Phantom Boy

Année : 2015
Réalisateurs : Alain Gagnol, Jean‑Loup Felicioli
Interprètes : Jean-Pierre Marielle, Edouard Baer (voix)
Éditeur : FranceTV Distribution
BD : BD-50, 101', zone B
Genre : animation, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 09/03/16
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Français en Audiodescription
Sous-titres
Français pour malentendants
Amazon
19,99 €
Leo, 11 ans, est en traitement à l'hôpital. Mais il a un don : celui de quitter son corps une fois qu'il dort. C'est dans les couloirs de l'hôpital qu'il va rencontrer Alex, un policier, et se lancer avec lui à la poursuite d'un gangster défiguré (rappelant le Joker de Batman) qui a décidé de prendre le contrôle de New York en diffusant un virus informatique sur les réseaux de la ville. À eux deux, ils ont 24 heures pour sauver Big Apple…

Comme Le roi et l'oiseau ou Kirikou en leur temps, Phantom Boy séduit d'abord par son originalité graphique et la façon dont l'histoire est racontée. Tout en douceur et en poésie anachronique.

Voilà donc une jolie distraction animée pour les enfants qui sort radicalement des sentiers balisés depuis des années par les studios américains et qui s'appuie, pour une fois, sur un formidable méchant doublé avec maestria par Jean‑Pierre Marielle.

Le rythme n'est peut‑être pas hyper‑dynamique, Edouard Baer en fait peut‑être un peu trop sous les traits crayonnés d'Alex, mais on se laisse embarquer avec plaisir. Bravo le studio Folimage.
Éric Le Ven - Publié le 04/03/16
Liste des bonus
- Coulisses du film : six making of explicatifs (12')


Commentaire
Voilà un vrai supplément pour les enfants qui leur explique comment se fait un dessin animé, avec un vocabulaire simple pour qu'ils puissent tout comprendre. Extra !
Note bonus : 4/6
Image
L'animation sort des sentiers battus et s'inscrit dans la lignée d'Avril et le monde truqué et des récits crayonnés du genre. La définition est même excellente et les couleurs fameuses. Reste que certains petits, habitués aux formes et à l'animation numérique made in Disney et Dreamworks, devraient avoir du mal à accrocher. Il n'est pourtant pas déraisonnable de leur montrer autre chose.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
La bande-son est aussi travaillée qu'un vrai long métrage avec de nombreuses ambiances, une remarquable partition musicale et des pics acoustiques parfaitement restitués sur cette piste 5.1 aussi généreuse qu'aiguisée.
Top son : aucun
Note son : 5/6



PLANNING
DVD 16/10/19 Week-end
BLU 16/10/19 Week-end
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Matt Dillon - Wayward Pines
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/169/photo_1102163720.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
matt-dillon
priyanka-chopra
justin-theroux
lars-lundstrom
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011