Interview
Ellen Page - Inception
La frêle Ellen Page impose sa présence aux côtés de Leonardo DiCaprio dans cette superproduction signée Christopher Nolan. Plutôt habituée aux rôles d’ado en souffrance, elle revient sur sa première réelle incursion dans la cour des grands.

Quelle a été votre réaction la première fois que vous avez lu le script d’Inception ?
EP : j’étais bluffée. Je lis énormément de scénarios et celui d’Inception était inventif, incroyablement orignal et surtout imprévisible. Très souvent, vous avez rarement besoin de plus de quinze minutes pour avoir une bonne idée de ce qui va se passer jusqu’à la fin. Dans Inception, vous ne savez pas où vous allez, et c’est ce qui fait toute la force du film. C’est juste un des meilleurs scénarios que j’ai jamais eu l’occasion de lire dans ma vie.

Qu’est‑ce qui vous a séduit chez Christopher Nolan ?
EP : sa capacité d’écoute et son talent. D’une part, il aime par‑dessus tout le cinéma, ce qui n’est pas le cas de tous les réalisateurs avec qui j’ai travaillés (sourire). D’autre part, c’est l’un des cinéastes les plus côtés de Hollywood. Il suffit qu’il dise oui à un projet et le film est immédiatement financé. Pourtant, c’est quelqu’un de très simple. Croyez‑moi, la majorité des réalisateurs avec un statut similaire ont un ego surdimensionné. Christopher Nolan, qu’il tourne un film à petit budget ou un blockbuster à 150 millions de dollars, est toujours disponible et privilégie l’intimité et l’humain. En cinq mois de tournage, je ne l’ai pas vu s’énerver une seule fois !

Comment avez-vous appréhendé de jouer face à Leonardo DiCaprio ?
EP : c’est peut‑être le comédien que j’ai le plus regardé dans ma vie, et c’est surtout un parcours exemplaire. À une certaine période, Hollywood ne voyait chez lui qu’une jeune star sexy. Ce qu’il était ‑et ce qu’il est toujours‑, mais il a su refuser les films faciles et a pris le risque de faire des choix de rôles plus complexes et moins populaires. Il a su démontrer qu’il n’était pas qu’un physique et qu’il avait aussi un talent de comédien incroyable. Ajoutez à cela que dans le travail, il est sérieux, drôle, gentil et généreux… Pour moi, travailler avec Leo, c’est juste une expérience fantastique !

Justement, n’avez‑vous pas peur que Hollywood veuille vous enfermer dans un rôle unique suite à l’énorme succès de Juno ?
EP : j’ai eu énormément de chance de tourner Juno et je ne m’attendais pas à ce qu’un film indépendant sur une jeune adolescente enceinte devienne cet énorme succès. Beaucoup de gens ne me connaissent que par le biais de ce film et j’ai pleinement conscience de ça. Cependant, je n’ai pas envie de tourner un autre Juno. Je ne fais pas ce métier pour être une star, je fais ça parce que j’aime jouer la comédie. Je ne fonctionne qu’avec ma passion pour ce métier. Si un jour, les gens ne veulent plus me voir jouer la comédie, eh bien soit, je ferai autre chose. Ce n’est pas grave ! Pour le moment, j’ai beaucoup de chance et je ne vais pas la laisser passer.
Par Cédric Melon • Publié le 02/12/10
BONNES AFFAIRES