résolution de 424 pixels par pouce. Le chipset audio est compatible avec les échantillonnages Hi‑Fi 192 kHz/24 bits. Le capteur photo principal est un spécimen IMX298 signé Sony dont la définition atteint 16 mégapixels. Il est épaulé par objectif Largan à six éléments ouvrant à f/2.0. Il est stabilisé sur quatre axes. Son autofocus est hybride, comme nous l’avons signalé précédemment. Il est compatible HDR. Il filme en 2 160p à 30 images par seconde avec un mode ralenti en 720p (stabilisateur électronique seulement en vidéo). La webcam est un modèle 8 mégapixels. Elle est accompagnée d’un objectif ouvrant à f/2.0 également.

 

Concurrence

Proposé de 360 à 400 euros selon sa diagonale et les boutiques, le ZenFone 3 ZE520KL mérite certainement que le consommateur y prête attention. Car, comme nous le verrons, le ZenFone 3 s’appuie sur de vraies qualités.

 

Et la concurrence la plus directe, dotée des mêmes spécificités techniques, est vendue pratiquement au même prix : les Huawei Nova et Lenovo P2 se négocient entre 300 € et 350 € également, tandis que le Moto Z Play est proposé à 400 euros. Le prix du ZenFone 3 est donc, à ce jour, cohérent. Cependant, le segment compris entre 300 € et 400 euros compte des produits également très qualitatifs, parfois même un peu plus.

À commencer par quelques modèles premium qui ne manquent pas non plus d’attrait : Honor 8 de Huawei (écran 5,2", Kirin 950, capteur 12 Mpxls, cliquez sur la référence pour découvrir le test complet du produit par la rédaction d’AVCesar.com) et Idol 4S d’Alcatel (écran 5,5", Snapdragon 652, capteur 16 Mpxls). Difficile donc pour le ZenFone 3 de se différencier nettement, malgré ses atouts.

 

Seconde remarque sur le positionnement prix : la plateforme Snapdragon 625 animera bientôt des modèles milieu de gamme qui seront vendus sous la barre des 300 euros. Nous pensons notamment au Moto G5 Plus de Lenovo dont les spécificités techniques ressemblent beaucoup au ZenFone 3. Le Moto G5 Plus, présenté à Barcelone la semaine dernière lors du salon Mobile World Congress n’a pas encore de prix de vente officiel. Mais il est certain que le téléphone sera moins cher. Pour preuve : le Moto G4 Plus est proposé à moins de 250 euros. Et le Moto G5 Plus le remplacera logiquement sur ce segment de marché. Ce qui veut dire qu’il y aura bientôt une forte dévaluation sur cette plateforme. Dommage qu’Asus ait manqué un peu d’ambition en ne choisissant pas, comme Sony avec le Xperia X, le processeur Snapdragon 652.

Fiche technique
Type : Smartphone
Écran : 5,2"
Résolution : 1 920 x 1 080 px
Stockage : 64 Go
Caméra : 16 Mpixels
Batterie : 2 600 mAh
RAM : 4 000 Mo
Processeur : Qualcomm Snapdragon 625 (ARM, 2 Ghz, 8 cœurs, 4 000 Mo RAM)
Ecran : LCD (tactile capacitif, 1 920 x 1 080 pixels)
Lecteur d'empreinte : non
Réseau : 4G, Wi-Fi ac, Bluetooth 4.2 + EDR
Caméra : capteur arrière 16 Megapixels avec flash, capteur avant 8 Megapixels
 
Connectique : sortie audio, port USB Host et OTG, lecteur de carte MicroSD
Compatibilité : MP3, WMA (via app. tiers), AAC, Ogg (via app. tiers), résolution maximum Ultra HD (2160 lignes), Divx (via app. tiers), WMV (via app. tiers), Mpeg2 (via app. tiers), Mpeg4
Fonctions : magasin d'applications universel, UPnP (via app. tiers), tuner (FM), PAL 50 Hz, NTSC 60 Hz
Finition : noir, blanc ou or
Dimensions (L x H x P) : 146,9 x 73,9 x 7,7 mm
Poids : 0,144 kg
ph image
Verdict technique

Le ZenFone 3 a été conçu intelligemment : ses principaux atouts sont visuels. Et ils cachent plutôt bien ses quelques petits défauts. Que ce soit la photographie, l’écran ou la construction de son châssis, tous ces éléments attirent les yeux. Les lignes ergonomiques du téléphone ne sont pas atypiques, comme le sont celles de l’Idol 4S d’Alcatel (avec son design réversible). Ils ont même été nombreux en 2016 les mobiles avec deux faces de verre minéral (chez Honor, Samsung, Alcatel, etc.). Cependant, le travail est bien réalisé : les tranches finement biseautées, les boutons mécaniques ciselés, le toucher très agréable du verre minéral signé Corning. Tout n’est pas parfait, comme le côté très glissant du mobile (qui peut tomber d’une table, si elle n’est pas totalement droite), mais les plus grosses « imperfections » concernent davantage les goûts et les habitudes. C’est le cas de l’emplacement du lecteur d’empreinte que nous aurions préféré en façade, ou encore de la protubérance du capteur photo, que nous aurions préférée absente.

 

 

Dalle LCD IPS+

L’écran est également du côté des atouts du ZenFone 3. La dalle Super IPS+ est lumineuse, contrastée et détaillée, avec des pixels qui ne se voient pas (ou très difficilement) à l’œil nu. Les angles de vision sont bien ouverts. La colorimétrie est globalement respectée, même si les couleurs sont légèrement altérées par la très bonne luminosité. Il faut parfois régler manuellement cette dernière pour contrebalancer, au risque de perdre un peu en lisibilité en plein jour. Un équilibre complexe à trouver. La dalle de verre minéral qui protège l’écran est très agréable au toucher et offre une très bonne réactivité au système d’exploitation. Dans les applications, et surtout dans les jeux, cette réactivité s’apprécie encore plus.

 

Capteur photo 16 Mpxls

En photographie, Asus n’a pas hésité à monter en gamme entre le ZenFone 2 et le ZenFone 3. Le capteur 16 Mpxls, fourni par Sony, offre ici de très bons clichés dans des conditions de luminosité traditionnelle, et conserve de bons atouts quand l’apport de lumière tend à baisser. Les détails sont nombreux. Le bruit est rare. Les couleurs et le contraste sont présents. Il y a du piqué et peu d’aberrations. Il y a deux éléments importants dans ce capteur qui explique cela : le stabilisateur optique et l’autofocus hybride. Le premier ajoute en netteté. Le second automatise les réglages. D’où des photos très nettes. Cela manque en revanche de luminosité et d’équilibre. Car le capteur et l’autofocus auront tendance à prendre la photo si vite que les réglages de lumières manqueront de finesse. À cela s’ajoute une ouverture sur l’objectif assez banale (f/2,0), alors qu'Apple, Samsung, Oppo, HTC, Motorola, LG ou Xiaomi montent à f/1,8, voire f/1,7.

 

 

Batterie trop juste ?

En plus de ces quelques imperfections, trois détails nous ont chagrinés. D’abord, la batterie. Le mobile est pourvu d’une batterie de 2 600 mAh. L’autonomie en usage normale atteint la journée, mais il ne faudra pas solliciter le téléphone trop souvent. Les concurrents tablent davantage sur 3 000 mAh à partir d’une taille d’écran de 5,2 pouces. Et cela paraît plus logique. Le second détail est la plateforme. Nous avons testé un modèle avec Snapdragon 625 et 4 Go de Ram, mais il existe moins bien. Avec 4 Go de mémoire, les performances du ZenFone 3 sont en dessous de certains modèles avec 3 Go de mémoire (et le même chipset), comme le Nova de Huawei. Cette plateforme aura donc quelques difficultés à vieillir. Si au premier démarrage, le téléphone reste nerveux, qu’en sera‑t‑il lorsque des dizaines d’applications enrichiront le système ?

 

ZenUI 3.0 trop chargé…

Et nous en venons au dernier point fâcheux : ZenUI 3.0. Nous sommes fâchés, parce que l’interface est plutôt belle et élégante. Elle est très riche en fonctionnalités, dont certaines sont très utiles. L’outil d’optimisation qui vide la mémoire cache et supprime les fichiers temporaires. La suite logicielle pour régler l’usage des données en arrière‑plan, les notifications, la consommation d’énergie, etc. Le gestionnaire de fichiers. Le réglage des couleurs (pour contrebalancer le petit souci de luminosité, par exemple). Les applications système améliorées. Tout cela contribue à une très bonne expérience. Cependant, Asus, comme d’autres constructeurs de mobiles (Acer, Alcatel, par exemple), continuent de multiplier les applications pré‑installées et positionnées à des places prépondérantes, notamment sur le panneau central de l’interface, là où vous arrivez à chaque déblocage. Et ça, ce n’est pas utile. Cela ponctionne même de l’espace de stockage. Samsung est revenu de cette stratégie. Sony devrait également le faire. Et bien d’autres ne le font pas (ou plus). Espérons qu’Asus prenne ce chemin avec les prochaines versions de ZenUI.

 

 

Conclusion

Au final, le Zenfone 3 est un excellent smartphone. S’il ne rafle pas le nombre maximum d’étoiles avec ce test, c’est tout simplement parce que le package proposé par Asus cette année est (un peu) moins réussi que celui de l’an dernier, même s’il faut garder à l’esprit que la gamme 2016 était tout bonnement exceptionnelle en termes de rapport qualité‑prix. Forcément, nous attendions la série 3 avec attention et impatience… En fait, ce n’est pas tant Asus qui stagne, mais plutôt ses concurrents qui ont incroyablement progressé cette année. Mais il suffirait à la marque d’opter pour une politique tarifaire légèrement plus agressive, amplifier par exemple les premiers rabais apparus sur ce modèle, pour replacer le ZenFone 3 en tête des offres les plus attractives du marché. Déjà légitime au moment du choix d’un smartphone bien sous tout rapport, le ZenFone 3 s’avérerait alors un incontournable Must Have. À surveiller de très près donc.

+ Les points forts
»  
Appareil photo grandement amélioré
»  
Beaux matériaux pour le châssis
»  
Bon écran, très lumineux
»  
Superbe design…
- Les points faibles
»  
…mais très glissant
»  
Autonomie plutôt moyenne
»  
Interface complète, mais surchargée
»  
Pas de NFC
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement