Divers

Pioneer XDP-100

Par Gwendal Lars - Publié le 03/03/16
Mustav
Prix indicatif : 799 € TTC
Note AVCesar.com
Type : baladeur Audio Hi-Res
Système d’exploitation : Android 5.1.1
Écran : 4,7” (11,94 cm)
Résolution : 1 280 x 720 pixels
Puissance  : 2 x 75 mW sous 32 ohms
Réponse en fréquence : 20 Hz à 80 kHz
Taux de distorsion harmonique total : < 0,006%
Rapport signal/bruit : > 115 dB
Mémoire interne : 32 Go
Convertisseur  : DAC ESS Sabre ES9018K2M (32 bits/384 kHz)
Amplificateur casque : ESS Sabre 9601K
Impédance casque : 16 à 300 ohms
Connectique  : sortie casque mini-jack 3,5 mm, port micro-USB compatible OTG, deux lecteurs micro‑SD
Connectivité : Wi-Fi 302.11 b/g/n/ac (Wi-Fi direct, WPS), Bluetooth SBC/APT‑X
Batterie  : 1630 mAh (jusqu’à 16h en lecture Flac 96 kHz/24 bits)
Formats acceptés : MP3/AAC (jusqu’à 48 kHz non protégées par DRM), DSF/DSDIFF (2,8 MHz/3 MHz/5,6 MHz/6 MHz/11,2 MHz conversion PCM/Dop), Flac/Alac/Wav/AIFF (jusqu’à 24 bits/384 kHz), OggVorbis (jusqu’à192 kHz), MQA (Master Quality Authenticated)
Applicationsq recommandées : Onkyo Music, Integra remote, Pioneer ControlApp, SX-N30 Control App, Onkyo Remote, iControlAV5
Dimensions  : 128,9 x 75,9 x 13 mm
Poids  : 198 g
799,00 €
Amazon.fr
L’essentiel
Pioneer n’est pas un nouveau venu dans l’univers de l’Audio Hi‑Res. La marque s’était déjà illustrée dans ce domaine avec, entre autres, ses lecteurs réseau N‑50A et N‑70A. Avec le XDP‑100, la marque met son savoir‑faire au service de la mobilité. Qui plus est, Pioneer a opté pour la conception d’un équipement à vocation nomade particulièrement évolutif. Pour cela, ce baladeur fonctionne sous Android 5.1.1 Lollipop. Une particularité qui permet au XDP‑100 non seulement de pouvoir bénéficier de mises à jour téléchargeables en Wi‑Fi, mais aussi d'accéder une multitude d’applications. En fait, comme nous avons pu le constater durant nos tests, il se comporte même comme une véritable tablette. Il peut même lire des vidéos ou gérer des jeux téléchargés depuis le Play Store, même si dans ce mode il perd en autonomie. Voilà une fonctionnalité très intéressant néanmoins.

Bien sûr, la vocation de base du Pioneer XDP‑100 reste d’être un baladeur audio de haute qualité. Pour cela, le constructeur japonais l'a doté de composants internes identiques à ceux utilisés sur ses lecteurs réseau. Le cœur du XDP‑100 est en effet basé sur un convertisseur numérique analogique ESS Sabre ES9018K2M, capable de pratiquer un suréchantillonnage en 32 bits/384 kilohertz. Il gère également les flux DSD jusqu’à 11,6 mégahertz. À noter, pour éviter l’apparition d’artefacts de conversion lors de la lecture de certains fichiers, il est possible de limiter le suréchantillonnage à 92 kHz ou 192 kilohertz. Toujours dans un souci d’optimisation de la lecture des flux audio, le XDP‑100 dispose de fonctions avancées intéressantes et peu courantes sur ce type d’équipement. C’est le cas de la fonction « Lock Range Ajust », débrayable depuis le menu de paramétrage du baladeur, qui a pour mission d’éliminer le jitter (micro‑irrégularités du débit des données audio). Cette fonction s’oppose donc à l’apparition d’une sensation de son agressif, ou excessivement brillant, que peut induire un jitter important. Dans le même esprit de recherche de perfection de la restitution, l’ensemble des fichiers PCM lu, qu’il s’agisse de Flac, Wav, AIFF, Alac, etc., peuvent être convertis en temps réel en flux DSD pour bénéficier des filtres spécifiques intégrés au convertisseur ESS Sabre.

Par ailleurs, le XDP‑100 est le premier baladeur compatible avec le format audio Hi‑Res MQA‑Lossless (Master Quality Authenticated, mise à jour annoncée pour les semaines à venir) dont certains fichiers sont disponibles gratuitement sur le site de l'éditeur norvégien 2L Music par exemple (cliquez sur le bouton HiRes Test Bench pour télécharger quelques fichiers démos). Ce nouveau standard a pour vocation de préserver la qualité studio master aux flux musicaux Hi‑Res, qu’ils soient lus depuis un support physique, tel qu’une carte SD ou un disque dur, ou à partir depuis une source dématérialisée : streaming entre autres. Pour cela, il se base sur de nouveaux algorithmes de compression non destructive. Mais surtout, le format MQA garantit une qualité irréprochable de restitution tout en réduisant largement la taille des fichiers nécessaires au stockage des musiques en qualité studio master. Ainsi, la taille d'un tel fichier équivaut à celui d'un fichier Flac. Une solution idéale pour les périphériques mobiles en somme. Cependant, Pioneer a très largement pris en compte l’accroissement des besoins de stockage qu’engendre globalement le passage à l’audio Hi‑Res (les fichiers Flac restent autrement plus lourds que du MP3…). Si le XDP‑100 dispose déjà de 32 Go de mémoire interne, il se dote également de deux ports micro‑SD. Ainsi, il est possible d’offrir au lecteur plus de 400 Go d’espace de stockage.

Mais, si l’usage le plus courant du XDP‑100 en mode baladeur est la lecture de fichiers stockés sur sa mémoire interne, ou sur micro‑SD, il dispose également d’un transmetteur Wi‑Fi intégré. Il peut ainsi se connecter au réseau domestique et sa compatibilité DLNA lui permet d’accéder aux contenus stockés dans les ordinateurs de l’habitation ou un disque Nas faisant office de juke‑box. Mieux encore, il accède aux offres d’écoutes en streaming. Outre les incontournables Webradios, des offres en streaming haute qualité sont accessibles. Ici, le choix d’avoir offert au XDP‑100 un fonctionnement sous Android prend tout son sens. En effet, il suffira de télécharger sur le Play Store l’application appropriée pour pouvoir exploiter les offres de Deezer, Spotify, Qobuz, Youtube ou autres.

Reste que, sur un équipement nomade, si les traitements numériques ont une importance capitale, les étages de sortie analogique doivent posséder des caractéristiques en adéquation afin de conserver tout l’intérêt du passage à l’audio Hi‑Res. Pour son amplificateur casque interne, le Pioneer XDP‑100 est équipé d’un circuit spécifiquement conçu par ESS pour gérer les casques : le Sabre 9601K. Cet amplificateur analogique dispose d’une dynamique de 122 dB et ESS préconise justement son association au Dac Sabre 9018 pour la conception de lecteurs réseau dotés d’une sortie casque ou d’équipements nomades. Pour en terminer avec cette section analogique, signalons que les menus de configuration du XDP‑100 proposent de fixer manuellement le niveau du limiteur et que trois choix de gain, Low, Medium et High, sont proposés en fonction des caractéristiques du casque utilisé.

Côté connectique, le XDP‑100 est, au premier coup d’œil, assez limité. En effet les seules prises disponibles sont la prise casque et le port micro‑USB. Cependant ces deux prises sont multifonction. En premier lieu, la prise casque se transforme en sortie analogique « Line » et donc délivre un niveau compatible avec celui des entrées « Auxiliaires » de tout amplificateur. Ici encore, il est préférable d’activer la fonction « Sortie Line » au lieu de casque dans les menus de configuration pour connecter le baladeur à une chaîne Hi‑Fi. Le port micro‑USB, pour sa part, est polyvalent. En premier lieu, outre la charge de la batterie, il propose de raccorder directement un ordinateur. Il est ainsi facile de transférer des fichiers musicaux dans la mémoire interne du XDP‑100, ou dans les cartes micro‑SD insérées dans ses lecteurs, à l'aide d’un simple « Drag & Drop » (glisser‑déposer traditionnel). Mais, plus intéressant, ce port USB est compatible OTG. Ainsi il est possible de l’utiliser pour que le XDP‑100 accède aux contenus d’une clé USB ou d’un disque dur nomade, par exemple, ou alors pour connecter le baladeur à un Dac externe. En somme, cette solution compense l’absence de sortie S/PDIF pour accéder directement au flux numérique « brut ».
Concurrence
Astell&Kern AK Jr Limited Edition (599 €). Un classique, entrée de gamme de la marque, décliné dans une nouvelle finition. Sa mémoire interne de 64 Go peut être étendue grâce au lecteur de cartes micro‑SD. Enfin, ce baladeur peut aussi être utilisé en tant que Dac externe sur un ordinateur pour bénéficier de sa qualité de conversion.

Le Sony NW‑ZX100 (699 €) dispose d’un système actif de réduction des bruits environnants qui sera appréciable dans les transports en commun. Par ailleurs, il se dote d’un système de transmission Bluetooth LDac pour une écoute en audio Hi‑Res 24 bits/96 kHz sans fil avec le casque NDR‑1ABT de la marque. Sa mémoire interne de 128 Go est extensible par ajout d’une carte micro‑SD.

Le cœur du FiiO X7 (699 €) s’articule autour d’un convertisseur Sabre 9018S. Capable de travailler en 32 bis/384 kHz, il offre à la restitution une dynamique atteignant 133 dB. Lui aussi fonctionne sous Android pour des mises à jour simples à mettre en œuvre.

Basé sur un Dac TI BB PCM1795, le Cowon Plenue M (799 €) est équipé d’horloges à très faible jitter. Il est capable d’exploiter tant les flux PCM 24 bits/192 kHz que les flux DSD 5,6 MHz. Une sortie optique propose de le connecter à un Dac externe, ou l’entrée optique d’une chaîne Hi‑Fi pour une utilisation à domicile.
Verdict technique
Dès sa prise en mains, ce baladeur séduit par la qualité de ses finitions. Son boîtier en aluminium massif joue sur l’aspect monolithe. Nous avons remarqué que son dos portait une fenêtre masquant visiblement un transmetteur infrarouge. Sa présence permet au XDP‑100 de se transformer en télécommande pour piloter de nombreux équipements Pioneer ou Onkyo, pour peu que son possesseur télécharge les applications appropriées. C’est, ici encore, l’intérêt que présente le fonctionnement sous Android de ce baladeur. Seule contrainte, lors de sa première utilisation il faudra le configurer. Cette opération est identique à celle de tout équipement fonctionnant sous Android. En somme, le XDP‑100 se comporte comme une mini‑tablette et son écran d’accueil affiche, par défaut, un lecteur. Dans l’ensemble, le XDP‑100 est très réactif qu’il s’agisse d’accéder aux services du Web, de dépouiller sa boîte email ou de faire tourner des applications téléchargées depuis de Play Store. L’excellente résolution de son écran associée à un bon contraste offre une bonne lisibilité et le visionnage de films est même plutôt convaincant. Le XDP‑100 est ainsi extrêmement polyvalent et il se comporte plus comme un véritable terminal multimédia nomade de haute qualité que comme un simple baladeur. Pour l’écoute de musique, cette ouverture au téléchargement d’applications est intéressante pour accéder à des services de streaming, entre autres. Encore une fois, qu’il s’agisse de Deezer, Spotify, Qobuz ou bien d’autres, il suffit de télécharger l’application depuis le Play Store et de s’inscrire pour en bénéficier, jusqu'en qualité studio master. Signalons que Onkyo possède son propre service de musique en ligne, Onkyo Music (en Allemagne et en Angleterre), qui propose depuis peu des fichiers en audio Hi‑Res au format MQA.
Enfin, le XDP‑100 se comporte également plutôt bien sur les jeux vidéos et son petit haut‑parleur interne propose de l’utiliser comme une console de jeu nomade sans avoir à s’équiper d’un casque. En revanche son rendu ne conviendra guère à l’écoute de musiques.

Le lecteur par défaut installé d’origine sur le XDP‑100 dispose déjà de très nombreux paramétrages qui permettent véritablement de gérer la signature sonore de ce baladeur. Déjà, un égaliseur onze bandes offre la possibilité d’ajuster la réponse en fréquence du XDP‑100 en fonction du casque auquel il est associé. Ici, Pioneer est généreux puisqu’un réglage de la bande des 32 kHz est même proposé. Mais, pour aller encore plus loin, il est possible de jouer sur le filtrage numérique du système. Trois positions, Sharp, Slow ou Short, proposent d’offrir soit plus de naturel à l’écoute, soit de favoriser la restitution des cordes, soit enfin d’accéder à une restitution plus « fouillée ». Nous avons pu constater ces différents comportements lors de nos différentes écoutes. Il faut toutefois préciser que, hormis les corrections très efficaces introduites par l’égaliseur onze bandes, l’impact des différents paramétrages de filtres sur la restitution est assez subtil. Ces derniers prendront tout leur sens que sur un casque capable de différencier chaque information que présente le signal sonore. Comme de tradition en Hi‑Fi, l’association casque/baladeur devra être cohérente. Inutile d’espérer pouvoir bénéficier pleinement des possibilités du XDP‑100 sur des écouteurs à 10 euros. Il ne faudra pas hésiter à lui offrir un casque de qualité, compatible avec les exigences de l’audio Hi‑Res pour qu’il puisse s’exprimer pleinement. L’idéal sera aussi d’opter pour un modèle à la sensibilité élevée et/ou équipé d’un système d’insonorisation active (Philips Fidélio, etc.) pour bénéficier pleinement des subtilités de dynamique que peut offrir le XDP‑100. Dès lors il sait faire preuve d’une grande musicalité. La restitution est toute en douceur. Même si l’extrême aigu est présent il n’est jamais agressif. En configuration de base, certains utilisateurs pourront même lui reprocher un léger manque de brillance. Mais ici, tout est question de goût et les très nombreuses possibilités de paramétrage des différents filtres proposent d’ajuster le comportement du XDP‑100 en fonction de ses préférences personnelles.

Pour exploiter pleinement les possibilités du XDP‑100, il ne faut donc pas hésiter à se familier avec lui, à entrer dans ses menus les plus avancés et à télécharger différentes applications. C’est là tout l’intérêt que présente sa gestion sous Android. Revers de la médaille : l’utilisateur, lors de sa prise en main, peut avoir la sensation d’être dérouté et de se trouver confronté à une « usine à gaz ». Heureusement, la présence du lecteur résident en écran d’accueil permet de lire les titres stockés sur une carte micro‑SD, ou la mémoire interne, sans trop se poser de question.
Dans le même esprit de simplification, nous avons apprécié la présence de la molette de réglage de volume et les poussoirs d’accès direct à la mise en pause de la lecture et de saut avant/arrière de musiques. Lorsque le baladeur est dans une poche, par exemple, ces boutons physiques rendent son utilisation beaucoup plus intuitive que le passage par son écran tactile. En somme, le XDP‑100 est capable d’assurer d’emblée sa fonction de baladeur de qualité Hi‑Fi avec brio. C'est déjà un excellent point. Mais il proposera bien plus à qui saura l’apprivoiser pour en tirer pleinement parti. Au final, voilà un équipement de passionné qui ne manque pas d’atouts, capable de séduire le plus grand nombre par sa polyvalence.
+ Les points forts
»  
Musicalité de la restitution
»  
Subtilité de l’écoute
»  
Compatibilité MQA (Master Quality Authenticated)
»  
Autonomie en lecture audio
»  
Prise en charge des flux PCM 192 kHz/24 bits
»  
Prise en charge de la majorité des casques
»  
Double lecteur de cartes micro‑SD
»  
Excellente qualité de fabrication
- Les points faibles
»  
Poids relativement important
»  
Puissance de sortie limitée
ACTUALITÉS POPULAIRES
TESTS MATÉRIEL POPULAIRES
Advertisement