Quelque part dans le temps

Somewhere in Time
Année : 1980
Réalisateur : Jeannot Szwarc
Interprètes : Christopher Reeve, Jane Seymour, Christopher Plummer, Teresa Wright, Bill Erwin, Susan French
Éditeur : Rimini Éditions
BD : BD-50, 99', zone B
Genre : romance, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 24/02/16
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080i (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS 2.0
Anglais DTS 2.0
Sous-titres
Français
Amazon
19,99 €
Los Angeles, 1972. Richard Collier est un scénariste comblé. Alors qu’il célèbre sa consécration avec ses collègues, une vieille dame vient à sa rencontre et lui demande de revenir à elle. Peu de temps après, il séjourne dans un célèbre hôtel de la côte et tombe fou amoureux d’une photographie exposée à l’intérieur, à tel point qu’il entreprend un voyage dans l’Amérique du XIXe siècle pour la retrouver.

Richard Matheson, maître de la littérature d’épouvante et de science‑fiction, scénarise son roman inspiré d’une expérience troublante et personnelle. En effet, fasciné par le portrait de l’actrice de théâtre Maude Adams, l’écrivain confie à son protagoniste de répondre à sa question : « Que se passerait‑il si la même chose arrivait à un gars et qu’il pouvait remonter le temps ? ».

Certains jugeront un peu faciles, voire un brin kitsch, les moyens requis et mis en scène pour permettre le bond spatio‑temporel, mais la romance partagée entre Christopher Reeve (alias Superman dans la tétralogie initiée par Richard Donner en 1978) et la magnifique Jane Seymour rend l’affaire séduisante.
Carole Lépinay - Publié le 24/03/16
Liste des bonus
- Interview du réalisateur par Marc Toullec (36')
- Richard Matheson, une légende (31')
- Notes sur le fan‑club du film
- Notes sur les « week-ends Somewhere in Time »


Commentaire
Pour tout savoir du film, de son auteur, de son réalisateur et même réserver un week‑end dans l'hôtel où il a été tourné, il suffit de prendre le temps de visionner ces suppléments. Un régal pour les fans.
Note bonus : 5/6
Image
Les couleurs sont un peu uniformes et tirent un peu trop sur le rose orangé, surtout les teintes de peau et les scènes intérieures. Heureusement, une fois dehors, l'image se fait plus équilibrée et les teintes plus naturelles. Cela dit, la copie est propre et le niveau de détail inédit.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Le film est fortement imprégné de la partition de John Barry, magnifique, bien qu'un peu répétitive. Et c'est la VF qui restitue la partition et ses différentes variations avec le plus de mordant et d'éloquence. En revanche, pour la restitution des dialogues, c'est la VO qui se montre la plus rigoureuse. D'autant qu'en VF, il est quasiment impossible de ne pas voir le visage de Pierre Arditi se dessiner derrière celui de Christopher Reeves...
Top son : aucun
Note son : 3/6



PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Lucky McKee - The Woman
https://www.avcesar.com/source/interview/128/photo_0541080530.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/141/photo_0421152318.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/153/photo_1156104630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
lucky-mckee
poppy-montgomery
tara-reid
jesse-tyler-ferguson
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011