4
TV - Écran plat

Samsung UE46D8000

Mustav
Prix indicatif : 2 399 € TTC
Note AVCesar.com


Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 116 cm
Standard : HDTV 1 080p et 3D Ready
Résolution native : 1 920 x 1 080 pixels
100 Hz : oui (800 Hz)
TNT : simple tuner (SD et HD)
Disque dur : externe via USB
HDMI : 4 (v 1.4, dont 4 latérales)
Dim. (L x H x P) : 1041 x 608 x 277 mm
Poids : 14,3 kg
L’essentiel
Voici le téléviseur Samsung UE46D8000, issu de la nouvelle série haut de gamme du constructeur coréen (en attendant la remplaçante de la Samsung C9000). Toujours HDTV 1 080p et 3D Ready, ce modèle fait appel à la technologie LED Edge, la « norme » chez Samsung. À une différence près toutefois par rapport à la majorité des modèles de ce type : il ajoute un rétroéclairage zoné (Local Dimming).
Il se distingue également par un cadre en aluminium extra‑fin, laissant littéralement flotter l’image dans les airs. Réellement superbe visuellement, cette finition est également très intéressante en termes d'intégration avec un encombrement extrêmement réduit. D'autant plus que l’électronique et la connectique ne sont pas déportées, mais bien intégrées. Une vraie prouesse qui ne cesse de nous étonner lors de chaque manipulation de ces produits. La dalle utilisée, d’une résolution de 1 920 x 1 080 pixels, adopte un revêtement brillant, mais maîtrise les reflets.

Ce Samsung UE46D8000 possède, en phase avec son positionnement statutaire, un équipement complet avec, entre autres, les connexions Ethernet et Wi‑Fi couplées à un grand nombre de fonctionnalités réseaux : navigateur Internet, nombreux Widgets, VOD, technologie HBBTV et passerelle multimédia UPnP (DLNA).
À ce sujet, comme sur les modèles précédents, la compatibilité est limitée en audio au seul MP3. La gestion des ID3Tag et des pochettes d’album est en tout cas assurée. En revanche, il lit le Jpeg jusqu’à 30 Mpxls, et accepte toute sorte de vidéos. Mpeg2, Mpeg4, WMV, XviD et DivX, en SD comme en HD, en MKV, TS, Vob et MP4. Les bandes‑son en AAC, Dolby Digital et DTS sont parfaitement lues, mais pas celle en WMA Pro multicanal. Enfin, la lecture de fichiers Mov est aléatoire, mais on se console avec la prise en charge des supports USB en Fat32 et en NTFS.

Le Samsung UE46D8000 conserve le tuner HD compatible TNT, câble et satellite, toujours complété d’un port CI+ avec label Canal Ready. Les fonctions Enregistrement et Time Shifting sont de la partie moyennant le raccordement d’un disque dur externe sur l’un des trois ports USB Host. La section audio a fait l’objet d’un beau travail d’ingénierie puisqu’elle gagne enfin en qualité avec du coffre dans les voix et enfin un peu de grave tout en restant au régime sec. Bravo Samsung !

Côté connectique, on retrouve les nombreux adaptateurs pour les liaisons analogiques, mais antenne, réseau et HDMI 1.4 sont directement accessibles. Ces dernières sont au nombre de quatre entrées, compatibles xvYCC et CEC dont une dotée de la fonction ARC. Deep Color et Auto LipSync restent donc encore aux abonnés absents. Les réglages sont toujours aussi nombreux et remplissent parfaitement leur fonction mais, comme toujours, il s'agit de ne pas en abuser pour garder une image naturelle. Sinon, la conversion 2D/3D répond également présente, et les nouvelles lunettes (basées sur la technologie Bluetooth et plus IR) sont désormais plus légères et agréables à porter.
Concurrence
Avec un tel design, impossible de ne pas penser aux modèles Infinia Nano Full LED de LG. Sinon, à un tel niveau de prix, les concurrents sont désormais tous 3D Ready et équipés comme des chefs. La différence s'apprécie donc à l'aune des modes « connectés ».
Fiche technique
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 116 cm
Standard : HDTV 1 080p et 3D Ready
Résolution native : 1 920 x 1 080 pixels
100 Hz : oui (800 Hz)
Réception : télétexte, PAT, PIP, Infos+, EPG, TNT (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), SAT (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), Câble (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+)
Disque dur : externe via USB
Connectique : 4 entrées HDMI (v 1.4, dont 4 latérales), 1 entrée YUV (RCA), 1 entrée Data (Sub-D15), 2 entrées péritel (1 RVB et 1 Composite), 1 entrée Stéréo + Composite (latérale), 1 sortie casque (arrière), 1 sortie audio numérique (optique), 1 port CI+, 3 ports USB Host (latéral) , 1 port Ethernet, Wi‑Fi
Compatibilité : NTSC (480i, 480p), Pal (576i, 576p), HD (720p/50, 720p/60, 1 080i/50, 1 080i/60), Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), Ultra HD (2 160p/24), 3D (côte à côte, dessus/dessous, frame packing), conversion 2D/3D, Data (SXGA+)
Multimédia : MP3, DivX (SD et HD), WMV (SD et HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (SD et HD), Jpeg, UPnP (DLNA), Bluetooth , NFC, WebTV (Widgets), accès Web
Usage : télécommande simple, capteur de luminosité, CEC, xvYCC, Super 4/3, 4/3, 16/9, Zoom Letterbox, Zoom Letterbox sous-titres, Overscan
Réglage : température de couleur (préréglable), balance des blancs paramétrable (RVB), réglage de gamma (préréglage), rétroéclairage (dynamique par zone), renforcement du contraste (dynamique), désentrelacement (vidéo/film) automatique
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR
Optimisation de la netteté dans les mouvements : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Compensation de mouvement : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Son : puissance (2 x 10 W), décodeur (PCM, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, HE-AAC), ARC, processeur surround (SRS TheaterSound HD), égaliseur, AVL
Consommation : 80 W (0,1 W en veille)
Dim. (L x H x P) : 1041 x 608 x 277 mm
Poids : 14,3 kg
ph image
Verdict technique
Par rapport aux modèles de la gamme précédente (ceux de l'année dernière…), porteurs de nombreuses améliorations majeures, le Samsung UE46D8000 constitue une belle évolution. Impossible en effet de révolutionner le marché tous les ans ! Mais pour résumer notre sentiment, on peut affirmer que les modèles de la gamme 2011, spécialement cette série D8000, constitue une synthèse, celle du fond et de la forme, du design et des performances.

Mais le produit parfait n'existe pas encore. Passons donc d'abord en revue nos griefs. Nous nous attendions à de plus notables améliorations du côté de l’ange de vision et de l’homogénéité de la dalle. Même si ce dernier point, toujours d'actualité, est en progrès (voir explication plus bas). Quant au Local Dimming dénommé Micro Dimming chez Samsung, nous en cherchons encore la trace en termes de contraste visible à l'écran. Sur notre modèle de test, activé ou non, nous n’avons perçu aucune différence flagrante sur nos séquences vidéo. En revanche, il agit plus favorablement sur l'homogénéité de la dalle, le procédé Micro Dimming étant capable de compenser ce problème en gérant plus ou moins l'ouverture des pixels.
C'est pourquoi le Samsung UE46D8000, s'il obtient la distinction Must AVCesar.com, ne se voit pas décerner la note ultime de six étoiles. De plus, il fait encore et toujours l’impasse sur quelques fonctions HDMI. Enfin, sa compatibilité en musique est toujours aussi basique, et certaines limitations telles celles du PIP et de l’enregistrement USB sont encore présentes.

Mais, passées ces remarques, le bilan reste très largement favorable. Le design est absolument sublime et inscrit d'office le Samsung UE46D8000 au panthéon des plus beaux téléviseurs jamais fabriqués. Ou pourquoi être fier de son téléviseur…
Il faut aussi évoquer un équipement et des fonctionnalités, malgré nos reproches (cf. notre procédure de test très complète), exemplaires. La réception TV ne pose aucun défaut. Le nouveau menu OSD est agréable à l’usage et permet de se passer de notice. Les noirs, en face de l’écran, sont plutôt denses et surtout détaillés. Les blancs ne sont pas brûlés et la colorimétrie est assez naturelle. En faisant un tour dans les réglages et en désactivant les divers renforcements et filtres, l’image est alors suave tout en restant suffisamment piquée. Un vrai régal pour les pupilles.

Enfin, en ajustant la compensation de mouvement, il est possible de supprimer juste ce qu’il faut de micro‑saccades sans pour autant dénaturer l’image. La fluidité est alors quasi‑parfaite, quelle que soit la source, y compris en 3D où l’appareil s’en sort vraiment très bien. On note juste dans ce mode un peu d’effet fantôme mais rien de très méchant. Vraiment ! Enfin, dans tous les cas de figure, le désentrelacement est efficace, et la consommation maîtrisée. Nous avons relevé 82 W en usage normal, 102 W en mode 3D et une valeur en veille conforme aux annonces constructeurs.
+ Les points forts
»  
Piqué, fluidité et définition en HD
»  
Finition, esthétique et épaisseur de l’écran
»  
Tuner TNT et satellite avec Port CI+
»  
Enregistrement et [abc]Time Sifting[/abc] via USB
»  
3 ports USB Host, Wi‑Fi et Ethernet
»  
HBBTV, Widgets et passerelle multimédia UPnP (DLNA)
- Les points faibles
»  
Homogénéité encore perfectible
»  
PIP toujours aussi restrictifs
»  
Lecture audio en MP3 uniquement
»  
Pas de gain qualitatif sur l'image avec le Local Dimming
»  
Pas de gestion de l'Auto LipSync et du Deep Color
BONNES AFFAIRES
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES