Enceinte

JBL LS60

Par Jérôme Prin - Publié le 31/01/11
Mustav
Prix indicatif : 2 998 € TTC
Note AVCesar.com
Système : 2.0
Colonnes : LS60 (2 998 € la paire)
Dim./Poids : 222 x 1 017 x 343 mm/26,6 kg
    
L’essentiel
Avec la série LS, la société JBL tente le grand écart entre ses enceintes de prestige (K2, Array, Everest) et un budget accessible. Et elle y parvient en produisant d’une part en Chine et d’autre part en rationalisant la fabrication des enceintes. On trouve (cf. photo ci‑contre) dans le catalogue LS une bibliothèque, la JBL LS40, une centrale, un caisson de grave et deux colonnes : la JBL LS60 et la JBL LS80. Ces deux dernières sont de conception assez proche et se démarquent l’une de l’autre par la taille du coffret et le diamètre des haut‑parleurs de grave. Nous vous proposons le banc d'essai de la plus petite des deux, la JBL LS60.

La JBL LS60 s’élance ainsi à 1,017 m du sol. Son coffret est constitué de MDF en pans de différentes épaisseurs allant jusqu’à 3,5 centimètres. Les flancs sont plaqués en bois véritable et la section de l’enceinte est légèrement trapézoïdale pour limiter au mieux les résonances internes. De nombreux renforts consolident la structure tandis que l’amortissement est confié à de la mousse synthétique.

L’enceinte est de configuration trois voies et demie : deux haut‑parleurs pour le grave et le médium (le premier est exploité sur toute sa bande passante, le second est filtré par un passe‑bas à 400 Hz pour ne pas surcharger le registre médium et accentuer les fréquences basses) puis un tweeter pour le haut médium (utilisé à partir de 2 kHz) et l’aigu puis enfin un super tweeter pour les très hautes fréquences (filtré à 8 kHz).
Les transducteurs de grave sont équipés d’une membrane d’un diamètre de 165 mm en pulpe de cellulose traitée avec un film de polymère pour amortir les résonances du matériau. Son saladier est en aluminium injecté et l’ensemble est doté d’un moteur à double aimant néodyme‑bore‑fer.
Le haut-médium et l’aigu sont retranscrits par une chambre de compression s’ouvrant sur un pavillon thermoformé bi‑radial aux angles de 60° sur le plan horizontal et 30° sur le plan vertical. Le diaphragme est en titane pur (50 mm) à suspension diamant et le moteur de cet ensemble de précision est constitué, à nouveau, d’une bobine à fil rectangulaire et d’un aimant néodyme‑fer‑bore. Le refroidissement est assuré par un bain ferrofluide qui permet un excellent échange thermodynamique afin d’éviter les surchauffes.

Enfin, au-delà de 8 kHz, la JBL LS60 reproduit les fréquences grâce à un super tweeter. Sa membrane annulaire de 19 mm de diamètre est réalisée en polyester et le centre est occupé par un guide d’onde tout comme l’amorce de pavillon. Le bornier à l’arrière est plaqué or et permet le bi‑cablâge (grave d’un côté, médium et aigu de l’autre).
Concurrence
Ce qui fait la particularité de l'enceinte JBL LS60, c’est l’usage d’une chambre de compression et d’un pavillon, ces technologies sont en effet rarement utilisées par la concurrence. Pour un prix indicatif équivalent, on trouve par exemple la Cabasse Egea 3 (3 000 €) dont la particularité réside dans l'utilisation d’un haut‑parleur coaxial médium/aigu (membrane Duocell).
Pour trouver une chambre de compression, il faut regarder chez Klipsch avec la Reference RF‑7 MkII (environ 3 500 €), mais au design un peu plus massif et au prix plus proche de la JBL LS80. Dans un tout autre registre, la ProAc Response D18 (aux alentours de 3 200 €) est l'opposé de ce type d’enceinte : avec elle, c’est l’épuration la plus totale pour une écoute plus douce et moins « rentre‑dedans ».
Verdict technique
La mise en œuvre est plutôt aisée, les pieds amortis sont adaptés aux sols délicats (mais vous pouvez utiliser les pointes fournies avec des coupoles). Il faut cependant les éloigner des murs en raison de l’évent arrière. Une distance de 50 cm est la norme communément admise.

Dès le départ, la bonne dynamique de l’enceinte plaira aux amateurs de sensations fortes et ce, sans nécessiter un amplificateur foudroyant. Attention : il faut disposer d’un bon recul pour gagner une image sonore stable. Le système de projection du haut médium et l’amorce de pavillon autour du super tweeter restituent avec détails toutes les prises de son. Sur les enregistrements live, c’est remarquable à plus d’un titre. L’enceinte semble particulièrement calibrée pour des morceaux rock, pop ou R&B. À savoir, elle fonctionne également rudement bien en configuration multicanale dans le cadre d’une installation Home Cinéma (avec bien sûr l’enceinte centrale adaptée, la JBL LS Center).
Sinon, le grave répond bien et la sonorité des contrebasses sur les orchestres est d’une crédibilité sans faille. On croirait que le Philharmonique de Berlin est entré dans les murs, mais il faudra prendre garde dans une pièce inférieure à 20 m2 : il existe de sérieux risques de résonances liés à la salle. Il existe toutefois quelques limitations dans le médium qui manque par moment de lisibilité mais l’équilibre général de l’enceinte est assuré et, sur les voix masculines notamment, la présence de l’interprète et excellente. Enfin, la spatialisation est correctement effectuée, on est bien au centre de la scène sonore (il s'agit de pincer éventuellement les enceintes vers le point d’écoute).

Au final, si la JBL LS60 n’est pas une enceinte adaptée à tous les espaces et si elle reste typée avec son médium à chambre de compression, elle est vivante et dynamique et vous plongera dans l’ambiance du concert, au plus proche des musiciens. Bref, une enceinte réellement étonnante qui nécessite une mise en place soignée (et éventuellement un traitement acoustique de la pièce) pour être exploitée au mieux. Une fois cela effectué, c'est du bonheur !
+ Les points forts
»  
Bonne dynamique
»  
Registre du grave
»  
Équilibre générale
»  
Prix correct
- Les points faibles
»  
Mise en place délicate
»  
Recoupement entre médium et grave pas toujours subtil
BONNES AFFAIRES
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES