Amplificateur audio-vidéo

Harman Kardon AVR-171

Par Jacques Guiot - Publié le 23/04/14
Mustav
Prix indicatif : 599 € TTC
Note AVCesar.com
Type : ampli 7.2
Agrément THX : non
Décodage : Dolby TrueHD et DTS‑HD
Paramétrage automatique par micro : oui
HDMI : 6 entrées (v1.4)
Puissance : 7 x 100 W
Dim. (L x H x P) : 440 x 121 x 300 mm
Poids : 5,1 kg
418,90 €
Amazon.fr
L’essentiel
Il y a quelques mois, nous vous proposions un test de l'amplificateur Home Cinéma Harman Kardon AVR‑370. Ce dernier marquait un tournant au sein de la gamme du constructeur américain avec l'intégration d'une alimentation numérique à découpage et à haut rendement (HCC de +/‑ 42 ampères), mais toujours couplée aux habituels modules d'amplification Class A/B. Aujourd'hui, nous vous proposons le banc d'essai d'un modèle plus abordable, donc moins puissant, néanmoins étonnant en termes de performances comme vous allez le découvrir, et pourvu de nombreuses fonctionnalités, l'amplificateur Harman Kardon AVR‑171. Suivez le guide…

Si l'on pouvait reprocher aux anciens modèles de la marque leur manque de modernisme, c'est désormais de l'histoire ancienne. Ce spécimen, à l'instar de l'AVR‑370, est doté de nombreuses fonctionnalités essentielles de nos jours, comme les compatibilités AirPlay et Bluetooth (sans ajout de dongle optionnel !), d'une gestion multimédia via USB et UPnP (DLNA) aboutie (bien plus qu'auparavant) et d'un Upscaling Ultra HD. Sans oublier la possibilité de connecter deux caissons de graves, ou un iPad/iPhone/iPod via USB, ou encore de prendre le contrôle complet de l'amplificateur depuis un smartphone ou une tablette Android/iOS.
Quelques mots sur le cœur de cet Harman Kardon AVR‑171. Il est vrai, au premier abord, cette nouvelle alimentation inaugurée sur les modèles HK l'année dernière peut laisser perplexe avec un amplificateur au poids très léger (5,1 kg). Inutile cependant de faire durer le suspens plus longtemps, nous l'avions déjà expérimenté avec l'AVR‑370, la signature sonore légendaire des amplificateurs de la marque est parfaitement conservée. Plus surprenant, nous constatons même une amélioration de la dynamique et de la puissance. Cet amplificateur a par exemple réussi à gérer des enceintes comme des B&W 683 S2 sans problème ! Sans compter que le volume réduit de cette alimentation a aussi l'avantage de se retrouver sur l'encombrement de l'amplificateur : celui‑ci, plutôt slim avec une hauteur d'à peine 12,1 cm, facilite grandement son intégration au sein d'un meuble.

Pour le reste, les fondamentaux Harman Kardon sont bien là. Côté design, on retrouve l'ADN esthétique de la marque : sobre, élégant et statutaire. Derrière sa robe noire laqué et gris anthracite se cache une amplification 7.2 capable de délivrer 100 W par canal sous 8 ohms (plus deux sorties Pre‑Out pour connecter jusqu'à deux caissons de graves). On retrouve aussi le fameux mode DSP Logic 7 et les modes Music, Movie et Game capables de transformer n'importe quel signal stéréo en 5.1 en 7.1, ou encore les décodages Dolby Pro Logic IIz ou DTS‑Neo pour bénéficier d'un procédé de spatialisation similaire au Logic 7, mais au timbre différent. Autre atout, les borniers dédiés au Surround Back sont assignables en Front Heigh ou en Zone 2, ce qui permet, soit de placer des enceintes en hauteur, au‑dessus des frontales, soit d'alimenter une autre paire d'enceintes dans une autre pièce sans passer par un amplificateur tiers. Très pratique !

L'Harman Kardon AVR‑171 exploite évidemment la totalité des décodeurs multicanaux du marché, DTS‑HD et Dolby TrueHD ainsi que l’ensemble de leurs dérivés (DTS, DTS‑ES, Dolby Digital EX, etc), mais pas de lecture du DSD (format numérique du Super Audio CD) au programme. On note également un mode Night (il remplace le Dolby Volume de l'AVR‑370) sur trois niveaux. En revanche, si l'Harman Kardon AVR‑171 propose un Upscaling Ultra HD via HDMI, il ne dispose pas de traitement vidéo paramétrable comme son grand frère l'AVR‑370, ni de connecteurs HDMI 2.0 (donc, pas de compatibilité 2 160p/50 ni 2 160p/60). Toutefois, il faut bien l'avouer, pour le moment la gestion d'un signal 2 160/24p est largement suffisant au regard des contenus UHD disponibles.
Sa connectique rassemble six entrées HDMI 1.4a compatibles CEC, 3D, Deep Color et xvYCC (pas d'entrée HDMI en façade) et deux sorties HDMI, dont une compatible ARC. Et si la section audio gagne une sortie subwoofer supplémentaire, on ne trouve pas d'entrée analogique 7.1, ni de sortie Pre‑Out 7.2 ou Front pour connecter un éventuel amplificateur de puissance. En revanche, on trouve une sortie Pre‑Out Zone 2, ce qui permet de raccorder un amplificateur Hi‑Fi pour amplifier, par exemple, une autre pièce avec son propre signal audio. Le reste de la connectique se compose de deux entrées RCA stéréo, deux antennes radio (AM/FM), un port Ethernet, une entrée coaxiale et deux optiques, un déport IR In/Out, un Trigger 12 V, deux entrées et une sortie Composite. En façade se trouvent une sortie casque et l'entrée pour connecter le microphone dédié au calibrage automatique EzSet/EQ III (nouvelle génération). Enfin, nous le précisons à nouveau, la compatibilité Bluetooth est intégrée, nul besoin de dongle optionnel. À noter, la liaison Bluetooth profite de la technologie propriétaire TrueStream pour une bien meilleure qualité de streaming audio sans‑fil. Par contre, le Wi‑Fi n'est pas intégré contrairement à l'AVR‑370, il faut donc raccorder l'amplificateur au réseau via Ethernet pour profiter de la fonction AirPlay. Ce dernier se connecte automatiquement, autorise l'affichage des tags (nom de l'album, nom de l'interprète…), mais pas des pochettes comme le proposent certains amplificateurs concurrents (cf. le test Yamaha RX‑V775, à découvrir en cliquant sur sa référence).
Concurrence
Le prix indicatif de l'Harman Kardon AVR‑171 le place face à de nombreux concurrents de poids. Sur sa route, il rencontre l'Onkyo TX‑NR626 doté d'un Upscaling Ultra HD via un excellent processeur Marvell offrant un traitement vidéo paramétrable, une compatibilité multimédia très étendue et plusieurs services réseaux intéressants, sans oublier un calibrage Audyssey MultEQ. En revanche, il est dépourvu de certification AirPlay. On trouve également dans les parages le Pioneer VSX‑923 , équipé de l'AirPlay et de l'AirJam, d'un Upscaling Ultra HD et d'une bonne puissance. Sans oublier le Sony STR‑DN1040, récemment testé par la rédaction d'AVCesar.com (cliquez sur la référence pour découvrir son test complet), le premier amplificateur doté de connecteurs HDMI 2.0. Lui aussi propose l'AirPlay, le Bluetooth, la fonction passerelle multimédia UPnP (DLNA) et même la compatibilité Wi‑Fi intégrée. Ou encore le Denon AVR‑X2000 (cliquez pour découvrir le test complet par la rédaction d'AVCesar.com), un superbe amplificateur très musical à la pré‑amplification excellente et intégrant un traitement Audyssey MultEQ XT. Enfin, il ne faut pas oublier le leader de la catégorie, Yamaha, avec son RX‑V775 (cliquez pour découvrir le test complet par la rédaction d'AVCesar.com), un modèle 7.2 compatible AirPlay offrant un Upscaling 1 080p et UHD, une sortie Pre‑Out 7.2, le calibrage automatique YPAO‑R.S.C et une excellente spatialisation.
Fiche technique
Type : amplificateur 7.2
Agrément THX : non
Décodage : Dolby TrueHD et DTS‑HD
Paramétrage automatique par micro : oui
Puissance : 7 x 100 W
Préampli : 7.2
Entrées : 6 entrées HDMI (v1.4), entrées audio et vidéo (2 audio et 2 vidéo), sans entrée multicanale, entrées numériques (2 optiques et 1 coaxiale)
Sorties : 2 sorties HDMI (v1.4), sorties audio et vidéo (1 stéréo et 1 composite), sortie préampli (2.0), 1 sortie Trigger
Autres : 1 port USB Host, 1 port Ethernet, 1 port USB asynchrone
Prises de façade : 1 sortie casque
Multimédia : MP3, WMA, AAC, Flac, UPnP (DLNA), Airplay, Webradios
Compatibilité audio : 5 modes DSP, écoute au casque (oui), Dolby Pro Logic IIz, DTS-Neo, Dolby Digital oui, DTS, Dolby Digital Plus, Dolby TrueHDDolby Atmos, , DTS‑HD, DTS:X
Traitement audio : gestion dynamique du volume (propriétaire Volume), égalisation automatique par micro (paramétrique), nombre de mesures au micro (unique), gestion phase acoustique
Traitement vidéo : transparence au xvYCC, transparence au Deep Color, transparence au 1 080p/24, transcodage vidéo (vers HDMI), Upscaling vidéo (Ultra HD), Gestion du zoom 16/9 à partir de sources SD 4/3 (basique), LipSync manuelle (jusqu'à 500 ms), Auto LipSync
Fonctions : OSD (français via HDMI), télécommande universelle (préprogrammée), CEC, ARC
Consommation : 320 W (0,15 W en veille)
Finition : noire
Dim. (L x H x P) : 440 x 121 x 300 mm
Poids : 5,1 kg
ph image
Verdict technique
Avant toute chose, passage obligatoire (ou presque) par la correction automatique via le nouveau microphone fourni (de bien meilleure qualité que les modèles précédents soit‑dit en passant). Le calibrage EzSet/EQ III nouvelle génération permet d'améliorer les performances audio de votre configuration, en mesurant et opérant les modifications en fonction de l'environnement acoustique. Cette correction automatique, assez simpliste dans son ensemble, permet pourtant de réaliser l'essentiel et offre des résultats cohérents au niveau des distances, crossover, et niveaux. Cependant, selon nous, elle ne va pas assez loin, notamment à cause d'absence d'égalisation de la gestion du canal LFE et d'égalisation manuelle (juste un simple réglage de tonalité est disponible). Par contre, il est possible de régler manuellement et de façon indépendante les distances, les niveaux, la taille des enceintes, et le crossover des frontales, des surround et de la centrale. À savoir également, le calibrage automatique EzSet/EQ III ne procède pas à plusieurs mesures sur divers points d'écoute.

