Tout-en-un

Klipsch RSB-14

Par Gwendal Lars - Publié le 02/02/17
Mustav
Prix indicatif : 899 € TTC
Note AVCesar.com
Type : barre sonore
Puissance : 135 W
Décodage : Dolby Digital
Multimédia : client DLNA
Caisson de graves : actif
Dim. (L x H x P) : 1 117,5 x 826 x 826 mm
Poids : 4,54 kg
L’essentiel

Le constructeur américain Klipsch est bien connu des amateurs de systèmes Home Cinéma « musclés ». Il propose même des configurations qui frisent parfois la démesure. Néanmoins, riche de cette expertise, il s’adresse aussi à un public souhaitant acquérir un équipement, certes de qualité, mais ne remettant pas en question l’aménagement du salon familial. Pour éviter la multiplication des enceintes et des câbles, la barre de son est l’une des solutions les plus appréciées. Klipsch dispose d’ailleurs de ce type de produits dans sa gamme depuis déjà plusieurs années.

 

 

 

Fonction multiroom DTS Play-Fi intégrée

Cependant, en présentant la RSB‑14, la marque veut aller plus loin. En effet, cette barre de son se dote d’une fonctionnalité multiroom basée sur la technologie DTS Play‑Fi. Outre le fait que cette liaison sans‑fil lui permet de s’insérer dans tout écosystème compatible DTS Play‑Fi comme unité de diffusion, ou source, sonore, elle offre également la possibilité d’associer d’autres éléments de la gamme multiroom de Klipsch pour assurer, entre autres, la restitution des canaux d’ambiance. C’est le cas de la petite enceinte RW‑1 qui est parfaite pour jouer le rôle d’enceinte satellite et à laquelle nous allons consacrer un test très prochainement. À noter, nous n’avons pas pu tester précisément cette fonctionnalité car elle nécessite une mise à jour Firmware de la barre de son qui ne sera disponible que fin janvier, mais nous croyons Klipsch sur parole.

Tout ceci est géré via l'application gratuite Android/iOs Klipsch Stream, celle‑ci étant également indispensable pour accéder aux plateformes de streaming musicales telles Spotify Connect, Deezer, etc., à plusieurs milliers de Webradios, ou encore à sa bibliothèque musicale partagée sur le réseau à travers la fonction passerelle audio UPnP DLNA. Les compatibilités MP3, AAC, Flac et Wav (prise en charge des fichiers jusqu'en 192 kHz/24 bits, les fichiers PCM étant downsamplés en 48 kHz/16 bits).

 

 

 

Barre sonore discrète, devant le TV ou au mur

Dans sa version de base, la Klipsch RSB‑14 adopte donc une configuration 2.1. Sa largeur généreuse la destine plutôt aux écrans de grandes dimensions, typiquement des téléviseurs de 40" à 50" de diagonale, voire plus. Sa faible profondeur la prédestine à une fixation murale, elle est d'ailleurs équipée de trois accroches moulées à cet effet. Néanmoins sa hauteur, également réduite, offre aussi la possibilité de la placer sous le téléviseur, devant son pied, sans qu’elle en masque le bas de l’image. Comme de tradition sur ce type d’équipement, c’est cet élément qui contient l’essentiel de l’électronique et regroupe la connectique.

 

 

 

Package acoustique

Chaque extrémité de la barre de son renferme une véritable enceinte bass‑reflex deux voies s’articulant chacune autour de deux petits boomers de 64 mm associés à un tweeter à dôme de 19 millimètres. Ce dernier dispose bien entendu d’un pavillon TracTrix de 90 x 90 mm, véritable signature de la marque. Pour les piloter, Klipsch a opté pour un filtrage électronique par DSP et des étages numériques de puissance indépendants pour la section grave‑médium et aigu. En clair, pour chaque canal, les deux petits boomers de chaque enceinte sont associés à un premier amplificateur numérique, le tweeter à un second.

