Paperboy

The Paperboy
Année : 2012
Réalisateur : Lee Daniels
Interprètes : Matthew McConaughey, Zac Efron, John Cusack, Nicole Kidman
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : BD-50, 107', zone B
Genre : thriller, couleurs/N&B
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 18/02/13
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Sous-titres
Français
Amazon
14,99 €
C’était censé être l’un des moments forts du festival de Cannes 2012, le genre de film précédé d’une réputation sulfureuse, avec stars aux limites d’elles‑mêmes (Nicole Kidman fait pipi en Wonderbra), jeunot sorti de l’écurie Disney soumis à un dépucelage féroce (Zac Efron) et ambiance moite et sudiste.

Avec Paperboy, Lee Daniels, le réalisateur de Precious et du récent Majordome, pose sa caméra en Floride, en 1969. Un journaliste un peu fatigué, Ward Jansen (Matthew McConaughey, version contemporaine du Kirk Douglas du Gouffre aux chimères), revient dans sa petite ville natale et s’empare d’un fait divers (un redneck est accusé d’un meurtre qu’il n’a peut‑être pas commis) dont il espère tirer parti. Pour Jansen, l’innocence de l’homme semble facile à prouver, mais lorsque débarque sa « fiancée par correspondance » (Kidman), Ward ne résiste pas plus de deux secondes à cette Barbie bigger than life. Seul son partenaire d'écriture pressent l’arnaque. 

Les marécages, les crocodiles, les alambics, les secrets de famille poisseux, la Floride a toujours servi au cinéma hollywoodien comme lieu des pulsions et d’un racisme latent. Daniels s’amuse avec tous ces clichés, les pousse jusqu’à leur paroxysme, quitte à tomber (souvent) dans un mauvais goût assumé. Mais si l’intention est limpide, le résultat déçoit : pas assez drôle, pas assez fou, Paperboy ressemble à un film de Russ Meyer (Vixen, Supervixens) mais avec des stars trop conscientes d’elles‑mêmes et du terrain de jeu faussement transgressif concocté par le réalisateur.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 07/10/13
Liste des bonus
- Interview exclusive de l'équipe au festival de Cannes (9')
- Making of (6')
- Sur le plateau (7')
- Bandes-annonces


Commentaire
Du menu fretin.
Note bonus : 1/6
Image
L'ambiance chaude et poisseuse de la Floride des années 70 est restituée avec une certaine efficacité à coups de couleurs flashy, de gros plans sur les visages moites et suants des protagonistes, et de contrastes performants. Cette copie HD reste malgré tout recouverte d'une pellicule granuleuse qui empêche le niveau de détail d'atteindre des sommets.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Un peu de musique (composée par Mario Grigorov), peu d'effets, bref, la partie acoustique n'est pas géniale. Les deux pistes DTS-HD Master Audio 5.1 manifestent bien peu d'entrain à restituer les ambiances de cette drôle d'enquête.
Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
DVD 16/10/19 Week-end
BLU 16/10/19 Week-end
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Melissa George - La gifle
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
melissa-george
fabrice-gobert
kevin-bacon
liam-neeson
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011