Mensonges d'État

Body of Lies
Année : 2008
Réalisateur : Ridley Scott
Interprètes : Leonardo DiCaprio, Russell Crowe, Mark Strong
Éditeur : Warner
DVD : DVD-9, 122', zone 2
Genre : espionnage, couleurs
Interdiction : tous publics (ce film présente certaines images susceptibles de heurter un public sensible)
Sortie : 13/05/09
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
2.35
SD 576i (Mpeg2)
16/9 compatible 4/3
Bande-son
Français Dolby Digital 5.1
Anglais Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais pour malentendants, néerlandais
Amazon
2,90 €
Une petite année à peine après American Gangster, Ridley Scott revient avec un projet d’envergure. Mensonges d’État s’inscrit d’emblée dans ce qui, depuis l’effondrement des tours, est devenu un genre en soi : la guerre contre le terrorisme et ses immenses tracas. Sur le papier et pour qui se souvient de l’impressionnante Chute du Faucon Noir, Scott était sans doute l’un des hommes de la situation. Mais sur l’écran, Mensonges d’État manque cruellement d’ampleur, d’énergie et de finesse.

Scott reprend ici la structure en miroir d'American Gangster, soit une découpe binaire du monde et de ses enjeux, dont il ne parviendra jamais à se déprendre : d’un côté, un agent de la CIA (DiCaprio) infiltré en Jordanie à la recherche d’un chef d’Al Qaïda, et de l’autre, un vieux routard bedonnant des Services Secrets (Russell Crowe + 20 kg) qui, devant la cuvette de ses toilettes ou en compagnie de ses charmants chérubins, dirige sa marionnette espionne grâce à un cellulaire greffé à l'oreille. À sa femme qui sonne le tocsin du repas et le questionne sur son retard, l’homme, les deux pieds enfoncés dans la pelouse, répond : « Je sauve la civilisation ! ».

Au milieu, le chef des Services Secrets jordaniens, sorte de Tarik Ramadan en costard (Mark Strong, dont la performance écrase littéralement celle du duo Crowe/DiCaprio), élégant, beau parleur et main de fer. Bureaucrates planqués dans les jardins de Washington versus hommes de terrain bardés de cicatrices, vision abstraite et sur écrans de contrôle de la géostratégie versus expérience concrète de la réalité politique, Mensonges d’État s’en tient strictement à une série d’oppositions largement rebattues et un brin démago.

Au fond, Ridley Scott n’a rien à dire, ne possède aucune idée précise (ou nouvelle) sur la question. Et lorsque, faute de mieux, il resserre son film sur l’humanité de ses personnages, leurs sentiments profonds, c’est pour produire une bluette consensuelle avec Aïcha de service (le Proche-Orient n’est pas qu’un nid de kamikazes enturbannés) et contrepoint d’usage (l’amour, nous rappelle-t-on alors, ignore les frontières religieuses, raciales et politiques).

À la différence de Peter Berg et de son Royaume (qui reste, à ce jour, l’un des films hollywoodiens les plus convaincants consacrés à l’humeur post-11 septembre), Scott patauge dans un bain politique obscur, un Proche-Orient vu et revu, et plutôt que de retourner cette confusion à son avantage (ne rien comprendre à une situation donnée, c’est aussi un sujet de cinéma), s’en remet paresseusement aux ficelles classiques du récit d’infiltration avec vérités déguisées en mensonges et vice-versa, effets de manipulation et d’intimidation, etc.

Résultat, même les séquences d’action (pourtant l’un des points forts de Scott), parce qu’elles ne s’articulent à aucun point de vue précis, semblent apathiques, molles et inutiles. La chute du Faucon Noir date de 2001. On attend toujours le grand réveil du réalisateur d’Alien et Thelma et Louise.
Jean-Baptiste Thoret - Publié le 20/04/09
Liste des bonus
- Commentaires audio du réalisateur Ridley Scott, du scénariste William Monahan et de l'auteur David Ignatus en VO non sous-titrée malheureusement
- Sujet sur le tournage en Afrique du Nord, la quatrième fois pour Ridley Scott (8')
- Gros plan sur la manière de montrer le Maroc à travers quelques scènes précises (7')
- Focus sur l'auteur du roman, ancien journaliste et correspondant du Washington Post (7')


Commentaire
Quel dommage que les commentaires audio ne soient pas sous-titrés. Les trois petits modules sont sympathiques et pas trop promo pour une fois, mais ne suffisent pas vraiment à éclairer les motivations et le message du film.
Note bonus : 3/6
Image
On le sait, Ridley Scott (comme son frère Tony d'ailleurs) est un excellent faiseur d'image. Si ce Mensonges d'État, dans le fond, n'apporte rien de vraiment neuf, sa photographie demeure un modèle du genre. Constance, maîtrise… impossible de reprocher quoique ce soit à ce film et à ce DVD de ce côté-là.
Top image : aucun
Note image : 6/6
Son
Sobre mais assez efficace dans le genre. L'accent a particulièrement été mis sur les ambiances pour apporter encore plus de crédibilité au récit se déroulant la majeure partie du temps sur le terrain. Donc pas de gros effets, mais plutôt un travail en douceur pour une immersion progressive dans la réalité de cette guerre sans fin.
Top son : aucun
Note son : 4/6


PLANNING
BLU 19/06/19 Deux fils
DVD 19/06/19 Deux fils
BONNES AFFAIRES
INTERVIEWS
Tatiana Maslany - Orphan Black saison 2
https://www.avcesar.com/source/interview/155/photo_1119161630.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/174/photo_0200124313.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
tatiana-maslany
bryan-cranston
damian-lewis
melissa-bernstein
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011