La grande vie

Année : 2009
Réalisateur : Emmanuel Salinger
Interprètes : Laurent Capelluto, Michel Boujenah, Maurice Bénichou, Hélène Fillières, Bernard Le Coq
Éditeur : FTD
DVD : DVD-9, 85', zone 2
Genre : comédie, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 20/04/10
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Français Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Aucun
Amazon
5,12 €
Engoncé dans son costume élimé, Grégoire (Laurent Capelluto), professeur de philosophie à Saint-Étienne et militant associatif à ses heures, est contacté par le talk-show Le Grand Bazar pour parler de son soutien aux habitants d’une cité expulsés par un avide promoteur. Mais sur le plateau, il est tourné en ridicule. Quelques heures plus tard, il sauve la mise au présentateur (Michel Boujenah) menacé sur un parking par des inconnus, et va malgré lui s’en octroyer les faveurs. Désormais conseiller d’un animateur vedette en pleine crise existentielle, son quotidien d’enseignant va devenir trop étriqué pour lui…

Acteur favori de Desplechin notamment vu dans Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle), Emmanuel Salinger signe avec La grande vie son premier long métrage. Situé quelque part entre Mon idole de Guillaume Canet pour la critique acerbe du showbiz et le cinéma social de Pierre Jolivet, le film dépeint, sur fond de réflexion philosophique, les problèmes d’identité et le choc des cultures dans une France partagée entre les idéaux de son peuple et l’indifférence froide de ses leaders.

Péchant par excès de zèle, La grande vie part tous azimuts, sans parvenir à se canaliser. En abordant une multitude de sujets et de trajectoires, le réalisateur et scénariste ne les traite que superficiellement. Son propos en est amoindri, d’autant que les personnages pâtissent d’un traitement trop manichéen (le grand méchant patron, le présentateur star déconnecté de la réalité, l’intello ennuyeux…), ou ne sont pas exploités à leur juste valeur (Michel Muller en chroniqueur subversif dépourvu de dialogues !).

Si Laurent Capelluto, ici dans son premier grand rôle, fait montre d’un réel potentiel, à la fois dramatique et comique, la direction d’acteur (problème généralisé à l’ensemble des comédiens, excepté Maurice Bénichou), et surtout la caractérisation du personnage, participent à son déséquilibre, le réalisateur semblant constamment hésiter entre le burlesque d’un duo comique à la Veber et un cinéma d’auteur plus introspectif.

Malgré le soin apporté à la forme (subtiles mises au point, scope élégant) comme au fond (constants parallèles avec la pensée philosophique), les ruptures de ton sabordent le peu de crédibilité de l’ensemble. Les réactions des personnages virevoltent sans constance, notamment celui de Capelluto, enseignant lunaire et introverti qui surprend par ses poussées de bravoure inopportunes et oublie bien vite ses engagements (associatifs, amoureux, professionnels).

Une tentative originale de comédie douce-amère, mais dont les gags tombent trop souvent à plat pour séduire sur la durée.
Laurence Mijoin - Publié le 26/03/10
Liste des bonus
- Les réactions du public aux avant-premières du film (1')
- Recherche graphique autour de l'affiche
- Bande-annonce (1')


Commentaire
Malgré ses déséquilibres, cette comédie singulière aurait au moins mérité une petite interview de son réalisateur...
Note bonus : 1/6
Image
Le travail sur la photographie, parfois naturaliste pour dépeindre le côté social, parfois plus lumineuse pour illustrer le monde du show‑business, est agréablement mis en valeur par ce DVD rehaussant les teintes vives et la profondeur des noirs. La définition et la netteté des contours sont de facture honnête.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
Sans être omniprésente, la musique joue un rôle non négligeable dans le film, qui flirte parfois avec la comédie musicale. Les enceintes arrière s’emploient donc à la mettre en valeur. Plutôt bien utilisées, elles sont même parfois un peu trop présentes, ce qui a tendance à légèrement escamoter les dialogues. Néanmoins, cette tentative d’immersion et de spatialisation est appréciable.
Top son : aucun
Note son : 4/6


PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Lucy Lawless - Spartacus, le sang des gladiateurs saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/126/photo_0549181508.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/150/photo_0520115613.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/130/photo_0548183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/148/photo_0250141520.jpg
lucy-lawless
kevin-bacon
christian-rouaud
tatiana-maslany
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011