Northern Soul

Année : 2015
Réalisateur : Elaine J. Constantine
Interprètes : Josh Whitehouse, Antonia Thomas, Jack Gordon, James Lance
Éditeur : Universal
DVD : DVD-9, 97', zone 2
Genre : drame, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 03/05/16
Prix ind. : 9,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.66
SD 576i (Mpeg2)
16/9
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Italien Dolby Digital 5.1
Espagnol Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais pour malentendants, italien, espagnol, néerlandais, arabe, islandais, portugais, turc, grec
Amazon
9,99 €
Beau succès sur ses terres, le film de la photographe Elaine J. Constantine brosse le portrait de la jeunesse provinciale britannique des années 1970, alors que le mouvement musical underground northern soul (aussi appelée north ou soul rare) commence à sortir des caves et des terrains vagues pour rejoindre les clubs.

1974. Face à la perspective de travailler à l'usine ou dans une sinistre fabrique de biscuits, un petit groupe de jeunes ne pense qu’à dénicher outre‑Atlantique les titres introuvables qui feront d'eux les Jackie Chan de leur patelin. Débute un périple plein de fougue et d'énergie qui mettra à rude épreuve leur amitié sur fond de violence, de rivalité et d'abus en tous genres.

Connue pour savoir capter l'intensité et la réalité de la jeunesse anglaise via ses différentes activités de directrice artistique et de photographe, Elaine J. Constantine réussit ici ce qu'elle sait faire de mieux : le portrait d'une génération dont les perspectives industrielles ne la faisaient pas rêver. Comme souvent, le salut viendra d'ailleurs, de la musique et des influences mélangées (voir à ce sujet l'excellent documentaire musical Saxon : Heavy Metal Thunder, le film).

Las, le souffle épique, ce feu intérieur qui crame littéralement nos trois héros de l'intérieur, s'éteint à petit feu faute de trajectoires scénaristiques suffisamment prenantes et travaillées. On suit ainsi le train‑train amphét'/ tatoos maison/amourettes sur fond de trop peu de northern soul. Un manque d'ampleur et d'enjeux que le charme de l'ensemble ne compense pas vraiment.
Carina Ramon - Publié le 12/05/16
Liste des bonus
- Aucun


Commentaire
À film niche, peu d'efforts consentis côté bonus. Dommage, on aurait bien vu et entendu le témoignage de quelques spécialistes musicaux sur ce courant.
Note bonus : 0/6
Image
On s'y croirait. L'époque, le stylisme, la lumière, tout a été fait avec le souci du détail tout en restant dans une simplicité et une épure bienvenues. Une photographie réaliste d'une petite ville de province dans les Seventies. Des couleurs sans fard et un manque de précision général, mais une patte vintage appréciable.
Top image : aucun
Note image : 4/6
Son
À part quelques scènes musicales dans les MJC ou les clubs, avec basses bien présentes, les enceintes ne vibrent pas vraiment. En tout cas, elles sont loin de retranscrire le grand chamboulement qui agite nos jeunes en mal de repères et d'espoir. On s'attendait à plus d'intensité. VO ou VF, mixage quasi identique hormis les graves, légèrement plus présents sur la version originale.
Top son : aucun
Note son : 4/6



PLANNING
BLU 26/05/19 Paradise Beach
DVD 29/05/19 Yao
BLU 29/05/19 Yao
DVD 29/05/19 The Hate U Give
BLU 29/05/19 The Hate U Give
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Matt Dillon - Wayward Pines
https://www.avcesar.com/source/interview/160/photo_1145102402.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/157/photo_0253124723.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/134/photo_1022184229.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/171/photo_0331123722.jpg
matt-dillon
stefano-sollima
jesse-tyler-ferguson
rotem-shamir
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011