Les inconnus dans la ville

Violent Saturday
Année : 1955
Réalisateur : Richard Fleischer
Interprètes : Victor Mature, Lee Marvin, Ernest Borgnine
Éditeur : Carlotta
BD : BD-50, 90', zone B
Genre : policier, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 03/04/13
Prix ind. : 19,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.55
HD 1 080p (AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 1.0
Anglais DTS-HD Master Audio 4.0
Anglais DTS-HD Master Audio 2.0
Sous-titres
Français
Amazon
15,99 €
Réalisé en 1955, Les inconnus dans la ville (Violent Saturday en version originale) est l’un des meilleurs films du prolifique Richard Fleischer (20 000 lieues sous les mers, Les Vikings, Soleil vert, L'étrangleur de Boston) et l’un des grands films des années 1950.

Tourné dans un Cinémascope somptueux et en Technicolor, ce film semble épouser deux lignes de scénario qui, dans le dernier tiers du film, vont se rejoindre. Le film débute par la description d’une petite ville américaine minière, Brandeville, et de ses habitants : une vieille bibliothécaire qui vole de l’argent afin d’éponger ses dettes, un père de famille (Victor Mature) complexé de ne pas avoir ramené de la guerre de Corée la moindre médaille, un patron de presse flanqué d’une femme adultérine, un directeur de banque voyeur ou encore le patriarche d’une famille d’Amish au mode de vie féodal, soit l’Amérique des Fifties regardée sous l’angle de la pathologie.

Dans le même temps, débarquent trois malfrats qui ont planifié le casse de la banque. Comme le dit très justement Nicolas Saada dans l’un des bonus de ce Blu-Ray, Les inconnus dans la ville, c’est l’intrusion de Samuel Fuller dans un film de Vincente Minelli, ou l’inverse.

L’originalité des Inconnus dans la ville, hormis sa mise en scène (subtile et efficace) et sa façon de caractériser d’un trait les différents personnages (Lee Marvin écrasant la main d’un gamin), réside dans le mélange constant des registres : à la fois mélodrame et film policier, le récit brouille tous les repères. Fleischer humanise les gangsters tandis qu’il traque, sous le vernis chatoyant de cette petite ville américaine conviviale, les maux de ses habitants. Un must.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 31/05/13
Liste des bonus
- Richard Fleischer, maître‑conteur (21')
- Mélodrame policier (27')


Commentaire
Deux excellents suppléments : le premier avec William Friedkin (Killer Joe) évoquant son admiration pour le film, le second avec Nicolas Saada, qui offre son analyse du film.
Note bonus : 4/6
Image
Tourné à l'origine au format 2.55, ce film affiche encore aujourd'hui des couleurs fameuses et une définition enchanteresse. Il y a bien un peu de grain visible, mais la texture de cette image HD et le look typique des productions des années 50 ont un charme fou. Nous, on adore en tout cas.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
La VO DTS-HD Master Audio 4.0 est sans conteste la plus stable, la plus ample et la plus précise. Ne vous attendez toutefois pas à des effets et des ambiances dans tous les sens, le mixage reste très sobre en matière de spatialisation. C'est surtout la musique d'Hugo Friedhofer qui bénéficie de cette belle assise. La VF 1.0, malgré l'encodage en DTS-HD Master Audio, est beaucoup plus limitée.
Top son : aucun
Note son : 4/6


PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Sophie Turner - Game of Thrones saison 3
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/169/photo_1102163720.jpg
sophie-turner
nic-pizzolatto
tara-reid
justin-theroux
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011