2
TV - Écran plat

Sony KDL-37EX720

sans Must AV
Prix indicatif : 949 € TTC
Note AVCesar.com


Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 94 cm
Standard : HDTV 1 080p et 3D Ready
Résolution native : 1 920 x 1 080 pixels
100 Hz : oui (200 Hz)
TNT : simple tuner (SD et HD)
Disque dur : externe via USB
HDMI : 4 (v 1.4, dont 3 arrières et 1 latérale)
Dim. (L x H x P) : 878 x 579 x 250 mm
Poids : 13,3 kg
L’essentiel
Le Sony KDL‑37EX720 est le premier modèle 3D Ready de la gamme 2011 des téléviseurs Sony que nous testons. Basé sur la technologie 3D active, ce LCD HDTV 1 080p adopte un rétroéclairage LED Edge, une dalle satinée de 1 920 x 1 080 pixels et un traitement vidéo 200 hertz.
 
Matériel milieu de gamme chez Sony, son équipement comprend quatre entrées HDMI 1.4 compatibles CEC et Deep Color dont l’une bénéficie de la fonction ARC. Cependant, le xvYCC et l’auto LipSync sont oubliés… Le Sony KDL‑37EX720 complète son tuner TNT HD (compatible câble) d’un port CI+ avec certification Canal Ready et de la fonction enregistrement sur clé ou disque dur externe USB (de plus de 32 Go et moins de 2 To). Il propose pour cela deux ports USB Host compatibles Fat32, dont un spécialement dédié à cette fonction d’enregistrement.
 
Le Sony KDL‑37EX720 est évidemment un téléviseur dit connecté : Youtube, Dailymotion, Facebook, Twitter, Picasa, M6 Replay, Eurosport, Skype, plus le service maison Qriocity pour la musique et la VOD. La navigation sur Internet est également autorisée avec, en prime, la possibilité d’utiliser son Smartphone comme clavier virtuel. Une passerelle multimédia UPnP (DLNA) est intégrée, avec une compatibilité un peu limitée. En audio, seuls les fichiers MP3 et WMA sont gérés avec pochettes et ID3Tag. En vidéo, le Mpeg4 et le WMV sont lus en SD comme en HD, par contre le Mpeg2 et le DivX ne dépassent pas la définition standard. Quant au XviD, il n’est pas reconnu… Côté conteneurs, l’AVC‑HD, le MP4 et le M2TS sont acceptés, mais pas le Mov, ni le TS ni le MKV. Heureusement, en photo, le Jpeg est lu jusqu’à 30 mégapixels. On se console encore avec une consommation limitée, 55 W en usage quotidien 2D, 75 W en moyenne en 3D, et bien moins de 1 W en veille.
Concurrence
C’est un fait, les téléviseurs 3D Ready LCD sont actuellement très majoritairement à technologie active. La concurrence ne manque donc pas, surtout chez les constructeurs coréens avec par exemple le Samsung UE37D6500.
Fiche technique
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 94 cm
Standard : HDTV 1 080p et 3D Ready
Résolution native : 1 920 x 1 080 pixels
100 Hz : oui (200 Hz)
Réception : télétexte, PAT, PIP, PAP, Infos+, EPG, TNT (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), Câble (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+)
Disque dur : externe via USB
Connectique : 4 entrées HDMI (v 1.4, dont 3 arrières et 1 latérale), 1 entrée YUV (RCA), 1 entrée Data (Sub-D15), 1 entrée péritel (RVB), 1 sortie casque (latérale), 1 sortie audio stéréo, 1 sortie audio numérique (optique), 1 port CI+, 2 ports USB Host (latéral) , 1 port Ethernet, Wi‑Fi (option)
Compatibilité : NTSC (480i, 480p), Pal (576i, 576p), HD (720p/50, 720p/60, 1 080i/50, 1 080i/60), Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), Ultra HD (2 160p/24), 3D (côte à côte, dessus/dessous, frame packing), conversion 2D/3D, Data (SXGA+)
Multimédia : MP3, WMA, DivX (SD), WMV (SD et HD), Mpeg2 (SD), Mpeg4 (SD et HD), Jpeg, UPnP (DLNA), Bluetooth , NFC, Podcast, WebTV (Widgets), accès Web
Usage : télécommande simple, capteur de luminosité, CEC, Deep Color, Super 4/3, 4/3, 14/9, 16/9, Zoom Letterbox, Zoom Letterbox sous-titres, Zoom 2.35 (HD), Overscan
Réglage : température de couleur (préréglable), balance des blancs paramétrable (RVB), réglage de gamma (préréglage), rétroéclairage (dynamique), renforcement du contraste (dynamique), désentrelacement (vidéo/film) automatique
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR, Mosquito NR
Optimisation de la netteté dans les mouvements : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Compensation de mouvement : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60)
Son : puissance (2 x 10 W), décodeur (PCM, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, HE-AAC), ARC, processeur surround (S-Force Front Surround 3D), AVL
Consommation : 105 W (0,25 W en veille)
Dim. (L x H x P) : 878 x 579 x 250 mm
Poids : 13,3 kg
ph image
Verdict technique
Particulièrement sobre, le Sony KDL‑37EX720 est très élégant. Il est plutôt bien équipé avec un tuner TNT HD complété de la fonction enregistrement. Sauf que, s’agissant d’un simple tuner, il est impossible de regarder une chaîne différente de celle enregistrée. De plus, certaines fonctions en ligne sont alors bloquées. Par contre, il reste possible de regarder une source externe…
 
