A History of Violence

Année : 2004
Réalisateur : David Cronenberg
Interprètes : Viggo Mortensen, Maria Bello, Ed Harris, William Hurt, Ashton Holmes, Stephen McHattie, Greg Bryk
Éditeur : Metropolitan Film & Vidéo
BD : BD-25, 96', zone B
Genre : drame, couleurs
Interdiction : - de 12 ans
Sortie : 04/05/10
Prix ind. : 24,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.85
HD 1 080p (VC-1)
16/9 natif
Bande-son
Français Dolby TrueHD 5.1
Anglais Dolby TrueHD 5.1
Sous-titres
Français
Amazon
13 €
Ne nous voilons pas la face : depuis Crash, il y a dix ans déjà, le cinéma de David Cronenberg bégaie. ExistenZ (1999) rejouait Vidéodrome sur un mode ludique, tandis que Spider (2002), Barton Fink clinique et pensum plein de tous les items cronenbergiens (perte du sentiment du réel, schizophrénie généralisée, souveraineté du corps sur l’esprit, etc.), témoignait d’un repli dans l’hyperconscience de l’auteur, consacré et désormais incontesté.

Film de commande librement adapté d’une BD de John Wagner, A History of Violence offrait donc à Cronenberg l’occasion de sortir de l’impasse post-Crash, son chef‑d’œuvre, et d’écrire enfin une nouvelle page de sa propre histoire. Une histoire de violence donc, et non pas de « la » violence, qui se branche sur le talon d’Achille de l’Amérique, marquant ainsi un changement radical de son œuvre, de l’intérieur (avant : le monde comme excroissance mentale d’un individu pris entre deux réalités contradictoires) vers l’extérieur (la prise en compte d’un genre ‑le film noir‑, d’une culture ‑l’Amérique de la self justice‑ et de ses codes).

Afin d’éviter un carnage dans son dinner, Tom Stall (Viggo Mortensen) abat deux malfrats qui menaçaient la vie de ses employés. Son geste, qui renoue avec la loi du Talion d’un pays qui n’oublie jamais le temps de ses pionniers (son fils compare la rue principale de la ville aux mainstreets d’antan), le transforme en héros local.

Aux antipodes des inventions torturées de ses précédents films, Cronenberg se livre ici à une description croisée d’une petite bourgade amicale du Midwest et d’un bon père/mari renouant avec son passé de tueur, autrement dit re‑piqué par le virus de la violence. Au milieu : une famille qui va tenter de ne pas se déliter, ou plutôt d’absorber moins la métamorphose de son chef, suite à un acte de légitime défense (le sujet que le film aurait dû traiter), que le retour d’un refoulé criminel qui évoque aussi bien le très bon Au revoir à jamais de Renny Harlin que, toutes proportions gardées, le cinéma de Lang et ses personnages à double face.

Madame Stall (Maria Bello) est‑elle alors la femme du Diable, façon L’avocat du diable, À double tranchant, Basic Instinct et toutes ces fictions de la méconnaissance fondées sur un cycle interminable de permutations entre le coupable et l’innocent ? Non, car le film statue très vite (le récit beaucoup moins) sur le passé de son héros, pétard mouillé d’un scénario cousu de fil blanc.

Le jeu hitchcockien du film (comme Thornhill dans La mort aux trousses, Stall serait‑il pris pour celui qu’il n’est pas ?) tombe aussi vite que sa promesse langienne (indissociabilité du coupable et de l’innocent) pour emprunter le chemin noir de l’homme rattrapé par son passé : désireux de retrouver une vie paisible, Stall voit débarquer Carl Fogarty (Ed Harris), un mafieux convaincu que Tom s’appelle Joey, son ancien compagnon d’armes avec lequel lui et le milieu ont quelques comptes à régler.

Passée la facture (très) modeste voire impersonnelle de l’ensemble, on peine à saisir ce que raconte au fond le film de Cronenberg, ou plutôt, ce qu’il apporte de nouveau à la réflexion sur la violence (son origine, son exploitation par les médias, sa valeur constitutive yankee, etc.), largement défrichée par le cinéma américain depuis des décennies. Cronenberg a beau être un théoricien passionnant sur le terrain de ses propres obsessions, un inventeur de concepts souvent stimulants, il conserve une approche littéraire du cinéma qui envisage l’image comme le verbe et le verbe comme métaphore (voir la machine à écrire‑cafard du Festin nu ou la fente charnelle du magnétoscope de Max Renn dans Vidéodrome).

A History of Violence est un film au premier degré, un film classique si l’on veut, dans lequel Cronenberg se retrouve nu, avec pour seule arme la mise en scène ‑son point faible‑ et une intelligence du cinéma d’action qu’il ne possède pas. Résultat : A History of Violence, hormis une poignée de signaux qui réjouiront les cronenbergolâtres (un affrontement sexuel dans un escalier et un œil mutilé pour le très méchant Ed Harris), ne vaut pas mieux que ces dizaines de thrillers américains réalisés par ces tâcherons dociles dont le nom nous échappe toujours.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 18/05/10

Cinécult' David Cronenberg : les démons intérieurs

Ses trois derniers films, A Dangerous Method, Les promesses de l'ombre et A History of Violence, semblent si éloignés de l'ADN du maître de l'horreur, qu'un retour sur sa carrière s'impose. Cap sur les premières années, les premiers succès, les films charnière.

Lire la suite
Liste des bonus
- Commentaire audio de David Cronenberg
- Comparaison en splitscreen de deux plans modifiés pour la sortie US (2')
- Le film à Cannes (9')
- Making of chapitré (56')
- Scène coupée, la N°44, décortiquée et commentée par Cronenberg (9')
- Bande-annonce


Commentaire
Les exégètes de David Cronenberg ne seront pas déçus. Que ce soit la scène coupée, le module sur la censure et surtout le commentaire audio, ils se régaleront des moindres détails, anecdotes et nombreuses références délivrés par le cinéaste. Des bonus pour une fois pas promotionnels et instructifs.
Note bonus : 4/6
Image
Noire, froide, clinique, plombée, parfois irréelle, la photographie du film et ses couleurs terreuses ne se prêtent pas vraiment à la HD. Si le résultat se montre correct, on ne peut pas dire qu'il nous laissera un souvenir immuable. Un sentiment accentué par des contrastes fortement marqués et certains plans voilés par du grain abondant.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Le film jouant davantage sur la tension et non‑dits que par les actes, il fournit le minimum syndical au niveau sonore. Une toute petite ambiance, presque en retrait, voire effacée. Et c'est encore pire en VF. Un effet entièrement voulu par Cronenbeg qui décide de rester un cran en‑dessous du tempo du film, déjà lent.
Top son : aucun
Note son : 3/6


PLANNING
DVD 16/10/19 Week-end
BLU 16/10/19 Week-end
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Matt Dillon - Wayward Pines
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
matt-dillon
jesse-tyler-ferguson
tatiana-maslany
priyanka-chopra
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011