Femme ou maîtresse

Daisy Kenyon
Année : 1947
Réalisateur : Otto Preminger
Interprètes : Joan Crawford, Dana Andrews, Henry Fonda
Éditeur : ESC Conseils
DVD : DVD-9, 95', zone 2
Genre : drame, N&B
Interdiction : tous publics
Sortie : 12/11/14
Prix ind. : 12,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.37
SD 576i (Mpeg2)
4/3
Bande-son
Anglais Dolby Digital 2.0
Sous-titres
Français
Autopsie d’un meurtre, Laura, Exodus, La rivière sans retour (son unique western), ou encore L’homme aux bras d’or, et un seul et même homme, un homme perfectionniste, à la réputation tyrannique, qui a souvent fait plier les grands studios hollywoodiens à sa volonté de puissance, et qui a enchaîné des chefs‑d’œuvre comme d’autres enfilent des perles, c’est bien sûr Otto Preminger.

Preminger naît en Autriche en 1905, il fait ses armes en Allemagne aux côtés de ce grand homme de théâtre que fut Max Reinhardt et s’exile pour Hollywood en 1934, comme bon nombre de ses compatriotes germaniques, qu’il s’agisse de Billy Wilder, Edgar Ulmer ou encore Ernst Lubitsch.

Après cinq films plutôt mineurs, Preminger signe en 1944 Laura avec l’inoubliable Gene Tierney, ce film noir envoûtant dans lequel un détective tombe amoureux d’une morte qui réapparaît au milieu du récit. Ce sera le coup d’envoi de sa carrière américaine. Une carrière riche de 35 films qui s’achèvera en 1979 avec un long métrage d’espionnage formidable mais méconnu, The Human Factor.

En 1957, Preminger réunit Joan Crawford, Dana Andrews (l’acteur de L’invraisemblable vérité de Lang et de Rendez‑vous avec la peur) et Henry Fonda pour un drame amoureux de haute tenue, Femme ou maîtresse. Daisy Kenyon (titre original du film) entretient une liaison avec un homme marié, Dan O’Hara, qui, depuis des lustres, lui promet de divorcer. Lassée d’attendre, elle tombe un jour sous le charme d’un ingénieur et accepte sa demande en mariage. O’Hara finit par divorcer et va tout faire pour faire de sa « maîtresse», enfin sa femme.

On voyait mal Preminger mettre en scène un scénario digne d’une sitcom et c’est dans le film noir, flanqué d’un noir et blanc somptueux, que l’ensemble bascule rapidement. Personnage fascinant, Daisy Kenyon incarne cette nouvelle femme américaine de l’après‑guerre, tiraillée entre un conservatisme classique (la femme, objet des désirs de l’homme) et une pulsion d’indépendance. Une merveille à redécouvrir.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 09/12/14
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire
RAS.
Note bonus : 0/6
Image
Difficile de passer au travers des défauts présents sur cette édition DVD qui alterne les rayures, les poussières, les effets de pompage, les passages granuleux et les contrastes approximatifs en basses lumières. Le résultat est assez moyen.
Top image : aucun
Note image : 3/6
Son
La piste mono d'origine restitue encore plutôt bien la musique de David Raksin, malgré un petit côté pincé que l'on ressent aussi sur le reste de la bande‑son et les dialogues. Quant à l'absence de piste française, elle n'est pas forcément préjudiciable pour le public visé par ce type de film.
Top son : aucun
Note son : 3/6


PLANNING
BLUHD 24/05/19 Glass
BLU 24/05/19 Glass
DVD 24/05/19 Glass
BLU 26/05/19 Paradise Beach
DVD 29/05/19 Yao
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Tatiana Maslany - Orphan Black saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/159/photo_0855101528.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/166/photo_0804204009.jpg
tatiana-maslany
francois-charles-bideaux
sidse-babett-knudsen
sarah-jessica-parker
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011