Connasse, épisodes 36 à 70

Année : 2014
Réalisateurs : Éloïse Lang, Noémie Saglio
Avec : Camille Cottin
Éditeur : Studiocanal
DVD : DVD-9, 61', zone 2
Genre : comédie, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 28/10/14
Prix ind. : 16,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Français pour sourds et malentendants
La « connasse » jouée avec un naturel sidérant par Camille Cottin livre ici un bon cru (voir aussi Connasse épisodes 1 à 35). Les différentes caméras cachées réalisées par la pimbêche sans‑gêne sont même particulièrement savoureuses, notamment celles dans l’univers du ski et de la haute montagne, qui valent leur pesant de fou‑rire.

Globalement, un vrai grain de folie s’insinue. Le ressort comique tient toujours au sans‑gêne du personnage, mais évolue grâce aux répliques encore plus hilarantes qu'auparavant, ventilant façon puzzle les pauvres victimes de Camille Cottin. Pour virer un client au salon de tatouage : « Pousse‑toi Prison Break ! ». Dans un grand restaurant : « C’est quoi le plat qui donne pas une haleine de bichon maltais ? ». Ou encore chez le caviste : « Je cherche une bouteille bien prétentieuse, mais à prix piquette ».

Malgré sa progression dans le rire, la série devrait continuer à évoluer, notamment en laissant un tout petit peu plus de place aux victimes de la fameuse connasse. Le rythme de la pastille serait moins vif, mais le programme gagnerait certainement en humanité. Et si quelques thématiques sont un peu plus décevantes (la Paris Fashion Week, la maison de retraite), ce second DVD laisse de bonnes crampes aux zygomatiques. C’est bon signe.
Paco Altura - Publié le 29/10/14
Liste des bonus
- Les inédits (6')
- Making of (12')


Commentaire
En fait d'inédits, il s'agit surtout de séquences plutôt moins réussies que la moyenne. On est par contre assez fascinés par le petit making of. La séquence est construite en un sympathique désordre (ingénieur du son, travail à l'arrache sur des répliques...), mais permet de restituer son capital sympathie (et humanité) à Camille Cottin.

On voit ainsi qu'une fois les séquences en boîte, l'actrice est souvent gênée, timide, presque rouge de honte d'avoir infligé des traitements parfois durailles à des quidams. L'éditeur a aussi rajouté une sorte de bêtisier souriant, notamment lorsque l'actrice, qui commence à être célèbre, est reconnue par ses victimes. Cela doit quand même faire bizarre à Camille Cottin de se faire accueillir par des inconnus avec des « Ho, je vous reconnais, c'est vous la Connasse ! ». Un juste retour des choses ?
Note bonus : 3/6
Image
La technique est très aléatoire d'un sketch à l'autre et suivant les caméras employées. Grosso modo, l'image n'est franchement pas terrible en condition de basse lumière et souvent bien pixelisée, mais le genre « caméra cachée » n'a jamais pu se distinguer par une qualité d'image exceptionnelle... L'essentiel est que l'on voit bien ce qui se passe. Tel est le cas.
Top image : aucun
Note image : 3/6
Son
Au regard des conditions de tournage, l'ingénieur du son de l'équipe fait vraiment des merveilles pour capter parfaitement la voix de son interprète Camille Cottin et de rendre sinon claires au moins intelligibles les réactions de ses victimes.
Top son : aucun
Note son : 3/6


PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Nic Pizzolatto - True Detective saison 1
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/127/photo_0547183008.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/151/photo_0557184527.jpg
nic-pizzolatto
sophie-turner
eva-green
lars-lundstrom
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011