Coffret Les tontons flingueurs, Les Barbouzes, Ne nous fâchons pas

Collector
Années : 1963/1964/1966
Réalisateur : Georges Lautner
Interprètes : Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche, Mireille Darc
Éditeur : Gaumont Vidéo
BD : 3 BD-50, 111'/107'/ 100', zone B
Genre : comédies, N&B et couleurs (Ne nous fâchons pas uniquement)
Interdiction : tous publics
Sortie : 05/11/09
Prix ind. : 54,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (Mpeg4 AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 1.0
Sous-titres
Français pour malentendants, anglais (sur Les tontons flingueurs uniquement)
« Bougez pas ! Les mains sur la table. Je vous préviens qu'on a la puissance de feu d'un croiseur et des flingues de concours ! »… « Moi, quand on m'en fait trop, je correctionne plus : je dynamite, je disperse, je ventile ! Aux quatre coins de Paris qu'on va le retrouver, éparpillé par petits bouts, façon puzzle »… Et puis l’incunable, le classique, le proverbial : « Les cons ça ose tout ! C'est même à ça qu'on les reconnaît ».

Ces dialogues fameux écrits par Michel Audiard constituent quelques-unes des pépites célèbres de ces Tontons flingueurs, réalisé par Georges Lautner avec un trio de choc composé de Bernard Blier, Lino Ventura et Francis Blanche. Peu importe l’histoire (sur son lit de mort, le Mexicain fait jurer à un ex-truand, Fernand Naudin, de veiller sur sa fille et sur ses affaires, mais se heurte bientôt au clan Volfoni), le film de Lautner est une merveille d’humour, d’écriture, de dérision et d’hommages au film noir. De la scène de la cuisine qui cite celle de Key Largo de John Huston à ces gangsters qui semblent tout droit sortis de l’époque rêvée de la Prohibition, Les tontons flingueurs enfile les morceaux de bravoure, comme une succession de sketches écrits au cordeau et à la mitraillette. Assassiné par la critique institutionnelle à une époque où la mode était à la Nouvelle Vague (la même année sortait Le mépris de Godard), le film de Lautner a acquis depuis ses galons de film culte.

Avec Les Barbouzes, réalisé un an plus tard dans la foulée du succès des Tontons, Lautner pousse d’un cran le principe parodique et évacue définitivement toute forme de réalisme (« Un barbu, c’est un barbu, trois barbus, c’est des Barbouzes ! »). Même acteurs, mêmes techniciens, Audiard aux dialogues, Michel Magne à la musique, Les Barbouzes décrit les aventures rocambolesques de quatre malfrats à la recherche des brevets secrets légués par un trafiquant d’armes à sa veuve.

Sans atteindre la jubilation propre aux précédents opus, Ne nous fâchons pas (1965) clôt parfaitement la trilogie de Lautner. Blier et Blanche ne sont plus là, remplacés par Jean Lefebvre, Michel Constantin et la jeune Mireille Darc qui, aux côtés de Lino Ventura, s’agitent au milieu de cette nouvelle histoire de barbouzes, dans laquelle un truand retiré des affaires (Ventura) voit débarquer deux de ses anciens amis. C’est le début du chaos.

Une trilogie unique dans laquelle s’exprima, avec ironie et amour du genre, ce que Truffait appelait avec dédain, une certaine « qualité française ». Trois musts indémodables.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 02/03/10
Liste des bonus
- Commentaire audio de Georges Lautner sur Les Barbouzes et Ne nous fâchons pas
- Documentaire « Mireille et les garçons » sur Les Barbouzes (26')
- Documentaire « Les secrets des Barbouzes » (12')
- La cuisine des Tontons flingueurs (23')
- Les secrets des Tontons flingueurs (22')
- Documentaire sur le compositeur Michel Magne sur Les tontons (52')
- Option Remote Haxey sur Les tontons avec possibilité de télécharger la version nomade des trois films
- Zoom sur Ne nous fâchons pas par Marcel Julian, co‑scénariste (9')
- Options de réglages audio‑vidéo
- Bandes-annonces


Commentaire
C'est évidemment Les tontons flingueurs qui est le mieux achalandé côté bonus, mais les trois titres proposent d'agréables compléments.
Note bonus : 5/6
Image
La restauration des films et leur remasterisation en HD font merveille sur ces trois éditions Blu-Ray. Bien entendu, tout n'est pas parfait (l'image des trois films reste encore granuleuse et parfois imprécise en basse lumière), mais le niveau de précision, la qualité des contrastes et la netteté générale font plaisir à voir. Quant à l'image couleurs de Ne nous fâchons pas, elle propose des teintes superbes et surprenantes de punch. Le grain persiste malgré tout...
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Les versions DTS-HD Master Audio 1.0 sont un peu acides par endroits, mais dans l'ensemble, les dialogues se montrent nets et dynamiques. Quant à la musique, elle affiche une vitalité inédite. Chapeau.
Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Matt Dillon - Wayward Pines
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/154/photo_1145170618.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
matt-dillon
gillian-anderson
jesse-tyler-ferguson
bryan-cranston
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011