Hancock

Collector
Année : 2008
Réalisateur : Peter Berg
Interprètes : Will Smith, Jason Bateman, Charlize Theron
Éditeur : SPHE
DVD : 1 DVD-9 + 1 DVD-5, 88' (version cinéma) ou 98' (montage non censuré), zone 2
Genre : super-héros, couleurs
Interdiction : tous publics
Sortie : 09/01/09
Prix ind. : 24,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.40
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Italien Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais, italien, néerlandais, arabe
Amazon
2,90 €
Le parcours de Peter Berg, acteur et cinéaste, continue de surprendre. Après des débuts de réalisateur fracassants (Very Bad Things) et un thriller post-11 septembre particulièrement sombre (Le royaume), Berg signe à nouveau un film paradoxal et inattendu qui, sous ses airs d’action movie bien troussé, décrit à merveille l’humeur d’un pays dont la superpuissance et les velléités autoritaires provoquent un agacement grandissant.

Fruit de l'Amérique des années Bush, arrogante, impopulaire et égoïste, réalisé deux ans avant l’élection d’Obama à la Maison-Blanche, Hancock suit le parcours d’un justicier mal luné, ivrogne et impoli (très bon Will Smith), sorte de Superman politiquement incorrect dont chacune des interventions provoque un chaos intégral. Formidable séquence d’ouverture du film : l’arrestation d’une bande de braqueurs qui se solde par des millions de dollars de dégâts et les huées de la foule.

Un jour, Hancock croise la route de Ray (Jason Bateman), un publicitaire sur le carreau, qui décide de l’aider à redorer son image, et donc son blason. Hancock adopte d’abord le ton de la comédie puis bifurque imperceptiblement vers une noirceur typique du cinéma de Berg, lorsque ce super-héros, qui se croyait seul au monde, découvre l’existence d’un alter ego (Charlize Theron).

Produit par Michael Mann, qui fait d’ailleurs une apparition au début du film sous les traits d’un exécutif, Hancock remplit impeccablement le cahier des charges du genre (séquences d’action inventives, humour ravageur, effets spéciaux irréprochables), mais raconte surtout le cauchemar identitaire d’un homme -et d’une Nation- qui doit retrouver d’où il vient et reconstruire sa relation à l’autre. Une réussite totale et originale.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 01/02/09
Liste des bonus
- Choix de la version longue non censurée (98', celle que nous avons sélectionnée) ou du montage cinéma (88')
- Making of (13')
- Gros plan sur l'élaboration du film à travers huit scènes à voir à l'unité ou en intégralité (16')
- Focus sur les effets visuels et l'implication des équipes (8')
- Coulisses des scènes d'action (10')
- Zoom sur la construction du décor principal (11')
- Sujet sur les costumes et le travail stylistique (8')
- Leçon du réalisateur pour diriger un super-héros (3')
- Bandes-annonces


Commentaire
De quoi découvrir les coulisses de ce film bourré d'effets spéciaux et visiblement tourné dans la joie et la bonne humeur. Et heureuse surprise, Michael Mann (Collateral, Miami Vice), producteur de Hancock, est présent dans pratiquement tous les modules. Un bon moment, en plus du film bien sûr. Seul petit reproche ? L'ensemble très corportate et promo.
Note bonus : 5/6
Image
Note maximale méritée. Les nombreux effets spéciaux (voir bonus) sont parfaitement intégrés et ne perturbent en rien la qualité de rendu. L'image est magnifique du début à la fin : tonique, piquée, chaleureuse, généreuse et bien sûr sans défaut. On ne vous parle même pas des gros plans. Que demander de plus ?
Top image : 04'50 (Hancock fait voler puis descendre des malfaiteurs), 22'58 (la Bat-roulotte en plein désert), 33'50 (graveleux mais drôle), 60'09 (tornade d'effets spéciaux)
Note image : 6/6
Son
Un doux mélange de scènes musclées et de passages plus feutrés laissant parler l'émotion. Le résultat est enveloppant, rond, réparti sur toutes les enceintes, avec quelques percées bien senties du subwoofer.
Top son : 14'00 (Hancock rencontre Ray pour la première fois), 44'16 (Hancock fait sauter la banque), 60'00 (un baiser qui tourne mal), 60'08 (super-scène de ménage en pleine rue), 82'10 (la vengeance du Capitaine Crochet)
Note son : 6/6


PLANNING
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Ken Follett - Un monde sans fin
https://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/139/photo_0259145504.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/170/photo_1215120005.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/129/photo_0549180108.jpg
ken-follett
liam-neeson
anthony-hopkins
martin-scorsese
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011