Le chasseur de primes

The Bounty Hunter
Année : 2010
Réalisateur : Andy Tennant
Interprètes : Jennifer Aniston, Gerard Butler, Christine Baranski, Jason Sudeikis, Jeff Garlin, Cathy Moriarty
Éditeur : SPHE
BD : BD-50, 110', toutes zones
Genre : comédie d'action, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 18/08/10
Prix ind. : 24,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
HD 1 080p (Mpeg4 AVC)
16/9 natif
Bande-son
Français DTS-HD Master Audio 5.1
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1
Audio Vision en anglais
Thaïlandais Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais, anglais pour sourds et malentendants, thaïlandais, arabe, néerlandais, hindi
Amazon
6,55 €
Ancien flic reconverti en chasseur de primes qui ne quitte pas sa chemise bleue à carreaux, Milo Boyd (Gerard Butler) récupère une mission particulièrement jouissive : arrêter la journaliste d’investigation Nicole Hurley (Jennifer Aniston), qui ne s’est pas présentée à une convocation du tribunal, et qui n’est autre que son ex‑femme. Mais celle‑ci enquête au même moment sur un meurtre maquillé en suicide. Milo part à la recherche de la belle, sans se douter que d’autres, mal intentionnés, ont eu la même idée que lui…

Produit ouvertement calibré pour le divertissement pur et simple, le très hollywoodien Le chasseur de primes (réalisé par Andy Tennant, Hitch, expert en séduction, L’amour de l’or…) a l’intelligence de convoquer deux stars qui ont fait les beaux jours de la presse tabloïd avec leur prétendue relation amoureuse : Jennifer Aniston et Gerard Butler. Et il n’y a rien de mal à vouloir produire un honnête divertissement ‑si basique soit‑il‑ à partir du moment où les figures imposées sont exécutées dans l’unique but de garantir un maximum de plaisir au spectateur.

Le problème de ce Chasseur de primes, c’est qu’il ne connaît que trop bien le principe du minimum syndical, oubliant qu’un scénario construit, rythmé et nourri de dialogues percutants, est la clef qui permettra d’élever un divertissement bas de gamme au rang d’honorable spectacle populaire. On pense notamment à Comme un oiseau sur la branche, À la poursuite du diamant vert ou encore à L’épreuve de force de Clint Eastwood. Cette dynamique reposant sur le triptyque romance/comédie/action ayant engendré d’innombrables films bâtis sur le même modèle.

Malgré son casting glamour et ses nombreux lieux de tournage en décors naturels (des quartiers de New York à Atlantic City et ses casinos, en passant par la campagne bucolique…), Le chasseur de primes ne se donne jamais à fond dans aucun des genres qu’il aborde : la comédie, la romance et le film d’action. On aurait aimer plus de répliques cyniques échangées entre le couple divorcé/bientôt remarié, plus de scènes d’action au rythme enlevé, plus de méchants patibulaires, plus de fougue dans la passion entre les tourtereaux et leurs prises de bec.
Laurence Mijoin-Duroche - Publié le 17/09/10
Liste des bonus
- Making of (17')
- Secrets du tournage (11')
- Comment tromper un chasseur de primes (2')
- Bandes-annonces


Commentaire
L'ensemble de ces suppléments (où est le bêtisier ?) n'apporte pas grand‑chose de plus au schmilblick, featurettes très promotionnelles vantant les mérites de chacun des membres de l'équipe. Il ne fallait pas attendre plus de ce type de production, mais on aurait apprécié un bonus abordant plus en profondeur le travail sur les cascades. Seul le module Les secrets de tournage, sur les lieux de tournage, présente un mince intérêt.
Note bonus : 2/6
Image
Un rendu très lisse, dénué de grain, qui ne plaira pas forcément à tout le monde. Mais au‑delà de ce parti pris, le rendu des couleurs, chaudes et lumineuses, la gestion des contrastes et la définition, s'avèrent très satisfaisants, même si le piqué aurait pu être encore plus prononcé.
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
Comparée à la VO, la piste française ne fait pas pâle figure, avec des doublages très réussis (notamment la voix de Rachel dans Friends), mais comme d'habitude, moins naturels que les voix des acteurs. La spatialisation reste assez similaire à celle de la version anglaise, avec peu d'effets sur les enceintes arrière (quelques échanges de balles), principalement monopolisées par la musique. Il faut dire que le film, malgré les apparences et les ambitions affichées dans sa campagne promotionnelle, comporte peu de scènes d'action trépidantes, ce qui ne permet donc pas à la bande‑son d'accomplir des prouesses. En VO, l'ensemble s'avère harmonieux et dynamique, avec un bon équilibre entre basses et aigus.
Top son : aucun
Note son : 4/6


PLANNING
DVD 16/10/19 Week-end
BLU 16/10/19 Week-end
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Liam Neeson - Taken 2
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/143/photo_0727170802.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/136/photo_0107121104.jpg
liam-neeson
joel-schumacher
eric-rochant
fabrice-gobert
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011