Vidéoprojecteur

Panasonic PT-AE3000

Par Jacquemin Vidal - Publié le 16/03/09
Mustav
Prix indicatif : 2 799 € TTC
Note AVCesar.com
Type : tri-LCD
Résolution native : 1 920 x 1 080 pixels
Standard : HD Ready 1 080p
Contraste : 60 000:1
Iris : dynamique
Modèle : 2/3 de salle
Lens Shift : horizontal et vertical
Dimensions (L x H x P) : 460 x 130 x 315 mm
Poids : 7,3 kg
L’essentiel
Remplaçant du Panasonic PT‑AE2000, le Panasonic PT‑AE3000 reste un vidéoprojecteur LCD estampillé HD Ready 1 080p. Il conserve le même châssis, la même coque et la même finition. En revanche, la télécommande change pour un modèle noir, plus compact, heureusement toujours rétroéclairé. L’optique est similaire, avec sa large plage de réglages, son zoom et sa mise au point pilotés plus son Lens Shift manuel. Idem pour la connectique : on retrouve, entre autres, les trois entrées HDMI 1.3 avec gestion du Deep Color et du xvYCC (mais toujours pas du CEC ni de l’Auto LipSync), les deux YUV et la Sub‑D15.

En fait, les changements intervenus entre les deux générations de vidéoprojecteurs sont plutôt subtils. Ils ne sont pas esthétiques mais électroniques. Le Panasonic PT‑AE3000 ajoute, notamment, par rapport à son prédécesseur une compensation de mouvement appelée IFC pour Intelligent Frame Creation ou création intelligente de trame (et non pas cadre comme indiqué dans le menu de l’appareil). Cette dernière, déjà rencontrée dans le téléviseur plasma Panasonic TH‑50PZ800 est l’une des plus efficaces que nous connaissions, car elle assure une fluidité remarquable et jamais surfaite, assurant ainsi une image naturelle, dépourvue en prime d’artéfacts. Cela se confirme encore sur cet appareil. Avec une source 1 080p/24, le résultat est impressionnant…

Il faut également compter sur l’arrivée de deux modes de zooms adaptés aux écrans 2.35. Le premier est dédié aux lentilles anamorphiques. Le second, appelé Lens Memory, permet de garder en mémoire deux positions de zoom sur l'objectif (motorisé) pour, en fonction du signal (2.35 ou 1.85 voire 1.77), remplir un écran cinémascope sans faire appel à une lentille. Position 1 : zoom maximum, l’image 2.35 couvre l’intégralité de l’écran cinémascope (mais le flux de lumière déborde en haut et en bas de l'écran, d’où une zone absorbante à prévoir). Position 2 : zoom moyen, l’image 1.85 ou 1.77 couvre toute la hauteur de l’écran cinémascope (mais des bandes sur les côtés droit et gauche de l'écran sont présentes, des caches latéraux sont donc à prévoir).

Les réglages sont toujours aussi poussés, ce dont on ne se plaindra évidemment pas, et l’image toujours aussi intéressante. Alors certes, le contraste annoncé est supérieur sur le Panasonic PT‑AE3000 par rapport au PT‑AE2000, mais après réglages, le gain dans la densité des noirs n’est pas si important. Pour ceux possédant l’ancien modèle, ce n’est pas le détail sur lequel il faut se pencher. Le vrai plus de cette nouvelle mouture est incontestablement la compensation de mouvement. Elle fait du Panasonic PT‑AE3000 l’un des meilleurs vidéoprojecteurs LCD du moment.
Concurrence
À quelques euros près, ce vidéoprojecteur trouvera sur son chemin le Mitsubishi HC‑6500 ou l’Epson EH‑TW3800, voire le Sanyo PLV‑Z3000, tout trois des modèles LCD. Du coté de la technologie DLP, l’Optoma HD82 et l’Infocus IN81 sont également de bons concurrents...
Fiche technique
Type : tri-LCD
Résolution native : 1 920 x 1 080 pixels
Standard : HD Ready 1 080p
Luminosité : 1 600 lumens
Contraste : 60 000:1
Iris : dynamique
Lampe : UHM, 165 W, 2 000 h
Modèle : 2/3 de salle
Lens Shift : horizontal (manuel) et vertical (manuel)
Zoom : 2x (piloté)
Mise au point : pilotée
Connectique : 3 entrées HDMI (v 1.3), 2 entrées YUV (2 RCA), 1 entrée Data (Sub-D15), 1 entrée S-vidéo, 1 entrée Composite, 1 port RS-232
Compatibilité : NTSC (480i, 480p), Pal (576i, 576p), HD (720p/50, 720p/60, 1 080i/50, 1 080i/60), Full HD (1 080p/24, 1 080p/50, 1 080p/60), Ultra HD (2 160p/24), Data (SXGA+)
Usage : xvYCC, Deep Color, Super 4/3, 4/3, 14/9, 16/9, zoom Letterbox, zoom Letterbox sous-titres, zoom 2.35 (HD), Overscan, télécommande rétroéclairée
Réglage : température de couleur (paramétrable en RVB), réglage de gamma (paramétrable), renforcement des noirs (dynamique), renforcement du contraste (dynamique), désentrelacement (vidéo/film) manuel
Réducteur de bruit : D NR, Mpeg NR
Optimisation de la netteté dans les mouvements : en SD 480i/576i, en ED 480p/576p, en HD 720p/1 080i, en Full HD 1 080p/24/50/60, en Ultra HD (2 160p/24)
Compensation de mouvements : en SD 480i/576i, en ED 480p/576p, en HD 720p/1 080i, en Full HD 1 080p/24/50/60, en Ultra HD (2 160p/24
Consommation : 240 W (0,08 W en veille)
Bruit : 22 dB
Dim. (L x H x P) : 460 x 130 x 315 mm
Poids : 7,3 kg
ph image
Verdict technique
Le Panasonic PT‑AE2000 avait déjà remporté la distinction Must AVCesar.com, son remplaçant le Panasonic PT‑AE3000 hausse encore le niveau de performances. Si les deux appareils semblent de prime abord très proches, les évolutions sont pourtant notables. Alors, certes, il faut toujours faire sans CEC ni Auto LipSync. De plus, la sortie Trigger et la compatibilité RVB sont toujours aux abonnées absentes et le Lens Shift reste manuel.

D’un autre côté, sans augmentation de prix, on gagne deux modes de zoom adaptés pour la diffusion sur écran 2.35, avec ou sans lentille anamorphique, et une télécommande plus compacte et toujours rétroéclairée. Mais le vrai plus de cet appareil réside surtout dans sa compensation de mouvement. Alliée à un très bon traitement vidéo, l’image gagne ainsi en fluidité, en qualité et en confort. Alors c’est vrai, sur les vidéos 50 et 60 Hz, l’intérêt est limité. Mais avec un signal 1 080p/24, c’est phénoménal. En premier lieu parce que la gestion signée Panasonic est efficace, sans dénaturer l’image ni lui conférer un effet trop artificiel. Ensuite, parce que les artéfacts sur les contours des parties fixes par rapport à celles en mouvement sont limités au maximum. Chapeau ! En prime la détection de mouvement décroche extrêmement rarement…

Pour le reste, l’image est toujours aussi pimpante et agréable à regarder. En revanche, ne vous attendez pas à un saut dans le vide concernant les noirs. Même si le ratio de contraste a presque quadruplé, c’est uniquement sur le papier. En fait, ils sont par défaut plus bouchés qu’auparavant. Une fois débouchés via le gamma et la luminosité, le gain est bien moins important par rapport au Panasonic PT‑AE2000. Précision, la connectique reste la même, ce qui ne gâche rien. Ce Panasonic PT‑AE3000 s’avère donc hautement recommandable.
+ Les points forts
»  
Luminosité
»  
Efficacité de l’iris
»  
Belle colorimétrie
»  
Profondeurs des noirs
»  
Très bon traitement vidéo
»  
Finesse et détail de l’image
»  
Modes zoom adaptés aux écrans 2.35
»  
Compensation de mouvement naturelle
- Les points faibles
»  
Pas de gestion du CEC
»  
Pas de compatibilité RVB vidéo
»  
Pas de sortie Trigger
»  
Lens Shift manuel
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES