Philips 65PFL9708S

Par Jacques Guiot - Publié le 22/10/13
Image
Abordons la partie la plus intéressante et délicate de ce test, la qualité d'affichage Ultra HD de ce Philips 65PFL9708S. Délicate, car comme nous le soulignions en introduction de ce banc d'essai, les téléviseurs Ultra HD nécessitent une attention particulière, des réglages minutieux et une optimisation du traitement vidéo par rapport à la source, notamment en présence d'un lecteur Blu‑Ray. Et il faut l'avouer, ce modèle dont les principaux points forts sont un ratio de contraste élevé et le filtre Ultra Resolution, s'est avéré particulièrement complexe à régler. Cependant, le jeu en vaut vraiment la chandelle !
Il est en effet possible d'atteindre une qualité d'image absolument redoutable. Mais pour cela, nous avons dû batailler avec le fameux filtre Ultra Resolution, extrêmement puissant, dont il faut impérativement connaître les subtilités : s'il peut réaliser de vraies merveilles, par exemple sur des disques Blu‑Ray, il peut aussi entraîner une dégradation de l'image s'il est mal utilisé. Sans oublier aussi une difficulté liée à la connectique HDMI. Après quelques heures de perplexité, tout est heureusement rentré dans l'ordre, le temps de comprendre le fonctionnement de cet écran. On vous invite donc à découvrir nos aventures avec le Philips 65PFL9708S et la marche à suivre pour exploiter toutes ses qualités…

En premier lieu, il faut garder à l'esprit une chose, le traitement vidéo diffère en fonction de l'entrée HDMI choisie, en l'occurrence la prise numéro 5 identifiée Ultra HD sur le châssis. En effet, sa particularité par rapport aux autres prises HDMI ne se borne pas seulement à accepter une résolution Ultra HD, tout le traitement vidéo associé est spécifique, et ce, même si les fonctions et réglages sélectionnés portent la même dénomination dans les menus. En clair, un choix de paramètre dans les dits menus donne des résultats différents sur une source raccordée sur la HDMI 5 ou une l'une des quatre autres prises HDMI. Dis comme cela, cette remarque n'a l'air de rien mais c'est bien là l'origine d'un banc d'essai compliqué. En effet, au bout de plusieurs heures de tests décevants, il nous a fallu encore du temps pour émettre l'hypothèse d'une différenciation de traitement en fonction du connecteur impliqué dans notre raccordement source vidéo‑diffuseur. Et encore du temps supplémentaire pour vérifier notre hypothèse. Conclusion, nous aurions pu passer totalement à côté des réelles qualités de ce TV, notamment sur l'aspect Upscaling, aux performances sensiblement différentes selon le connecteur HDMI choisi.

C'est pourquoi en présence d'un lecteur Blu‑Ray nous conseillons d'opter pour l'entrée HDMI 5. Cela va bien sûr de soit s'il est doté d'un procédé de mise à l'échelle 2 160p de l'image, activé, les autres prises HDMI n'acceptant pas ce signal. Mais nous vous conseillons également cette configuration si le lecteur est réglé en sortie 1 080p. La raison est simple : associé à l'entrée HDMI 5, le filtre Ultra Resolution s'avère beaucoup plus puissant avec un signal 1 080p, comparé à son efficacité sur les autres prises HDMI. Et au regard du « travail » effectué par ce filtre, nous vous conseillons aussi fortement, dans le cas d'une image source Full HD, de désactiver tous les filtres d'amélioration de l'image sur le lecteur pour ne pas engendrer de doubles contours ou artefacts. En revanche, avec une image source 2 160p, le filtre Ultra Resolution se fait plus doux et il est donc possible d'appliquer quelques filtres d'amélioration de l'image au niveau du lecteur BD pour accentuer un poil les détails et le relief. En précisant cela, nous pensons bien évidemment aux lecteurs Blu‑Ray de type Oppo dotés de divers réglages d'accentuation.
Quid du résultat final obtenu via la prise HDMI 5, nous direz‑vous ? Après moult séances Home Cinéma, un conclusion s'impose : le potentiel du mode Ultra Resolution est tout bonnement incroyable. À une condition toutefois, la source vidéo doit être de bonne qualité. Car son traitement d'Upscaling absolument magique, il n'y a pas d'autres mots, sur un Blu‑Ray au master soigné, agit également comme un effet de loupe : il magnifie toutes les qualités et défauts d'une image. Il faut juste le savoir et bien choisir la source. Avec le titre Oblivion, par exemple, le rendu est littéralement spectaculaire. Nous pouvons presque évoquer une vraie révolution de l'image avec des détails à foison, une profondeur de champ absolument bluffante, du relief… Bref, une des plus belles images, voire la plus belle, qui nous a été donné de voir à ce jour sur un téléviseur ! Toute la rédaction était complètement bluffée par le rendu visuel.

Abordons maintenant les autres cas de figure. En présence d'un signal de qualité moyenne, à l'instar de celui proposé par la TNT HD ou, pire, la TNT SD ou encore un lecteur DVD raccordé sur une des quatre autres entrées HDMI, le filtre Ultra Resolution se montre souvent trop violent. Il entraîne une remontée de bruit vidéo et crée des doubles contours plus ou moins marqués en fonction du programme. Le mieux aurait été de pouvoir juguler ses ardeurs avec la mise à disposition dans les menus d'une gradation de son efficacité : plus ou mois prononcée. Dans ce cadre précis, on est donc tenter de désactiver complètement l'Ultra Resolution, mais l'Upscaling Ultra HD ne se montre pas assez puissant pour se suffire à lui même avec un rendu d'une douceur que certains jugeront exagérée. Il faut donc compenser ce manque de netteté en jouant plus ou moins avec le filtre Definition. Attention à pas trop forcer la dose sinon des artefacts et des jaggies (effet d'escalier) apparaissent. Tout est question d'équilibre…

Petit paragraphe rapide sur le comportement du Philips 65PFL9708S en présence de contenus Ultra HD natifs. C'est bien la moindre des choses avec une dalle UHD… Malheureusement, Philips ne nous a pas fourni de contenu de ce calibre et nous avons dû nous contenter des quelques vidéos de ce genre proposées sur le net, loin d'être de qualité optimale, lues par notre HTPC (PC Home Cinéma) doté d'une carte graphique Radeon HD7000. Le résultat est évidemment excellent et, fait notable, le filtre Ultra Resolution apporte un gain qualitatif tout simplement énorme. Sur certaines démonstrations, nous avions la réelle sensation de regarder des paysages à travers une fenêtre ouverte sur le monde. L'image propose une précision et un réalisme inédits, encore magnifiés par l'absence d'effet de grille. En effet, avec les dalles Ultra HD les pixels ne sont même plus visibles, ou si peu. À la vue de ces trop rares vidéos Ultra HD natives, croyez‑nous, on trépigne d'impatience quant à l'arrivée du Blu‑Ray UHD/4K ! Nul doute que la qualité sera même encore bien supérieure.

Autre gros point fort du Philips 65PFL9708S, le contraste comme annoncé au début de de cette section Image. Là encore, nous avons pu nous apercevoir de l'importance des réglages à effectuer à la mise en route d'un téléviseur pour juger de son réel potentiel. Premier point, l'énorme puissance lumineuse de ce téléviseur nécessite d'être considérablement abaissée pour arriver à un résultat similaire à celui obtenu avec un téléviseur Full HD. En baissant cette luminosité pour atteindre le niveau recherché, nous mesurons un noir à 0,03 cd/m² pour un contraste intra‑image proche des 3 500:1 ! Soit le meilleur résultat observé sur un téléviseur Ultra HD et l'un des tout meilleurs si on le compare à tous les téléviseurs LED Edge testés sur AVCesar.com. Pour être précis, il est possible d'atteindre un noir encore plus profond en activant le Rétroéclairage Dynamique (Micro Dimming Pro), mais il faut, dans cette configuration, s'accommoder d'une petite fluctuation lumineuse. En effet, le rétroéclairage baisse considérablement sur toute la surface de la dalle lors des scènes très sombres et cela a tendance à boucher un peu les noirs. Chacun jugera s'il préfère activer ou désactiver ce Micro Dimming Pro.

D'un point de vu fluidité, le rendu se heurte aux limites des dalles 100 Hz, avec quelques flous dans les mouvements et de rares décrochages dans les travellings. Par contre, nous avons été très agréablement surpris du naturel de cette fluidité comparé aux modèles 1 080p du fabricant. L'effet « vidéo » reproché par certains envers les TV Philips est ici très contenu, avec un aspect très cinéma même si les plus pointilleux d'entre nous remarquent encore quelques petits artefacts autour des objets en mouvement. Mais dans l'ensemble la fluidité s'avère très bonne, largement au‑dessus de la moyenne.

Au chapitre de l'homogénéité, le Philips 65PFL9708S se situe là encore dans le haut du panier même si ce n'est pas parfait. Nous constatons quelques petits soucis de Banding, et de lignage. En jouant les enquiquineurs, sur un fond sombre, on remarque plusieurs bandes claires horizontales légèrement visibles, ainsi que des bandes sombres verticales sur fond clair. Enfin, sur notre exemplaire, la dalle souffre d'un très léger Clouding, qui disparait en activant le Micro Dimming, mais encore faut‑il l'activer et s'accommoder de ces scènes sombres légèrement bouchées (cf. remarque plus haut). Plus globalement, cela reste de l'ordre du détail et peu de spectateurs percevront ces divers éléments. Mais sur un téléviseur à plus de 5 000 €, nous nous devions de le souligner.

Et la 3D dans tout ça ? Et bien, le résultat est étonnamment assez mitigé. D'un côté, au niveau définition et immersion, c'est une réelle (re)découverte des contenus en relief ! La 3D est très lumineuse, fluide, confortable, avec des effets de jaillissement surpuissants, des lunettes légères qui ont de surcroît le bon goût d'être peu onéreuses, et surtout une résolution deux fois plus élevée comparée à la 3D polarisée offerte par un écran HDTV 1 080p ! En effet, un TV 3D polarisée de résolution Ultra HD propose une image de 3 840 x 1 080 pixels sur chaque œil, avec un effet de lignage totalement invisible. L'image est nette, d'une beauté stupéfiante, confortable et très immersive. Rajoutez à cela l'Ambilight sur les trois côtés, et l'immersion est totale. En 3D ou en 2D d'ailleurs…
En revanche, nous avons été étonnés de constater des traces d'[abc]effet fantômes[/abc]. Ce n'est pas très gênant, c'est contenu, mais pour de la 3D polarisée c'est étonnant. Nous étions habitués à une image dénuée de cross‑talk, contrairement à la technologie 3D active. Gageons qu'une mise à jour Firmware corrige rapidement ce problème.
Image
Optimisation de la netteté dans les mouvements
SD
480i/576i
ED
480p/576p
HD
720p/1 080i
Full HD
1 080p/50/60
Full
HD 1 080p/24
Ultra HD
2 160p/24
oui oui oui oui oui oui
Compensation de mouvement
SD
480i/576i
ED
480p/576p
HD
720p/1 080i
Full HD
1 080p/50/60
Full HD
1 080p/24
Ultra HD
2 160p/24
3D
oui oui oui oui oui oui oui
ph image
350€ 449€
il y a 3 heures
Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
N°01
N°02
N°03
N°04
N°05