 

 

 

Les connecteurs audio-vidéo

La connectique, quant à elle, prend place à l’arrière de la barre de son. Klipsch a assez généreusement doté la RSB‑14 afin qu’elle puisse constituer la clé de voûte du système audio‑vidéo. On retrouve donc trois entrées HDMI 2.0 avec HDCP 2.2 compatibles Ultra HD/4K. De même la sortie HDMI, bien entendu également HDMI 2.0 avec HDCP 2.2, est dotée de la fonction ARC. Un unique câble HDMI suffit donc pour raccorder la barre de son au téléviseur tout en étant capable de récupérer le son des chaînes TNT, par exemple. Pour les téléviseurs plus anciens, n’assurant pas la fonction ARC, une entrée optique est disponible. Elle pourra aussi servir pour connecter une source audio numérique externe. Enfin, outre le transmetteur Wi‑Fi lié à la fonction et l'application DTS Play‑Fi, une liaison Bluetooth APT‑X est présente. Elle offre la possibilité de connecter directement des appareils nomades, comme smartphones ou tablettes, à la RSB‑14, tout en bénéficiant d’une qualité audio optimale. Précision, le port USB alimenté présent sert uniquement aux mise à jour Firmware de la RSB‑14 ou pour la recharge d'un périphérique externe. Il ne peut pas accéder au contenu audio d'une clé idoine ou d'un HDD. En revanche, le port Ethernet, à l'instar de la liaison Wi‑Fi mentionner plus haut, permet d'accéder à du contenu partagé sur le réseau local via DLNA et l'application Klipsch Stream. 

 

 

 

Caisson de basses externe

La restitution de l’extrême grave est confiée à un caisson à l’architecture très conventionnelle. Il se base sur un boomer externe à fort débattement de 203 mm de diamètre associé à une charge bass‑reflex. Ici encore un amplificateur numérique à pour mission de le commander. La liaison avec l’unité principale s’effectue sans‑fil. De même c’est la mise sous tension de la barre de son qui provoque le démarrage du caisson. À signaler, comme Klipsch considère que ces deux éléments sont indissociables, il ne précise pas leurs performances individuellement mais annonces des caractéristiques globales. Ainsi cet ensemble dispose d’une réponse en fréquences très honorable s’étendant de 28 Hz à 15 kHz (à ± 3 dB) et cumule une puissance de 135 W efficaces et 200 W en crête.

 

 

 

Attention au rendement…

À savoir, actuellement, les chiffres correspondant aux puissances annoncées n’ont plus guère de sens en raison du rendement très variable des haut‑parleurs équipant chaque produit. En effet, il n’est pas rare qu’un équipement annoncé pour 2 x 50 W fasse « plus de bruit » qu’un autre affichant une puissance de 200 watts. Plus intéressant, Klipsch précise le niveau acoustique maximum qu’est capable de délivrer sa barre de son. Il atteint 110 dB à 1 m, ce qui est déjà beaucoup. N’oublions pas que Klipsch est spécialiste des haut‑parleurs à haut rendement. Pour mémoire, le niveau sonore dans les discothèques et autres clubs est limité à 105 dB. 

Concurrence

Barres de son Klipsch RSB‑8 et RSB‑111, les deux petites sœurs de la marque. Déjà plus anciennes, ces deux barres de son sont respectivement proposées à 699 € et 899 euros.

 

Chez Bose, il existe la barre de son SoundTouch 300 accompagnée de deux satellites et un caisson. Cet ensemble est proposé sous forme d’un pack au prix de 1 949 euros.

 

Avec la Playbar, commercialisée à 749 €, Sonos propose également une solution évolutive. Pouvant s’utiliser seule au épart, il est possible de faire évoluer cette barre de son en lui associant un caisson de basse puis des petites enceintes satellites Play:1, voire Play:5 (cliquez sur sa référence pour découvrir le test complet du produit par la rédaction d’AVCesar.com). 

Fiche technique
Type : barre sonore
Puissance totale : 135 W
Connectique : 3 entrées HDMI (v 2.0), 1 entrée numérique (optique), 1 sortie HDMI (v 2.0), prise façade (entrée baladeur), Wi-Fi (b/g/n)
Traitement audio : modes DSP (Surround virtuel), gestion dynamique du volume, Dolby Digital, Dolby Atmos
Multimédia  : MP3, AAC, Flac, UPnP (DLNA), Bluetooth oui, NFC, Bluetooth
Fonctions : ARC, CEC, xvYCC, Deep Color
Barre sonore : 6 haut-parleurs, tout en un, bande passante de 28 à 20 000 Hz, finition noire
Dim. (L x H x P) : 111,75 x 8,26 x 8,26 mm
Poids : 14,5 kg

Caisson de graves : actif, woofer de 20 cm, sans fil, finition /noire
Dim. (L x H x P) : 1 778 x 4 064 x 3 334 mm
Poids : 10,89 kg
ph image
Verdict technique

La mise en services de la Klipsch RSB‑14 est extrêmement simple. Une fois le téléviseur et les différentes sources connectées, l’installation est immédiatement utilisable. La télécommande donne accès aux différentes sources et, ici encore, l’utilisation de la barre de son est on ne peut plus simple. Elle n’affiche aucun OSD et les réglages de volume ou de niveau du caisson de basse se font un peu à l’aveugle avec nos oreilles pour seul juge. Si la RSB‑14 assure bien la sélection et le transit des flux vidéo jusqu’en Ultra HD, elle ne les modifie en rien et n’ajoute donc aucune information. Pour profiter pleinement des possibilités multiroom du système et, on le répète, pour accéder à sa bibliothèque musicale via DLNA, il est indispensable de télécharger l’application Klipsch Stream. Disponible sous Android sur le Google Play Store, ou sous iOS sur l’App Store, elle présente des fonctionnalités assez conventionnelles pour une application mutliroom avec, notamment, la possibilité de renommer chaque élément afin d’avoir une vision globale claire de son installation.

 

 

 

Restitution stéréo…

Coté restitution, le comportement de la RSB‑14 nous a plutôt séduit. En mode stéréophonique, l’écoute dispose d’une très belle dynamique et la jonction entre la barre de son et le caisson de basses se fait sans trou marqué dans le bas médium à condition toutefois d’éviter le mode Surround Virtuel. En effet, s’il offre une très bonne spatialisation du son, il induit une certaine coloration sonore au niveau des voix qui, tout en rendant les dialogues beaucoup plus intelligibles, peut s’avérer assez déplaisante. Hormis ce point, la barre de son est tout à fait capable d’assurer un rôle de chaîne Hi‑Fi de qualité très correcte pour éviter la multiplication des électroniques et des enceintes au sein du salon.

 

 

 

Polyvalence bienvenue

On retrouve la signature sonore de Klipsch qui s’exprime pleinement dans la restitution des enregistrements live. Néanmoins, sur des musiques moins agressives, comme le reggae, la house, voire l’électro, la RSB‑14 se comporte également très bien. Le petit caisson est capable de descendre très bas tout en assurant un niveau et un impact surprenant pour sa taille. Par ailleurs, bien que, à la vue des chiffres annoncés, l’extrême aigu reste limité, l’écoute reste bien détaillée et présente. Globalement, en écoutes traditionnelles, la barre de son s’avère donc très satisfaisante en offrant une scène sonore ample, détaillée et dotée d’une légère brillance assez flatteuse.

 

 

 

Restitution Home Cinéma…

Sur les bandes‑son cinéma, le mode Surround Virtuel est, en revanche, appréciable. Il offre une sensation d’immersion sonore convaincante. Même si la localisation des bruits d’ambiance est moins précise qu’avec de véritables enceintes satellites, les traitements appliqués par le DSP de Klipsch sont efficaces et le résultat est très séduisant. De même, comme nous l’avons dit plus haut, les dialogues gagnent en intelligibilité, ce qui est agréable, même si les timbres de voix des acteurs perdent un peu en chaleur. À noter, un mode Nuit est également présent. Sa mise en service désactive totalement le caisson de grave, afin d’éviter qu’il soit la source de vibrations se propageant dans les murs et le sol (propagation solidienne), et le niveau de restitution se trouve fortement baissé automatiquement. Dans ce cas, le rendu sonore est largement moindre, mais l’essentiel est de ne pas déranger le voisinage…

 

 

Bref, la barre de son Klipsch RB‑S14 s'adresse à tous les consommateurs désireux de disposer d'une solution sonore simplissime à mettre en œuvre et à utiliser au quotidien. Dans le but, d'une part, de disposer d'une chaîne Hi‑Fi très capable en matière d'écoutes stéréo, et permettant aussi de goûter à la musique dématérialisée via la compatibilité Bluetooth. D'autre part de profiter des joies du Home Cinéma (même si la destinée de la Klipsch RSB‑14 n'est pas de remplacer un système multicanal) lors d'un bon film, à la télévision ou sur galette DVD/Blu‑Ray, en rehaussant considérablement le spectacle sonore proposé par le téléviseur. Le tout dans le respect des fondamentaux du constructeur Klipsch, une reproduction audio toujours d'obédience haute‑fidélité et pleine d'énergie pour un résultat jubilatoire.

+ Les points forts
»  
Simplicité de mise en œuvre
»  
Dynamique de la restitution
»  
Fonctionnalité multiroom DTS Play‑Fi
»  
Fonction passerelle audio UPnP DLNA
»  
Puissance généreuse
»  
Efficacité du caisson
- Les points faibles
»  
Pas de fonction d’autocalibrage
»  
Pas de port USB Host
»  
Alimentation externe
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement