Divers

Klipsch HP-3

Par Gwendal Lars - Publié le 15/10/18
Mustav
Prix indicatif : 1 499 € TTC
Note AVCesar.com
Type : casque audiophile
Type : circum auriculaire semi‑ouvert
Transducteurs : électrodynamiques
Diaphragme : 52 mm
Réponse en fréquence : 5 Hz à 45 kHz
Sensibilité : 98 dB à 1 kHz et 1 mW
Puissance maximale admissible : 1,8 W (1 800 mW)
Impédance : 25 ohms
Dimensions : 200 x 260 x 50 mm
Poids : 440 g
L’essentiel

Ce n’est qu’assez récemment que la marque américaine s’est attaquée à l’univers du casque audio. Jusqu’ici, Klipsch avait concentré son expertise dans la conception d’enceintes acoustiques à haut rendement. Le dernier‑né de cette nouvelle famille de produits, l’Heritage HP‑3, a donc pour ambition d’en être le vaisseau amiral. Klipsch mise ici sur le segment haut de gamme du marché casque, voire le Hight End audiophile, même si la marque a plutôt fondé sa réputation sur les équipements dédiés aux équipements Home Cinéma haut de gamme. Un point qui ne fait aucun doute dès la prise en main du casque.


 

Design vintage

En effet, Klipsch a choisi de le concevoir dans l’esprit de la déclinaison Heritage de sa gamme. Rappelons que cette série reprend le design vintage, les finitions haut de gamme et plus globalement l’esprit des enceintes créées par Paul Wilbur Klipsch, fondateur de l’entreprise, dans les années 1950 à 1980. Ainsi, l’Heritage HP‑3 met à contribution des matériaux nobles, tels que bois massif, pièces en aluminium usinées dans la masse, cuir véritable ou acier moulé pour sa réalisation. L’ensemble, on vous l’assure à vraiment fière allure.

 


 

Casque de salon

Le bois massif est notamment utilisé pour la confection des coques. Il leur confère un comportement acoustique particulièrement neutre et garantit une restitution chaleureuse exempte de coloration. À noter, les charges acoustiques que forment les coques sont de types semi‑ouvert. Ce point explique la présence de grilles sur leur face externe.

 

 

Il est ainsi clair que l’Heritage HP‑3 reste un casque de salon. En effet, la présence de charges semi‑ouvertes ne permet pas une insonorisation élevée par rapport aux bruits extérieurs, l’écoute devenant ainsi gênante pour les autres en déplacement. En revanche elles garantissent une meilleure linéarité de la réponse en fréquence du casque, notamment dans bas du spectre et le grave profond. Les chiffres qu’annonce Klipsch pour ce paramètre sont d’ailleurs assez parlants. Dans le grave la réponse en fréquence annoncée « descend » jusqu’à 5 hertz !

 

Énorme transducteur de 52 mm

Un autre paramètre contribue aussi très probablement à cette incroyable tenue dans les basses les plus profondes, à savoir le diamètre important du transducteur de l’Heritage HP‑3. Sa membrane dispose en effet d’un diamètre de 52 millimètres.

 

 

Par ailleurs, ce « mini haut‑parleur » est capable d’accepter une puissance énorme pour un casque. Elle peut atteindre 1,8 W alors que la plupart des casques ne supportent guère plus de 0,5 watt. Un point qui peut devenir inquiétant en ce qui concerne les inconditionnels des écoutes à niveau soutenu. En effet, si l’Heritage HP‑3 permet d’atteindre des niveaux d’écoutes comparables à ceux auxquels sont soumis les spectateurs de concerts live, rappelons que des séances de ce type répétées sont particulièrement néfastes à l’audition. Même si l’Heritage HP‑3 permet de faire revivre les sensations ressenties lors des concerts, ce qui est d’ailleurs la spécialité de la marque, il ne faudra pas abuser de telles expériences.

 

Nous avons noté à ce propos que Klipsch avait inséré de manière très claire dans son fascicule d’utilisation un tableau (cf. ci‑dessous) récapitulant les durées maximales d’écoute en fonction du niveau sonore retenu. Reste à l’évaluer « à l’oreille » pour que ce tableau soit utile, ce qui n’a rien d’évident.

 


Objectif Hi-Res Audio

Mais le transducteur de l’Heritage HP‑3, que Klipsch a baptisé KG‑520 n’a pas pour unique vocation de délivrer une énorme pression acoustique. La marque a voulu que son comportement soit également irréprochable dans la restitution des subtilités de dynamique et dans les détails. Deux points qui vont de paire avec un bon comportement dans la reproduction des transitoires et des fréquences élevées. Pour cela, il dispose d’une membrane à base de cellulose naturelle chargée en fibres synthétiques.

 

 

Cette association offre un bon compromis pour que la membrane dispose d’une bonne rigidité, indispensable pour éviter les ondulations de surface indésirables, tout en conservant une faible masse, point essentiel pour une réponse étendue dans l’aigu. Sur ce point encore, Klipsch annonce des chiffres impressionnants : la réponse de l’Heritage HP‑3 s’étend jusqu’à 45 kilohertz… De quoi répondre pleinement aux exigences des flux Hi‑Res Audio. Enfin, pour offrir à son casque une bonne sensibilité et une capacité élevée à révéler les moindres informations du message sonore, Klipsch a conçu son moteur autour d’un puissant aimant néodyme. Il assure un champ magnétique dont l’intensité atteint 1 tesla, soit 10 000 gauss au niveau de l’entrefer dans lequel évolue la bobine mobile.


Enfin, Klipsch a particulièrement soigné l’arceau de son casque. Gainé de cuir véritable, il répartit en douceur la masse du casque. Ainsi, même lors d’écoutes prolongées, il fait oublier les 440 g de l’Heritage HP‑3. Même si ce n’est pas un poids hors du commun pour un casque de salon, il n’est pas non plus négligeable.

 

Concurrence

Haut de gamme de Sennheiser, le casque HD 800S a été retravaillé pour offrir un comportement encore amélioré au niveau des extrémités du spectre audible. En éliminant l’effet de masque par l’élaboration d’une nouvelle technologie d’absorption la réponse en fréquence s’étend de 4 Hz à 51 kilohertz. Son prix est affiche à 1 590 euros

 

Basé sur des transducteurs de 40 mm exploitant des dômes inversés en alliage aluminium/magnésium, le Focal Clear a pour ambition de devenir « LA » référence en matière de casque à moins de 1 500 euros. Il offre une réponse en fréquence s’étendant de 5 Hz à 28 kilohertz.

 

Assemblé de manière artisanale, chaque modèle de la marque Grado est scrupuleusement contrôlé. Conçu pour une restitution très neutre convenant à tout type de musique, le S1200e (1 499 €) dispose d’une réponse en fréquence s’étendant de 8 Hz à 35 kilohertz.

 

Avec le Fostex TH‑900 MK2, le constructeur japonais propose un casque clos qui permet de s’isoler des bruits ambiants, conçu autour de coques en bois naturel laqué. Ses larges transducteurs de 50 mm lui confèrent une forte tenue en puissance (1,8 W) et une réponse en fréquence qui s’étend de 5 Hz à 45 kilohertz. Son prix, 1 490 euros.

 

Le casque Oppo PM‑1 commercialisé à 1 399 € exploite la technologie « planar magnétique » au niveau de ses transducteurs. Elle se base sur un principe fondamentalement différent du système électrodynamique conventionnel. Des conducteurs répartis sur l’ensemble de la surface de la membrane remplacent la traditionnelle bobine mobile. Cette technologie offre un meilleur état vibratoire à la membrane et délivre donc une restitution claire et limpide. Ce casque dispose d’une réponse en fréquence s’étendant de 10 Hz à 50 kilohertz.

Verdict technique

Dès la réception du HP‑3, nous avons pu constater que Klipsch jouait clairement la carte du haut de gamme et du luxe. Première surprise, une fois emballé, le HP‑3 pèse près de cinq kilos. Heureusement l’essentiel du poids est lié à son coffret de rangement. Réalisé en bois massif et doté d’une vitre sur l’une de ses faces, laissant ainsi apparaître le casque, il rappelle plus un coffret de spiritueux de luxe qu’un emballage de casque audio.

 

 

Câbles 3,5 mm et 6,5 mm interchangeables

À l’intérieur, deux tiroirs sont aménagés. Le premier renferme le casque, le second un socle destiné à son rangement ainsi que deux cordons de raccordements. En effet, Klipsch a opté pour des cordons interchangeables. Côté casque, ils disposent donc tous les deux d’une paire de connecteurs mini‑Jack 3,5 millimètres. Il faudra veiller à bien respecter voie droite, voie gauche, sous peine d’inverser la stéréo.

 

 

Le premier câble, d’une longueur de 1,37 m, est plutôt destiné à un usage sur baladeur. Il est en conséquence équipé d’un mini‑Jack 3,5 mm stéréo. Le second, plus long (2,50 m) s’adresse aux écoutes sur amplificateur de salon. Il est équipé d’un Jack 6,5 mm compatible avec la sortie casque des éléments Hi‑Fi. Signalons que ces deux cordons sont de très belle qualité et habillés d’une gaine en fibres tressées.

 

 

Confort auditif parfait

Une fois en place, le HP‑3 s’avère confortable. Ses larges oreillettes gainées de cuir naturel et garnies d’un rembourrage particulièrement moelleux viennent très naturellement prendre place autour du pavillon des oreilles de l’auditeur sans exercer de pression excessive. De même, la garniture de l’arceau, elle aussi basée sur du cuir naturel, fait oublier le poids du casque. Il ne pénalise donc pas les écoutes les plus longues. Par ailleurs, comme le HP‑3 se base sur une configuration semi‑ouverte, il n’isole qu’assez peu des bruits environnants.

 

 

Un choix qui possède ses atouts et ses limites. Point positif : cette semi‑ouverture offre à l’écoute une sensation de liberté plus marquée que sur une structure close. De même, elle évite les résonances parasites pouvant être à l’origine de phénomènes de coloration du message sonore. En revanche, si elle n’isole pas des bruits extérieurs, elle laisse aussi s’échapper le son que diffuse le casque. Outre un usage en mobilité, il faudra donc aussi éviter d’utiliser ce casque au lit, par exemple, alors que son conjoint cherche à s’endormir. Le HP‑3 est ainsi typé écoutes salon et ce n’est pas là l’unique particularité de son tempérament affirmé.

 

Amplificateur casque conseillé

En effet, si ses larges transducteurs de 52 mm permettent au HP‑3 d’affronter avec beaucoup d’aisance la restitution des graves les plus profonds, il met également l’aigu à l’avant‑scène. En somme, Klipsch l’a doté d’un comportement « physiologique » qui tend à privilégier la restitution des extrémités du spectre audible. Un comportement assez flatteur qui convient bien aux musiques actuelles, mais qui peut surprendre, voire déplaire, durant l’écoute d’orchestrations plus « conventionnelles ». Le medium, notamment, se trouve légèrement en retrait, ce qui peut parfois nuire au respect de certains timbres. Curieusement, c’est à niveau d’écoute soutenu que le HP‑3 s’exprime le mieux pour peu qu’on lui confie la restitution de fichiers Hi‑Res Audio.

 

 

En effet, son traitement privilégié de l’aigu et ses capacités de monter très haut en fréquence le rendent particulièrement exigeants vis‑à‑vis de la qualité des sources. De même toute la chaîne de traitement doit être de bonne qualité et il est évident que si un simple smartphone suffit pour obtenir une restitution de qualité déjà honorable, le HP‑3 ne s’exprimera pleinement qu’une fois raccordé à un amplificateur pour casque, lui aussi, de qualité. Klipsch propose d’ailleurs le « Heritage Headphone Amplifier » pour alimenter son casque. Il n’était pas disponible lors de nos tests. Nous avons utilisé un MyZic de Micromega, amplificateur casque bien connu des amateurs exigeants, pour piloter le HP‑3. 

 

 

Conclusion

Dans l’ensemble les écoutes sont plutôt plaisantes mais, disons‑le, marquées par le tempérament du HP‑3. C’est sur les musiques actuelles qu’il se comporte le mieux. Les inconditionnels de Daft Punk, par exemple, seront séduits par la vie que le HP‑3 sait offrir à Get Lucky. Dans le même esprit, il offre la possibilité de redécouvrir Oxygène ou Equinoxe de Jean‑Michel Jarre sous un nouvel éclairage. Complètement jubilatoire. Il pourra, en revanche, dérouter les audiophiles par un respect des timbres, parfois approximatif, lors de la restitution d’un orchestre philharmonique ou d’un quatuor de musique de chambre. Bref, le HP‑3 aime la vie, l’action et il le revendique. Mieux vaut le savoir et garder en tête ses habitudes d’écoutes musicales avant de le choisir.

+ Les points forts
»  
Dynamique convaincante
»  
Profondeur du grave
»  
Belle lumière de l’aigu
»  
Restitution des ambiances live
»  
Qualité des finitions
»  
Signature sonore flatteuse mais typée
- Les points faibles
»  
Poids élevé
»  
Une mise en avant des extrémités du spectre qui peut déplaire
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES