Killzone 3

Année : 2011
Genre : FPS
Thème : Futuriste
Multijoueur : oui
Jeu en ligne : oui
Éditeur : Sony Computer Entertainment
Développeur : Guerrilla
Support : Blu-Ray PS3
Sortie : 23/02/11
Prix ind. : 70 €
Mustav
Critique

Test technique
Image :
Son :
GD :
PEGI RatingPEGI RatingPEGI RatingPEGI Rating
Format image
Sous-titres
Français
Amazon
21,99 €
À sa sortie, il y a maintenant deux ans, Killzone 2 sur PlayStation 3 (cliquez sur le titre du jeu pour découvrir le test de la rédaction d’AVCesar.com) pouvait se targuer d’être un des plus beaux jeux de l’année. Mais pas seulement… Doté d’une mode Solo agréable, d’une option multijoueur intéressante et d’un gameplay inspiré de Call of Duty 4, le FPS phare de la console de Sony avait réalisé un carton plein.
Aujourd’hui, Killzone revient avec un troisième opus, plus beau et plus jubilatoire que jamais. Porte étendard du PlayStation Move et de la 3D stéréoscopique, le bébé de Guerilla Games a tout pour plaire, ou presque.

Commençons par les points négatifs, peu nombreux il faut le reconnaître. En premier lieu, un scénario ringard digne du pire navet. Après avoir tué l’Autarque Helghan, Vizari, nos charmants soldats de l’ISA se retrouvent bloqués sur la planète de leur ennemi juré, le peuple Helghaste. En évitant tout spoil malencontreux, disons simplement que notre duo de héros va devoir, comble de l’originalité, sauver l’humanité. En même temps, une fois de plus, une fois de moins…

Pas bien difficile de deviner qui sont les méchants dans l’histoire. Les uns sont verts et tiennent des discours empreints de liberté, les autres ont les yeux rouges, des habits inspirés de SS, détruisent tout sur leur passage et torturent les prisonniers de guerre. Pas fameux et manichéen comme il faut.
De même, on peut citer certains bugs audio gênants ainsi qu’une mise en scène sans surprise, le tout pour un jeu fort classique dans son déroulement.

Mais jamais ces tares ne mettent en péril le plaisir en jeu, toujours au top. Le maître mot de ce Killzone 3 est finalement l’efficacité, en mode Solo ou Multi. Bref, un excellent jeu sur PS3. Sachez cependant que cet épisode n’est pas à mettre entre toutes les mains, la violence verbale et visuelle étant de la partie. Pour les autres, foncez, KZ3 est une valeur sûre.
Axel Riffard - Publié le 14/02/11
Jouabilité
La maniabilité du jeu est un copier/coller de celle de Killzone 2, qui s’inspirait déjà énormément de celle de COD4. Elle va donc à l’essentiel, même si une certaine lourdeur dans le maniement du personnage est à signaler. Cette dernière accentue certes le réalisme, mais au prix de passages où on à l’impression de diriger une savonnette. Un peu regrettable, même si on s’y fait.

Grosse nouveauté, la maniabilité au Playstation Move, que nous avons pris soin de tester dans tous les sens. Celle‑ci est plutôt convaincante, avec une bonne utilisation du déplacement dans l’espace, caractéristique exclusive au périphérique de Sony. Pour recharger par exemple, on doit renverser d’un coup de poignet le Move, ce qui accentue l’immersion.

Mais pour un plaisir de jeu optimal, une certaine distance est de rigueur : ainsi, la combinaison Move/Navigation Controller ne conviendra pas à tout le monde. Certains préfèreront même la manette, somme toute plus rapide mais par contre un petit peu moins précise. De même, les passages en véhicules et jet‑pack (forts réussis !) sont bien plus jouables à la manette Dualshock qu’au PlayStation Move, soyez prévenus. Le pari est cependant gagné, et, de toute façon, le choix de la maniabilité vous est laissé. On aime.

On ne peut malheureusement pas en dire autant de l’intelligence artificielle, au raz des pâquerettes. Heureusement, un mode Coopération pour la campagne est présent ! Et, fait suffisamment rare de nos jours pour être constaté, celui‑ci n’est pas proposé uniquement en ligne, mais bien en écran splitté. Ouf, votre couple est sauvé.


Durée de vie
La durée de vie de la campagne tient la route, et s’enchaîne surtout sans aucun temps mort. Comptez une grosse dizaine d’heures pour la boucler. La difficulté de cette dernière étant par ailleurs plutôt élevée, n’espérez pas avancer d’une traite : il faut s’y reprendre à plusieurs fois avant d’atteindre certains checkpoints.

Mais, comme vous pouvez vous en douter, le gros morceau reste le mode Multijoueur. À ce niveau, rien de novateur, mais tout fonctionne à merveille. Attention, on peut vite passer des nuits entières sur Killzone 3
Note Game Design : 5/6
Image
Sans doute Killzone 3 est-il le plus beau jeu vidéo à ce jour. Voilà, c’est dit ! Implacable techniquement et artistiquement, l’exploration de la faune Helghane vous fait voir du pays, contrairement à son prédécesseur Killzone 2 et ses environnements grisâtres : des jungles aux zones polaires ou bases spatiales, en passant par de plus classiques entrepôts ou champs de batailles.

Aucune baisse de framerate à constater, bugs graphiques quasi inexistants, aliasing négligeable, distance d’affichage impressionnante… Un vrai beau gâteau, dont la 3D stéréoscopique est la cerise. Vous être prévenus, vous allez en prendre plein les yeux.
Note image : 6/6
Son
Impossible d’ignorer que la bande originale est inspirée de celle de Star Wars ! À tel point que, par moments, on se demande si l’on est pas dans l’œuvre de George Lucas.
Les « Mother fucker » et autres « What the fuck is this shit » ramènent cependant à l’ordre nos esprits rêveurs et nous rappellent que non, Helghan n’est pas Tatooine.

Les voix françaises sont très bonnes, mais souffrent de gros bugs de synchronisation et de boucles. Ils leur arrivent de sauter, à la manière d’un disque rayé, et un personnage peut répéter le même mot des dizaines de fois… Peu pratique.

Les voix originales ne posent quant à elles aucun problème, mais il faut subir l’intégralité du jeu en anglais pour en profiter (à régler, pour une fois, non pas via la menu de la console mais directement via celui de Killzone 3).
Note son : 5/6


Nouvelle Newsletter
inscrivez-vous
OK
Merci !

Les informations recueillies sont destinées à AVCesar.com pour vous assurer l'envoi de votre newsletter.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d'en demander l'effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

PLANNING
05/08/20 Trauma Center
05/08/20 Radioactive
19/08/20 Invisible Man
19/08/20 Dark Waters
BONNES AFFAIRES
- 80 %
15 €
2.99 €
Voir l'offre
INTERVIEWS
Mathieu Amalric - L'agent immobilier
https://www.avcesar.com/source/interview/175/photo_0556215604.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/152/photo_0641125609.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/131/photo_0525105410.jpg
https://www.avcesar.com/source/interview/161/photo_1108160423.jpg
mathieu-amalric
nic-pizzolatto
joel-schumacher
priyanka-chopra
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011