Comme précisé en introduction, cet amplificateur certifié DLNA peut évidemment se connecter à un ordinateur ou un disque dur Nas grâce à sa fonction passerelle audio UPnP. S'il accède sans difficulté aux fichiers audio MP3, AAC, WMA et Wav, il accepte aussi les fichiers Flac (décodé en LPCM) avec une gestion des échantillonnages 44,1 kHz, 88,2 kHz, 96 kHz, et même 192 kHz, à l'aide d'un serveur audio (disque dur Nas par exemple) associé au logiciel Windows Media Player (nous n'avons pas vérifié si c'était le cas avec d'autres logiciels comme TVersity ou Twonky Média). En revanche, il ne sait pas lire les fichiers vidéo ni les fichiers audio d'obédience Ogg, Wav‑DTS, DSD et Alac. En revanche, à notre grande surprise, nous avons été en mesure de lire des fichiers DXD (échantillonnage 384 kHz), évidemment downsamplés en 192 kHz ou même les Flac 5.1 192 kHz/24 bits, mais downmixés en stéréo. Avec le port USB, on retrouve les mêmes possibilités de lecture à partir du moment ou le système de fichiers utilisé sur la clé ou le HDD externe est de type Fat32 (le NTFS n'est pas reconnu). Nous avons rencontre de très rares bugs, comme des difficultés à lire les fichiers en 176,4 kHz (lecture saccadée) ou un accès aux Webradios de la base de données vTuner très aléatoire. Souvent, l'amplificateur ne trouve pas le serveur vTuner. Autre grief à ce sujet, excepté l’accès aux Webradios vTuner, l'Harman Kardon AVR‑171 ne propose rien d'autre : nous aurions aimé profiter des services de musiques à la demande comme Spotify, Aupeo!, Deezer ou autres. Espérons qu'une mise à jour Firmware vienne combler nos attentes…
Enfin, et ce n’est pas la moindre des choses avec cet amplificateur audio‑vidéo sophistiqué, vous pouvez aussi piloter l'AVR‑171 grâce à une application dédiée et gratuite Android/iOS. Celle‑ci reste assez basique, mais plutôt bien pensée et très utile au quotidien. Il est même possible de connecter directement un iPhone, iPod ou iPad au port USB pour diffuser de la musique, des photos et des vidéos sur l'amplificateur.

Poursuivons ce banc d'essai avec l'essentiel, la qualité de restitution sonore de l'Harman Kardon AVR‑171. Le passage à l'alimentation numérique à haut rendement permet donc, comme déjà évoqué lors des premières lignes de ce banc d'essai, de proposer une bien meilleure dynamique tout en conservant une superbe musicalité. Et pour ceux qui s'interrogent à propos de cette transition, notamment sur la crainte d'une signature sonore Harman Kardon altérée, qu'ils soient immédiatement rassurés, l'utilisation d'une amplification Class A/B assure le timbre légendaire de la marque. On peut même dire que cette nouvelle génération d'amplificateurs a grandement gagné en musicalité. Si, si !
Le timbre reste chaleureux, surtout en utilisation Home Cinéma, mais sait se montrer droit lors des écoutes musicales avec des aigus tout simplement magiques et dignes d'un système Hi‑Fi ! Nous relevons toutefois quelques difficultés à tenir les graves sur des enceintes gourmandes, mais pour les plus exigeants l'Harman Kardon AVR‑370 testé dans nos colonnes propose ce petit plus nécessaire au niveau puissance.

L'Harman Kardon AVR‑171 fait donc partie d'une catégorie en voie de disparition, celle des amplificateurs Home Cinéma capables d'excellentes performances stéréo. Pour être plus clair, sa musicalité est l'une des meilleures que nous ayons pu écouter ces dernières années avec le Denon AVR‑X2000, sauf que l'AVR‑171 se montre plus équilibré dans le bas du spectre. Et c'est d'autant plus appréciable sur des films dotés d'une belle bande‑son. Nous conseillons toutefois d'ajuster le crossover afin de laisser la reproduction des graves au caisson, afin de soulager un peu l'amplification et ainsi disposer d'une restitution plus dynamique et percutante lors des passages d'action.

Bref, l'image sonore est splendide avec des aigus tout en finesse, toujours précis et jamais agressifs, une attaque plutôt rapide sur les notes, tout en conservant des médiums bien ronds, détourés et parfaitement articulés. L'équilibre tonal parfait. En résumé, hormis quelques absences assez fréquentes sur cette gamme tarifaire, l'Harman Kardon AVR‑171 est un must en termes de qualité d'écoute et s'impose comme un amplificateur très polyvalent. Sans compter que le constructeur a fait de gros progrès en proposant une très large compatibilité multimédia, de nombreuses possibilités de connexion sans‑fil, et une parfaite compatibilité avec les appareils mobiles.
+ Les points forts
»  
Musicalité, chaleur et dynamisme
»  
Superbes écoutes stéréo et multicanales
»  
Puissance au‑delà de nos attentes
»  
Compatibilité AirPlay et Bluetooth intégré
»  
Compatibilité multimédia avec le Wav 192 kHz/24 bits
»  
Design slim, sobre et classe
- Les points faibles
»  
Services internet limités
»  
Pas de sortie Pre‑Out stéréo
»  
Pas de fonction Ciné Re‑EQ, peu de modes DSP
»  
Correction acoustique automatique basique
»  
Pas d'égaliseur paramétrique manuel
»  
Quelques bugs avec les Webradios vTuner
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES