3
TV - Écran plat

Philips 46PFL9705H

sans Must AV
Prix indicatif : 2 699 € TTC
Note AVCesar.com


Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 116 cm
Standard : HDTV 1 080p et 3D Ready
Résolution native : 1 920 x 1 080 pixels
100 Hz : oui (400 Hz)
Contraste : 10 000 000:1
TNT : simple tuner (SD et HD)
HDMI : 4 (v 1.4, dont 3 arrières et 1 latérale)
Dim. (L x H x P) : 1 088 x 707 x 260 mm
Poids : 25 kg
L’essentiel
Voici l’un des premiers téléviseurs Philips 3D Ready que nous avons la chance de pouvoir tester. Modèle HDTV 1 080p haut de gamme, le Philips 46PFL9705H adopte un rétroéclairage Local Dimming associé à la technologie LED Pro (diode derrière l’écran). Sa dalle est un modèle satiné d’une résolution de 1 920 x 1 080 pixels et l’ensemble profite d’une superbe finition façon métal brossé, qui change enfin du noir laqué salissant et sujet aux rayures…

Plutôt bien équipé, le Philips 46PFL9705H propose quatre entrées HDMI 1.4 compatibles CEC, dont l’une d’elles ajoute la fonction ARC. Par contre, il faut une nouvelle fois composer sans l'xvYCC, le Deep Color et l’Auto LipSync. Côté réception, la TNT ou le câble déclinés en HD sont proposés, mais pas le satellite. Le port CI+ est de la partie, avec en toute logique le label Canal Ready. En revanche, aucune possibilité d’enregistrement via les ports USB Host ou le lecteur de carte SD n'est prévue. Les deux premiers servent uniquement à la lecture de fichiers multimédia sur support externe (sans compatibilité NTFS), tandis que le second permet seulement l’enregistrement crypté des programmes de VOD proposés via la fonction Net TV. À noter aussi, l’absence de PAP et de PIP. Seul le PAT est de la partie.

Côté multimédia, ce Philips 46PFL9705H dispose d'un port Ethernet et du Wi‑Fi. Les fonctions Widgets (YouTube, DailyMotion, Arte, Picasa, Vidéo Futur, etc.) et passerelle multimédia UPnP (DLNA) sont également présentes. Et la compatibilité de cette dernière est assez vaste. En audio, elle s’étend au MP3, à l’AAC et au WMA. En photo, le Jpeg jusqu’à 30 Mpxls est accepté. Et en vidéo, Mpeg2, Mpeg4, WMV, XviD et DivX, en SD comme en HD sont gérés. En revanche, le Mov n'est pas reconnus… On se console avec la présence d’un traitement 400 Hz, en fait un procédé 200 Hz à rétroéclairage balayé, qui reste toujours aussi performant au niveau de la compensation de mouvement. Sachez, pour finir, que nous avons mesuré l’appareil à 100 W en usage quotidien, et à moins de 0,2 W en veille, soit de très bonnes valeurs. Par contre, nous sommes surpris par la surconsommation en 3D : +35%... Autre précision, pour synchroniser les lunettes 3D, il faut ajouter l'émetteur infrarouge vendu en sus, car il n’est pas intégré au téléviseur.
Concurrence
L’offre de téléviseurs 3D Ready s’étoffe sérieusement. Et les adversaires directs sont le Samsung UE46C8700 et le Sony KDL‑46HX900, deux modèles plutôt haut de gamme et situés dans les mêmes eaux tarifaires. Mais n’oublions pas le LG 47LX9500 et, basé sur la technologie plasma, le Panasonic TX‑P46VT20.
Fiche technique
Type : LCD à LED
Diagonale de l'image : 116 cm
Standard : HDTV 1 080p et 3D Ready
Résolution native : 1 920 x 1 080 pixels
100 Hz : oui (400 Hz)
Contraste : 10 000 000:1
Réception : télétexte, PAT, Infos+, EPG, TNT (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+), Câble (simple tuner SD et HD, chaînes payantes via CI+)
Connectique : 4 entrées HDMI (v 1.4, dont 3 arrières et 1 latérale), 1 entrée YUV (RCA), 1 entrée Data (Sub-D15), 2 entrées péritel (2 RVB et ), 1 sortie casque (arrière), 1 sortie audio numérique (coaxiale), 1 port CI+, lecteur de cartes mémoire (SD/MMC), 2 ports USB Host (latéral) , 1 port Ethernet, Wi‑Fi
Compatibilité : NTSC (480i, 480p), Pal (576i, 576p), HD (720p/50, 720p/60, 1 080i/50, 1 080i/60), Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), Ultra HD (2 160p/24), 3D (côte à côte, dessus/dessous, frame packing), Data (SXGA avant compression)
Multimédia : MP3, WMA, AAC, DivX (SD et HD), WMV (SD et HD), Mpeg2 (SD et HD), Mpeg4 (SD et HD), Jpeg, UPnP (DLNA), Bluetooth , NFC, WebTV (Widgets), accès Web
Usage : télécommande simple, capteur de luminosité, CEC, Super 4/3, 16/9, Zoom Letterbox, Overscan
Réglage : température de couleur (paramétrable (RVB)), réglage de gamma (préréglage), rétroéclairage (dynamique par zone), renforcement du contraste (dynamique), désentrelacement (vidéo/film) automatique
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR
Optimisation de la netteté dans les mouvements : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Compensation de mouvement : en SD (480i/576i), en ED (480p/576p), en HD (720p/1 080i), en Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), en Ultra HD (2 160p/24)
Son : puissance (2 x 15 W), décodeur (PCM, Dolby Digital, Dolby Digital Plus, HE-AAC), ARC, processeur surround (Incredible Surround), traitement audio (Clear Sound), AVL
Consommation : 135 W (0,15 W en veille)
Dim. (L x H x P) : 1 088 x 707 x 260 mm
Poids : 25 kg
ph image
Verdict technique
Malgré ses indéniables qualités audio et vidéo associées à son équipement haut de gamme, ce téléviseur Philips 46PFL9705H n’obtient pas la distinction Must AVCesar.com et ce, pour plusieurs raisons. Premièrement, trop de fonctionnalités HDMI sont oubliées : CEC plus ARC ce n’est pas assez. Deuxièmement, en 3D le problème de contours dédoublés (effet fantôme ou Crosstalk) est omniprésent, il n’y a pas de mode 2D/3D, et l’émetteur IR pour synchroniser les lunettes n’est pas intégré…

C’est d’autant plus dommage que, pour le reste, ce téléviseur assure des performances de très hautes volées. Son système Local Dimming est particulièrement efficace et l’homogénéité du rétroéclairage ne pose aucun problème, tout comme l’angle de vision. De plus, la dalle satinée limite les reflets. Les noirs ne sont pas bouchés, tout en restant denses, et les blancs ne sont pas brûlés. La colorimétrie est plutôt bien calibrée, bref l’image 2D fait partie des plus efficaces que nous ayons testée en LCD. La fluidité est en prime au rendez-vous, sans artéfact important malgré le traitement 400 hertz.

Évidemment, il nécessite des sources de bonne qualité, sans quoi le bruit à tendance à remonter facilement mais en haute définition, le piqué et la précision sont au rendez‑vous. Reste qu’en TNT HD, apparaît parfois un léger effet de peigne, mais ce téléviseur n’est malheureusement pas le seul à être concerné… Sachez enfin que le Wi‑Fi étant intégré, aucun adaptateur ne monopolise l'un des deux ports USB Host. En revanche, le lecteur de carte SD ne sert qu’à la sauvegarde pour la VOD. Il ne permet donc pas la lecture de contenu multimédia, et demande en prime une capacité minimale de 4 Go pour être accepter par ce Philips 46PFL9705H. Enfin, dernier détail d’importance, le son est plutôt agréable à écouter.
+ Les points forts
»  
Wi‑Fi intégré
»  
Téléviseur 3D Ready
»  
Finition et esthétique
»  
Traitement vidéo et fluidité
»  
Angle de vision et homogénéité
»  
Piqué et définition en HD saisissante
»  
Lecteur de carte SD et double ports USB Host
»  
Accès Internet, Widgets et passerelle multimédia UPnP (DLNA)
- Les points faibles
»  
Pas de lecture Mov
»  
Papillotement en 3D
»  
Effet fantôme visible
»  
Emetteur 3D non intégré
»  
Carte SD en espace de stockage pour la VOD
»  
Pas de gestion de l'auto LipSync, ni de l’xvYCC, ni du Deep Color
BONNES AFFAIRES
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES