Grand Theft Auto V

Année : 2013
Genre : action
Thème : urbain
Multijoueur : Non
Jeu en ligne : Oui
Éditeur : Take 2 Interactive
Développeur : Rockstar Games
Supports : Blu-Ray PS3, deux DVD‑9 Xbox 360
Sortie : 17/09/13
Prix ind. : 59,99 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
GD :
PEGI RatingPEGI RatingPEGI Rating
Format image
Sous-titres
Français
49,90 €
Amazon.fr
Liberté et violence. Voilà sans aucun doute les deux qualificatifs qui ont mené la série Grand Theft AutoGTA pour les intimes‑ au rang des plus gros succès de l’histoire du jeu vidéo. Liberté et violence sont donc naturellement au centre de ce cinquième épisode, certainement plus encore que dans les précédents. Aller n’importe où, s’adonner aux nombreuses activités proposées, avancer dans l’histoire à son propre rythme, là est la liberté. Transgresser les limites, faire du crime crapuleux un récréatif exutoire à la limite du malsain, là est la violence.

Cette violence est incarnée par trois héros qui n’en sont pas vraiment, avec la possibilité de passer de l’un à l’autre au bon vouloir du joueur. Entre un jeune black du ghetto qui veut se construire une réputation de dur, un braqueur rangé mais dépressif, et son ancien partenaire péquenaud et psychopathe sans mesure, il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Paradoxalement, le dernier est le plus attachant des trois, son caractère désinhibé s’accordant parfaitement avec l’interactivité décomplexée offerte par l’univers du jeu.

GTA V se déroule à Los Santos, miroir virtuel d’un Los Angeles débridé, déjà visité dans l’opus GTA San Andreas sur PlayStation 2. Cette gigantesque ville et ses environs ruraux sont le terrain d’une critique acerbe de l’Amérique d’aujourd’hui. Plus qu’une critique, on peut surtout y voir une parodie immature qui appuie là où ça fait mal. De la télé réalité cruelle au cynisme des marchés financiers en passant par les pires déviances issues d’internet, rien n’est épargné. Cette toile de fond aux traits grossiers (dans tous les sens du terme) s’avère idéale pour les mésaventures de notre miséreux trio, enchaînant les larcins, tantôt par obligation, tantôt par plaisir sadique.

Si la narration globale est souvent maladroite et manque de cohésion, les situations et les dialogues qui les accompagnent sont, la plupart du temps, savoureux. L’ensemble demeure toutefois gras et bourru, loin de la finesse d’autres jeux similaires issus le même développeur ; on pense notamment à Bully et Red Dead Redemption. Si GTA V ne relève pas le niveau, il excelle cependant dans sa capacité à dépasser les limites, qu’elles soient techniques ou morales. Ne serait‑ce que pour cette raison, il mérite qu’on s’y perde un long moment.
Lionel Vilner - Publié le 23/09/13
Jouabilité
Participer à un triathlon, jouer au tennis, au golf, faire la course dans l’un des multiples véhicules disponibles (sur terre, en l’air, sur ou sous l’eau...), spéculer en bourse, aller voir le psy, s’occuper d’un rottweiler, faire du yoga, aller au cinéma, au club de strip‑tease, partager un moment intime avec une « professionnelle »...

Avant même d’entamer les missions principales, le monde ouvert de GTA V vous propose une quantité impressionnante d’activités. Même si certaines sont vite ignorées au regard de leur aspect anecdotique, il y en aura forcément plusieurs vers lesquelles vous reviendrez avec plaisir.

Quant aux missions liées au scénario, elles mettent en avant les deux mécaniques principales du jeu ‑conduite et tir‑ sensiblement bonifiées par rapport au précédent épisode. Autre amélioration bienvenue, l’apparition de « Checkpoints » permettant de ne pas recommencer une mission depuis le début si jamais vous échouez en cours, ce qui risque d’arriver fréquemment.

La possibilité de passer d’un personnage à l’autre triple la richesse de l’expérience. À chacun des « héros » correspond une panoplie de missions spécifiques, lesquelles permettent d’en savoir plus sur leurs caractères. Certaines missions clés impliquent même le trio, passant de l’un à l’autre des protagonistes, soit automatiquement selon les besoins du script, soit à votre guise, ajoutant un petit côté tactique rafraîchissant.


Durée de vie
La ville de Los Santos et ses environs représentent un terrain de jeu énorme, fourmillant d’activités qui viennent s’ajouter à la soixantaine de missions principales. Comptez plusieurs dizaines d’heures pour boucler l’aventure, et plusieurs dizaines d’autres pour tenter les expériences les plus folles dans ce bac à sable virtuel aux possibilités quasi infinies.

En outre un mode gratuit GTA online sera accessible dès le mois d’octobre, permettant à 16 joueurs de s’amuser ensemble ou les uns contre les autres dans Los Santos.
Note Game Design : 5/6
Image
GTA V est l’exemple même de titre de fin de génération. Les nouvelles consoles de Sony et Microsoft sont sur le point d’arriver, et les développeurs ont aujourd’hui accumulé l’expérience nécessaire pour exploiter pleinement la Xbox 360 et la PS3. Du détail maladif des intérieurs jusqu’à l’étendue quasiment infinie des paysages urbains et naturel, le rendu graphique est tout simplement impressionnant.

Rarement aura‑t‑on vu une distance d’affichage aussi grande pour un jeu à monde ouvert. Une prouesse d’autant plus étonnante que le petit monde à explorer regorge de vie : circulation, habitants qui vaquent à leurs occupations, et même quelques animaux dans les zones moins civilisées.

Un peu moins réussis que les décors ‑notamment au niveau des visages‑ les personnages n’en restent pas moins variés et dotés d’une armada d’animations contribuant à les rendre encore plus vivants.

Vu la quantité de données, il est à noter que la version Xbox 360 s’étale sur deux DVD, dont l’un est à installer obligatoirement sur la console (un seul Blu‑Ray pour la version PS3).
Note image : 6/6
Son
Sur la version Xbox 360 que nous avons testé, la compression audio altère légèrement la qualité de restitution des dialogues. Un mal nécessaire vu la quantité impressionnante de ces derniers, contribuant à renforcer l’humanité des personnages principaux et l’illusion de vie dans Los Santos.



L’ambiance est quant à elle assurée par une dizaine de stations de radio disponibles sur les véhicules, couvrant un large choix de styles musicaux et proposant même de nombreux « talk shows » cinglants.
Note son : 5/6


PLANNING
INTERVIEWS
Melissa Bernstein - Breaking Bad saison 5
https://www.avcesar.com/source/interview/142/photo_0656162718.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/132/photo_0731173018.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/149/photo_0450174503.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/147/photo_0157140523.jpg
melissa-bernstein
lucas-belvaux
sophie-turner
bryan-cranston
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Caméra Sport Eyes GO 4 LEGEND 4K + (30fps à 240fps) - 32 accessoi... - Kodak Retina automatic II - Appareil Photo Argentique - Sacoche de protection rigide effet carbone pour Gopro Hero 5 et 6... - Philips Voice Tracer DVT7500 - Enregistreur vocal - 2 Watt - 16 G... - Fujifilm Fujinon XF 35mm f/2 R WR (Argent) - Nikon 1 NIKKOR VR - Téléobjectif zoom - 30 mm - 110 mm - f/3.8-5.... - Nikon D3200 24.2 Mpix Noir + Objectif 18-105 mm - Philips 7FF3 FPB/00 - Cadre Photo Numérique - Ecran LCD 7 pouces - Chargeur, alimentation électrique pour PANASONIC Lumix DMC-GH2, D... - Lomo'Instant Sanremo Lomography - Appareil Photo Polaroïd - Polaroid Z2300 Noir - Batterie type FUJIFILM NP-70 - Metz Mecablitz 44 AF-1 digital - Flash amovible à griffe - 44 (m)... - Canon-Objectif FD fixe 50 mm f/1.4 - Canon FD - Sony SAL552002 - Téléobjectif zoom - 55 mm - 200 mm - f/4.0-5.6 D... - appareil photo hitachi hdc 1210-E - Cassette Mini-DV Sony Premium 60 (DVM60PR3) LP 90 min - SX700 HS Noir - SONY ALPHA 5100 NOIR + 16-50 PZ GARANTI 3 ans + S... - Samsung WB100 Rouge -