A Cure for Life

A Cure for Wellness
Année : 2016
Réalisateur : Gore Verbinski
Interprètes : Dane DeHaan, Oscar Isaacs, Mia Goth, Ivo Nandi, Adrian Schiller
Éditeur : Fox
BD : BD-50, 146', zone B
Genre : horreur, couleurs
Interdiction : tous publics (certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des spectateurs)
Sortie : 28/06/17
Prix ind. : 19,99 €
sans Must AV
Critique

Test technique
Image :
Son :
Bonus :
Format image
1.78
HD 1 080p (AVC)
16/9
Bande-son
Français DTS 5.1
Anglais DTS‑HD Master Audio 7.1
Espagnol DTS 5.1
Allemand DTS 5.1
Italien DTS 5.1
Russe DTS 5.1
Polonais Dolby Digital 5.1
Chinois Dolby Digital 5.1
Sous-titres
Français, anglais, espagnol, danois, néerlandais, finnois, allemand, italien, norvégien, russe, suédois, estonien, lituanien, polonais, coréen, chinois
19,99 €
19,99 €
19,99 €

New York. Lockhart (Dane DeHaan), jeune trader aux dents longues, doit à tout prix retrouver le PDG de sa société afin de la prémunir de la banqueroute. Mais Pembroke (Harry Groener) semble bien décidé à prolonger son séjour dans un centre de bien‑être niché dans les montagnes suisses. Après un accident de la route, Lockhart devient, malgré lui, l’un des plus jeunes pensionnaires de ce lieu mystérieux…


Un plan aérien sur des buildings new‑yorkais, une étrange mélodie que des murmures rendent inquiétante : la séquence inaugurale de A Cure for Life prédit un sortilège pourtant bien éloigné de la jungle urbaine. D’ailleurs, c’est pour la fuir et renouer avec l’Essentiel qu’ils sont si nombreux à rejoindre le sanatorium chromé du Docteur Volmer (Jason Isaacs). À les voir enveloppés dans leurs peignoirs immaculés, jouant aux mots fléchés ou au cricket, tout en avalant de franches rasades d’eau issue d’une source revigorante, les séniors ‑autrefois hommes et femmes influents‑ ne souhaitent en aucun cas faire marche arrière.

 

Contrairement à une maison de retraite où l’on termine sa vie (la visite de Lockhart à sa mère vieillissante nous le rappelle très bien), la Cure alpine a vocation de la prolonger. Dans un château reculé, autrefois théâtre d’une terrible tragédie familiale, Gore Verbinski ouvre une brèche dans le cinéma gothique. La cure ritualisée et autarcique convoque de toute évidence quelques méthodes du temps des expérimentations cormaniennes, sertie d’une esthétique extraordinaire (le directeur de la photographie Bojan Bazelli est un collaborateur régulier). Mais l’écrin démoniaque sonne pourtant un peu creux, la faute à un scénario épars et boursouflé qui survole des thèmes formidables (le reclassement des personnages âgées, la gangrène capitaliste, l’îlot originaire) pour déraper vers un conte organique finalement pas si dérangeant.

Carole Lépinay - Publié le 26/06/17
Liste des bonus
- Scène inédite (5')
- Trois séances de méditation façon Docteur Volmer (9')
- Focus sur la bande originale du film (4')
- Bande-annonce
- Bande-annonce censurée


Commentaire

Seul le focus sur la BOF vaut le détour, fruit d'un an de travail avec le compositeur Benjmain Wallfish qui a créé deux thèmes à base de cuivres et de cordres : un pour Hannah, en forme de berceuse, un pour Volmer, plus sombre. Des thèmes qui mutent au fil du récit.

Note bonus : 2/6
Image

Une image d'emblée très graphique, hyper‑désaturée, noircie à outrance. Des tout premiers plans symétriques du train filant à travers les montagnes suisses jusqu'au sanatorium et son décorum gothico Art Déco, chaque mouvement de caméra est propice à une débauche de créativité et de jeu sur les perspectives. Un film très visuel à qui ce master HD rend totalement justice. La précision, le piqué d'image, le niveau de détail et la lisibilité ne faiblissent jamais.

Top image : aucun
Note image : 6/6
Son

Voici un film d'horreur sans effet tapageurs (hormis un ou deux passages comme l'accident de voiture ou la bagarre dans le bar) et c'est plutôt agréable. Le film repose avant sur sa bande‑son évolutive très immerssive et la circulation des bruits d'ambiance, signifiant bien des dangers possibles. Une symphonie bien huilée et dérangeante qui colle parfaitement à l'esprit du film. À ce petit jeu‑là, la VO 7.1 apporte son souci du détail et de la précision. Sa vélocité aussi. Quand à la VF simple DTS 5.1, loin d'être déplaisante, elle fait logiquement un peu moins bien dans tous les secteurs de jeu. 

Top son : aucun
Note son : 5/6


PLANNING
DVD 27/11/17 Le mime Marceau
DVD 28/11/17 La colle
DVD 28/11/17 I Wish
BLU 28/11/17 I Wish
DVD 28/11/17 Dreamgirls
INTERVIEWS
Mads Mikkelsen - Hannibal saison 1
http://www.avcesar.com/source/interview/145/photo_1133162811.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/128/photo_0541080530.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/135/photo_0315184326.jpg
http://www.avcesar.com/source/interview/137/photo_0142105021.jpg
mads-mikkelsen
lucky-mckee
sidse-babett-knudsen
ken-follett
DOSSIERS
»
2013, la barre (de son) tabasse
»
Ultra HD : le TV de demain s'invite dans nos foyers
»
Best of Blu-Ray 2011
Looking for Hortense
Thanks for Sharing
Frost
Camille Rewinds
Taeter City
A Hijacking
At Any Price
Dark Blood
Kuningas Litmanen
History of Jazz: Oxygen for the Ears
Beyond Outrage
Jonathas' Forest
The Broken Circle Breakdown
Every Blessed Day
Rodencia y el diente de la princesa
For No Good Reason
Arcadia
Kozí příběh se sýrem
Oh Boy
Koala Kid