Vampire Diaries saison 1

The Vampire Diaries
Année : 2009
Créateurs : Kevin Williamson, Julie Plec
Interprètes : Nina Dobrev, Paul Wesley, Ian Somerhalder, Steven R. Mcqueen, Katerina Graham, Candice Accola, Zach Roerig
Éditeur : Warner
BD : 4 BD-50, 42' x 21, toutes zones
Genre : fantastique, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 01/04/11
Prix ind. : 39,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (VC-1)
16/9 natif
Bande-son
Français Dolby Digital 2.0
Anglais Dolby Digital 5.1
Allemand Dolby Digital 2.0
Espagnol Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Français, anglais pour sourds et malentendants, allemand pour sourds et malentendants, espagnol, néerlandais
Amazon
18,90 €
Entre les préados de Twilight et True Blood, s'adressant principalement aux adultes avec son second degré assumé et ses scènes osées, l'interstice était mince pour imposer une nouvelle série à base de vampires et d'hémoglobine. Ne restait qu'une cible évidente avant de viser directement le troisième âge : les ados (et un peu plus).

Si Kevin Williamson et Julie Plec, les créateurs du show (ils ont respectivement à leur actif les séries Dawson et Kyle XY), empruntent aux deux univers précités certains éléments visuels et narratifs (avec référence à Bella de Twilight dès le début de la série), ils se basent avant tout sur la saga de romans Le journal d'un vampire de L. J. Smith, succès littéraire et gage de rallier à leur cause l'immense communauté de fans des romans.

L'histoire s'ouvre sur la petite ville de Mystic Fall, Virgine. Là, Elena et son jeune frère Jeremy s'apprêtent à faire leur rentrée au lycée après une longue absence. Orphelins depuis quelques mois, ils vont devoir se réadapter à leur univers et trouver de nouveaux repères. Et justement, deux éléments aussi inattendus que mystérieux attirent leur attention, Stefan et Damon Salvatore, deux frères étranges habitant seuls dans une vaste demeure faite de boiseries anciennes et de pièces secrètes. Elena se sent immédiatement attirée par l'un d'eux, et s'apprête à vivre à leurs côtés des aventures qu'on ne raconte que dans les livres…

Sorcellerie, vampires… Le mythe est connu mais trouve ici une certaine forme de modernité dans son traitement (des vampires lâchés au beau milieu d'un lycée et de la pop culture). Stefan lutte contre ses démons et ne chasse que les animaux de la forêt pour se nourrir, Damon hypnotise ses victimes qui ne retrouvent à leur réveil que d'infimes traces d'incisives à leur cou, quant aux poches de sang volées à l'hôpital, elles suffisent généralement aux plus affamés d'entre eux, même si quelques meurtres sont encore à déplorer… Même les vieux poncifs du genre sont jetés aux orties : plus d'ail qui ne tienne, encore moins de crucifies ou d'eau bénite. Nos ténébreux vampires se fondent à merveille dans le paysage, sifflent du whisky, marchent au grand jour et surfent sur Internet. Seulement voilà, à trop vouloir refouler leur vraie nature de prédateurs et des secrets vieux de plus d'un siècle, le retour de boomerang sera aussi rapide que dangereux…

Emmenée par un trio de comédiens tout droit sorti d'un défilé de mode (Nina Dobrev, Paul Wesley, Ian Somerhalder) et une histoire plutôt bien ficelée tissée sur plusieurs générations, cette première saison de Vampire Diaries tient contre toute attente ses promesses, laissant au vestiaire une partie (seulement) du bestiaire et de l'imagerie désuète habituelle. Du rythme, des rebondissements en pagaille, une sensualité latente et des scènes choc pour une série à consommer d'une traite, comme une goulée de sang frais.
Carina Ramon - Publié le 31/03/11
Interview Nina Dobrev
Dans la série imaginée par Kevin Williamson et Julie Plec, la jeune et ravissante comédienne Nina Dobrev joue deux personnages radicalement différents. Un double rôle sur lequel la comédienne était intarissable au dernier Festival de la télévision de Monte‑Carlo. Lire la suite
Liste des bonus
- Commentaires audio sur l'épisode pilote non sous-titré en français
- Scènes inédites
- Entre deux morsures (genèse de la série) (19')
- Web épisode
- Bêtisier (4')
- Une nouvelle génération de vampires (13')
- Les codes des vampires (sorte de vrai ou faux) (7')
- La vie à Mystic Falls (25')


Commentaire
Notons tout d'abord une navigation un tantinet agaçante, ne mettant pas assez en relief (surbrillance) les sections désirées. Même avec pas mal d'habitude, on peine à atteindre notre objectif (petit bug à noter au moment de sélectionner les sous-titres finalement absents des commentaires audio).

Quoiqu'il en soit, cette interactivité ne devrait pas déplaire aux fans de la série, abordant divers thèmes développés dans le show et laissant la part belle aux membres de l'équipe (créateurs, scénaristes, producteur, acteurs…). On regrette tout de même son côté trop promotionnel et « bordé », ne laissant que peu de place aux scènes live de tournage et aux véritables coulisses de ce succès mondial.

Pour un peu plus de spontanéité, il faudra se tourner vers le court bêtisier ou les bribes d'auditions des comédiens.
Note bonus : 3/6
Image
Il faut avouer que la série affiche une facture haut de gamme, dans la lignée de la saga Twilight, avec son univers brumeux et mystérieux, le grain en moins. Car ici, rares sont les scènes à présenter le moindre défaut. Tout juste pouvons‑nous noter quelques fourmillements lors de plans archi sombres (la majeure partie de la série se déroule de nuit de toute façon). Le reste du temps, les contrastes corsés, l'image vernie comme la laque et les noirs assumés façonnent un rendu certes convenu, mais totalement lisible. Quelques gros plans aussi incisifs que les canines de nos vampires…
Top image : aucun
Note image : 5/6
Son
On devine tout de suite à qui s'adresse cette série plutôt branchée musicalement. Quelques bons titres de musique ouvrent certains épisodes (Gossip, Depeche Mode…) et insufflent une belle énergie à cette piste originale Dolby Digital 5.1, par ailleurs généreuse en effets Surround puissants et secs (les déplacements et attaques furtifs des vampires notamment). De petites salves de graves qui viennent intelligemment brutalement rompre des phases plus intimes, très peu bruitées. Ce n'est évidemment pas la même histoire en VF. Si les doublages sont de qualité, l'ambiance retombe vite.
Top son : aucun
Note son : 4/6


PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Maggie Q - Nikita saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/133/photo_1014195601.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/144/photo_0912120302.jpg
maggie-q
sidse-babett-knudsen
liam-neeson
melissa-george
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011