La connectique ne fait aucune impasse, mais comme souvent le Wi‑Fi est optionnel et non de série. La fonction passerelle UPnP (DLNA) est présente, mais la compatibilité multimédia plutôt… étonnante. Avec, entre autres, la compatibilité du DivX limitée à la SD et l’oubli du MKV. Le Sony KDL‑37EX720 se rattrape avec le portail maison Qriocity pour la VOD et la musique en Streaming. La navigation sur Internet est même proposée avec la possibilité (via une application gratuite à télécharger) d’utiliser son iPod, son iPhone ou son Androïd Phone comme télécommande/clavier.
 
La partie audio du Sony KDL‑37EX720 n’est pas une réussite. Inutile de s'appesantir là‑dessus, on retrouve les soucis rencontrés sur la majorité des écrans plats : lacune au niveau des fréquences graves et saturation. Heureusement, il compense par une qualité d’image qui fait plaisir à voir. Belle homogénéité, angle de vision très correcte, mais surtout noirs denses, blancs propres et couleurs superbes. Bref du grand Sony avec en prime une compensation de mouvement efficace et peu sujette aux artéfacts. C’est donc un sans faute, ou presque, en 2D.
Mais, en 3D, ce téléviseur perd gros. Très gros même. Tous les défauts que nous avions relevés lors de nos premiers tests (cf. notre actualité sur le sujet), responsables de nombreux échanges avec Sony et du retard de notre parution, sont avérés. Un comble pour un modèle 3D de deuxième génération. La compensation engendre d’horribles saccades : mieux vaut donc la désactiver en 3D. Malheureusement, ce n'est pas le plus simple à faire dans les menus. Et il faut ensuite la ré‑activer, toujours manuellement, en 2D… Les lunettes sont toujours aussi sensibles à l’inclinaison de la tête et ne sont pas très confortables. Le papillotement avec les sources Pal est assez gênant. Enfin, outre la perte importante de luminosité, l’effet fantôme est encore présent. Reste maintenant à vérifier, lors d'un prochain test, si ces problèmes disparaissent sur les séries haut de gamme de la marque.
+ Les points forts
»  
Colorimétrie et piqué
»  
Conversion 2D vers 3D
»  
Homogénéité de la dalle
»  
Qualité de l’image en 2D
»  
Traitement vidéo et fluidité
»  
Compensation de mouvement efficace en 2D
- Les points faibles
»  
Wi‑Fi en option
»  
Effet fantôme présent
»  
Lecture multimédia limitée
»  
Confort et papillotement des lunettes
»  
Compensation de mouvement dégradante en 3D
»  
Pas de gestion de l'auto LipSync ni du xvYCC
BONNES AFFAIRES
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES